Le préfet contre les libertés locales

Une vague de jacobinisme s’abat sur le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vétheuil by Claude Monet credits Mark6mauno (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le préfet contre les libertés locales

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 octobre 2015
- A +

Par Jacques Garello.

Vétheuil by Claude Monet credits Mark6mauno (CC BY-NC 2.0)
Vétheuil by Claude Monet credits Mark6mauno (CC BY-NC 2.0)

 

Qui va nous faire croire que la réorganisation de l’espace politique et administratif du pays se fait par la voie démocratique et en recherche d’une plus grande autonomie locale ?

La façon dont les régions ont été redécoupées est déjà révélatrice. C’est la sentence arbitraire du pouvoir socialiste qui l’a emporté sur toute considération historique, économique, culturelle. Le choix des frontières et des capitales a été aberrant et mécontente tous les Français qui n’ont pas été consultés sur ce point. En 1969 de Gaulle avait eu l’honnêteté de consulter les Français par référendum sur la réforme des régions préparée par Jean-Marcel Jeanneney. Le rejet du projet avait amené le Président à se retirer, pour laisser l’Élysée à Georges Pompidou.

Mais, sentant sa fin proche, le pouvoir socialiste presse le pas et recourt à une procédure qui rappelle la dictature de la Révolution en 1792. Finie la « Fête de la Fédération » du 14 juillet 1790 et l’inspiration libérale et décentralisée des Girondins : les Jacobins mettent en place le pouvoir sans partage installé à Paris. Les préfets, instruments de la centralisation, serviteurs impitoyables du gouvernement, vont parachever l’œuvre jacobine.

Nous voici revenus à cette belle période. En quelques semaines, partout en France les préfets reprennent un pouvoir et des initiatives que l’on croyait révolus. Ils imposent des regroupements de communes, des communautés d’agglomération et, couronnant le tout, des métropoles. L’exemple le plus spectaculaire est celui de la grande métropole bâtie autour de Marseille, la capitale phocéenne absorbant sa voisine Aix, capitale de la Provence. Les Aixois n’en veulent pas, ni la quasi-totalité des communes du pays d’Aix, voire même de la grande ceinture marseillaise : peu désireuses de payer les dettes de la mairie de Marseille. Réplique de Maryse Joissains, maire d’Aix : nous créerons notre propre métropole. Réponse cinglante, voire discourtoise, du Préfet qui n’a cure d’un élu local : vous n’en avez pas le droit. Le Préfet ignore sans doute que la constitution d’une métropole dépend de l’accord de communes dont la population totale est supérieure à 400.000 habitants – ce qui est le cas. L’affaire est devant le Conseil d’État. Vivent les libertés locales en France !


Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • la bête ( le ps ) devient vénimeuse quand elle se sent perdu …..

  • Droit de sécession locale Dans la constitution Suisse

    Art. 53 Existence, statut et territoire des cantons

    1 La Confédération protège l’existence et le statut des cantons, ainsi que leur territoire.

    2 Toute modification du nombre des cantons ou de leur statut est soumise à
    l’approbation du corps électoral concerné et des cantons concernés ainsi qu’au vote
    du peuple et des cantons.

    3 Toute modification du territoire d’un canton est soumise à l’approbation du corps
    électoral concerné et des cantons concernés; elle est ensuite soumise à l’approbation
    de l’Assemblée fédérale sous la forme d’un arrêté fédéral.

    4 La rectification de frontières cantonales se fait par convention entre les cantons
    concernés.

  • Monsieur Garello dénonce les décisions prises par des fonctionnaires et non des élus, directement concernés.

  • Le regroupement des communes est à encourager par exemple est ce normal que le découpage en petite commune -36.000 au total- soit tjr existant ? on est le pays qui compte le plus de communes en Europe, je vous passe les problèmes que cela engendre (manque de compétences de maires de petites communes en général, augmentation du coût final pour le contribuable, clientélisme etc)
    ce mouvement de reconcentration est certes mal appliqué mais il est nécessaire. Et qui peut imposer ce mouvement ? Les maires ? on sait très bien qu’ils ne scieront jamais la branche sur laquelle ils sont assis, je ne vois que l’état et donc son représentant sur le territoire pour imposer un tel mouvement.

    en outre concernant la métropole aix marseille, les élus de la régions veulent bien de l’activité des 800.000 marseillais ainsi que de leur port mais pas de leur dette ! imaginez deux secondes la région sans la ville de Marseille… En somme les non marseillais prennnent ce qu’ils les arrangent !

    • Le regroupement est au contraire à décourager, car il est contraire au principe de subsidiarité. 36000 communes, ce serait une chance extraordinaire si elles fonctionnaient suivant ce principe, il ne remonterait que le dixième, voire moins, des décisions que les regroupeurs veulent mettre au niveau intercommunal. Il n’y a pas d’économies d’échelle dans la structure étatique, il n’y a que des dépenses et des complications supplémentaires.

  • Regrouper les communes, fusionner départements et régions, supprimer les cantons et les communautés d’agglomération, arrêter de subventionner les collectivités tout en fixant un taux d’imposition local maximal, voilà la vraie réforme territoriale, celle qu’il nous faut. Ca découragerait le clientélisme, le gaspillage et le court-termisme.

    • AH Et puis pourquoi pas supprimer les régions, les départements, les cantons, les com-com, les communes et ça fera juste une seule entités : France, gouvernée juste par PARIS !!!

  • La création des métropoles est un scandale de plus. Elles constituent des départements au sein même des départements. Elles disposent des mêmes prérogatives et pouvoirs que les conseils généraux et phagocytent les impôts levés sur leur territoire.

    Les métropoles sont de petites baronnies créées pour faire jouir les élus socialistes en leur offrant toujours plus de pouvoir et toujours plus de « pognon gratuit des autres ».

  • Nos Doryphores d’Etat n’ont pas plus d’état d’âme que ceux qui détruisent les plans de pommes de terre… Mais ils en portent la livrée (celle de Nestor dans Tintin) ce qui eux les avilit à souhait. Qu’attendre d’un fonctionnaire sinon des destructions, complications et impôts en plus?

  • Confusion : la métropole Aix-Marseille a été créée par le législateur, pas par les préfets…

    Quant à critiquer le regroupement imposé des Communautés de communes, c’est de la pure démagogie.

  • Se lever le matin et redessiner la France avec ses crayons de couleur et sa paire de ciseaux ! Quelle sensation exaltante ! Quel sentiment de toute puissance ! Ah, l’ivresse du pouvoir !

  • Les prefets veulent imposer par exemple la construction forcée de HLM.
    Si des gens veulent se regrouper entre eux, dans des communes de riches où le prix de l’immobilier est régulé uniquement par le marché, , je ne vois pas pourquoi l’etat devrait s’y opposer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Benjamin Constant a été l'infatigable défenseur de la limitation du pouvoir, clé de voûte de sa pensée politique. Il est des premiers que l'on peut qualifier de libéral en France. Léonard Burnand, spécialiste de Necker et de Germaine de Staël, vient d'en écrire la biographie. À l'heure où de prétendus libéraux s'aplatissent devant le pouvoir, dont ils justifient tous les empiétements, tout en quémandant prébendes et places, cette lecture s'impose sans doute.

Pourtant, à bien des égards, Benjamin Constant reste une énigme comme le souli... Poursuivre la lecture

Le droit de vote, un glorieux acquis de la Révolution française ? L’Ancien Régime meurt en organisant pour la première fois des élections au suffrage universel masculin : cette première fois devait être aussi la dernière avant longtemps. Loin d’établir le suffrage universel, la Révolution le réduit, le contrôle, le dénature ou le manipule au gré des changements chaotiques de gouvernements en une petite décennie. Par Gérard-Michel Thermeau.

En 1789, les élections aux États généraux assez confuses dans leurs modalités pratiques, à l’ima... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Méfions-nous des révolutionnaires. Et de tous ceux qui entendent proclamer « la Liberté » - et non pas « les libertés » - en lui prêtant une vision qui leur est propre et est faite bien souvent de profonde intolérance, s’assimilant plutôt à des formes de totalitarisme qui cachent leur nom.

Ces révolutionnaires proclamés sont la plupart du temps des nostalgiques de la Révolution française, qui constitue leur point de référence, ainsi que pour ceux qui ont pu mener des révolutions par la suite, à l’instar de ce qui s’est produit en Russi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles