Daesh, un État comme les autres

Daesh est bien un État comme les autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Abu Bakr al Baghdadi, painted portrait credits thierry ehrmann (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Daesh, un État comme les autres

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 septembre 2015
- A +

Par Ferghane Azihari.

Abu Bakr al Baghdadi, painted portrait credits thierry ehrmann (CC BY 2.0)
Abu Bakr al Baghdadi, portrait.

« Daesh n’est certainement pas un État » avait lancé Barack Obama lors d’une déclaration consultable sur le site de la maison blanche. Tel est le discours des gouvernements occidentaux à l’égard de cette organisation alors qualifiée de simple groupuscule terroriste. On ne s’attardera pas ici sur l’utilisation de l’étiquette terroriste qui, de nos jours, est devenue un vulgaire qualificatif pour désigner des groupuscules souvent certes très violents mais dont la principale caractéristique réside dans la non-conformité vis-à-vis des intérêts géostratégiques des États qui dominent ce que l’on appelle la « communauté internationale ». Autrement, les gouvernements sont capables de faire preuve de beaucoup de complaisance à l’égard de ces organisations comme l’a montré l’attitude de l’État turc. Celui-ci a en effet remarqué que Daesh pouvait gêner les projets politiques kurdes et est resté très passif à l’égard de l’organisation avant de se raviser sous la pression des États-Unis. Toujours est-il que nier le caractère étatique de Daesh revient hélas à défier la réalité. La condition étatique ne s’obtient que lorsque l’on dispose du monopole de la violence légale sur un territoire et une population déterminés. L’institutionnalisation de la violence. Telle est la définition classique et communément admise de l’État. Simplement les dirigeants des États modernes ont compris que ce monopole n’était pas suffisant pour maintenir leur domination sur les populations. Ainsi donc ces derniers vont s’attacher à mobiliser plusieurs arsenaux idéologiques pour tenter de dissimuler le caractère fondamentalement violent de la puissance étatique ou du moins pour la faire accepter.

Depuis le XIXème siècle, c’est dans un premier temps au nationalisme qu’échoit la noble tâche de fabriquer le consentement des populations par la force en dessinant arbitrairement les contours d’une communauté historique et culturelle fantasmée tout en confondant sa singularité avec l’exercice du pouvoir. Vient dans un deuxième temps l’idéologie bismarckienne, laquelle consiste à nationaliser les mécanismes de protection sociale pour cultiver chez les populations un sentiment de dépendance économique vis-à-vis des élites politiques. Ce n’est en effet pas un hasard si la plupart des régimes autoritaires s’attachent à développer des mécanismes très « généreux » de protection sociale pour compenser la faiblesse des libertés individuelles. Vient enfin l’idéologie démocratique destinée à entretenir l’illusion que le citoyen contrôle effectivement l’appareil d’État pour conforter l’identification de la société à celui-ci et corrélativement la légitimité de son pouvoir.  Le problème de Daesh tient à ce qu’il s’agit là d’un proto-État en formation qui exhibe sa violence et sa barbarie sans aucune subtilité. C’est pourquoi les dirigeants occidentaux se sentent obligés d’intervenir dans les médias en refusant de lui octroyer son diplôme d’étatisme. Ils ont en effet réussi à faire du statut étatique un titre de noblesse sur la scène internationale. Le souiller serait donc problématique. C’est sans doute pourquoi le statut d’État est tant plébiscité par les populations. Israéliens, Kurdes, Palestiniens, Écossais, Catalans, Kosovars. Tous font du projet étatique la quête suprême et la condition sine qua non du salut public. La communauté des États est ainsi élevée au rang d’un club de nations civilisées. Après tout, n’est-ce pas pour œuvrer en faveur de la paix que ces derniers se sont réunis au sein de cette noble instance qu’est l’Organisation des Nations-Unies ?

Construire un État par le fer et le sang

Loin des clichés véhiculés par les gouvernements, le statut d’État n’a rien de particulièrement honorifique. Les régimes politiques étatiques sont par essence des constructions belliqueuses et nihilistes. Aucun État ne peut se vanter d’être le fruit d’un processus pacifique. C’est en effet ce que rappellent deux articles intéressants quoi que très cyniques parus dans la revue américaine Foreign Policy. Rosa Brooks, professeur de droit à la Georgetown University fait remarquer que la perpétration de crimes de masse par les régimes politiques n’a jamais été un obstacle pour acquérir une stature internationale. Elle n’exclut pas le fait que Daesh puisse devenir dans un futur plus ou moins lointain un allié des États-Unis. Après tout, l’État français que John Kerry a récemment qualifié de plus ancien allié de l’Amérique s’est adonné à de nombreuses pratiques barbares au cours de son histoire, notamment lors de la Révolution. Les autorités ottomanes ont tué entre 1915 et 1918 plus d’un million d’Arméniens lors de ce que tout le monde appelle un génocide. Sauf l’État turc bien évidemment. Ce dernier reste pourtant un acteur stratégique de l’Otan. Plus récemment encore l’État allemand – avec la complicité d’autres puissances européennes – s’est adonné au génocide le plus violent de toute l’histoire de l’humanité. Il n’a pourtant jamais été question de dissoudre ces organisations. Seulement de changer leurs dirigeants, lesquels sont aujourd’hui des alliés majeurs des États-Unis. Enfin, l’Arabie saoudite – qui n’est ni plus ni moins qu’un Daesh qui a réussi – est aujourd’hui l’une des références américaines et occidentales au Moyen-Orient. Notons par exemple que la politique pénale saoudienne ainsi que celle de Daesh sont parfaitement interchangeables.

Il n’y a pas de philanthropie en relations internationales. Les gouvernements n’agissent pas à l’extérieur de leurs frontières pour sauvegarder les droits et libertés individuelles. Ils ne rechignent jamais à s’allier avec des dictateurs infréquentables en fonction de leurs intérêts diplomatiques comme cela a toujours été le cas avec l’exemple de la Françafrique. Dans la bouche des dirigeants qui nous gouvernent, les notions de liberté et de démocratie ne relèvent que du vocabulaire politique et de la caution idéologique pour justifier des actions  guidées par des considérations géo-stratégiques avant toute chose. Le discours officiel parle aujourd’hui de la nécessité de neutraliser l’État islamique pourtant né entre autres choses du chaos institué par l’impérialisme occidental au Moyen-Orient et qui a prospéré sur la volonté de l’Arabie saoudite d’étendre le wahhabisme dans le monde musulman. Mais nul doute que si le groupuscule en question parvient à démontrer sa capacité à institutionnaliser sa domination sur les territoires conquis, il devra être traité comme un État à part entière par les puissances qui lui sont aujourd’hui hostiles. C’est en effet ce que suggère Stephen Martin Walt, professeur en relations internationales à la Harvard University. Il rappelle que de nombreux mouvements politiques violents n’ont été reconnus que très tardivement par les États-Unis, une fois que ces derniers avaient prouvé leur capacité à rester au pouvoir. Tel est le cas pour l’URSS reconnu par les États-Unis en 1933 seulement, soit 16 années après la révolution bolchévique. Mentionnons également l’exemple de la République populaire de Chine avec laquelle le gouvernement américain n’a établi des relations diplomatiques complète qu’à partir de 1979. Point d’éthique, de justice ou d’humanisme dans le processus d’adhésion à la communauté internationale. Il s’agit simplement de savoir qui est le plus fort pour imposer durablement son pouvoir afin de rejoindre sereinement le cartel des groupuscules violents qui se font appeler «États».

La rhétorique sécuritaire comme outil d’asservissement

Ainsi donc, les opinions publiques qui – avec la complicité plus moins consciente des médias – traitent différemment les crimes – selon qu’ils sont commis par quelques excités au Moyen-Orient ou par des individus en costard-cravate qui se disent démocrates en Europe ou en Amérique sont hélas atteintes de nationalisme primaire, en particulier lorsque l’on apprend que les coalitions occidentales ont, par leurs multiples «guerres contre le terrorisme», tué bien plus de civils que tous les groupes terroristes réunis cette dernière décennie. On arguera sans doute que les intentions et les idéologies ne sont pas comparables. C’est oublier qu’il faut juger une politique non pas sur ses intentions officielles mais sur les résultats. Et le résultat est qu’il n’y a aucune différence entre un individu tué au nom d’Allah et d’un autre mort au nom de la démocratie et de la lutte contre la barbarie lors d’une attaque de drone. C’est d’autant plus vrai que la démocratie, les droits de l’Homme ainsi que les nobles principes libéraux sans cesse dévoyés n’ont, encore une fois, jamais été les vecteurs de la politique étrangère des gouvernements qui s’en réclament en les piétinant chaque jour. Il n’est donc pas certain que les groupuscules terroristes aux ambitions démesurées compte tenu de leurs faibles moyens humains, technologiques et militaires soient la principale menace pour l’humanité et plus précisément pour les populations occidentales que ceux-ci semblent viser dans leurs discours. Il convient dans ces conditions de placer le curseur au bon endroit.

Le plus grand danger pour les populations occidentales est les citoyens eux-mêmes qui baissent leur garde face à ceux qui tiennent les commandes des États et qui s’arrogent le droit de régenter leur vie. Ces derniers n’hésitent pas à exploiter le moindre événement tragique pour étendre sur leurs frêles épaules la «protection» de l’État sécuritaire en grignotant le peu de libertés qui subsistent dans ces pays. En alimentant la peur, les gouvernements créent ainsi un cercle vicieux en cultivant chez leurs populations une obsession sécuritaire qui se traduit par une augmentation toujours plus grande des pouvoirs des politiciens pour le plus grand plaisir des corporations qui gravitent autour des hautes sphères du pouvoir. L’augmentation des dépenses militaires satisfait ceux qui contrôlent les complexes militaro-industriels. L’interventionnisme militaire satisfait les prétentions de ceux qui veulent s’accaparer les ressources étrangères autrement que par les mécanismes de marché libre en créant toujours plus de terroristes. Enfin la surveillance de masse fait le bonheur de ceux qui ont les bonnes connexions politiques pour utiliser le renseignement d’État à des fins d’espionnage industriel. Il s’agit là d’un capitalisme de connivence tout ce qui a de plus classique. En définitive Daesh est bien un État comme les autres : « une organisation sociale imposée par un groupe vainqueur à un groupe vaincu, organisation dont l’unique but est de réglementer la domination du premier sur le second en défendant son autorité contre les révoltes intérieures et les attaques extérieures. Et cette domination n’a jamais eu d’autre but que l’exploitation économique du vaincu par le vainqueur» selon les dires de Franz Oppenheimer.

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Non non, ce n’est pas un Etat, surtout que la survie de cet « Etat » sera éphémère, il ne sera pas autorisé à exister bien longtemps.

    • Le temps le dira…

    • « Point d’éthique, de justice ou d’humanisme dans le processus d’adhésion à la communauté internationale. Il s’agit simplement de savoir qui est le plus fort pour imposer durablement son pouvoir afin de rejoindre sereinement le cartel des groupuscules violents qui se font appeler «États». »

      C’est notamment pour cela que l’ONU est assez pathétique…

  • Ah, ah, ah, ah, ce type de démarches évoque la démonstration de l’existence de Dieu par……Descarte !!!
    Convenons que l’auteur n’est pas dans la même catégorie et que notre indulgence est bien moindre.

  • vous le dites vous même: proto état en formation, mais certainement pas un état: il a un pouvoir de violence mais pas encore le monopole légal et pas encore de territoire bien clair.
    qu’à terme il y arrive ?…..on verra .

    • Dans les territoires contrôlés par l’EI, il semblerait bien qu’ils aient le monopole de la violence pourtant…

      Un territoire bien clair ? Alors dans ce cas là tous les États qui ont des frontières contestées ou qu’ils contestent n’auraient pas encore de territoire bien clair et ne pourraient pas être qualifiés d’État ? Maroc, Chine, Inde…

      • monopole légal de la violence ne veut pas dire être le seul ou le plus violent.

        quels territoires ? pour l’instant il s’agit de l’envahissement d’une partie de pays existants dont bien peu, me semble-t-il, ont encore perdu complétement leurs prérogatives sur les territoires convoités, et c’est de la mauvaise foi de comparer cela à des querelles de frontières.

        Non, clairement, il est un peu tôt pour faire d’une bandes d’escrocs fanatiques organisés, les chefs d’un nouvel état, ce qui, encore une fois, ne veut pas dire que cela ne se fera pas.

        • Faut-il une aire minimale pour être un État ? Quid du Vatican, Monaco, Singapour…

          Pas besoin d’un territoire clair ni grand pour devenir un État.

          Monopole légal de la violence ne veut effectivement pas dire « le plus violent », mais il veut bien dire « le seul ». Or j’imagine que dans certains coins de Syrie, c’est bien l’EI qui a le monopole de la violence, qui fait loi, etc.

  • « Vient dans un deuxième temps l’idéologie bismarckienne, laquelle consiste à nationaliser les mécanismes de protection sociale pour cultiver chez les populations un sentiment de dépendance économique vis-à-vis des élites politiques »

    Assez réducteur …

  • Réflexion intéressante.
    Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites.
    On se fait mener par le bout du nez tels des moutons depuis bien longtemps.

  • « Aucun État ne peut se vanter d’être le fruit d’un processus pacifique. » La Confédération helvétique? Le Canada?…

    Suit l’énumération d’États « fréquentables », mais historiquement violents… L’Union soviétique n’est pas citée. La chasse aux Peaux-rouges ou la guerre de Sécession aux États-Unis?

    • Il me semble qu’au XIXè il y a eu une guerre civile en Suisse et qu’avant ça certains cantons ont été conquis.

      Quant au Canada, il y a eu plusieurs révoltes, dont certaines très importantes.

      • Oui.la guerre du Sonderbund a duré un peu moins d’un mois en 1847 et a fait environ 100 morts.
        Retenons plutôt que la Suisse a décidé de renoncer à l’expansion territoriale il y a 500 ans.

      • Pas de cantons conquis, mais bien des territoires suite à l’agression du duché de Bourgogne.
        Puis le canton de Vaud et le canton de Genève ont été agrandis en 1815, par décision des vainqueurs européens. Nulle violence étatique ne fut exercée. On ne saurait dire la même chose à propos de la Savoie au XIX ième siècle.

    • En fait l’URSS est bien citée. J’aurais pu faire référence aux Amérindiens et à toutes sortes de tragédies provoquées par les gouvernements, mais c’est un livre qu’il faudrait faire dans ce cas. Mais les chercheurs de Foreign Policy que je cite se sont adonnés à un travail plus complet. Rosa Brooks, dans son article, fait d’ailleurs plusieurs fois référence à des travaux d’historiens, de sociologues ou d’anthropologues qui analysent le processus de construction des États. Si vous voulez quelque chose de plus exhaustif, je vous conseille de regarder de ce côté.

      Cordialement.

      • en tout cas vous avez raison au regard de l’histoire et de invasions successives qui ont formées ou agrandis les états.
        Finalement, d’ailleurs, ne devrait-on pas appeler l’histoire coloniale , l’histoire des colonies ratées ?

        • il n’y a pas d’exemple de colonie réussie, au sens où
          1) elles sont toujours un investissement lourd et couteux pour la métropole
          2) La métropole les perd relativement vite, généralement dès qu’elles deviennent rentables (ils y a quelques exceptions, le Pérou par exemple, tellement riche de métaux précieux que le pillage a pris des siècles ; mais dans l’ensemble la photo est claire)

          • Bien entendu je prenais une definition beaucoup plus large et moins restrictive que celle qui conduit à la dépendance d’une métropole lointaine.
            Ainsi par ex, les pays du maghreb sont des colonies arabes qui ont réussi, tout comme les colons americains ont bien réussi formant ainsi us ou canada.
            Finalement presque tous les pays ont été ainsi formés avec migration de personnes vers des zones éloignés afin d’installer leur habitation principale et de coloniser. (Pacifiquement ou non)

  • Excellent article. 100% d’accord.

  • Excellent article oui

  • Je ne suis pas sûr que l’on puisse définir un État par le monopole légal de la violence (cela semble plus être une définition de la souveraineté qui est clairement confondue avec l’Etat dans la grande majorité des cas, mais pas dans le cas d’Etats fédéraux) mais en dehors de ce détail très bon article.

  •  » La condition étatique ne s’obtient que lorsque l’on dispose du monopole de la violence légale sur un territoire et une population déterminés. L’institutionnalisation de la violence. Telle est la définition classique et communément admise de l’État. Simplement les dirigeants des États modernes ont compris que ce monopole n’était pas suffisant pour maintenir leur domination sur les populations. Ainsi donc ces derniers vont s’attacher à mobiliser plusieurs arsenaux idéologiques pour tenter de dissimuler le caractère fondamentalement violent de la puissance étatique ou du moins pour la faire accepter.  »

    Aucun politologue ne peut admettre cela comme vrai, ni même un citoyen:
    Un Etat est fondé sur l’existence de 3 critères: avoir un territoire, une population et devenir un pouvoir de contrainte. D’après le droit international et la science politique (Jellinek et Weber), DAESH ne remplie aucun de ces critères. De plus la reconnaissance d’un Etat par la scène internationale est nécessaire.

    – DAESH n’a pas de territoire reconnu. Ses frontières ne sont pas reconnues par l’ONU et délimiter des frontières est même à l’encontre de la volonté de DAESH (volonté d’expansion).
    – Notion de population tangible: Population considérée comme soumise par la terreur à DAESH. De plus l’idée de population s’apparente à la définition de Nation, qui se définit par des caractères objectifs (aspects communs: « race », religion…) ou subjectifs (volonté de vivre ensemble). Or même si DAESH avait une nation, qui pourrait être basée sur une religion commune. Celle ci n’est pas reconnu par la Communauté Internationale musulmane qui s’est indignée face à DAESH.
    – Enfin la souveraineté et le pouvoir de contrainte de DAESH sont eux considérés comme « usurpation » du pouvoir d’un Etat par un organisme terroriste, selon l’opinion internationale. De plus, il ne relève pas du « Droit des peuples à disposer d’eux mêmes ».

    • En regardant le développement de cette secte, on ne peut pas non plus décemment dire qu’elle est très éloignée de la notion d’Etat telle que vous l’énoncez:

      -Daesh n’a pas de territoire reconnu par l’ONU, mais faut-il être reconnu par New York pour exister dans le monde réel. Un bon gros tier de l’Irak et un peu plus en Syrie sont sous contrôle de daesh, même si cela concerne notamment des régions désertiques.

      -La population: eh bien au risque d’en choquer certains, nombreux sont les sunnites d’Irak qui ne s’opposent pas à l’arrivée de la secte, voir la soutiennent. Pour eux, tout vaut mieux que les attentats à répétition (provoqués par les fous qu’ils acceptent comme souverains par la suite), le chaos de l’Etat Irakien légitime, et la corruption massive qui gangrène tout l’appareil étatique Irakien. Daesh leur apporte un semblant de « paix » et de stabilité, tout en éradiquant la corruption de manière barbare. Quitte à massacrer les populations « apostates ».

      -Si Daesh n’avait pas le soutien et l’acceptation d’une partie de la population Sunnite, le groupe aurait beaucoup plus de difficultés à contrôler autant de territoires. L’usurpation du pouvoir est bien réelle, mais l’allégeance progressive d’un nombre croissant de sunnites d’Irak sape chaque jour qui passe la nature illégitime de la secte.

    • Je reconnais là une juriste. Vous avez la même rhétorique que quelqu’un qui est allé en faculté de droit 🙂 (Ce n’est pas une insulte, je suis passé par là également).

      Le premier réflexe qu’il faut avoir, c’est faire la différence entre le droit positif et la science politique. Vous vous appuyez sur un discours officiel qui n’a aucune valeur pour caractériser l’existence ou non d’un Etat.

      Que l’opinion internationale considère Daesh comme un usurpateur ne change absolument rien à sa condition étatique, laquelle fait fi de l’opinion. La question est simplement la suivante : Oui ou non Daesh détient-il l’institutionnalisation de la violence sur les territoires qu’il contrôle ?

      Que le territoire soit reconnu ou non par la communauté internationale n’est pas pertinent. Certains Etats ont des frontières encore contestées aujourd’hui.

      Le mythe de la nation objectivement identifiable est complètement fallacieux, je le crains. La nation est une construction idéologique dont les contours sont parfaitement arbitraires en fonction des rapports de force politiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mettons nous un instant à la place d’un Vladimir Poutine. Il faut bien comprendre qu’il lui est impossible de perdre cette guerre, puisqu’une défaite en Ukraine ouvrirait une boîte de Pandore extrêmement dangereuse pour l’unité de la fédération de Russie face aux velléités d’indépendance que pourraient manifester certaines républiques du Caucase entraînant de facto un effet domino sur d’autres républiques à forte population musulmane.

Pour l’instant, une certaine stabilité des relations entre le Kremlin et ses inféodés prévaut (Tchétch... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Photo de Poutine.
3
Sauvegarder cet article

La Turquie, la Russie, l’Iran et les autres…

Le sommet qui a réuni, à Téhéran, ce mois de juillet 2022, la Turquie d’Erdogan, la Russie de Poutine et l’Iran de Raïssi, est révélateur d’une nouvelle configuration géopolitique. Aurait pu se joindre à eux la Chine de Xi Jing Pin pour faire de ces TRICs un redoutable quatuor. Face à l’OTAN dont la finalité affirmée est la protection et la défense des États de droit, émerge une coalition de régimes autoritaires, de dictatures, d’autocraties, disons pour adopter la terminologie kantienne, d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles