« Une condamnation à douze ans », de William Rickenbacker

Ce livre étonnant, en anglais, revient sur le système scolaire, qui est pour l’auteur plus pénitentiaire qu’éducatif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Une condamnation à douze ans », de William Rickenbacker

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 septembre 2015
- A +

Par Chris Campbell, depuis les États-Unis

51IesoTh5xL._SX323_BO1,204,203,200_En observant la parade d’imbéciles heureux et de junkies qui peuplent les rangs des manifestations d’Occupy Wall Street, on se demande ce qui ne va pas, chez ces gens-là. Ce sont généralement des jeunes. Ils n’ont pas d’emploi. La plupart n’ont pas vraiment l’air employable. Ceux qui le sont ne parviennent pas à trouver de poste à un salaire qu’ils sont prêts à accepter. Au lieu de cela, ils traînent en groupes à toutes les heures du jour et de la nuit en braillant des inepties et en s’imaginant être des radicaux.

Ils ne savent même pas contre quoi ils protestent, en tout cas pas précisément. Ils s’opposent à l’injustice, aux inégalités etc. mais quel est vraiment le sens de tout cela ? Cela ne signifie qu’une chose : « les gens, dans ces bâtiments ont de l’argent, et nous pas. Et ça ne nous plaît pas. » Pendant ce temps, ils se baladent avec des iPhones et des Androids dotés de bon gros abonnements financés par papa et maman, tout en cherchant à éveiller les consciences contre un système capitaliste qui est la raison pour laquelle ils peuvent toucher ces miracles du doigt aujourd’hui. Ils affirment être contre tous ces gens en costumes, mais exigent que d’autres gens en costumes aient davantage de latitudes pour réglementer, taxer, redistribuer, créer de l’inflation, interférer et planifier de manière centralisée.

Que se passe-t-il ? Regardons en face cette vérité insupportable, quasi taboue dans le monde d’aujourd’hui : ils ont été élevés par l’État. De 6 à 18 ans, ils ont été aux bons soins de l’État, dans un système qu’ils ont été forcés de rejoindre.

C’est un argument qui a été défendu pour la première fois dans un ouvrage publié en 1974 par William Rickenbacker, The twelve-year sentence. Ce n’est pas seulement l’un des meilleurs titres de l’histoire de l’édition : c’est un livre rare, qui ose dire ce que personne n’avait envie d’entendre. Il est vrai que les essais qui y figurent sont académiques et précis (le livre est le fruit d’une conférence universitaire), mais c’est le feu de la liberté qui brûle sous les notes de bas de page. Particulièrement intéressant : ce livre a été publié longtemps avant le mouvement pour l’instruction à la maison, longtemps avant qu’une partie de la population ne commence à voir ce qui était en train de se passer et ne décide de s’en détacher.

L’éclairage que jette cet ouvrage est le suivant : l’État a planifié la vie de vos enfants de manière centralisée, et vous a forcé, vous et vos enfants, à entrer dans le système. Mais, selon les auteurs, le système triche et vous vole. Il ne les prépare pas pour une vie de liberté et de productivité. Il les prépare à devenir esclaves de la dette, dépendants, bureaucrates et chair à canon en période de guerre.

Je pense à ce livre quand je vois les reportages télévisés sur les manifestations. Voilà le fruit du système. Voilà le troupeau qui s’est rassemblé au cours des années passées dans la « salle commune », assemblé pour des repas à la cantine, assis pendant des heures interminables devant un bureau, testé et retesté pour vérifier qu’il a bien absorbé ce que l’État souhaite qu’il sache.

Maintenant, sortis du système scolaire, ces jeunes aimeraient que leur vie ait du sens, mais ils ne savent pas lequel. Et ce n’est que le début. Ce système a produit des dizaines de millions de victimes. Elles n’ont rien dit tant qu’elles avaient un emploi, tant que l’économie croissait. Mais lorsque leur chance a tourné, elles se sont transformées en une meute assoiffée, à la recherche d’une figure paternelle pour les mener jusqu’à la lumière.

Pensez à la phrase « une condamnation à douze ans ». L’État les a pris à l’âge de six ans. Ils ont été assis à un bureau, à environ trente par salle. Des professeurs ont été payés pour les sermonner et les tenir occupés pendant que leurs parents travaillaient pour reverser 40% de ce qu’ils gagnaient à l’État afin de financer le système (entre autres choses) qui élève leurs enfants.

Et les choses se poursuivent ainsi pendant 12 ans, jusqu’à leurs 18 ans, lorsque l’État décide qu’il est temps pour eux d’aller à l’université, où ils restent pendant quatre années supplémentaires, cette fois aux frais de papa et maman.

Qu’ont-ils appris ? Ils ont appris à s’asseoir à un bureau et à rêvasser pendant des heures et des heures, cinq jours par semaine. Ils ont peut-être aussi appris à répéter les choses que disent leurs gardiens… je veux dire, leurs professeurs. Ils ont appris à contourner un peu le système pour avoir, en parallèle, quelque chose qui ressemble à une vie.

Ils ont appris à vivre le week-end, et à dire « enfin vendredi ! » Peut-être ont-ils acquis quelques autres talents : sportifs, musicaux, culturels, ce genre de choses. Mais ils n’ont aucune idée de comment transformer leurs connaissances ou leurs compétences limitées en une activité rémunératrice, dans un système de concurrence qui dépend fondamentalement de l’initiative individuelle, de la vivacité, du choix et de l’échange.

Ils ignorent tout de ce qui fait tourner le monde et construit des civilisations, à savoir, selon moi, essentiellement le commerce. Ils n’ont jamais travaillé une seule journée dans le secteur privé. Ils n’ont jamais reçu un ordre, jamais fait face à la dure réalité d’un bilan financier, jamais pris de risques, jamais, même, géré un budget. Ils n’ont été que des consommateurs, jamais des producteurs, et leur consommation a été financée par d’autres, soit par force (via les impôts), soit par des parents culpabilisés et endettés.

Il semble donc raisonnable qu’ils n’aient aucune sympathie, aucune compréhension pour ce qu’est la vie des producteurs de ce bas monde. À bas les classes productives ! Ou, comme ils le disaient dans les premières années de la révolution bolchévique : « Expropriez les expropriateurs » ou, sous Staline : « À mort les Koulaks ! » ou, sous Mao « Éradiquez les quatre vieilleries » (les vieilles coutumes, la vieille culture, les vieilles habitudes et les vieilles idées). C’est sur le même ton que les jeunes nazis vociféraient contre les marchands qui, selon eux, manquaient « de sang et d’honneur ».

Ce qui est incroyable, ce n’est pas que ce système étatique produise des drones incapables de réfléchir. Le miracle, c’est que certains parviennent à s’en sortir et à vivre une vie normale. Ils s’éduquent. Ils trouvent un emploi. Ils deviennent des individus responsables. Certains finissent par faire de grandes choses. Il est possible de survivre à cette condamnation à 12 ans, mais l’existence d’un système d’éducation pénitentiaire reste une occasion perdue, et est imposée par la force.

On apprend aux Américains à aimer cette condamnation parce qu’elle est gratuite. Comment peut-on oser dire que l’école publique est gratuite ! Elle est tout sauf gratuite. Elle est obligatoire, c’est sa nature. Si vous cherchez à vous échapper, vous êtes absentéiste. Si vous refusez de lui apporter votre soutien, vous êtes coupable d’évasion. Si vous mettez vos enfants dans une école privée, vous payez deux fois. Si vous les éduquez à domicile, vous aurez sur le dos une meute de travailleurs sociaux.

On réforme sans cesse, mais personne ne parle d’abolition. Imaginez un peu : au 18ème et au 19ème siècle, ce système n’existait même pas ! Les Américains étaient le peuple le plus éduqué au monde, avaient des connaissances quasi-universelles, et ce sans plan centralisé géré par l’État, sans condamnation à douze ans. L’éducation obligatoire était impensable. Elle n’est arrivée que bien plus tard, à l’initiative des personnes qui nous ont aussi amené la Première guerre mondiale, la Fed et l’impôt sur le revenu.

S’échapper est très dur, mais même les prisons de haute sécurité ne sont pas impénétrables. Des millions ont déjà quitté les lieux. Des dizaines de millions sont encore là. Toute cette génération de jeunes est victime du système. Ce qui ne les rend pas moins dangereux, précisément parce qu’ils n’en sont pas conscients. C’est ce que l’on appelle le syndrome de Stockholm : beaucoup de ces enfants sont tombés amoureux de leurs gardiens de prison. Ils souhaitent leur donner plus de pouvoir encore.

Nous devrions fêter les prophètes qui ont prédit cette évolution. William Rickenbacker l’a vue arriver. Lui et les autres auteurs de son livre savaient ce qui se passait. Ils savaient raconter. Ils ont osé dire la vérité, dire l’indicible : le système est plus pénitentiaire qu’éducatif, et il s’effondrera lorsque les personnes qui en réchappent descendront dans la rue pour protester contre tout et contre rien.

Quarante ans après, ce livre n’a rien perdu de sa puissance. Il mérite une place parmi les grands documents de l’histoire qui ont demandé à ce que les gardiens de prisons libèrent leurs prisonniers.


Pour plus d’analyses de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Merci de cet article !
    C’est dommage qu’il contienne l’éminemment subjectif « au 18ème et au 19ème siècle, ce système n’existait même pas ! Les Américains étaient le peuple le plus éduqué au monde ».
    Je vais tacher de trouver ce Twelve years sentence.

  • J’ai l’impression que dans cet article vous faîte une critique et une apologie. Globalement vous faîtes la critique de l’éducation moderne et l’apologie du self-made man américain.

    Votre critique de l’éducation :

    « L’État a planifié la vie de vos enfants de manière centralisée, et vous a forcé, vous et vos enfants, à entrer dans le système. (…)Il ne les prépare pas pour une vie de liberté et de productivité. »
    Parce que l’État fait autre chose que d’enseigner aux individus la tâche qu’ils auront dans la chaîne de production, c’est du gaspillage ? Parce que l’on apprend aux enfants des choses qui ne sont pas à proprement dit « productive », il faut abolir l’éducation ? Parce que l’on apprend aux futures maçons autre chose qu’à construire des maisons, il faut abolir l’éducation ? Parce que l’on apprend aux individus l’histoire, la philosophie, la littérature, ou d’autres matières que vous considérez comme non productive, il faut abolir l’éducation ? L’éducation primaire et secondaire ne se donne pas pour but principal de former des enfants à un métier. Elle leur apprend les codes de vie de notre société, les inities à la culture littéraire, scientifique, historique, etc… Elle leur apprend à être des citoyens cultivés, capable de penser par eux-mêmes et leur donne les clés pour se former à un métier dans le supérieur. Doit-on supposer comme vous que parce que l’on apprend quelque chose qui ne leur servira pas directement dans leur vie professionnelle, c’est du gaspillage ? Je ne vois pas pourquoi des matières comme par exemple l’histoire, parce qu’elles transmettent une richesse non matérielle, devrait être considérés comme non-productive, contrairement aux matières manuelles qui servent à produire quelque chose de matérielle. J’ai l’impression que l’éducation idéale pour vous c’est celle qui apprend à l’enfant ouvrier à tenir une pelle et l’envoie à 10 ans dans la mine ou lui apprend à construire des maisons et l’envoie sur le chantier à 12 ans…. De plus votre façon de penser l’éducation est terriblement dangereuse pour la démocratie. Mais bon, étant donné que vous admirez tellement le 17e et le 18e siècle, l’idée de démocratie est probablement pour vous une régression sociale.

    Votre apologie du self-made man :

    « Ils n’ont jamais reçu un ordre, jamais fait face à la dure réalité d’un bilan financier, jamais pris de risques, jamais, même, géré un budget. Ils n’ont été que des consommateurs, jamais des producteurs, et leur consommation a été financée par d’autres, soit par force (via les impôts), soit par des parents culpabilisés et endettés. » En France, 50% des étudiants travaillent pour financer leur étude et cela monte à 73% en comptant ceux qui travaillent l’été. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/01/08/la-double-vie-des-etudiants-qui-travaillent_1814009_3224.html

    Globalement, quand je vous lis, j’ai l’impression d’entendre le discours de l’oncle ultra-réac que l’on a tous et que l’on ne supporte pas aux repas de famille. C’est celui qui pense que s’il est ce qu’il est c’est seulement les résultats de ses efforts, qui refuse d’admettre que s’il est ce qu’il est c’est aussi largement le résultat du contexte familial dans lequel il a grandi. Il réfute toute idée de déterminisme social et s’accroche au bon vieux « Dans la vie, quand on veut, on peut », alors que la réalité est plus proche de « Dans la vie, on fait pas ce qu’on veut, on fait ce qu’on peut ». Il pense qu’il est le seul à savoir ce que cela fait de travailler et que tous les autres ne sont que des parasites qui profitent des allocs, que si ils se mettaient un bon coup de pied au cul ils y arriveraient. C’est celui qui pense que c’est facile d’étudier et d’en même temps travailler et qui pense que la situation dans laquelle il était et les choix qu’il a fait sont comparables à la situation et les choix actuels d’autrui. Bref, il vit dans une autre réalité, fait de son cas une vérité absolue, et essaie de comparer l’incomparable.

    Lorsque je vous lis j’ai l’impression de revoir ce personnage. Mais contrairement à l’oncle qui continue à vivre dans les années 50, j’ai l’impression que vous vous vivez au 17e siècle avec votre idée du self-made man et de l’american dream.

    Pardon mais je ne lirai pas ce livre et je vous invite à lire Les héritiers de Bourdieu, pour vous soigner de ce syndrome du « self-made man » dont vous souffrez. Vous vous rendrez aussi compte que la réalité n’est pas aussi simple que « quand on veut on peut » et que certaines choses vous échappent, que vous le vouliez ou non. Et globalement je vous invite à lire de la sociologie en général pour vous soigner totalement.

    Je réponds volontiers dans les commentaires 😉

  • existe t’il une traduction en français ?

  • C’est à juste titre que Mr Campbel a écrit « au 18ème et au 19ème siècle, ce système n’existait même pas ! Les Américains étaient le peuple le plus éduqué au monde »

    Fait avéré aisément explicable. Les Protestants apprenaient tous à lire et à écrire, quand les Catholiques se contentaient d’ouailles illettrées tout juste capables d’ânonner des prières. La lecture des Federalist Papers est à cet égard éminemment instructive.

    Ce billet m’évoque Condorcet et ses Cinq Mémoires sur l’Instruction publique. Il a théorisé cette dernière selon quatre principes directeurs : Liberté, égalité, laïcité ( pas d’endoctrinement même séculier) et « élémentarisation » du savoir savant en savoir enseigné. Mais son architecture reposait sur un autre principe, négatif celui-là : l’école ne doit pas être obligatoire. Gratuite, certes, du moins jusqu’à la fin du primaire, mais il voulait que les parents fassent un choix librement consenti entre l’ignorance qui « maintient dans les fers » et le savoir qui libère. La conviction de la qualité de l’école de la République devait selon lui l’emporter in fine à tous les parents. Son projet n’a jamais vu le jour, même si Jules Ferry l’a encensé. La France illibérale y est réfractaire, car c’est l’idéal-type d’une école régie par les principes fondateurs de la philosophie libérale, notamment le pluralisme et l’autonomie. Pour éviter que les enseignants placent leurs intérêts corporatistes au-dessus de celui des élèves, ils n’avaient pas le droit de se …« syndiquer », dirait-on aujourd’hui. Les systèmes éducatifs qui s’approchent le plus de ce modèle caracolent en tête des évaluations internationales. (PISA) La France est la lanterne rouge et le cancre de l’Europe… Cherchez l’erreur.
    Même l’Amérique a viré sa cuti et sifflé la fin de la récré. Or, elle est le berceau de la Progressive Education (version US et matrice idéologique du pédagauchisme français, du constructivisme suisse ou québécois), cette gangrène qui détruit les apprentissages, vide les contenus disciplinaires et contraint les profs à troquer les exigences pour des complaisances.

    • Qui a les moyens de faire venir un precepteur pour eduquer ses gosses à part la classe moyenne superieure? L’education a domicile ca marche quand le salaire de l’un permet â l’ autre de prendre le temps d eduquer les gosses à domicile.Je ne parle pas d’aider au devoir mais vraimment d’enseigner.

  • « les gens, dans ces bâtiments ont de l’argent, et nous pas. Et ça ne nous plaît pas. » 

    Dans un sens les imbéciles heureux junkies s’en fichent un peu. Ils ne jalousent pas les superficielles cocaïnomanes de wall street (cliché pour cliché …) mais ne les comprennent pas.

    Ils se demandent pourquoi ces gens confondent un moyen (profit, argent, pouvoir) avec un but (satisfaction des besoins primaires de l’homme).

    Ils se demandent pourquoi ces gens se focalisent sur la satisfaction d’un besoin primaire (nourriture et bien matériel) alors que l’homme a besoin de satisfaire l’ensemble de ses besoins primaires pour se réaliser.

    Ils se demandent comment ces gens ont pu à ce point se faire manipuler par le système éducatif et la pression sociale pour se jeter aveuglément dans une course au profit. D’accumuler plus de profit pour générer du profit. De générer du profit en oubliant de transformer ce profit (moyen) en quelque chose d’utile (but).

    Dans un sens le mode de vie de ceux qui travaillent à wall street ne leur correspond pas.

    Alors ils font des petits boulots, du spectacle de rue, de l’artisanat, de l’agriculture, … pour subvenir à leur besoin matériel. Et se concentre à satisfaire leurs autres besoins primaire pour tenter de se réaliser en tant qu’être humain.

    Au final le mode de vie symbolisé par wall street ne les dérangerait pas s’il n’avait pas d’impact sur leur vie. Mais depuis la crise de 2008 ils pensent qu’ils sont un peu responsables des problèmes sociaux et ne comprennent pas pourquoi les gouvernements les remboursent avec l’argent de leur impôt (au minumum issue de la tva pour les plus pauvres) lorsque les banques font des pertes. Pourquoi l’état a laisser son pouvoir souverain de battre monnaie au profit des banques. Pourquoi on laisse les banques favoriser l’exil fiscal (un manque à gagner de 60-80 Md pour la société), etc.
    http://www.lejdd.fr/Economie/Swissleaks-combien-l-evasion-fiscale-coute-t-elle-a-la-France-717390

    Certainement une sorte d’incomprehension mutuelle.

    Sinon ce livre soulève effectivement un problème très intéressant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Notre société n’en peut plus. Après plusieurs décennies de surenchère en matière d’interventionnisme, qui se paye par une taxation et un endettement (donc des impôts futurs) de plus en plus colossaux, le peuple réagit.

De manière parfois confuse, mais en réponse à une accumulation de souffrances qui résultent pour une bonne part de l’horreur politique et de la prétention de certaines élites à constamment tenter de régenter la vie des autres. Une impasse, mais aussi un leurre dont on n’a pas fini de mesurer l... Poursuivre la lecture

Par Christian Monson.

En 1939, l'Allemagne avait un PIB de près de 400 milliards de dollars, ayant dépassé l'URSS pour en faire la deuxième économie la plus puissante du monde, derrière les États-Unis. En 1946, après des années de guerre, le PIB de l'Allemagne était tombé à seulement 160 milliards de dollars, soit moins que le Royaume-Uni et la France. La production alimentaire avait été réduite de 50 %, le parc immobilier de 20 % et la production industrielle de 33 %.

Pourtant, en 1955, le PIB allemand était revenu à près de 40... Poursuivre la lecture

C'est bien ce que je craignais : l'inflation qui s'installe, loin d'enclencher une réflexion de fond sur ses causes monétaires et budgétaires, est en train de devenir chez nous le prétexte idéal pour accroître encore un peu plus l'interventionnisme de l'État, donc les dépenses publiques et la dette, déjà supérieurement élevées - et donc l'inflation ; mais ça, on préfère l'oublier, ne pas le voir ou carrément le nier.

Oh bien sûr, Emmanuel Macron n'a pas manqué de nous jouer sa partition préférée, celle du dirigeant responsable et série... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles