Ces migrants qui incommodent commodément

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Derrière le barbelé - Furcifer pardalis(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces migrants qui incommodent commodément

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 septembre 2015
- A +

Triste image que celle d’un enfant mort sur une plage. Les réactions, épidermiques, ont envahi les réseaux sociaux et ont immédiatement déclenché une vague émotionnelle tant chez les médias que chez les politiciens.

Pour certains, c’est un choc de se rappeler, consciemment, qu’une migration, hors de tous sentiers battus et policés, comporte des risques allant souvent jusqu’à la mort et que cette dernière touche indistinctement des hommes, des femmes et bien sûr des enfants. Et c’est donc un autre choc de constater qu’il aura fallu si longtemps pour arriver à cette prise de conscience alors que d’autres photos tournent en boucle depuis des mois et des mois sur les mêmes réseaux sociaux, qui permettent de se faire une idée assez précise (et parfois même, trop pour en dormir sereinement) de ce qui se passe à quelques milliers de kilomètres de chez nous ou à nos côtes et nos frontières.

La force de ces réseaux est, justement, de compresser les distances, mais aussi, par répétition des mêmes images, d’atténuer les réalités et de mettre sur un même niveau les émotions des uns et des autres. Les médias et les politiciens, systématiquement à la traîne de ce phénomène, viennent ensuite se greffer aux tempêtes générées et tentent de se les approprier avec le brio qui les caractérise.

Une constatation évidente, banale même, mais malheureusement indispensable, doit être faite : l’émotion occupant toute la place, la réflexion fuit le terrain ; et lorsqu’il s’agit des politiciens, ceux-ci n’en ayant plus fait preuve ces dernières décennies, on serait bien en peine de les voir en exhiber subitement le moindre échantillon maintenant, au moment où tout le monde y va d’une indignation qui n’est pas sans rappeler celle qui précéda et entraîna les foules le 11 janvier dernier, avec le résultat nul qu’on observe maintenant.

bande de charlie

Difficile, aussi, d’oublier quelques éléments essentiels.

D’un côté, il y a la nécessité de comprendre qu’on a affaire, ici, à des humains qui méritent ce simple respect, cet humanisme évident qui fonde l’existence même de notre civilisation ; qu’ils fuient la guerre et l’oppression, qu’ils recherchent un meilleur avenir économique, qu’ils tentent simplement d’améliorer leur condition par un voyage à ce point risqué qui devrait rappeler qu’il est dans la caractéristique même de chacun d’entre nous de toujours chercher à améliorer son sort. Difficile de reprocher à ces individus, à ces familles, à ces groupes, ce que nous serions les premiers à tenter si nous avions à subir la même situation. D’autant plus même qu’il n’y a pas si longtemps, l’Europe fut le théâtre de vagues comparables.

De l’autre, il est aussi impossible de ne pas voir une nouvelle dérive médiatique.

Comment oublier que cette photo, ces réfugiés, ces vagues migratoires et ces problèmes humanitaires s’inscrivent évidemment dans le plan de communication des partis aux différents parfums de socialisme français, au premier rang desquels on trouve autant le Parti Socialiste que le Front National ? Ces réfugiés et les images choquantes qui y sont attachées deviennent alors un magnifique instrument politique : pour les uns, il servira à rappeler, aussi bruyamment que possible, la bonté dégoulinante censée être inscrite dans l’ADN même du PS, et qui permettra de se positionner comme diamétralement opposé au FN à peu de frais.

Pour les autres, elle servira à montrer la manipulation des médias qui, en martelant stupidement cette image à tous propos et hors de propos, saturent les ondes d’émotion et de culpabilité en remplacement de toute solution opérationnelle, de tout discours politique raisonné, de toute stratégie humanitaire pragmatique et réellement efficace : un enfant est mort, vite, il faut faire quelque chose, n’importe quoi pourvu qu’on montre qu’on fait quelque chose, vite, vite, vite. Jetez un BHL en polystyrène expansé au milieu de tout ça, quelques commentaires débiles d’un baron de parti ou l’autre, et le tableau est complet, envie incluse et irrésistible de distribuer des baffes. Bonus évident, cette surmédiatisation permettra de faire encore monter le FN par diabolisation, ce qui, dans les petits papiers du PS, est une tactique parfaitement acceptable pour gagner des élections.

Autrement dit, ces réfugiés, ces images et cette photo deviennent les accessoires pratiques d’une politique calculée, parfaitement abjecte du reste, dans tous les partis de France, d’un bord à l’autre du spectre politique. Les humains derrière sont complètement oubliés : soit ils sont des poupées de larmes et de souffrances qu’on exhibera pour attirer les voix électorales, soit ils sont des envahisseurs en nombre toujours plus grand aux motivations forcément abominables qu’on utilisera pour les mêmes fins démagogues. Et pour la finesse d’analyse, on s’arrêtera là : seuls ces deux paquets d’individus sont considérés et l’immense palette de cas spécifiques, autrement plus nombreux, s’efface devant les enjeux politiciens.

Jusque là, je conviens n’avoir fait que rappeler quelques poncifs.

Pawel-Kuczynski - Democracy bombingMalheureusement, beaucoup semblent complètement perdre de vue que la situation de ces réfugiés, de ces migrants et de ces victimes diverses est créée au départ par la déstabilisation et l’effondrement des pays d’où ils viennent, à coup de bombes et de propagande, avec une France pas mal placée dans la course à celui des pays qui a mis le plus de bordel. Force est de constater qu’encore une fois, que ce soit en Irak, en Afghanistan, en Syrie ou en Libye, le « service après vente » de la démocratie livrée par bombardier laisse fortement à désirer.

Beaucoup semblent aussi perdre de vue que la difficulté d’entrer en Europe et les risques qui y sont liés sont directement issus des États européens eux-mêmes, ceux-là même qui pleurnichent maintenant des effets dont ils chérissent les causes. La cohérence de l’ensemble laisse pour le moins perplexe. Ballotés d’une émotion à une autre presque totalement opposée, les dirigeants, ayant depuis longtemps oublié couilles et colonne vertébrale au vestiaire de la démagogie, se contenteront d’aligner des mesurettes impraticables pour contenter tout le monde, ce qui veut dire essentiellement personne.

Très concrètement, on va surtout accroître les tensions internes en Europe, et au sein même des pays. On va bien sûr fermer encore plus les frontières et, comme pour l’interdiction des armes qui nuisent d’abord aux honnêtes hommes, ce seront les migrants légaux, les réfugiés légitimes et les victimes les plus faibles qui en pâtiront le plus, et en premier, aboutissant à l’exact opposé de ce que tout le monde avec deux sous d’humanité prétend faire. Dans le même temps, et parce que toutes les décisions seront prises en parfaite contradiction les unes des autres, on utilisera la puissance de l’État pour ponctionner encore les honnêtes citoyens et les tabasser de taxes toujours plus importantes pour soi-disant aider ces réfugiés, en lieu et place d’offrir le maximum de latitude aux associations caritatives, ou au lieu d’abaisser les myriades de barrières débiles à l’emploi, ce qui aggravera encore la situation économique de tous.

pawel-kuczynski - esclaveauxchainesdorTout ceci reviendra à « sur-crisper » la situation et ajouter un désastre économique au désastre humain, et ce, alors même que la richesse disponible en Europe par tête de pipe, si on élimine les excroissances tumorales étatiques massives, est gigantesque et s’accommoderait sans aucun souci de plusieurs millions de migrants et en bénéficierait même. Des États concentrés dans leur stricte limite régalienne pourraient assurer une vraie sécurité et, par la force des choses, une vraie intégration de ce flot. Ce ne sont pas des utopies dont il est question ici puisque l’humanité a déjà vécu ce genre de flux – en fait, plus importants – dans d’autres pays qui en sont sortis plus forts.

Mais à l’évidence, rien de tout ceci n’arrivera. Le désastre aura lieu parce qu’a contrario de ce qu’il faudrait faire, tout le monde, tous les partis, tous les dirigeants, tous les politiciens et toutes les foules gavées de collectivisme et de la certitude qu’il n’y aura point de salut sans un État fort et omniprésent, tous, en chœur, réclament plus d’État, plus d’intervention, partout, de cet État qui est responsable de tout ce bordel en premier lieu.

Et puisque tout le monde réclame ça, tout le monde va l’obtenir.

Bienvenue dans le monde réel.

fascism
—-
Sur le web

Avertissement de modération : Les commentaires à caractère xénophobe ou raciste ne sont pas tolérés sur Contrepoints et déclencheront des bannissements.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Tout à fait.

    Ou sont les visas humanitaires ❓ Même le Vatican n’en a émit aucun. Corrigez moi si je me trompe.

    Avec de tel alliés, Daesch ne peut perdre. Donc forcément, ce drame continuera pendant au moins une année, le temps qu’ils mettent la main sur Damas.

  • « la réflexion fuit le terrain »
    Parce qu’on refuse de recevoir cette réflexion. Il n’y a qu’à voir sur ce site, à chaque fois que le sujet est évoqué, à quelle vitesse les commentaires sont fermés sans compter ceux qui sont modérés sans aucune raison.
    Puisque vous proposez une tribune publique relisez donc la loi sur la liberté d’expression, c’est votre crédo la liberté non ? Si dans ma rue je refusais de laisser passer telle ou telle personne parce que son type de voiture en me plait pas vous réagiriez comment ?

      • H16, j’ai un grand respect pour vous et votre travail, jusqu’à aujourd’hui j’avais également un grand respect pour ce site dans le respect de la valeur « liberté » mais votre infographie nous indique que vous êtes donc le gardien de la pensée en définissant qui est « asshole » (au passage une petite insulte en anglais) de qui ne l’est pas. Sachant que je n’ai signé aucune charte et que vous proposez cette tribune de façon publique, laissez donc la loi décider de qui en est hors limite.

        H16, VIVE LA LIBERTE 😉

        • Vous prenez ou pas ce qui vous intéresse, c’est vous que ça regarde. Mais ne jetez pas à la face des autres votre compréhension de la liberté d’expression pour imposer qu’on vous laisse parler ici. Si vous n’êtes pas d’accord, ou si vous avez un point de vue différent, vous avez toute latitude de vous exprimer ailleurs.

          Et pour info, cette tribune n’est pas publique. Elle est accessible au public, comme une boulangerie. Mais c’est un site privé, payé par des moyens privés. Respectez cette propriété privée.

        • Le site étant privé, ses propriétaires peuvent décider de ce que vous pouvez y dire ou non. Quand vous allez chez des gens ou une entreprise (magasin, boutique..) vous ne pouvez pas agir comme il vous plaît ou dire tout et n’importe quoi qui pourrait heurter les propriétaires, sinon vous êtes expulsés. Ici c’est pareil. C’est assez facile à comprendre, rien à voir avec la pensée unique ou le politiquement correct. Et à ce niveau là ils sont quand même plus ouverts que bien d’autres sites comme Le Figaro qui refuse beaucoup de commentaires.

        • La liberté d’expression est garanti par l’état qui s’interdit d’utiliser la contrainte (la censure, la loi).
          CP n’est pas l’état.

    • Oui, la liberté d’expression est notre credo, et on sait parfaitement de quoi il s’agit.
      Ce qui ne semble pas être votre cas, relisez donc ceci : http://www.wikiberal.org/wiki/Libert%C3%A9_d%E2%80%99expression

      Et surtout, lisez bien ce paragraphe : « Idées fausses sur la liberté d’expression »
      http://www.wikiberal.org/wiki/Libert%C3%A9_d%E2%80%99expression#Fausses_id.C3.A9es_sur_la_libert.C3.A9_d.27expression

  • Je ne sais pas quoi penser de cette histoire de migrants..d’un côté je crois aux vertues de l’immigration et je pense qu’il faut en accueillir, de l’autre j’ai peur pour les pays au chômage élevé comme la France et l’Italie qui ne seront pas capables d’autoriser ces migrants à être autonomes et vivre décemment par leurs efforts.

    Quand les réfugiés sont installés aux Etats-Unis les autorités et associations font toujours en sorte de les installer dans des lieux où l’économie s’en sort bien afin que ces migrants trouvent du travail quelques semaines après leur arrivée (car ils n’ont le droit à des aides financières que pour quelques mois) mais aussi dans des villes avec un minimum d’immigrants afin d’éviter les tensions, c’est pour cela que Houston au Texas accueille à elle seule 8% des réfugiés du pays, davantage que d’autres villes car elle est dynamique, très diversifiée et le climat chaud permet aux migrants de ne pas être trop dépaysés.. Si nous réinstallons des réfugiés en Europe ce serait le modèle à suivre pour moi pour éviter tensions, frustrations et dépendance.

    • Parce que mélanger la question du chomage avec celle-ci est une erreur. Le chomage est dû au droit du travail, au salaire minimum, à l’Etat providence, aux charges, et à la fiscalité excessive. Vous voulez supprimer le chomage ? Supprimez ces choses.

      Il y a littéralement des pays sur cette planète avec 80% d’immigrés et le plein emploi.

  • Bonjour

    Le problème c’est que depuis 30 ans l’immigration a été instrumentalisée par le gauche (SOS racistes et Mitterand), et que la question n’est plus traitée d’une manière pragmatique (pour l’intérêt des migrants).
    D’un coté la goocche du coté des faibles et qui ne fait rien en fait.
    De l’autre la droaate qui est bien ennuyé par la montée du FN.

    La dessus une politique brouillonne (guerre au mali pour remonter les sondages), aucune anticipation de la montée des migrants depuis qq années.

    Moralité un sac de noeuds, ingérable, résultat de la vision de flamby, temporiser et tenir jusqu’à 2017.

    Toute les solutions sont mauvaises.

    CPEF

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques temps, j’avais publié un billet portant sur la bande dessinée de l’économiste Bryan Caplan intitulée Open Borders, qui faisait l’apologie de l’immigration. Même si cette œuvre était très convainquante, certains pourraient préférer un livre plus formel sur cette question.

Ces derniers mois, j’ai lu deux livres sur le sujet de l’immigration. Le premier intitulé Wretched Refuse, par Alex Nowrasteh et Benjamin Powell (ANBP) est un ouvrage très empirique, qui épluche toute la littérature académique sur les impacts de l’immig... Poursuivre la lecture

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles