Grèce : une élection pour rien

Alexis Tsipras - Crédit photo : Martin Shultz via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

La victoire d’Alexis Tsipras laisse un goût amer chez les Grecs.

Par Stéphane Montabert

Alexis Tsipras - Crédit photo : Martin Shultz via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)
Alexis Tsipras – Crédit photo : Martin Shultz via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Largement disparue des écrans radars face à une actualité concentrée sur les problèmes migratoires, la Grèce n’en continue pas moins d’exister – et votait ce week-end pour renouveler son Parlement après la convocation de nouvelles élections par son Premier ministre Alexis Tsipras.

Pour comprendre le sens de ce scrutin, il faut le remettre dans son contexte du mois de juillet : malgré le succès de son référendum anti-austérité remporté haut la main, mis au pied du mur face à une expulsion de la zone euro, Alexis Tsipras avait finalement accepté absolument toutes les conditions articulées par la Troïka.

Cédant sur l’ensemble de son programme, il amena à la Grèce des contraintes bien pires que celles qu’il avait demandées aux citoyens grecs de repousser par référendum en premier lieu. L’effondrement des positions de M. Tsipras face aux revendications européennes et le déni démocratique du référendum amenèrent une frange importante des députés de Syriza à entrer en rébellion ouverte contre leur Premier ministre. Cela n’empêcha certes pas les réformes réclamées par la Troïka de commencer à être votées (l’opposition pro-européenne suppléant les rebelles du bloc gouvernemental pour constituer une nouvelle majorité) mais posait la question de la continuité du gouvernement Tsipras sur le long terme.

Plutôt que d’attendre une motion de censure qui finirait immanquablement par passer, Alexis Tsipras choisit donc la voie des urnes pour réaffirmer (ou non) sa majorité.

L’homme a brillamment remporté son pari :

élection GrèceLes scores des élections grecques et la progression des partis politiques depuis janvier
(cliquez pour agrandir)

La victoire d’Alexis Tsipras laisse malgré tout un goût amer chez les Grecs, qui n’ont guère manifesté de joie à l’issue d’un scrutin finalement dénué de surprise. Parmi les autres aspects du vote, la progression régulière d’Aube Dorée, désormais troisième force politique du pays, et un taux d’abstention de 43,45% alors que le vote est censé être obligatoire. Les Grecs – et en particulier les jeunes – semblent renoncer à l’idée d’un changement par les urnes ; au vu du résultat il est difficile de penser autrement.

Les nombreux citoyens grecs déçus par le spectaculaire revirement du politicien avaient deux choix pour le sanctionner. Premier choix, soutenir les dissidents de Syriza, qui préféraient respecter le référendum de juillet quitte à sortir la Grèce de la zone euro. Las ! Leur nouveau parti, Unité Populaire (LAE ci-dessus) ne parvient même pas à dépasser le quorum des 3% pour entrer au Parlement.

Tant qu’à se soumettre à la Troïka, le second choix revenait quant à lui à opter pour n’importe quel autre parti pro-européen aux ordres de Bruxelles que compte le pays, Syriza ne se distinguant plus guère de ce groupe depuis juillet. Las encore ! Le poulain le plus probable, Nouvelle Démocratie, ne gagne qu’un maigre 0,3% des suffrages depuis les élections du début de l’année.

En fin de compte, les électeurs grecs ayant choisi de se déplacer ont montré qu’ils préféraient l’inconstant Tsipras et ses manœuvres indéchiffrables à toute autre alternative. Mieux vaut un diable qu’on connaît…

La démocratie grecque en sort malgré tout affaiblie. En déroulant le tapis rouge à un élu qui les a ouvertement bernés, les Grecs ont montré qu’on pouvait se jouer de leur opinion et revenir deux mois plus tard aux affaires par la grande porte. Comment être encore pris au sérieux par les politiciens après cela ?


Sur le web.