Climathon, semaine 33 : de la Terre-mère à la Terre-créancière

Qu’on se le dise : nous sommes en dette écologique. Du moins, c’est ce qu’on nous dit.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 33 : de la Terre-mère à la Terre-créancière

Publié le 20 août 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.
(et le jury du Climathon)

poche vide credits Peter Gerdes CC BY-NC-ND 2.0
poche vide credits Peter Gerdes CC BY-NC-ND 2.0

Il était impossible d’échapper cette semaine au matraquage annuel autour de la « biocapacité » de la planète, un concept de pure comm’ destiné à nous inciter à l’autoflagellation hautement scientifique avec plein de chiffres partout (c’est dire si c’est sérieux).

L’ONG Global Footprint Network compare l’exploitation des ressources naturelles et cette « biocapacité » de notre planète. Ce calcul montre que l’Homme prédateur se gave des trésors offerts par la Sainte Terre plus vite qu’elle ne peut les produire. Chaque année, l’ONG calcule en combien de jours sont utilisés les bienfaits dispensés par notre si généreuse planète en un an et annonce triomphalement la mort dans l’âme le triste résultat : en 2015, c’est au bout de seulement 225 jours que les ressources annuelles ont été dilapidées. Et le 225e jour de l’année, c’était le 13 août.

Depuis cette semaine, qu’on se le dise : nous sommes en dette écologique. Les citoyens l’ignoraient sans doute, mais le Journalderéférence a publié cette sinistre nouvelle avec tout le recul et toutes les précautions qu’on lui connaît pour la dénonciation des invisibles cataclysmes causés par l’Homme, emportant le titre de cette semaine.

Épargnant au lecteur des détails soporifiques trop techniques sur le calcul de la date fatidique, l’article insiste plutôt sur l’inexorable avancée de ce « jour de dépassement » et réussit à rattacher cet outil de propagande utile indicateur à la COP 2015. On apprend ainsi que « Rien que pour absorber les gaz à effet de serre émis par l’homme, 85 % de la biocapacité totale de la planète sont aujourd’hui nécessaires ». Rassurons tout de suite les lecteurs du Climathon, la notoire absurdité, l’incontestable crédibilité de ce pourcentage n’est aucunement discutée dans l’article du Monde, ce dernier confortant ainsi en toute légitimité son rôle envié de Pravda climatique de référence.

Les accessits de la semaine

planète rené le honzecLa rigueur du jury du Climathon l’a conduit à étudier le traitement de la même information par une radio du service public : une courte dépêche sur le site internet de France Inter fournit un planisphère représentant les pays écologiquement créditeurs et débiteurs. On y apprend que l’empreinte écologique de la France est supérieure de 120 % à ses ressources naturelles, chiffre en contradiction avec celui du Journalderéférence qui annonce que la France consomme 1,4 fois ses capacités, soit un excès de 40 %. Bon, c’est vrai que 40 % ou 120 %, c’est à peu près pareil. Plus intrigant, on apprend dans l’article de France Inter que l’empreinte écologique de la Russie, de l’Australie, du Brésil et de bien d’autres est « inférieure de plus de 100 % » à leurs ressources naturelles. Ces pays sont certainement des membres fondateurs du Fonds Écologique International car ils créent des ressources naturelles ex nihilo. Le jury du Climathon remercie France Inter de nous informer qu’Obi-Wan Poutine est notre seul espoir pour nous sauver de nos turpitudes écologiques.

Enfin, la période estivale est le moment de prodiguer quelques encouragements à des compétiteurs modestes mais méritants. Ainsi de Jean-Paul Baquiast pour son article de Médiapart. L’écrivain scientifique y regrette amèrement l’absence probable de James Hansen à la conférence COP21, sans doute après avoir oublié que le susnommé avait souhaité l’échec de Copenhague en 2009. Après avoir rappelé, objectivement et sans alarmisme aucun, que « des scientifiques éprouvés considèrent aujourd’hui que même si la hausse restait en deçà de la limite des 2°, des effets terriblement destructeurs se produiraient d’ici 2100 : hausse minimum de 10m du niveau des mers, tempêtes d’une force jamais éprouvée à ce jour de mémoire d’hommes…« , M. Baquiast insiste sur « la rigueur morale et professionnelle indiscutable » du Dr Hansen. Rappelons en effet que celui-ci a émis des prévisions particulièrement  foireuses précises pendant toute sa carrière, notamment ses remarquables projections des années 1970 qui tablaient sur un refroidissement généralisé. Il a également maintes fois prouvé sa rigueur morale et scientifique par ses affirmations totalement détachées de toute forme d’action politique.

Un joli exercice de postmodernisme de la part de notre nominé, donc, qui met habilement en regard la pratique d’un James Hansen (introduire la politique dans une analyse supposée scientifique) avec celle de son propre article qui présente la « science » selon le point de vue d’un professionnel de la haute administration.

Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • j’attends avec impatience le chercheur découvrant le jour fatidique ayant mené à la disparition des dinosaures ,très gros mangeurs de la planète , cette découverte sauvera sans doute l’humanité

  • « Chaque année, l’ONG calcule en combien de jours sont utilisés les bienfaits dispensés par notre si généreuse planète en un an »

    C’est marrant de vouloir faire une comptabilité mondiale de l’activité humaine … quand on ne sais même pas additionner 2 et 2.

  • Étonnant comme contrairement à ici, l’article sur le jour de libération fiscale ne contenait pas une petite remarque du genre :

    « Il était impossible d’échapper cette semaine au matraquage annuel autour de la « surfiscalité » de la France, [un concept de pure comm’ destiné à nous rassembler dans le gouvernement bashing] hautement scientifique avec plein de chiffres partout (c’est dire si c’est sérieux). »

  • Des experts ont établi que l’Homme dépasse sa capacité d’avaler son lot annuel de conneries à partir du 32 décembre.

  • Le concept même est complètement idiot : si nous avons utilisé plus que ce que la Terre produit, nous devrions être en « rupture de stock » depuis le 13 août sur les matériaux/matières concernés… Ce qui, à ce que je sache, n’est pas le cas. La seule explication possible – en restant cohérent avec l’hypothèse que nous consommerions plus que la terre peut produire – c’est que nous avons des réserves… Si nous avons des réserves, c’est que nous ne consommons pas plus que la terre peut produire…

    • Votre raisonnement est absurde. On peut parfaitement consommer plus que ce que l’on produit en pompant dans le réservoir tant qu’il reste une goutte. Les réserves ne se sont pas accumulées en un an mais sur des millions d’années. Le stock actuel est largement supérieur à la production annuelle: voyez les flux et stock de carbone.

      • « Votre raisonnement est absurde. »

        C’est réponse l’est tout autant.

        « Le stock actuel est largement supérieur à la production annuelle: voyez les flux et stock de carbone. »

        Ah oui, quelle est la production de carbone annuelle?

        • Votre réponse n’argumente rien.

          Il s’agirait de vous mouiller et de m’expliquer en quoi mon raisonnement est faux.

          Prenez un stock de n’importe quoi: si je rentre 1, je sort 2 par an et que le stock contient 100 il me faut 100 ans pour vider le stock. On fait difficilement plus basique.

          On applique le raisonnement de CM2 au cycle du C:

          Le stock de C atmosphérique est de 590 PgC environ, les flux annuels sont d’un ordre 100 fois inférieurs.

      • ben alors faut savoir combien il y a en stock, il est possible qu’on puisse tenir 1000 ans sur le stock.

  • Bon allez, un petit geste pour Gaïa, remboursez une partie de votre dette, horribles parasites. J’ai fait ma part, je suis allez chier dans le jardin de mon voisin.

  • « Au XVIIe siècle, la construction d’un grand vaisseau nécessite d’abattre jusqu’à 4 000 chênes centenaires. Le défrichage et la surexploitation des forêts royales ont provoqué une baisse régulière de la surface boisée. »

    C’est troporible : on ne va plus pouvoir naviguer et il n’y aura plus de forêts en France.

    Ah ben tiens si, il y a toujours des forêts et on construit les bateaux en acier.

  • « c’était le 13 août »
    ————-
    Et bien sûr, comme chaque année après ce jour, nous allons assister au ballet de cargos spatiaux en provenance Mars, Jupiter et du système Alpha du Centaure pour approvisionner la Terre.

  • Les pointes de silex pour armer le bout des flèches ne sont pas renouvelables. Quand le filon sera épuisé on ne pourra plus chasser. Avec toutes les pointes qu’on abime et les flèches qu’on égare, j’ai calculé qu’on dépasse la production des bienfaits de notre généreuse planète le 2 janvier.

  • Avec ce jour de dette écologique applicables à pleins de choses, les verts/rouges préparent en fait l’avenir:

    Quand le réchauffement climatique ne sera plus !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La COP27 vient de s’achever et bien qu’il soit difficile de ne pas se réjouir devant les mines déconfites des participants qui ont tous conclu que les objectifs (dangereux) fixés (arbitrairement) ne seraient pas atteints, il ne faut pas oublier que cette déconfiture sera justement utilisée par les ayatollahs de la religion verte pour réclamer encore plus de vexations écologiques pour tous.

Eh oui, la lutte contre l’humanité sur Terre ne se passe pas toujours comme prévu, les individus qui la composent n’entendant pas tous mourir sans p... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

 

Une étude récente du bureau des statistiques des Nations-Unies portant sur la période 1980-2017 a montré que le PIB par tête des Français n’a été multiplié que par 3,03 dans cet espace de temps, alors qu'aux États-Unis le multiplicateur a été de 4,8, et que le coefficient de l’État hébreu a été de 6,6.

C’est ce que montre le tableau ci-dessous :

PIB/tête en dollars courants (ONU : Statistics Division)

L’économie française réalise depuis une quarantaine d’années des performances très médiocres, bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles