Le PS, ce parti de capitalistes éhontés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo PS (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le PS, ce parti de capitalistes éhontés

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 août 2015
- A +

Tiens, le Parti officiellement Socialiste fait actuellement son université d’été ! Et si je vous en parle un peu, ce n’est pas parce que ceci va avoir un impact fort dans le paysage politique français (ça se saurait) mais bien parce que ce parti est acculé par la dure réalité à un pragmatisme qui semble quelque peu le chatouiller.

Il faut le reconnaître, le Parti n’est pas au mieux actuellement.

ton élu ps - vote socialisteDéjà, les dissensions s’y accumulent. C’est, quasiment, normal dans les périodes où il exerce la majorité et où, pour exister, des courants s’expriment forcément en opposition au courant principal, celui dit « de gouvernement », qui ne peut qu’encaisser les critiques de l’action qu’il mène (ou, dans le cas qui nous occupe, de l’agitation contre-productive qui l’occupe). De ce point de vue, le tigre réel n’étant jamais à la hauteur de celui en papier, les mouvements et autres tendances qui n’ont pas la joie d’exercer le pouvoir peuvent se vanter de faire mieux que la mouvance principale, engluée dans ses affaires, ses compromis, ses reculades et autres bouffonneries habituelles. Certes.

Mais quand bien même : normalement, quand arrive l’Université d’été, les petites bisbilles s’arrêtent et tout le monde se retrouve autour du goûter à grignoter du cake industriel en buvant du cidre. Cette année, cependant, rien de tout cela : au mot d’ordre officiel, « Agir en commun » correspond une rébellion presque ouverte de trois des courants internes au parti qui organisent, pas franchement discrètement, leur propre réunion en marge de l’événementiel officiel.

Question image de marque pour le parti majoritaire, ça fait désordre et désolant.

Tristounet, même, car à ces problèmes de politicailleries internes assez croustillantes vues de l’extérieur et qui nous rappellent, pour ceux qui l’auraient oublié, que le pouvoir attise toujours autant la haine, la discorde et les petites trahisons entre amis, il faut ajouter d’autres soucis, à la fois plus pragmatiques, triviaux presque, et tout à fait illustratifs du décalage entre les discours, chamarrés et sirupeux, et les actes effectifs de toute cette belle bande d’hypocrites socialistes.

En effet, tenir une université d’été n’est pas chose facile lorsqu’il s’agit, en pratique, de montrer ses muscles, ce qui se traduirait dans de bonnes conditions par des débats et des discours vigoureux, attendus par toute la presse, des têtes d’affiches et des ténors faisant assaut de bons mots et de fines analyses, et, bien sûr, un nombre élevé de militants se bousculant aux portes de cette université.

Or, là, c’est assez peu le cas pour le dire gentiment. En fait, ça ne marche pas top les adhésions, le militantisme et les récoltes d’argent des autres auprès des députés et des élus moins nombreux à chaque élection. Pour le dire crûment, c’est même franchement la dèche. C’est lors d’une récente matinale d’Europe-1 (vers 1:19:10 dans ce podcast) qu’on en apprend un peu plus – désolé, je n’ai guère d’autres liens à vous fournir, les médias n’ayant bizarrement pas jugé nécessaire de s’étendre le moins du monde sur ces éléments pourtant intéressants de la vie politique française.

Ainsi, alors que le parti affichait fièrement 280.000 adhérents en 2006, il ne compte plus à présent que 130.000 frétillants membres en 2015 selon la direction du parti et il se susurre même chez les plus pessimistes que seuls 80.000 braves resteraient dans les fichiers de ceux qui sont effectivement à jour de leur cotisation. C’est la déroute, ou plutôt, la suite de ce qu’on constatait déjà à la fin de l’année dernière lorsqu’il s’agissait de recruter pour les départementales.

Et financièrement, c’est logiquement assez pénible.

La situation est grave ? Qu’à cela ne tienne ! Fixons un objectif à la fois grotesque et irréaliste pour galvaniser les (maigres) troupes, genre 500.000 militants d’ici un an, et profitons-en pour revamper un peu tout ce fatras communicationnel autour du Parti. Vous allez voir, ça va dépoter !

gifa surprise

Bon, déjà, on va simplifier l’adhésion. Étrangement, là où, décidant de simplifier, le gouvernement issu du même parti accouche d’une bordée abominable de nouvelles lois toutes plus complexes les unes que les autres, les instances dirigeantes, confrontées à la même problématique, finissent effectivement par simplifier : si, avant, il fallait un vote des camarades pour accepter l’adhésion, ce n’est maintenant plus le cas et l’adhésion est directe.

De la même façon, l’adhésion actuelle est composée de 20€ de frais d’entrée, puis des frais en fonction du revenu et de la section dans laquelle on est inscrit, moyennant des barèmes et des systèmes de calculs complexes. Ceci n’est guère étonnant puisque les tubulures chromées des impôts ont été mises en place par les mêmes esprits tordus avec le résultat qu’on sait.

En revanche, la proposition d’avenir consiste à demander 20€ pour l’adhésion, point (bref, un forfait). Dans la foulée, on attend du gouvernement, toujours issu de ce parti, la même proposition pour les impôts (après tout, ça c’est de la vraie égalité !). Rassurez-vous : ce qui est fait en interne au Parti ne se verra jamais en externe au gouvernement. La cohérence n’ira jamais aussi loin.

gifa trollicatEn outre, on apprend que des équipes de militants à temps plein vont être mobilisées pour faire de la propagande et du ratissage afin de troller convaincre des citoyens d’adhérer à leur épave collectiviste parti. Oui, vous l’avez compris : entre l’utilisation des réseaux sociaux, le télémarketing et la refonte du catastrophique site officiel, le PS a compris tout l’intérêt de se remettre au goût du jour.

Enfin, signalons la proposition d’une adhésion à la carte où, pour atteindre ceux qui voient bien le côté ringard du militantisme (surtout celui du parti officiellement socialiste) et qu’il va falloir amadouer, on proposera au potentiel militant de n’adhérer au PS que sur un thème particulier, afin de former des militants-experts. Du PS à la découpe, en somme.

Mais le plus beau, de loin, est cette petite histoire qui vient de se développer : afin de diminuer ses factures de prestations et le coût de ses ressources humaines, le Parti, décidément très à l’écoute de ses comptables, s’est décidé à contracter auprès d’une société dont le sous-traitant emploie une dizaine de travailleurs détachés venus de Roumanie, pour la mise en place du mobilier et le nettoyage. Ce type de contrat, parfaitement légal, est surtout moins cher que pour des salariés français : correctement déclarés, les salariés roumains bénéficient de salaires et de conditions de travail identiques à celles des Français, mais les cotisations sociales sont celles en vigueur chez eux (et donc, très inférieures aux françaises).

gifa pwned lawnmowerDevant la très mauvaise image que renvoie cette opération, le Parti a bien vite fait marche arrière. Il reste néanmoins évident que le Parti a, fort logiquement, tenté de dépenser le moins possible pour la prestation de service demandé, et on ne peut l’en blâmer.

D’ailleurs, le tableau est délicieux : rafraîchissement de l’image de marque, redynamisation des réseaux sociaux, lancement de campagnes de marketing, segmentation du marché, épluchage des factures et recherche de la prestation (roumaine, ici) la moins chère … MMmmoui, en effet, pas de doute, le Parti Socialiste est devenu une vraie entreprise capitaliste comme les autres, piloté par des besoins de résultats, par la nécessité de ne pas faire de dette et de maîtriser ses coûts.

Maintenant, pourquoi diable ce qui semble évident et possible au sein de ce parti n’est absolument pas mis en application par ses dirigeants dès qu’ils prennent le pouvoir ? Pourquoi lorsqu’il s’agit des caisses du parti, ces élus et ces militants font attention et pourquoi, lorsqu’il s’agit de l’argent du contribuable, l’argent de tous, lorsqu’il s’agit des finances publiques, ils font absolument tout et n’importe quoi ?

Ces capitalistes éhontés du Parti Socialiste ne se ficheraient pas un peu de nous ?

—-
Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • J’avoue avoir bien ri quant à la conclusion ! C’est effectivement affligeant de voir que le résultat de la réunion se trouve plus dans la forme que dans le fond, surtout quand c’est le parti au pouvoir.

    J’en fini a sérieusement me demander pourquoi il n’appellent pas France télévisions a la rescousse pour diffuser un Elysee Story, autant aller au bout du concept, et redynamiser les caisses des medias publics a grand coup de divertissement basé sur le renforcement de l’image comique du gouvernement. Je parie que ca peut battre les audiences de Cyprien.

    • Avec cyprien, ministre de la farce et nabila a la CULture 😀

      Ça cartonnerai ! Hollande qui coure les jupons en scooter….

      Y’avait bien un écrivain qui a joliment croqué sarko façon vicomte de canaille et duc d’andouille 🙂

    • Et bien votre souhait est en passe d’être exhaussé: avec comme public cible des enfants d’une dizaine d’années (mais à Président infantile, public d’enfants, non?). Source: http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/television/88407/francois-hollande-face-a-des-enfants-dans-gulli-a-l-elysee.html
      Le plus cocasse c’est que l’un des gamins qui pose à côté du sinistre du Palais porte un tee-shirt avec le slogan « Can you beat me up », ce qu’on pourrait traduire par « Peux-tu me tabasser? »: une prémonition de l’avenir qui attend ce brave bambin, avec une dette abyssale à rembourser et un matraquage fiscal qui lui rappellera le « bon temps »… si un jour il trouve un emploi.

  • Vous êtes particulièrement en forme aujourd’hui!

  • Dans une émission Carrément Brunet, consacrée au travail détaché, les intervenants de gauche et particulièrement celui du parti socialiste, n’avaient de cesse d’accuser des pire maux, ce type de travail…
    Faites ce que je dis et pas ce que je fais..
    Puis comme pour le match de foot de Valls en avion privé : personne ne savait, personne n’était au courant..
    Effectivement, leur habitude c’est la gestion en roue libre.
    Des socialos grands travailleurs : il ne restait que 100Chaises à déployer : pour cela ils ont fait appel à une autre Société.. Peur de s’abîmer la manucure-

  • Tous, Président et son gouvernement sont prêts pour diriger dès 2017… la Roumanie, vu que dans ce pays ils réduisent déjà son chômage.
    En France ils n’ont même pas été capables de prendre le contrepied des âneries précédentes, comme l’intolérante sécurité routière.

  • Intéressant aussi d’apprendre que les militants socialauds vont investir les réseaux sociaux, les blogs, etc. , pour y transmettre leur bonne parole. Il faut des lors s’attendre à plus encore de frères prêcheurs sur Contrepoints, mēme si ceux qui arrivent déjà ici actuellement n’y restent pas longtemps, comme on peut le remarquer.

    • Pour les blogs, c’est bien le cas. Depuis quelques jours, une partie de mes commentaires font l’objet d’un signalement abusif après publication et sont retirés des commentaires de ce grand hebdomadaire national. Je subodore que c’est suite à mes réponses à un troll, qui ressasse sans cesse Bygmalion, cause de tous les déboires du gouvernement actuel, qui travaille sans cesse à rattraper les erreurs précédentes et ne peut donc avoir les résultats économiques attendus.
      Alors, j’ai 2 solutions : ou bien, annuler mon abonnement et faire le mort (il aura gagné), ou continuer à commenter, contre vents et marées, et peut-être se lassera-t-il ! Bien sûr, je choisis la seconde solution. « La liberté de presse ne s’use que si l’on ne s’en sert pas » (devise du canard enchaîné)

  • A mourir de rire ou de honte, ou de chagrin. Enfin, je me console un peu en apprenant le drame qui arrive à Place qui quitte eelv. Par ailleurs il est de plus en plus disponible pour se sacrifier en acceptant un poste ministériel. Enfin une vraie bonne nouvelle.

    • Avec les casseroles qu’il a dans son CV, il a tout-à-fait le profil requis. Mais pourquoi ne pas reprendre Thévenoud tant qu’à faire …

  • La « communication » du PS est toujours consternante sur le fond mais rigolote sur la forme …

    Mais pourquoi ne troquent-t’ils pas leurs cravates pour des nez rouges ?

  • « pour ceux qui l’auraient oublié, que le pouvoir attise toujours autant la haine, la discorde et les petites trahisons entre amis »

    Forcément ils cherchent le pouvoir pour le pouvoir. Un peu moins pour diriger le pays et penser au bien commun de l’ensemble de la nation.

    Alors ça manigance et ça corrompt. Ça ment vu qu’ils vont pas avouer à tous « moi ce que j’aime c’est le pouvoir, le pays je m’en fout un peu ». Selon un journaliste d’investigation le bien commun serait même devenu ringard pour beaucoup de dirigeants.

    Et puis ça copine aussi, faut bien trouver l’argent pour financer le marketing électif. En gros c’est celui qui aura le plus d’argent pour son marketing qui sera élu. Alors on accepte l’argent de ceux à qui on renverra l’ascenseur. Logique vu la situation.

    Résultat des courses, les gars se compliquent la vie pour se faire élire alors que s’ils avaient un réel projet commun ils seraient élus naturellement. La place serait à celui qui ferait le plus de bien car il serait naturellement suivi par tous. Inutile même d’avoir de gros moyens de coercition vu qu’aller à l’encontre d’un tel système serait aller à l’encontre de soi même.
    Mais bon comme il faut être réaliste on focalise notre cerveau sur comment manigancer et y arriver au lieu de penser au bien commun. Pas le choix.

    Pareil pour les industries qui financent les partis. Au lieu d’avoir des entreprises choisis pour un produit qui serait le meilleur c’est la place à celui qui aura le plus financer un parti. Autant investir dans la recherche et le développement pour avoir le meilleur produit, ça fera plaisir à tout le monde et le produit se vendra naturellement là aussi. Bon ben là aussi on dépense dans le marketing pour vendre de la camelote ou des trucs inutiles. C’est vu comme un bon investissement proportionnellement à la qualité du produit. Pas le choix là aussi.

    C’est Max Weber qui disait que pour comprendre un fait sociale il fallait d’abord l’analyser sous l’angle de la raison pour ensuite en dégager les anomalies et voir ce qui n’allait pas pour éventuellement trouver une solution ou au moins poser une base de réflexion. Ça c’est fait.

    Si au moins ils respiraient le bonheur je comprendrais la situation. Mais vu toutes les contorsions qu’ils doivent faire pour arriver à leur but pas étonnant qu’il y est un malaise. Ça doit pas être facile de gérer la situation, franchement j’aimerai pas être à leur place. Et par extension il y a malaise pour tout le monde bien sûr.

    D’un côté je blame personne c’est surtout la faute à nos valeurs et nos constitutions, c’est elles qui poussent tout le monde dans ce sens.

    Et d’un autre côté ça me rend fou de voir ça, tout comme je trouve ça risible au final de voir toute cette débauche de moyen pour un résultat au final médiocre pour tout le monde.

    Bon après je dis ça je dis rien. Je caricature beaucoup aussi. Mais si tout le monde est content du résultat c’est le principale.

    Aller, bisous à tous.

    • « La place serait à celui qui ferait le plus de bien car il serait naturellement suivi par tous. »
      C’est la description de Jesus …. qui a fini cloué sur une croix 😆

      Je propose d’inscrire le Kaizen étatique dans la constitution de ce pays 😆

    • « Et puis ça copine aussi, faut bien trouver l’argent pour financer le marketing électif. En gros c’est celui qui aura le plus d’argent pour son marketing qui sera élu. Alors on accepte l’argent de ceux à qui on renverra l’ascenseur. Logique vu la situation. »

      Il y a plus grave : quand il vont chercher l’argent à l’étranger et que les créanciers (ou leurs ennemis) nous envoient la note sous forme de bombes …

  • Maintenant, pourquoi diable ce qui semble évident et possible au sein de ce parti n’est absolument pas mis en application par ses dirigeants dès qu’ils prennent le pouvoir ? Pourquoi lorsqu’il s’agit des caisses du parti, ces élus et ces militants font attention et pourquoi, lorsqu’il s’agit de l’argent du contribuable, l’argent de tous, lorsqu’il s’agit des finances publiques, ils font absolument tout et n’importe quoi ?

    Que de « pourquoi? » on croirait un enfant qui veut tout comprendre… Pourquoi? Eh bien… parce que! H16, arrête d’embêter les grandes personnes avec tes questions. Tu es trop petit pour comprendre. Retourne faire tes devoirs. Il faut bien travailler à l’école pour bien gagner ta vie quand tu seras grand. Comme ça tu pourras financer tous ces notables avec tes d’impôts, taxes, cotisations sociales, contributions et droits divers. Voilà, je pense que tu as compris, finalement.

    Merci pour la franche rigolade 😀

  • La Rochelle la rebelle accueille le congrès des fallitards, spécialistes du tripatouillage des finances publiques !
    Ils aiment pas les riches, mais seulement le pognon des autres. Tous ces petits mecs ne connaissent rien au monde réel (celui du TRAVAIL… Le vrai !) après Xynthia, je rêve d’une vague scélérate pour balayer tous ces causeux, véritables parasites de notre pays.
    Je rappelle par ailleurs, que Cambadelis est responsable en qualité de donneur d’ordre des petites mains roumaines qui assurent le travail de logistique… Ce spécialiste s’y entend de part son expérience à la MNEF.
    Allez vite, un seau de goudron et des plumes !

  • A noter que les chiffres sur la croissance brésilienne sont tombés : -1.9% au 2ème trimestre par rapport au précédent et 2,6% en rythme annuel.
    C’est plus grave que prévu et le pays tombe en récession..même dans un pays jeune et bourré de ressources le socialisme mène à la crise et au déclin.
    Le pays a perdu 111 000 emplois en Juin et 156 000 en Juillet, 500 000 emplois perdus. En 2 ans le chômage est passé de 5,6% à 8,3%, les 10% seront passés l’an prochain.

    Je dis ça ici pour informer sur le pays car vu sa taille ça ne devrait pas être ignoré. Contrepoints n’en parle pas, rien sur le scandale Petrobras et les excès.

  • Si j’étais élu PS, je développerait l’information au niveau local des citoyens. J’apporterai ma contribution à informer la population sur leurs droits

  • C’est

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Une « dérive incroyable ». Pour Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste interrogé par Sud radio ce matin, l’Unef est inexcusable. Mardi soir, le bureau national du Parti a officiellement rejeté les « réunions non mixtes racisées » organisée par le « syndicat » étudiant.

[#SudRadio] @faureolivier "Le @partisocialiste n'a plus de lien organique avec l'#UNEF depuis des années. Il y a une dérive incroyable de l'UNEF aujourd'hui ! Sur un sujet comme le racisme l'objectif n'est pas ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles