Alzheimer à l’origine de faiblesses du métabolisme

Des études confirment le lien de causalité entre Alzheimer et certaines conditions métaboliques dégradées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vieux credits Vinoth Chandar (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alzheimer à l’origine de faiblesses du métabolisme

Publié le 12 septembre 2015
- A +

Par Jacques Henry.

Vieux credits Vinoth Chandar (licence creative commons)
Vieux credits Vinoth Chandar (licence creative commons)

Comme on ne peut pas procéder à des expérimentations directes sur les êtres humains, la mise au point d’une lignée de souris transgéniques développant toutes les symptômes de la maladie d’Alzheimer (AD) a largement contribué à préciser le mécanisme, ou plutôt maintenant « les » mécanismes d’apparition de cette maladie, car il y a une succession d’étapes dans son développement. On sait par exemple que le cerveau produit naturellement la protéine amyloïde beta et qu’il lui faut environ 4 heures pour l’éliminer. Si ce processus d’élimination vient à s’allonger alors un fragment de cette protéine peut s’accumuler et former des dépôts qui au final tuent les neurones. Le processus d’élimination des déchets du cerveau utilise la voie dite glymphatique qui filtre le liquide céphalo-rachidien et relargue les métabolites et les déchets indésirables dans le liquide interstitiel pour être ensuite pris en charge par la circulation sanguine. Ce système ressemble un peu au rôle du système lymphatique pour « nettoyer » d’autres organes. Avec les souris transgéniques triplement modifiées génétiquement pour reproduire les trois symptômes de la maladie d’Alzheimer (3xTg-AD), à savoir surproduire le précurseur de la protéine amyloïde beta, la preseniline et la protéine tau, quand on anesthésiait ces souris et selon la position dans laquelle on les laissait pour dormir, l’élimination du fragment 46 de la protéine amyloïde s’effectuait presque normalement si elles dormaient sur le côté contrairement aux positions sur le ventre ou sur le dos. Il ne s’agit pas du tout d’une découverte anecdotique : l’élimination des protéines déchets a été suivie par imagerie (IRM) du cerveau des souris. Ce résultat rejoint les études récentes relatives à la qualité du sommeil dans le développement des maladies neurodégénératives.

Ces mêmes souris ont permis d’y voir un peu plus clair au sujet de l’influence du métabolisme des acides gras dans le cerveau sur l’apparition de la maladie. Cette dernière étude tout à fait remarquable parue dans le dernier numéro de la revue Cell Stem Cell a montré que parallèlement aux autres symptômes développés par les souris transgéniques, il y avait une accumulation anormale de triglycérides. En soi, il ne s’agit pas d’un scoop scientifique puisqu’Alois Alzheimer lui-même avait décrit cet état de choses en 1907 en colorant des coupes de cerveau de patients morts de la maladie. Un ensemble d’études épidémiologiques a permis d’établir une relation de cause à effet entre l’apparition de la maladie d’Alzheimer (AD) et des conditions métaboliques périphériques dégradées comme la résistance à l’insuline, l’obésité et les troubles du métabolisme des lipides, ces trois désordres étant souvent associés. Avec ces souris transgéniques, il a été possible de déterminer la nature des triglycérides s’accumulant sous forme de gouttelettes au niveau de l’épendyme, le tissu glial sous-jacent au cortex préfrontal, entre autres régions du cerveau, en contact avec la cavité ventriculaire baignée de liquide céphalo-rachidien, interface justement impliquée dans l’élimination des déchets cérébraux dont il était fait mention plus haut.

Gray667
Organisation du système glymphatique (Wikipedia)

L’astuce de l’approche expérimentale choisie dans cette étude a consisté à mettre en œuvre une technique de désorption au micron près à l’aide d’un laser directement sur les coupes de tissu cérébral couplée à un spectrographe de masse. Il n’existe en effet pas de techniques suffisamment spécifiques pour déterminer la nature au niveau cellulaire des lipides accumulés sous forme de micro-gouttelettes.

L’enrichissement pathologique en acide oléique des triglycérides ainsi déterminés a été attribué à une perturbation du métabolisme lipidique cérébral. La situation semble donc se clarifier un peu car ce dérèglement du métabolisme des triglycérides cérébraux semble être l’un des signaux les plus précoces de l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Cette accumulation de lipides à cet endroit précis du cerveau contribue à son empoisonnement progressif, conduisant au développement de la maladie. La figure tirée de l’article paru dans Cell Stem Cell représente des coupes de tissu cérébral humain au niveau de la zone sous-ventriculaire du lobe frontal. La lumière sur la gauche des clichés est le ventricule. Les points rouges sont les accumulations de gouttelettes de triglycérides anormalement enrichis en acide oléique (CTRL : contrôle, AD : Alzheimer).

Capture d’écran 2015-09-09 à 18.21.42

Source 

Article aimablement communiqué par le Docteur Karl Fernandes de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal.

Sur le web

À lire aussi : Alzheimer, le diabète de type 3 ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Que puis-je faire ? La meilleure chose que chacun puisse faire pour les animaux est de ne pas les manger. Ne pas manger de viande est le moyen le plus simple pour sauver la vie de nombreux animaux chaque année ainsi que refuser la cruauté et les mauvais traitements quotidiens qui leur sont infligés dans les abattoirs et dans les élevages industriels en France et ailleurs. Laisser tomber la viande est également l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour votre santé et pour l’environnement. » PETA France [1. PETA : Pour une Éthi... Poursuivre la lecture

Par Aurélien Chartier.

Le 27 mars dernier, trois chercheurs en informatique (dont le français Yann LeCun) ont reçu le prix Turing, l’équivalent pour leur domaine d’un prix Nobel. Peu médiatisé, ce prix vient récompenser leurs travaux dans le domaine de l’intelligence artificielle, qui a connu une vraie révolution au cours de la dernière décennie.

Mais reprenons cette histoire à son début. Le terme d’intelligence artificielle apparait en 1956 à la conférence de Dartmouth au New Hampshire. À la croisée des domaines de l’informatiq... Poursuivre la lecture

dormir
0
Sauvegarder cet article

Par Bénédicte Cart.

Il existe une phase dans notre vie, plus ou moins longue, mais qui demeure essentielle et indispensable, j'ai nommé le sommeil. Si l'homme ne dort pas, il meurt par épuisement. C'est donc un moment important où notre organisme récupère, se repose mais s'active, notamment notre cerveau.

On décompose le sommeil en quatre stades :

l'endormissement le sommeil léger le sommeil profond le sommeil paradoxal

Ceux-ci se différencient par une activité musculaire de plus en plus basse et un rythme EEG (électriq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles