Climathon, semaine 43 : France Télévisions poursuit son offensive

À l’approche de la COP21, la propagande climatique se déchaîne contre les climatoréalistes !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 43 : France Télévisions poursuit son offensive

Publié le 28 octobre 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.
(et le jury du Climathon)

France télévisions credits Patrick Janicek (CC BY 2.0)

France Télévisions met décidément le paquet pour truster les plus hautes distinctions du Climathon. Dans la foulée de la mise à pied de Philippe Verdier par France 2 pour pensée climatiquement déviante (rappel : la pétition contre cette censure de la télévision d’état est ici), c’est France 5, la petite sœurette intello, qui nous a gratifiés d’un morceau d’anthologie au titre parfaitement évocateur : « Climato-sceptiques : la guerre du climat ». Un documentaire qui foule sereinement aux pieds l’éthique journalistique la plus élémentaire n’hésite pas à employer les grands moyens pour faire comprendre au bon peuple ce qu’il doit penser, naviguant aux confins surréalistes de l’idéologie militante et de l’ignorance scientifique la plus crasse habilement entre morale et science en toute impartialité. Ce bijou de propagande s’arroge sans contestation possible le titre de vainqueur de la semaine 43 du Climathon.

Les auteurs du documentaire doivent d’abord être félicités pour le respect de la forme : quelques minutes sur les Cataclysmes pour rappeler la Terrible Réalité, puis l’essentiel du documentaire sur l’Enquête fouillée et courageuse. Toutes les bonnes pratiques du genre y sont mises en œuvre. Le refus des Méchants de répondre aux Courageux Journalistes est opportunément mis en scène. Le vocabulaire est au rendez-vous pour dénoncer les Coupables : « soldats du déni », « fauteurs de trouble », « négateurs du réchauffement », « président Bush », « philosophie ultra-libérale », « des milliardaires qui ont fait fortune dans la chimie du pétrole », « pieuvre », « Tea Party », « négationnistes », « Fox News ». De douces musiques illustrent à point nommé les propos des Gentils (scientifiques indépendants ou défenseurs des droits ancestraux). Enfin, l’Autorité est respectée avec des interviews de Laurent Fabius, du Commandeur des Croyants parlant « d’arme de destruction massive » à propos du climat et même de Yann Arthus-Bertrand, dénonçant notre monde corrompu : « Notre civilisation est basée sur les échanges, sur le business et sur la croissance. »

Dans un documentaire français, il était impossible de ne pas s’étendre sur l’infâme Claude Allègre (de la 4e à la 10e minute), ni sur l’exemple stupide et réfuté emblématique de l’immeuble Le Signal en Gironde, menacé d’effondrement par le Chaos Climatique. À part ça, c’est outre-Atlantique que l’action se déroule pendant 36 des 52 minutes. Certes, le climatonégationnisme français a partiellement disparu des médias depuis le retrait du Grand Satan Claude Allègre, toutefois le jury du Climathon rappelle tout de même aux compétiteurs que quelques démons de second ordre résistent encore et toujours à l’envahisseur, et qu’ils doivent être combattus avec détermination.

Ce pensum remarquable documentaire est donc l’occasion de croiser quelques compétiteurs chevronnés du Climathon tels que Yann Arthus-Bertrand, et même le Commandeur des Croyants en personne, toujours dans la mesure, avec son sens inné de la formule : pour Nicolas Hulot en effet, le climat n’est autre qu’une « arme de destruction massive », « une bombe silencieuse, à mèche courte ». Le sens de la formule, tout est là.

climathon meteo rené le honzecValérie Masson Delmotte, paléoclimatologue qui appointe au GIEC, pousse la cocasserie jusqu’à regretter que Claude Allègre, qui n’est pas un « Spécialiste du Climat » rappelons-le, ait empêché en France la tenue d’un vrai « débat scientifique ». Un débat sans contradicteur pour constater « un fait scientifique avéré », effectivement, cela aurait été plus simple. Il est heureusement rappelé, avec la subtilité qui est la marque de fabrique de ce documentaire, que nous avons affaire à la vieille lutte « science contre croyance », menée par des « soldats du déni ».

Comme de juste, la confusion entre les problématiques environnementales et sanitaires est savamment entretenue avec le réchauffement climatique. L’érosion du littoral à Soulac-sur-Mer, c’est le Réchauffement : qu’on se le dise.

Le point d’orgue de ce docu-propagande ? La parole donnée à une sympathique activiste amérindienne (il n’est pas précisé s’il s’agit d’une spécialiste du climat), qui considère sa tribu comme « victime des pollutions à répétition de l’homme blanc ». Voilà de quoi mettre du baume au cœur de Nadine Morano.

Les accessits de la semaine

En ces dernières semaines de Climathon, la télévision d’État publique semble vouloir tuer la compétition en multipliant les initiatives. Ainsi, depuis quelques jours, le jury a découvert avec ravissement des « programmes courts » qui nous engagent à la Bonne Moralité Climatique aux heures de grande écoute. Ces spots sont promus par l’association Coalition Climat 21 dont le site nous apprend que :

« Demain, selon un large consensus des scientifiques, notre planète pourrait faire face à des scénarios effrayants : le quasi arrêt de la circulation des eaux océaniques dans l’Atlantique, la fonte d’une large partie du Groenland et de l’Antarctique et l’élévation massive du niveau de la mer. »

Le jury du Climathon est sensible à l’usage du conditionnel faisant suite au « large consensus des scientifiques » et à la très grande précision chiffrée des prédictions d’Apocalypse. Dans la partie « Les luttes » de la même page, le jury retrouve avec le plus grand plaisir l’« Appel contre les crimes climatiques », récompensé en semaine 35 avant d’être brillamment élu champion d’été avec un score de république bananière.

Il convient donc une nouvelle fois de se réjouir que le Premier ministre de la France Éternelle qui Guide et Inspire le Monde et l’Univers ait eu la Grâce de choisir les dérèglements climatiques comme Grande Cause Nationale 2015 : de la sorte, la Télévision d’État peut diffuser les spots d’une association qui criminalise les opinions divergentes et appelle à rompre avec les principes de notre République « renouveler la démocratie ». Les Français peuvent décidément être fiers de ce que devient leur pays.

Gaël Derive, qui sévit de manière hebdomadaire dans Le Point, affiche son extrême pessimisme pour l’avenir de la planète. Pour nous convaincre que son inquiétude est légitime, plus que celle du quidam moyen en tous cas, il débute par un argument d’autorité, une anaphore au ton très présidentiel « Moi le scientifique, moi l’explorateur, moi l’expert », qui à défaut du reste, nous convainc au moins que le réchauffement ne fait pas dégonfler les baudruches. Par contre, le réchauffement a bien d’autres conséquences, que l’auteur, de retour de ses pérégrinations, nous livre dans un Storytelling propre à faire pleurer la ménagère de moins de 50 ans, mais dont la démarche scientifique peut apparaître limitée pour un expert de son envergure :

« [Le réchauffement satanique] modifie les périodes d’accès à la banquise pour la famille de Jeannie, en Arctique. Il accentue les inondations dans le village de Donildo, au Brésil. Il conditionne les ressources en eau potable de Karakaua, aux Kiribati. Il réduit le rendement des rizières de Nipa, au Bangladesh. Il affecte la culture des pommes de terre de Tsering, au Népal. »

Un petit crochet par sa page Wikipédia nous informe que « Gaël Derive, Docteur es Sciences, est un spécialiste du climat qui a travaillé avec le CNRS, l’INRA et l’OMM ». Certes, s’il a publié quelques livres pour déplorer le réchauffement climatique, on ne trouve en revanche nulle trace de publications avec comité de lecture et tout le tintouin. Mais tout de même : quelqu’un « qui a travaillé avec le CNRS », ça a quand même une autre gueule qu’un Claude Allègre, par exemple, qui lui n’est qu’à peine Académicien, lauréat du prix Crafoord, l’équivalent du prix Nobel en Géochimie, et tout juste médaille d’or du CNRS. Bravo au Point, donc, de savoir reconnaître que la compétence scientifique se mesure avant tout à l’aptitude à aller en pèlerinage voir fondre la banquise d’Arctique ou assister à la baisse des rendements de riz du Bangladesh.

L’Obs nous rapporte que l’armée peaufine ses stratégies pour s’adapter au réchauffement climatique. À l’initiative de la sénatrice EELV Leila Aïchi, le chef d’état-major des armées a rencontré un consultant de choc, bien connu pour ses compétences pointues en questions militaires : José Bové. On espère que l’armée française a pu glaner au passage quelques tuyaux pour la prise d’assaut des McDos syriens. Une conférence sur les enjeux climatiques et la Défense s’est même tenue au ministère de la Défense. La sénatrice, qui s’avère une foudre de guerre doublée d’une géo-stratège avisée, nous a ainsi éclairés sur le conflit du Darfour :

« On nous a vendu ce conflit comme un conflit ethnique. Si on est intellectuellement honnête, c’est un conflit qui trouve ses racines dans le réchauffement climatique. »

L’honnêteté intellectuelle, voilà donc à quoi carbure EELV. Pour les conflits syriens et somaliens, évidemment, la responsabilité du réchauffement climatique a également été lourdement pointée. Pour notre sénatrice, décidément très en verve, il est même à l’origine de la piraterie en Somalie, car « 95% des pirates ou anciens pirates sont des pêcheurs ou fils de pêcheurs ». Pour ceux qui ne voient pas le rapport, tant pis : ils peuvent toujours en conclure que la montée inexorable des eaux joue plus dans la disparation des poissons que la surpêche. Pour le reste de la planète, tout est à l’avenant : Sahel (où le réchauffement va faire monter l’intégrisme islamique), Mekong, Chine… tout ce beau monde va s’entretuer à cause de l’augmentation du gaz satanique. Légère ombre au tableau toutefois, lorsque L’Obs publie un petit encart en fin d’article pour préciser que l’hypothèse est loin de faire l’unanimité, et s’autorise même, comble de l’audace, à relayer le doute d’un chercheur de l’IRIS :

« On est incapable de certifier que telle sécheresse ou tel événement est à 100% lié au réchauffement climatique. Est-ce que cela ne se serait pas produit sans changement climatique ? »

En relayant ainsi les propos d’un dangereux connard climato-sceptique, qui n’est que chercheur dans un institut stratégique et n’a donc rien d’un « spécialiste du climat » autorisé, L’Obs s’est un instant éloigné de son devoir de bonne propagande unanime et consensuelle. Le jury souhaite que ce genre de dérapage éthique ne se reproduise pas.

Enfin, dans l’optique d’une lutte climatique festive et ouverte, le jury félicite chaudement le mouvement LGBTI qui obtient un joli accessit pour son action, laquelle nous apprend que :

« La crise climatique menace en effet les LGBTI à la fois en tant qu’individus, comme tous les humains, mais aussi en tant que minorité. »

Le journaliste note certes que « l’idée d’avoir à se reconnaître comme LGBTI pour lutter contre le réchauffement climatique n’était pas d’une évidence criante », ce que le jury conteste vivement, tant la nécessité d’une action colorée arc-en-ciel parait indispensable à toute action préalable à la conférence de Paris sur le climat en décembre 2015. Sont attendues avec impatience les interventions de l’amicale des compteurs à gaz de la Communauté d’Agglomération de Montceau-les-Mines et du club de bridge de Romorantin-Lantenay. On regrette que les ateliers de macramé et les clubs d’escrime artistique ne se sentent pas davantage engagés dans le combat pour un futur décarboné et durable.

Sur le web

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • vous avez oublié de citer cette étude majeure sur la disparition régionale programmée des lézards a cause du réchauffement globale de la planète !

  • « Demain, selon un large consensus des scientifiques, notre planète pourrait faire face à des scénarios effrayants  »

    On dit toujours que les previsions sont delicates, surtout quand elles concernent l’avenir, d’ou l’emploi du conditionnel. Toutefois, je suis capable d’une prevision encore plus effrayante tout en utilisant l’imperatif : « Dans les cent prochaines annees, l’humanite va faire face a la mort de plus de 7 milliards d’individus ».

    C’est effrayant mais c’est la vie…

  • excellente semaine, mais ne faut-il pas blâmer le point qui publie une interview de Benoit Rittaud défendant l’affreux journaliste météo de france 2 ?

  • Merci pour ce festival , j’ai bien ri !

  • Donc le réchauffement serait responsable de l’augmentation de la recrudescence des déglingués chez LGBT?

  • « On nous a vendu ce conflit comme un conflit ethnique. Si on est intellectuellement honnête, c’est un conflit qui trouve ses racines dans le réchauffement climatique. »
    😀 😀 😀 😀 😀 😀

    WOW !

  • « […] climato-sceptique, qui n’est que chercheur dans un institut stratégique et n’a donc rien d’un « spécialiste du climat » autorisé »

    Alors que vous citez une phrase que tout « « spécialiste du climat » autorisé » est en accord avec.
    C’est fait exprès le brouillage de piste ou c’est de l’incompétence ?

    Ce racolage facile et malhonnête est assez minable.

    • Ah ben s’ils sont d’accord pour admettre qu’ils ne comprennent pas trop bien le fonctionnement du climat et qu’ils n’ont pas assez de données pour valider leurs modèles (ultra simplistes et franchement foireux) et qu’on ne sait pas trop bien distinguer « variabilité naturelle » et « anthropique », donc qu’on est incapable de dire si le « réchauffement » est anormal ou pas et d’origine humaine ou pas, alors tout va bien.

      Mais il faudrait qu’ils pensent à avertir les journalistes, les politiciens et les décérébrés qui sévissent un peu partout. Ça nous ferait des vacances.

  • Me voilà bien pris au dépourvu, en tant que connard officiel http://www.skyfall.fr/?page_id=1613, afin d’expliquer à ma petite fille de 7 ans que le bourrage de crâne dont elle fait aujourd’hui l’objet au sein de son école primaire n’est qu’un ramassis d’inepties dont la teneur confine au ridicule. Les années à venir promettent leur lot de propagande et de chasse aux sorcières….

  • Ils sont aux abois les pauvres, leur théorie coule.

    Quand on passe tout son temps à brûler des hérétiques et faire de l’émotionnel hystérique plutôt que de la pédagogie, c’est qu’on n’a vraiment plus rien à dire de scientifique sur le fond.

  • La situation climatique dite « mondialisée » et ses évolutions « régionalisées » RESULTENT d’influences de variables indépendantes ( liste identifiée ). Ceci est donc intrinsèquement multifactoriel … et AUCUN modèle mathématique n’existe(ra) de manière fiable et exhaustive pour nuancer toutes ces influences !!!

    En conséquence de quoi, aucun dit « expert » confiné dans une spécialité étroite ne peut se targuer de savoir expliquer et de QUANTIFIER DURABLEMENT les multiples phénomènes sous-jacents (nombre de ceux-ci échappant à leur compréhension)!
    C’est pourtant – par orgueil, par prétention, par intérêt personnel, etc. – ce que tentent d’affirmer chacun de ceux qui jouent la carte de causes anthropiques qui seraient « dominantes » dans la masse.
    Ceux-la (nombreux) ne sont que des acteurs médiatisés, des bluffeurs patentés, des toquards en politique et/ou en pseudo-science. Tels sont les Jouzel (FR), les vanYpersele (BE) et bien d’autres connus de nous tous.

    NB : pour ceux ne l’ayant pas encore consulté, l’auteur d’un blog situé en Belgique établit une liste de 550 scientifiques n’épousant par les dires du GIEC. Sont-ce donc des imbéciles ?
    On en trouve cette liste via :
    http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/10/10/550-scientifiques-giecosceptiques-1146796.html

    • Un grand merci pour ce lien 🙂

    • Superbe liste…où l’on retrouve soit des scientifiques n’ayant rien à voir, même de loin, avec la climatologie, soit des scientifiques qui sont en fait en accord sur la plupart voir tout les principales conclusions compilées dans les rapports du giec. Une seule petite phrase sortie du contexte suffit à en faire des « anti-giec ». Certains sont mêmes carrément auteurs des rapports et assument parfaitement d’en être…ils sont pourtant ici pris de force comme « anti-giec »…marrant.

      Enfin il y a évidemment les quelques vrais « anti-giec » ayant effectivement travaillé sur le climat…les mêmes qui sont toujours ressorti…ils sont tellement peu qu’ils deviennent connus en un instant ! Peut être pour cela d’ailleurs qu’ils sont anti-giec…

      Ahahah, faut vraiment être aux abois pour faire une liste aussi malhonnête !

      • C’est certains, une fois enlevé tout ceux qui n’arrangent pas ta religion, il ne reste plus personne.

        La réalité continue simplement de se payer votre tête.
        http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

      • Par contre si on est catastrophiste il faut simplement être capable de se mettre les doigts dans le nez pour être déclaré comme étant une sommité.

        • Bah c’est les extrêmes, facile d’avoir l’attention des médias donc…climato-sceptiques d’un coté, fin du mondiste de l’autre…
          Les deux groupes sont aussi médiocres. Logique, ils se répondent l’un l’autre sans se soucier un instant de ce que les scientifiques disent et de ce qui est vraiment écrit dans le giec. Tout est exagéré, transformé, détourné, compris comme ça arrange.
          Je vois bien comment certains se lancent dans de grandes envolées sur les rapports du giec sans n’avoir jamais lu (et vraiment lu et compris) plus de deux lignes…ils savent très bien au fond qu’ils sont des imposteurs mais pour quelques raisons cela ne les rend pas honteux. Ils pensent avoir plus à y gagner qu’à y perdre je suppose. On ne peut avoir que du mépris pour ces gens qui n’ont aucun code moral. On dirait des politiciens ! 🙂

          • Axolotl: « Je vois bien comment certains se lancent dans de grandes envolées sur les rapports du giec sans n’avoir jamais lu plus de deux lignes…ils savent très bien au fond qu’ils sont des imposteurs »

            En relayant un catastrophisme qui n’est pas dans les rapports scientifique du GIEC vous êtes l’archétype parfait de ce que vous décrivez.

            Et même si le RCA avait une réalité, vous défendez des cons: ceux qui sont paniqués par vos prédictions d’apocalypse paient des sommes astronomiques pour émettre encore plus de CO2 à l’instar de l’Allemagne.

            Et grâce à vous, la France, pourtant un modèle du genre, veux faire la même chose.
            On ne peux que hurler de rire devant un tel niveau d’abrutissement.

            • « En relayant un catastrophisme »

              Montrez moi un seul post où je fais cela…

               » Et même si le RCA avait une réalité, vous défendez des cons: ceux qui sont paniqués par vos prédictions d’apocalypse »

              Encore une fois, je ne fais pas de prédictions d’apocalypse. Et pour le « défendre des cons », je ne vois pas en quoi cela joue. Si le RCA est une réalité, c’est une réalité, que des cons y croient aussi ou non.

              Vous on voit bien ce qui vous motive…la politique. Vous faites exactement partie des médiocres dont je parle, qui critiquent la science pour la seule raison que la politique qui s’ensuit ne leur plait pas. Tout en sachant très bien au fond qu’ils n’y comprennent pas grand chose à la science.

              • Axolotl: « Montrez moi un seul post où je fais cela… »

                Eh bien…Tous, tu défends des catastrophistes hystériques comme Huet.

                Axolotl: « Vous on voit bien ce qui vous motive…la politique. »

                Nope, je déteste juste quand la religion et l’idéologie détournent la science et je te sauve malgré toi des imbéciles qui veulent t’appauvrir pour dégager plus de CO2. Un comble !

                BALL TIMOTHY – PhD – Climatologue – Président du Projet Ressources Naturelles (Canada) ex Professeur Climatologie Université de Winnipeg (Canada)

                « Le réchauffement global n’est pas dû au fait que l’homme produise du CO2. Il s’agit là du plus grand mensonge organisé de l’histoire de la science. C’est un problème qui ne repose sur aucune base scientifique ».

                • « tu défends des catastrophistes hystériques »

                  Je ne défend personne. Je montre juste que les climato-sceptiques du net sont des petits médiocres qui font pire que ce qu’ils pensent critiquer. Je ne cite pas Huet dans mes posts alors que vous citez des anti-giec hystériques.

                  « je déteste juste quand la religion et l’idéologie détournent la science »

                  Non, vous alternez entre dire que ce sont les politiques qui ne suivent pas bien les scientifiques (« un catastrophisme qui n’est pas dans les rapports scientifique du GIEC »), et des critiques de la science « giec » en citant des personnes niant toute réalité au réchauffement anthropique (cf votre citation ci-dessus).

                  Bref vous vous aventurez dans de la science dont vous savez bien au fond que vous n’y connaissez pas grand chose. Ce que je critique exactement, ce manque d’honnêteté intellectuelle.

                  Les plus atteints d’entre vous, après des années à faire cela, commencent même à penser qu’ils sont vraiment aptes à parler de science climatique, pris à leur propre mensonge initial. Alors qu’ironiquement durant ces années à parler de climat ils ne sont jamais allé plus loin que la surface, jamais vraiment lu et fait de science.

                  Voila leur médiocrité.

      • Axolotl, juge suprême des compétences, vexé d’avoir été ignoré dans son premier commentaire, nous explique que les climatosceptiques sont des nuls…
        Et pour moi, statisticien et auteur de nombreuses études de climatologie, qui m’inscrirai sur la liste dès que ça ne mettra plus mon job en danger, quel commentaire portez-vous, et de quelle autorité ?

      • Coin coin ;mrgreen:

  • Je m’étonne que tous les experts n’aient pas encore fait le lien entre le réchauffement climatique et l’échec des républiques socialistes si souvent frappées par les sècheresses et autres calamitées naturelles. Pour ma part, je ne vois aucune autre explication (sérieuse bien évidemment).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Steve Koonin, scientifique et ancien conseiller climat d’Obama, auteur d’un essai présenté récemment par l’IREF, vient de publier un article dans le Wall Street Journal dans lequel il fait un résumé du dernier rapport du GIEC qui est beaucoup moins catastrophique que ne l’ont fait croire la plupart des médias et des politiques. C’est important car ce rapport devrait retenir toute notre attention. Il sera un élément crucial lors de la prochaine Conférence des Nations-Unies sur les chan... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Nous avons vu dans une série d’articles, via le prisme de la saga des moyennes mondiales des températures, combien l’affolement devant une éventuelle « catastrophe climatique » a des fondements scientifiques discutables.

Le GIEC, une institution indestructible

La courbe de l’évolution des températures mondiales fait partie de tous les scandales dont le GIEC est entaché sans que cela n’ait le moins du monde remis en cause sa domination scientifico-politico-idéologique sur la science. On nous affirme encore «  ... Poursuivre la lecture

Par Drieu Godefridi.

Les graves inondations qui viennent de frapper l’Allemagne et la Belgique offrent à des scientifiques peu scrupuleux l’opportunité d'affirmer sur les plateaux de télévision et dans la presse la responsabilité du réchauffement global, plus précisément anthropique — c’est-à-dire causé par l’Homme — dans cette catastrophe naturelle.

Ces scientifiques se revendiquent du GIEC — plus particulièrement son premier rapport, qui date de 1990. Dès lors, il nous a paru utile de consulter les derniers rapports disponible... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles