La démocratie contre les experts

Une étonnante réflexion sur la place de l’expert en démocratie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démocratie contre les experts

Publié le 27 août 2015
- A +

Par Delphine Granier.
Une note de Génération Libre

Paulin Ismard La démocratie contre les expertsPartie intégrante de notre paysage politique, l’expert est aujourd’hui une figure centrale de nos gouvernements. L’expertise et le savoir constituent, dans nos démocraties modernes, une soi-disant légitimité à gouverner. « La figure de l’expert gouvernant n’est que le visage contemporain que revêt l’une des dimensions les plus anciennes liées à la notion même d’État, celle de produire du savoir au sujet du corps social ». En substituant à des tiers notre légitimité à participer collectivement à l’exercice politique, le citoyen adopte une position de spectateur et favorise l’émergence d’un appareil d’État bureaucratique.

Si cette façon de gouverner et cette conception de l’État se sont progressivement installées, la comparaison avec la démocratie athénienne rappelle qu’une autre vision de l’exercice politique existe. Chez les Grecs de l’époque classique, « nulle compétence spécialisée ne devait par elle-même légitimer la détention d’un pouvoir sur la communauté civique ». L’expert, aussi nécessaire à l’administration était-il, ne tirait de son savoir aucun titre à gouverner et était même, tout au contraire, considéré comme un esclave.

Auxiliaire du pouvoir, l’esclave public est reconnu pour sa fine connaissance des rouages de l’État. Toutefois, s’agissant, comme le résumait Socrate le Jeune, de « serviteurs et non des chefs ayant une autorité propre dans la cité », en aucun cas l’expert ne saurait participer à l’exercice politique. A l’ordre politique, noble et dévolu aux hommes libres, s’oppose l’ordre administratif, du ressort des esclaves publics.

L’expert « petite main » des institutions civiques

Essentiels au bon fonctionnement de l’administration, les esclaves publics étaient omniprésents dans le fonctionnement de la justice athénienne. Attachés au Conseil des Cinq Cents, ils étaient en charge des écritures publiques (rôle de greffier et préservation des archives), des empreintes civiques (garantissant l’authenticité des monnaies en circulation et la protection des étalons des poids et mesures), de l’ordre et de la surveillance de l’espace public… En tout, selon les sources à disposition des historiens, entre 1000 et 2000 esclaves travaillaient au service de la cité.

En charge des tâches administratives répétitives et techniques, et souvent pendant plusieurs années consécutives en raison de leurs compétences spécifiques, les esclaves publics constituaient les bases de notre service public actuel. « Mais l’énumération des sphères de compétence confiées aux dêmosioi ne dit rien de leur pouvoir réel dans la cité ». « Exécutants anonymes sans lesquels l’administration de la cité serait impossible », les experts, aussi savants soient-ils, restent des esclaves publics dont le degré de spécialisation et d’expertise déterminent leur prix d’achat.

Des experts contre l’appareil de l’État

Dissociée de la sphère technique, la sphère politique repose sur une intense pratique de la délibération. « En l’absence d’un État capable de fabriquer de la connaissance commune, il revenait en effet à l’ensemble de[s] instances délibératives d’agréger et de synthétiser les connaissances distribuées dans l’ensemble de la population de l’Attique pour les convertir en un savoir politiquement efficace au profit de la cité ». Le Conseil des Cinq-Cents, composé de citoyens tirés au sort, jouait un rôle central dans ce processus d’agrégation des savoirs. Dans le modèle athénien, donc, la pluralité des savoirs et des participants se trouve à l’origine d’une entité collective censée produire des jugements naturellement supérieurs. « Un chœur d’hommes « sans valeur politique » vaut toujours mieux que la monodie d’une élite, même savante ».

Tout appareil étatique risque pourtant, selon la théorie de Max Weber, de donner naissance à un système bureaucratique susceptible de défendre ses intérêts propres, voire de « constituer un corps autonome en son sein ». Le développement de l’esclavage public en Grèce peut ainsi s’analyser comme une forme de résistance à l’émergence d’un appareil d’État. Selon Pierre Clastres – pour qui la société dans sa forme primitive est pleinement politique et exerce un pouvoir absolu, au détriment du « chef » qui n’exerce qu’une fonction d’incarnation de la société – ce sont les Grecs qui ont insufflé à nos sociétés occidentales cette vision du politique comme « division sociale entre dominants et dominés, entre ceux qui savent et donc commandent, et ceux qui ne savent pas et donc obéissent ».

Or, dans la vision athénienne de l’époque classique, le savoir spécifique ne légitime, justement et malgré tout, en rien la détention d’une autorité politique. Indéniablement toutefois, l’existence d’un État, même s’il n’exerce qu’une fonction administrative, constitue un obstacle à l’exercice d’un pouvoir purement et simplement collectif. L’esclavage public athénien peut ainsi être compris comme « la marque d’une résistance de la société civique à l’émergence d’un appareil d’État ». En faisant des experts de l’administration des maillons invisibles, la cité grecque évitait l’émergence d’un État constitué en corps autonome.

Transposée à notre réalité d’aujourd’hui, cette analyse ne manque pas de surprendre tant notre vision du fonctionnement de l’appareil étatique est figée depuis longtemps. « Imaginons un instant que le dirigeant de la Banque centrale européenne, le directeur des Compagnies républicaines de sécurité comme celui des Archives nationales, les inspecteurs du Trésor public tout comme les greffiers des tribunaux soient des esclaves, propriétés à titre collectif du peuple français ». Couplée à la participation de tous les citoyens au sein d’une instance délibérative commune, cette vision de la démocratie, de l’administration et du pouvoir constitue une source d’inspiration légitime et éprouvée à tous les projets actuels de démocratie directe.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • « l’expert est aujourd’hui une figure centrale de nos gouvernements. »
    Après une telle introduction, j’ai failli ne pas lire la suite. C’aurait été dommage.

  • Le problème est que l’expert « figure centrale de nos gouvernements » est fréquemment un spécialiste auto-proclamé qui est plus idéologue que scientifique. C’est parfaitement visible dans le domaine du climat ou celui des OGM. Les pressions et les menaces sont réservées aux véritables experts qui ne filent pas droit: lynchages médiatiques, mais aussi menaces physiques, notamment auprès des agronomes comme le note d’ailleurs le courageux Marcel Kuntz.

  • Sans aller jusqu’à l’esclavage, j’ai toujours soutenu que les fonctionnaires et toutes les personnes bénéficiant de monopoles étatiques (employés de la SNCF ou de radio France par exemple) ne devraient pas avoir le droit de vote et devraient être inéligibles (et non imposables parce que ça sert à rien de multiplier les flux financiers). Ils sont juges et partis. Ca ne devrait pas être toléré.

    • Je comprend votre logique et j’y adhère sur le principe, mais ça ne tient pas sur le plan opérationnel. La base du pouvoir politique c’est le pouvoir militaire (et plus généralement le pouvoir de nuisance), tant que les fonctionnaires en ont autant et plus que les autres habitants, leur denier le droit de vote va provoquer plus de problème que ça peut en résoudre.

    • Ce n’est pas le droit de vote qu’il faudrait supprimer mais les dits fonctionnaires et d’ailleurs dans les domaines que vous citez ils n’ont aucune légitimité.

    • Amusants ces français qui s’ imaginent qu’ ils votent ce qui est le privilège des députés et sénat
      et ce n’ est pas la seule confusion

  • 26eme semaine de la presse et des médias dans l’école mars 2015
    Qui applique les Lois ?
    « Ceux qui veillent à l’ application des lois ne sont pas ceux qui les font . » vrai ou faux ? vrai
    « Cela s’ appelle la séparation des pouvoirs , qui caractérise la démocratie  » vrai ou faux ? là j’ ai un doute il me semblait que c’ était le peuple qui vote les lois ( voir la définition d ‘Ilmryn sur ce site
    définir la démocratie en France vraiment on s’ y perd ! a se demander s’ ils le font exprès …..

  • article très intéressant qui donne envie de lire l’ouvrage présenté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
pesticides
1
Sauvegarder cet article

https://twitter.com/INRAE_France/status/1522237719799382018

 

L'Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement (INRAE) et l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (IFREMER) ont organisé une conférence de presse – à moins que ce ne fut un « colloque de restitution » d'à peine une demi-journée – le 5 mai 2022 pour présenter les principales conclusions de leur expertise scientifique collective relative à l’impact des produits phytopharmaceutiques (« pesticides ») sur ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Sphinge, c’est le nom de la « science » qui étudie les mythes, on l’appelle la mythologie. On peut voir dans la mythologie grecque et romaine une collection de belles histoires, comme des contes, avec des dieux, des héros, des hommes et des demi-dieux, des animaux fantastiques que l’on combat, sans y rechercher d’explications.

Expliquer l'inexplicable

Mais la mythologie est aussi porteuse de messages, de révélations sur la destinée humaine. On y voit alors « l’explication de l’inexplicable, l’apparition de la lumière, l’obscurité deven... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

https://www.revueconflits.com/damien-theillier-platon-aristote-philosophie-politique/

Avec Platon et Aristote la philosophie politique consiste à définir un État qui est supposé correspondre à une nature humaine objective et définissable. Le plus souvent la philosophie politique est un classement empirique des régimes selon leur capacité à atteindre le bien commun, c’est-à-dire selon une perspective morale.

La cité fait partie des choses naturelles et l’homme est par nature un animal politique ; celu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles