Pétrole : et si l’Arabie Saoudite gagnait la bataille ?

arabie saoudite credits tribes of the world (licence creative commons)

Pétrole : et si l’Arabie Saoudite avait gagné la bataille des prix contre les USA ?

Par Aymeric de Villaret.

arabie saoudite credits tribes of the world (licence creative commons)
arabie saoudite credits tribes of the world (licence creative commons)

Oui, car lorsque l’on regarde les dernières statistiques, force est de constater que la guerre des prix initiée par l’OPEP et en son sein l’Arabie Saoudite porte de plus en plus ses fruits avec comme conséquences une nouvelle baisse des rigs de pétrole et surtout une confirmation de la baisse de production de pétrole américaine.

Selon l’ancien patron d’EOG, un des plus grands producteurs d’huile de schiste américain, il faudrait 75$/baril le WTI pour que cette production redémarre vraiment…

Un nouveau rebond du baril ! (près de +25% depuis les plus bas du 26 août)

Villaret1

Le rebond de février puis celui d’avril semblaient n’avoir été qu’un feu de paille, puisque fin août, le baril de Brent avait rechuté pour approcher la barre des 40$.

Or depuis ce plus bas du 26 août à 41,76 $, le rebond est fort ! En un peu plus de 1 mois, c’est même de près de 25 % que le baril a rebondi dépassant aujourd’hui les 50$ !

Les forages aux États-Unis aux plus bas !

Et l’évolution des forages aux États-Unis, qui en début d’année avait montré une forte chute, indique de nouveau un recul marqué alors que sa stabilité avait semblé indiquer que l’huile de schiste avait trouvé son point d’équilibre :

Villaret2

Le graphe ci-après montre bien que la baisse du nombre de rigs s’est arrêtée mi-juin avant une petite progression et de nouveau un déclin :

Villaret3

À 614 forages au 2 octobre, le chiffre est le plus bas de 2015.

Cela incite à penser qu’aux niveaux de baril actuels, seuls sont mis en forage, des puits « profitables » et que la formidable hausse de production américaine relève du passé.

Production américaine en recul… et quasiment plus de croissance par rapport à il y a un an…

villaret4La baisse des forages aux États-Unis a entraîné depuis le milieu de l’été une baisse très nette de la production américaine.

Et ainsi, alors qu’en début d’année la variation annuelle montrait une croissance de 1 Mb/j (voir plus au printemps), celle-ci n’est plus actuellement que de l’ordre de 200 kb/j…

Conclusion : et si l’Arabie gagnait… pour l’ancien patron d’EOG, il faut 75 $ le WTI…

En effet, si la croissance américaine faiblit autant, il est clair que cela est dû à la guerre des prix initiée par l’OPEP et plus particulièrement par l’Arabie Saoudite.

moyen orient rené le honzecLes différentes prévisions de l’AIE (Agence Internationale pour l’Énergie) et par l’OPEP montrent une forte révision à la baisse de la croissance de production américaine.

villaret5

Et les déclarations des sociétés américaines récentes vont dans le même sens. Ainsi lors de la conférence annuelle “Oil and Money”, Mark Papa, l’ancien responsable de l’entreprise américaine de non conventionnel EOG Resources indiquait s’attendre à un « déclin spectaculaire » de la production d’huile de schiste dans les mois à venir : le pic de production ayant été atteint.

Pour Mark Papa, l’huile de schiste américaine a besoin de 75$/baril (WTI)

À ces cours, la croissance américaine serait de 500 kb/j, soit la moitié de la croissance de ces dernières années.
Si l’on se base sur les déclarations de Mark Papa, à 48 $/baril le WTI le 7 octobre, il y a encore du chemin à parcourir… (+58 % !)