Cette sagesse partagée par Donald Trump… et Bono

La rock star Bono (U2) partage l’avis de Donald Trump concernant les enfers fiscaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump (Crédits : Gage Skidmore, licence CC BY-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette sagesse partagée par Donald Trump… et Bono

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 août 2015
- A +

Par Daniel J. Mitchell.

Donald Trump credits Gage Skidmore via Flickr ( (CC BY-SA 2.0)
Donald Trump credits Gage Skidmore via Flickr ( (CC BY-SA 2.0)

Si je vous demandais ce que Donald Trump et Bono ont en commun, la réponse facile et correcte serait qu’ils ont tous les deux beaucoup d’argent. Mais si je vous demandais d’identifier un point de vue que ces deux hommes ont en commun, la question deviendrait à première vue bien plus compliquée. Après tout, une star du rock et un magnat de l’immobilier sont probablement les personnes les plus dissemblables qui soient.

Et pourtant, la réponse devrait être évidente.

Je vais vous donner un gros coup de pouce : vous avez probablement le même point de vue qu’eux… Au moins si vous répondez « non » à la première question et « oui » à la seconde :

  1. Avez-vous déjà volontairement payé plus que vos impôts ?
  2. Ou, comme John Kerry ou Bill et Hillary Clinton, prenez-vous les mesures intelligentes pour minimiser le montant qui vous sera confisqué par l’État ?

En d’autres mots, l’optique communément partagée par Donald Trump et par Bono est celle qui est la plus partagée par les personnes raisonnables. Autrement dit, vos revenus vous appartiennent, à vous seul et non à de cupides politiciens. Cela agace des politiciens comme David Cameron au Royaume-Uni, qui semble penser que nous avons comme une sorte d’obligation morale à financer ses lubies d’achats de vote. Mais je parie pour ma part que la plupart d’entre nous est d’accord avec Trump. Voici quelques extraits d’un reportage de CNN.

« Trump a levé toute ambiguïté : « Je paye aussi peu que possible » a-t-il dit. « Je me bats comme un chien pour payer aussi peu que possible, pour deux raisons. Primo, je suis un homme d’affaires et c’est comme ça que vous devez procéder, remettre l’argent dans votre entreprise et ses salariés et tout le reste. Mais l’autre raison, c’est que je hais la façon dont notre gouvernement dépense nos impôts. Je déteste la façon dont ils gaspille notre argent. Des milliards et des milliards de dollars de gaspillages et d’abus, et je déteste ça », a déclaré Trump. « Et je serai probablement le premier candidat dans l’histoire politique de ce pays à dire ça, j’essaie – et d’ailleurs, exactement comme tous les autres contribuables – de payer aussi peu d’impôts que possible. Et je le redis : l’une des principales raisons est que je déteste ce que notre État fait avec l’argent que nous lui donnons. » »

Amen.

Comme économiste, je ne veux pas d’une augmentation des impôts qui affaiblira l’économie et retombera sur les travailleurs. Mais ce qui m’insupporte au plus haut point est cette idée d’envoyer encore plus d’argent vers la capitale où il y a tant de gaspillage, de fraudes et d’abus. Et je soupçonne que des dizaines de millions d’autres Américains seront d’accord pour dire qu’il serait irresponsable de récompenser les bouffonneries coûteuses des politiciens de Washington en leur envoyant encore plus de notre argent.

Ce qui est la raison pour laquelle la plupart d’entre nous sera d’accord avec l’opinion de Bono. Comme le rapporte le journal anglais Mirror, Bono a déclaré être très « attaché » à minimiser ses impôts et qu’il serait « stupide » de se comporter autrement.

« Les membres de U2 ont répondu aux allégations qui prétendaient qu’ils avaient mis des millions de livres à l’abri dans des paradis fiscaux en expliquant qu’ils ont juste agi « de façon raisonnable ». Dans un entretien accordé à Sky News, le chanteur Bono a même insisté sur le fait que le groupe paye déjà une fortune en impôts et que c’était la bonne décision de déplacer une partie de leurs affaires vers les Pays-Bas. « Les personnes intelligentes qui travaillent pour nous font ce qui est raisonnable en regard de notre imposition » a-t-il dit… « Parce que nous sommes philanthropes et que je suis un activiste, les gens s’imaginent que je dois être stupide en affaire. » »

Bingo, il a parfaitement raison.

En effet, et bien que j’aie déjà loué les analyses économiques de Bono dans le passé, je soupçonne qu’il ne perçoit même pas à quel point il a raison. Parce qu’il n’a pas seulement raison du point de vue des affaires du groupe, il a aussi raison de faire ce qui est bon pour nous.

P.S. Bien qu’heureux de constater que les gauchistes font, eux aussi, tout pour minimiser leurs ponctions fiscales, ce serait mieux s’ils n’étaient pas aussi hypocrites.


Traduction Contrepoints de « What Elementary Bit of Wisdom Is Shared by Donald Trump and Bono ? »

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • D’un autre coté, il est aisé pour un Bono ou un Trump d’optimiser tout cela, pour le simple quidam qui gagne entre 1000 et 5000€ c’est une autre paire de manche. C’est un peu comme les subventions cette histoire, des entreprises peuvent se permettre d’avoir des services pour s’en occuper , les petites et moyennes entreprises non, enfin c’est nettement plus difficile, donc nos impots a TOUS financent des subventions aux grandes entreprises. Alors qu’il suffirait de baisser l’imposition globale des entreprises et de supprimer les subventions. Donc au final, non les grandes entreprises n’ont pas raison de se battre pour avoir le plus de subventions… et bien il en est de meme pour ses bono & co, qui, en délocalisant leurs fortunes, baisse les revenus normalement acquis par les états, et par la force des choses, augmentent pour les classes moyennes. Non ces gens devraient se battre pour faire réduire les dépenses d’Etat mais certainement pas détourner de l’argent qui doit revenir a l’Etat.

    • Donc roulez à 90 sur une route limitée à 90 est un délit pour vous.

      Liberté Adorée… faudrait changer de pseudo…

      • J’ai parler de délit quelque part, attend je vais me relire 10 fois !
        Je ne dis pas qu’il faut condamner ceux qui optimisent l’argent qu’ils ont, mais je dis qu’il ne faut pas les faire passer pour des héros ou je ne sais quoi. Ils sont en partie responsable du fait que le simple citoyen doivent payer plus d’impot. Donc après libre a vous de penser qu’un mec comme Trump ou autre est un super héros car il a une dizaine de financier qui passent leurs journées à tout faire pour payer moins, ce que vous serez jamais capable de faire, mais moi je n’en fait pas des héros, clairement pas. Maintenant si demain j’avais les moyens techniques de le faire, je le ferais sans hésiter, mais cela ne ferait pas de moi un super héros, juste un mec qui optimise son argent, en se foutant que ce soit sa propre famille qui paye le manque a gagner.
        Et a ce moment vous avez rien contre les gens qui vivent du chomage sans chercher d’emplois, et a la fin prennent le RSA et toutes les aides et vivent a vie au crochet de l’Etat ? Ba oui c’est légal, donc tout va bien.

        • Si ce ne sont pas des héros, ils n’en sont pas moins louables; louables parce que ce qu’ils feront de l’argent ainsi économisé sera de toutes façons plus profitable à la communauté que le gaspillage qu’en aurait fait l’Etat s’il avait pu mettre la main dessus.

        • Lors ne le qualifiez pas de « détournement d’argent qui doir revenir à l’état »
          Le détournement de fonds est un délit pénal et quand c’est au détriment de l’état c’est une délit aggravé.

          J’aurais plutot apprécié avec un tel pseudo que vous nous parliez de l’immense détournement de fonds au niveau de l’état. De même il ne vous vient pas à l’esprit qu’il serait préférable de demander une égalité de traitement plutôt qu’un ajustement par le haut : avec votre raisonnement vous êtes certainement partisan que la fiscalité du gasoil soit mise à niveau de celle du super parce que c’est vraiment pas juste que les autres paient moins que moi.

          Quant à votre exemple du chômage RSA etc, vous nous parlez ici de systèmes encore une fois gérés par l’état et qui font la preuve de l’inadaptation de solutions publiques dispendieuses à des problèmes privés.

          Mais oui, je paie donc il n’y a pas de raisons que les autres ne paient pas aussi sinon l’état va avoir un mankagagner.

        • « Ils sont en partie responsable du fait que le simple citoyen doivent payer plus d’impot » : certainement pas, en aucune façon, pour la bonne raison que l’argent des impôts n’appartient pas à l’Etat mais à chaque citoyen subissant la spoliation fiscale. Votre affirmation repose sur l’idée que les citoyens seraient la propriété de l’Etat qui pourrait agir à sa guise à leur égard, avec la conséquence implicite que les impôts seraient un dû intangible à son maître. Rien n’est plus illibéral, anti-humaniste, contraire à l’idée qu’on se fait de la primauté de l’individu et de la propriété privée.

          Les politocards, les bureaucrites et les autres parasites parfaitement improductifs qui refusent de baisser les dépenses publiques, donc les taxes alimentant leurs gras revenus volés aux citoyens productifs, sont seuls responsables du niveau de taxation qui lamine tel ou tel pays.

          Optimiser sa charge fiscale, en réponse à la spoliation planifiée par l’Etat obèse, est un devoir moral impérieux de n’importe quel citoyen, pauvre ou riche, gérant son bien en bon père de famille. Le jour où l’Etat ne sera plus obèse, lorsqu’il sera devenu strictement régalien, c’est-à-dire quand l’impôt ne sera plus ce vol immoral qu’il est actuellement, alors seulement il n’y aura plus nécessité d’optimiser.

        • Je pense que vous vous trompez sur un point: l’Etat ne raisonne pas en terme de « courir les impôts que n’ont pas payé les gens qui optimisent ». Ils veulent e plus de pognon possible point. Ils ne taxent pas plus votre famille à cause des gens qui payent moins. Ils les taxent plus parce qu’ils le peuvent. Manque à gagner ou pas de toute facon l’Etat dépense toujours plus qu’il ne récolte.

          Donc je pense que dire que l’évitement de l’impot par certain est une augmentation d’impôt pour les autres est fallatieux.

          • Oui d’ailleurs le surplus n’est jamais reversé ni transféré dans le budget suivant. Il est dépensé de suite dans des investissements non productifs qui occasionnent des frais de fonctionnement qui pénalisent le budget suivant.
            Donc ceux qui évitent l’impôt nous rendent service en fait.

        • Vous les pontez moralement.

        • Toutes les mesures (pas le mariage homo!) prises par F.Hollande ont aggravé à la fois la ponction fiscale et les politiques dépensières: 57 ou 58% de PIB bouffés par l’état et ses annexes!
          Le mille feuille qui comportent toujours autant de niveaux!
          La réforme des régions qui se fera dans la douleur sans extraordinaire gain de productivité, probablement. La France est un enfer fiscal sans autre raison aussi objective qu’un état trop gourmand (qualifié « d’obèse » par des Français, eux-mêmes!).

          Non, les citoyens et les électeurs n’ont pas à être solidaires quand ils ont l’impression qu’un « état » est devenu soit stupide soit très très très égoïste, soit les deux!

          Et si je suis d’accord pour une harmonisation fiscale européenne dans les différentes taxes existantes, réduites à un tronc commun, je suis en totale opposition aux taxes que je n’ai pas à payer, maintenant, mais que l’Europe imposerait à mon pays de prélever, à commencer par la taxe sur la fortune, pour faire plaisir à la France qui en rêve!

          Il n’y a aucune raison de conserver une plus totale concurrence commerciale et, en même temps, de supprimer la concurrence fiscale entre les pays!

          Ça n’a aucun sens de protéger les états-nations mal gérés au détriment de ceux dont la gestion est plus vertueuse!

          Ce sera donc plutôt la France qu’il conviendra de mettre au pas, alors qu’elle semble attendre l’intervention autoritaire de l’Union Européenne pour enfin répondre aux « critères de convergences », ce qu’elle a promis de faire 20 fois alors qu’elle n’a rien fait pour y arriver!

          Mais, heureusement, même A.Merkel refusera!

          Il suffit de voir le « poids » de P.Moscovici (sous tutelle) dans la Commission pour se rendre compte de ce que l’Union et ses autres membres pensent de la France, prétendue (par elle-même) encore « moteur », avec l’Allemagne, de l’Europe: plus personne ne croit que ce mauvais joueur mérite encore des égards! Quel gâchis!!!

    • liberté adorée: « baisse les revenus normalement acquis par les états »

      Les tâches régaliennes, y compris routes etc. utilisent une infime partie de prélèvements (dans les 15%) Un état doit « normalement » pouvoir assumer pleinement ses tâches à 25%-35% du PIB et pas 57% comme en France.

      La preuve, L’état d’à coté prélève 50% de moins que la France, il occupe seulement 30% du PIB et tout y va excellemment mieux.

      • Je ne voudrais pas avoir l’air de faire une fixation, mais il serait bon de faire des comparaisons réalistes, faute de quoi vous risquez de faire passer la Suisse pour un paradis libéral et bien géré qu’elle n’est pas (en tout cas pour le bien géré).

        Les dettes de différents pays ne peuvent se comparer quand dans l’hypothèse où l’on prend en compte des dépenses comparables. Il convient alors de considérer aussi les collectivités locales (d’autant que la répartition des dépenses peut varier d’un pays à l’autre). En l’occurrence, j’ai donné en exemple en commentaire d’un autre article aujourd’hui le montant de dette public fédéral + cantonal pour le canton de Genève, et la dette se monte à plus de 33 KF par habitant. Il se trouve qu’en Suisse, l’instruction publique, la police, par exemple, dépendent des cantons et non de la confédération.

        • Cherry picking

          Oui Genève n’est pas une référence, les communes vaudoises sont les plus endettées elles ont de qui tenir.
          Les autres sont à moins de la moitié voire moins du quart.

          Endettement pas canton par habitant en CHF :

          http://www.rts.ch/info/regions/vaud/6212372-les-communes-vaudoises-sont-parmi-les-plus-endettees.html

        • Drovosyk: « Les dettes de différents pays ne peuvent se comparer quand dans l’hypothèse où l’on prend en compte des dépenses comparables. Il convient alors de considérer aussi les collectivités locales »

          Très bien, mais vous tenez vraiment à prendre en compte les pires collectivités locales française ?
          C’est donner le bâton pour se faire battre.

          Drovosyk: « canton de Genève »

          Un des canton les plus socialistes de suisse. Bizarrement les cantons francophones sont les plus mal gérés, comme le Québec et la Belgique francophone.

          • Les cantons romands sont suisses, soit parties prenante de votre paradis libéral.

            De nouveau, je ne nie pas qu’en Suisse la situation soit moins pire qu’ailleurs, mais ça n’en fait pas un idéal pour autant…

            • Drovosyk: « De nouveau, je ne nie pas qu’en Suisse la situation soit moins pire qu’ailleurs, mais ça n’en fait pas un idéal pour autant… »

              Elle n’est pas « moins pire », elle est carrément bonne voir excellente si on regarde la France qui est en faillite dans tous ses aspects.

              • « bonne si on regarde la France »…

                Donc c’est bien « moins pire qu’ailleurs ».
                Je vous rappelle au passage que les estimation empiriques et historiques de la courbe de Rahn donnent un optimum de dépense publique situé aux alentours de 10-15% du PIB, pas des 25-35% Suisses que vous citez. Il y a donc bien en Suisse (et pas uniquement dans le canton de Genève) des gaspillages, des impôts trop élevés, de la dépense publique excédentaire, des libertés bafouées etc.

                Beaucoup moins que chez les voisins du sud et de l’ouest, c’est certain. Mais trop quand même.

                • Franz : « Il y a donc bien en Suisse (et pas uniquement dans le canton de Genève) des gaspillages, des impôts trop élevés, de la dépense publique excédentaire, des libertés bafouées etc. »

                  C’est certain et la tendance est à l’alourdissement.
                  Toutefois elle reste un modèle de réelle démocratie et d’efficacité au milieu de pays développés qui enfoncent quasi tous joyeusement les niveaux de dépense publique.

                  Franz : situé aux alentours de 10-15% du PIB

                  En supprimant les humains ça doit être possible.

                  Je ne comprend pas parfaitement la critique toutefois: le médiocre de la classe montre la morve au nez du meilleurs pour… quel raison ? Ne pas tendre vers ce but ? Ne pas prendre exemple ?

                  • « Franz : situé aux alentours de 10-15% du PIB

                    En supprimant les humains ça doit être possible. »

                    En supprimant les humains, on peut faire 0%… 10-15% sont en effet suffisants pour les fonctions régaliennes.

                    La Suisse fait beaucoup mieux que la France, certes, mais c’est pas pour ça que le modèle Suisse est le meilleur possible. Quitte à réformer, pourquoi s’arrêter à la moitié du boulot? Juste pour faire comme la Suisse? Ce serait dommage.

                    Je rêverais qu’on instaure un impôt unique à 12-13%, en privatisant tout ce qui peut l’être (assurances, chômage, retraites, santé…) c’est un taux qui n’a rien d’extravagant. Ça, ce serait un vrai choc de simplification. Mais les problèmes de la France sont loin de se réduire à ça. On paye plein pot le prix des régulations diverses et variées qui nous pourrissent la vie, des subventions aussi.

                  • C’est clair: 25 à 35% pour la Suisse, c’est un peu large comme fourchette, alors que le chiffre, pour cette année risque d’atteindre 58% pour la France, alors que personne ne s’occupe vraiment d’alléger l’appareil d’état et sa diarrhée continue de nouvelles lois et nouveaux règlements, toujours plus liberticides et confiscatoires contre toute envie de cacher votre intimité.

                    C’est le dit-Voltaire qui disait: « il faut cultiver notre jardin » sauf que « le jardin » est visible et mesurable via « google map-satellite »: si vous continuez à laisser faire, un jour, on vous imposera sur les carottes cultivées par vos soins en concurrence avec des agriculteurs professionnels à qui votre obole sera versée, par solidarité, exception faite de 30% de cette taxe pour payer les recherches qu ont trouvé vos carottes!n, les papiers, les fonctionnaires, la collecte et la redistribution.

                    Bon, je suis bien au courant que Voltaire, dans « Candide », en parlait au sens parabolique, de ce jardin.

                    Mais ce que j’insinue, c’est que la loi « Renseignements » risque bien d’avoir des atouts fiscaux, sociaux et autres pour l’état, bien plus efficaces et plus « payants » que pour la recherche de terroristes! Et ce n’est pas cher: c’est l’ordinateur qui se charge du boulot et « l’état-citoyens » qui paie!

                    Quand j’ai commencé à travailler en France, j’ai joué le jeu: cabinet de consultation privée (mais étranger = secteur 1 obligatoire), clinique privée, formalités de reconnaissance de diplôme: sécu, préfecture, tribunal, + n° siret, Ordre des médecins, hôtel des impôts, URSSAF, CARMF, CRAM etc … etc …

                    Après 5 années de découvertes méchamment surprenantes (« taxe professionnelle », taxe sur les salaires, TVA sur les factures du service compta, je m’informe à la CARMF du montant de retraite constitué: 3 X rien!

                    Impossible de continuer comme ça: après examen des textes officiels, je me suis fait un revenu professionnel minime dans mon pays de domicile et de résidence, condition suffisante pour payer mes cotisations sociales dans mon pays.

                    La croix et la bannière pour l’employé « innocent » qui ne comprenait rien à ma demande vu qu’il ignorait totalement la législation européenne: j’ai donc dû lu expliquer ce qui était de sa compétence (!) mais il ne me croyait pas!(Forcément, ce n’est pas un étranger qui va expliquer à un Français, supérieur par définition de l’a priori chauvin! Et pus quoi encore?).

                    Je me suis donc fendu d’un courrier détaillé avec références aux conventions signées à telle date etc …

                    Je ne l’ai jamais regretté, évidemment!

                    Et maintenant, après un an, j’attends encore ma retraite de la caisse générale de retraite française: quel bordel!

                    Ici, à ma demande de retraite, tardive, j’en conviens, le « fonctionnaire » du service national m’a téléphoné pour me dire qu’il attendait les activités à l’étranger pour définir le montant qui m’est dû mais qu’il était décidé de m’accorder une avance mensuelle (1 000 €, quand même!) à partir non pas de la date de ma demande mais de ma date anniversaire correspondant à l’âge légal de retraite (65 ans). Et le courrier par e-mail est valable, y compris pour le transfert de documents!

                    Le courrier de confirmation portait clairement de nom de « mon » fonctionnaire-correspondant, responsable de mon cas », avec le n° d’appel téléphonique direct sur son poste de travail: si il est absent, quelqu’un du service répond quand même! Invraisemblable, en France, sans doute?

                    L’administration des 5 millions de fonctionnaires a un retard de modernisation et rationnalisation tel qu’on est endroit de se poser la question de savoir si il n’est pas syndicalement nécessaire pour garder autant de fonctionnaires brassant autant de paperasse!

  • Allez dire cela a la masse des Français.
    Ils sont 60% a ne pas payer d’impôts.
    Ils croient tous que leur salaire est le salaire net. Parfois vous en avez un qui croit que c’est le brut. Mais aucun n’est capable de dire quel est sont salaire complet.
    En plus le Français est trop sot pour payer quelque chose directement.
    C’est son employeur le percepteur qui se charge gratos de tout pour lui;

    • « Ils sont 60% a ne pas payer d’impôts. ». Oui ils sont 60% à le croire

      • Même pas.
        La CSG étant une cotisation sociale, directement ils ne payent absolument aucun impôt intuitu personae….
        TVA IRPP et le reste sont des impôts sur la consommation ou le foncier.
        Ce sont des « nontribuables ».

        Ces Français sont des décalés de la contribution directe.
        Une société qui vit sans rien contribuer à rien directement, sans rien penser sans rien choisir de son propre libre arbitre, directement responsable de rien, et habituée à profiter de la redistribution sans réfléchir….
        Leurs patrons s’ocupent de tout, tout tout.

        http://lequidampost.fr/savez-vous-que-le-metier-de-patron-nest-pas-percepteur/

        • la TVA ou n’importe quelle taxe sur la consommation devrait être le seul impôt payé par les particuliers…
          Mais elle devrait être visible et perçue comme telle. Elle doit garder le caractère « dolorosif » de l’impôt. Comme les « sales taxes » aux US qui n’apparaissent pas sur les étiquettes et sont rajoutées quand vous passez à la caisse. Même si ce n’est que 7 ou 8% vous voyez bien que vous payez, beaucoup.

          Alors avec nos 20% de TVA, les gens s’imaginent ne pas payer parce qu’ils ne les voient pas, ne les sentent pas. Montrez leur tout ce qu’ils larguent en TVA et TIPP et d’un coup vous verrez le « consentement à l’impôt » des « pauvres » non imposés sur le revenu s’évanouir comme fois gras au soleil.

          • Bien vrai. L’avantage énorme des sales tax ou TVA, c’est que ce sont des impôts qui ne nécessitent aucun fichage des particuliers. Déjà en soit c’est une excellente chose, mais en plus, ça veut dire que moins de fonctionnaires sont nécessaires pour faire fonctionner le truc.

  • Ce que ces gens ont en commun est l’authenticité
    C’est pour cette raison que Donald Trump ou Bono ont du succès, les gens en on marre des menteurs, Trump est authentique tout comme l’est Vladimir Poutine, l’un est financier politicien et l’autre patriote politicien mais dans les deux cas ce ne sont pas des faux cul comme nos journalistes et politiciens.

  • Cela me rappelle un roi qui voulait lever des impôts à 75%, à partir de 1 300 000 de patrimoine, une chance, que son patrimoine ne fut que de 1 297 000E-

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles