Belgique : des barrages sauvages font une victime

Publié Par Antoine Simons, le dans Belgique

Par Antoine Simons, depuis la Belgique

Belgique Brume CC Flickr

Belgique Brume CC Flickr

Si une partie des embarras causés par les grèves de ce lundi 19 octobre en province de Liège (Belgique) ont été observés sur place et en temps réel par nombre de Liégeois ou d’autres personnes, il aura fallu quelques jours de plus pour qu’émergent d’autres conséquences de ces actions.

La plus dramatique est sans doute le décès de cette patiente ayant attendu le chirurgien de garde, bloqué par les barrages sauvages de la Fédération Générale du Travail de Belgique (FGTB), syndicat socialiste. Selon le personnel médical, le retard significatif du chirurgien (45 minutes) a réduit les chances de survie de la patiente. Le Centre Hospitalier Chrétien (CHC) a donc décidé de porter plainte contre X. À l’heure actuelle, on ne sait pas si la famille de la patiente portera plainte, mais il s’agit également d’une possibilité.

Après avoir initialement déclaré tous les objectifs […] atteints et même dépassés, la pauvre FGTB a dû concéder que l’opération fut complètement ratée, tout en se plaignant que [bouh c’est trop injuste] les médias se soient plus préoccupés de la forme du mouvement (comprenez : le décès d’une patiente, les dégradations, etc.) que du fond (sic !) : une opération de sensibilisation et de protestation pour plus de justice sociale. Somme toute, on ne peut qu’admirer les capacités d’organisation de la FGTB, qui n’hésite d’ailleurs pas à donner son avis sur l’organisation de l’hôpital qui n’avait pas pris la peine d’avoir un plan B pour de telles situations…

Dans un registre moins dramatique, des dégradations ont eu lieu à divers endroits, et entraineront des retards conséquents sur l’un ou l’autre chantier. D’après le ministre wallon des travaux publics, les dégâts sont probablement de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Les auteurs auraient été identifiés et un procès-verbal dressé. Nous voilà rassurés !

Contrepoints919 - Belgique Manifestation - René Le HonzecOn notera que d’après le CHC, l’hôpital a également été victime de dégradations matérielles et d’intimidations par des individus cagoulés et armés de barres de fer !

Mais ne soyons pas si négatifs. Pendant ce temps-là, la police s’activait également à faire son travail. Faire appliquer la loi et le droit de circuler, par exemple pour d’autres travailleurs ou employés désirant de rejoindre leur poste ? Non, simplement organiser tant bien que mal la circulation en dépit des multiples barrages routiers. On notera que face à un citoyen ayant eu le culot de rappeler aux policiers ce droit le plus élémentaire, et ayant eu, il faut le reconnaître la mauvaise idée d’essayer de continuer sa route, un policier n’a eu d’autre choix que de sortir son arme pour faire obtempérer le citoyen conducteur peu coopératif avec la maréchaussée et la FGTB. Il semble déjà établi que ce citoyen fera l’objet d’une citation accélérée devant le tribunal correctionnel !

On peut rêver que la même diligence et le même zèle soient appliqués au sujet de la plainte contre X du CHC ou de la plainte contre les dégradations… Ou l’on peut simplement être réaliste.

En conclusion, on peut raisonnablement envisager le pire : ni ceux qui ont fait le barrage, ni le syndicat organisateur (sans personnalité juridique en Belgique faut-il le rappeler), ni la police (pourquoi le barrage n’a-t-il pas été forcé plus vite ?), ni l’hôpital (qui respecte toutes les normes imposées par l’État en matières de service de garde) ne sont responsables. C’est juste la faute à pas de chance quoi !

  1. Un deuxieme mort vient d être comptabilisé, un arrêt cardiaque dans une voiture bloquée dans l embouteillage, les secours ont eu des difficultés à l atteindre

  2. Ma modeste connaissance de l’histoire syndicale belge (acquise par des lectures successives, hors leur béatification par certains courants de médias souvent douteux) nous montre une amplification continue des « procédés syndicaux » en usage, jusqu’à une forme de coercition envers TOUS les milieux de notre société civile … et de gouvernants pourtant élus. Soit des contre-pouvoirs jouant au-delà de ceux de partis dits d’opposition ou se révélant tels leurs fieffés cousins germains !!!

    En Belgique comme en Europe, la chose semble y être née dès le XIXe, de manière alors humainement justifiée.
    Ensuite vint l’accélération, avec des mouvements des années ’30s. Culminant avec « les grandes grèves socialistes belges de 1960-61 », menées par un tribun wallon ex-Nord-Pas-de-Calais du nom d’André Renard. Puis suivies de répétitions ad nauseam afin de mieux justifier de leur existence de proto-staliniens. On peut semble t-il rapprocher les méthodes et les actes de cette FGTB belge et ses diverses branches de celles de nos CGTistes les plus extrêmes et d’infinies variantes des systèmes communistes non éradiqués en dépit de réalités changeantes. A chacun son petit Besancenot, les belgo-wallons disposant d’un appelé Goblet tout aussi roué ! Non peut-être ? Démontrez-le moi par des faits et arguments non idéologiques, Mrs les militants belges et leurs maîtres à penser !

    En 2013 ou 2014, un sénateur belge sans « langue de bois » s’employa à enquêter avant de publier un ouvrage dérangeant pour la rouge syndicaliste. Son nom est Alain Destexhe, un libéral francophone. Faut-il redire que l’homme devint aussitôt la cible de toute l’opprobre des milieux incriminés et des mêmes médias « social(ist)ement bien-pensants » ?

    L’absence de tout statut social (en associations de fait, floues et opaques) leur assure une quasi impunité juridique et pénale. Parmi les innombrables titres des gauches belges (La Libre – sic – Belgique) un sondage récent mené via Internet y notait le refus …par 50% de leur lectorat… d’exiger la création d’un quelconque « statut de responsabilisation ». Ceci démontrant cela !

    Ces profondes questions sociales sont aussi amplifiées à l’envi par l’existence d’une CES (con-fédération européenne des syndicats), soit l’entonnoir de toutes les revendications sociales dans notre U.E. de toutes les disparités agglutinées… Sous le couvert d’une préservation de « droits fondamentaux » préalablement concoctés de manière ad hoc au sein du « parlement » (non élus!) du Conseil de l’Europe de Strasbourg en leur offrant ainsi un parapluie grand comme un continent ! Curieusement, la même presse locale annonçait récemment que le président de cette CES ne serait autre que le dirigeant flamand de la même FGTB francophone. Cousin en une coalition des pairs obtus. Ainsi se boucle la boucle de nos pseudo-démocraties et le maintien des méfaits commis par des milieux devenus avec le temps de parfaits nuisibles (?).

  3. Comme si les embouteillages n’existaient qu’en cas de grève? Quand il y a décès à cause d’un embouteillage « ordinaire » personne n’en parle; aucune raison que dans ces embouteillages journaliers les secours arrivent plus vite !

    Mais tout est bon pour arriver à retourner au XIXème siècle sans droit de grève

    1. Couper les routes ne fait pas partie du droit de grève.

    2. Tout comme il arrive que des gens se tuent sur la route parce que un pneu éclate. Donc je vais me mettre le long des routes avec une 22LR et viser les pneus sans rien craindre de la part des autorités.

    3. Vous n’avez rien compris à cette affaire. Les syndicalistes ont bloqué la route ce qui est illégal. Tous les juristes interrogés sur le sujet (dans les médias) ont reconnu le caractère illégal de l’action des syndicalistes et le fait qu’ils pourront être poursuivis pour homicide involontaire.
      On reconnait le gauchiste type en Alain: la mauvaise foi crasse, le refus de reconnaitre la responsabilité des syndicalistes (pour un gauchiste, c’est jamais de sa faute tjs celle des autres).
      « Quand il y a décès à cause d’un embouteillage « ordinaire » personne n’en parle » là, vous comparez deux choses qui n’ont rien à voir. L’hopital (et le médecin) savent combien de temps cela prends pour le médecin (en comptant les embouteillages ordinaires) d’arriver à l’hopital. Des embouteillages ordinaires n’auraient jamas retardé autant le médécin.
      Donc pour vous, le droit de grève donne tous les droits. Alors, laissez moi vous expliquer quelque chose: je sais que pour un gauchiste dans votre genre c’est dur à comprendre mais vous n’avez pas tous les droits. Les grévistes ont des droits mais les autres personnes ont aussi des droits. Un travailleur dispose du droit de grève mais il dispose aussi du droit d’aller travailler. Les syndicalistes n’ont pas le droit d’empêcher les honnêtes travailleurs d’aller travailler.

    4. A noter qu’il est urgent de limiter le droit de grève à sa fonction première défendre les intérêts des travailleurs et non pas ceux du P$ (la FGTB n’est qu’une succursale du P$, le bras armé du P$). Faire grève pour des motifs politiques est honteux. Il est plus que temps de dépolitiser les syndicats. En général, les rares pays que je connais avec des syndicats avec des syndicats efficaces sont comme par hasard des pays avec des syndicats dépolitisés (après tout la fonction d’un syndicat c’est de défendre les intérêts des travailleurs pas d’ un parti politique)

    5. @L’improviste : je vais vous organiser une petite grève quand vous aurez un infarctus…
      Je suis certain que vous vous en tirerez le maximum de satisfaction :mrgreen: Le pied ultra-giga … :mrgreen:

Les commentaires sont fermés.