L’innovation, ça sert d’abord à réduire les prix

La vraie force du système capitaliste est de démocratiser l’innovation en la rendant accessible au plus grand nombre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
walmart by Mike Mozart(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’innovation, ça sert d’abord à réduire les prix

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 août 2015
- A +

Par Philippe Silberzahn

walmart by Mike Mozart(CC BY 2.0)
walmart by Mike Mozart(CC BY 2.0)

Une conception très répandue de l’innovation est qu’elle consiste à créer de nouvelles offres ou de nouvelles méthodes. Dans le management de l’entreprise, il y aurait donc le domaine noble, celui de l’innovation, et le domaine de l’intendance, celui de la réduction des coûts. Rien n’est plus faux. L’un des apports fondamentaux du système capitaliste consiste à innover pour réduire les coûts, et donc les prix.

Pour reprendre ce que disait Schumpeter dans son monumental Capitalisme, Socialisme et Démocratie, la force du système capitaliste ce n’est pas l’innovation ; d’autres civilisations et d’autres systèmes politiques ont innové également dans certains domaines (par exemple, l’URSS dans les technologies de l’espace). La vraie force du système capitaliste c’est de démocratiser l’innovation en la rendant accessible au plus grand nombre à la fois par la logistique qu’il met en œuvre mais aussi et surtout par la baisse continue des prix que son efficacité induit.

Le symbole du système capitaliste, ce n’est donc pas tant la startup que Wal-Mart, le supermarché low-cost dont on estime qu’il permet chaque année aux Américains d’économiser 50 milliards de dollars. Ce n’est pas rien pour ceux qui veulent boucler un budget chaque semaine. Schumpeter résume ainsi l’argument :

« Le moteur du système capitaliste est avant tout un moteur de production de masse, ce qui signifie production pour les masses. Ce qui est typique de la production capitaliste, c’est le tissu à bas prix, le coton à bas prix, ainsi que les bottes, les voitures, etc. et non des améliorations qui profitent aux plus riches. La reine Elizabeth avait des bas en soie. Le succès du système capitaliste ne consiste pas à lui en fournir plus, mais à les rendre accessibles aux ouvrières. »

Contrairement à ce qu’estime The Economist dans son remarquable article « The Silence of the Mammon », je ne pense pas que défendre ce système au nom de la formidable création de richesse qu’il permet, et surtout de sa capacité à rendre accessible au plus grand nombre des biens et des services, soit une forme d’apaisement envers ses détracteurs. Au contraire, c’est s’appuyer sur sa force sans prétendre lui faire endosser d’autres responsabilités.


Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Par Jesse Gill.

Si vous mettez un crabe dans un seau, il en sortira en rampant. Cependant, si vous mettez plusieurs crabes dans un seau, ils resteront tous à l'intérieur du seau. Si un crabe décide de sortir du seau, il sera ramené à l'intérieur par ses camarades.

 

La mentalité du crabe

On pense que le raisonnement des crabes qui ne laissent pas les autres s'échapper du seau peut être décrit comme "si je ne peux pas l'avoir, vous non plus". Même si cela a pour conséquence de les transformer en soupe de crabes, ils r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles