Les États-Unis premier producteur mondial de pétrole

Les États-Unis ont détrôné l’Arabie Saoudite en reprenant le leadership mondial de l’extraction d’or noir. Le gaz de schiste n’est pas étranger à ce succès.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
oil well pump jacks-Richard Masoner(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les États-Unis premier producteur mondial de pétrole

Publié le 17 août 2015
- A +

Par Fatoumata Cissé
Un article de Trop Libre

oil well pump jacks-Richard Masoner(CC BY-SA 2.0)
oil well pump jacks-Richard Masoner(CC BY-SA 2.0)

 

Le mois de juin a été marqué par l’évolution de la géopolitique énergétique dans le secteur du pétrole et du gaz. En effet, les États-Unis ont détrôné l’Arabie Saoudite en reprenant le leadership mondial de l’extraction d’or noir. D’après une étude faite par British Petroleum (BP), les États-Unis auraient produit environ « 2,1 millions de barils par jour » en 2014, ce qui leur a permis de devancer l’Arabie Saoudite et la Russie. C’est la croissance la plus importante (« plus 1,6 million de barils par jour ») jamais répertoriée par le géant britannique ; elle a été permise par l’exploitation du gaz de schiste.

Le classement s’est aussi inversé du côté des plus gros consommateurs, avec la Chine qui en prend la tête, du fait de l’augmentation de sa demande de « 390 000 barils par jour », même si elle consomme de moins en moins compte tenu de « l’essoufflement économique » qu’elle traverse.

Malgré la forte baisse du prix du baril (« environ 60 dollars »), l’exploitation du schiste est très rentable pour les producteurs américains et leur nation ; grâce notamment aux prouesses techniques en matière d’extraction, et à l’ajustement de l’offre par rapport à la demande. Ainsi, de nombreuses innovations se sont développées autour de l’exploitation de ce gaz « non conventionnel », avec l’utilisation des techniques de forage horizontal et de fracturation hydraulique.

Ces procédés ont des coûts de moins en moins élevés grâce aux économies d’échelle réalisées dans ce domaine. « La fracturation consiste à fracturer (ou plutôt à fissurer) la roche en y injectant sous très forte pression un fluide à base d’eau contenant du sable et des additifs ». Ensuite, du gaz de schiste est extrait pour l’élaboration de gaz énergétique, et de l’huile de schiste pour le pétrole.

Par ailleurs, les producteurs ont su s’adapter à la demande mondiale et au prix du marché en réduisant leur main-d’œuvre. Cependant, le marché du travail dans ce secteur se porte de mieux en mieux, il suffit de visiter le Dakota du Nord ou le Texas pour le constater. Reste à savoir si ce regain s’effectuera sur le long terme, car le prix du baril ne pourra pas rester plus longtemps à ce niveau, et les externalités négatives engendrées par ce processus d’exploitation commencent à prendre de l’ampleur.

La loi du plus fort

L’extraction par fracturation hydraulique constituerait un danger pour l’environnement, car elle rejetterait environ « 750 produits chimiques », dont le méthane ou des composants radioactifs. Puis, il est nécessaire d’avoir à sa disposition un volume d’eau conséquent, « de 15 à 20 millions de litres d’eau pour un forage ». D’autant plus que les nappes phréatiques sont polluées, ce qui mène à de néfastes conséquences pour l’homme (développement de maladies respiratoires) et pour le secteur agricole.

Toutefois certains pays européens (Pologne) se sont laissé convaincre par la démonstration novatrice des exploitants américains. Il ne reste plus qu’à voir qui a eu raison ou non de se lancer dans la production des gaz de schiste…


Sur le web

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Les États-Unis sont devenus le premier pays producteur, pas exportateur ! Ils sont importateurs nets de pétrole d’ailleurs. Le titre et le premier paragraphe de l’article sont faux !

    Un tel manque de précision dans la manipulation de concepts économiques de base est inquiétant pour Génération Libre et Contrepoints !

  • Attention, les USA sont devenus 1er producteur mais pas 1er exporteur, le pays ne peut exporter que certaines variétés de pétrole car l’exporter est pratiquement interdit sauf vers le Mexique depuis cette semaine grâce à une action d’Obama (oui vous avez bien lu) mais le Mexique n’est pas un gros marché pétrolier…

  •  » Malgré la forte baisse du prix du baril (« environ 60 dollars »), l’exploitation du schiste est très rentable pour les producteurs américains et leur nation ; grâce notamment aux prouesses techniques en matière d’extraction, et à l’ajustement de l’offre par rapport à la demande. Ainsi, de nombreuses innovations se sont développées autour de l’exploitation de ce gaz « non conventionnel », avec l’utilisation des techniques de forage horizontal et de fracturation hydraulique. »

    Oui c’est extraordinaire ! Selon Bloomberg certains champs pétroliers sont désormais rentables en dessous de 30 dollars ! Rendez-vous compte qu’il y a même pas 2 ans il fallait atteindre 75$ pour avoir une rentabilité ! Innovation et adaptabilité sont une grande force de l’économie US eten voulant jouant au gros malin l’Arabie Saoudite s’est brûlé les doigts vu qu’elle visait la surproduction pour faire dégager les producteurs de schiste du marché..Elle a avoué elle-même que ça n’a pas fonctionné. Autant les producteurs US peuvent se permettre un baril sous 50 dollars autant les Etats producteurs ne le peuvent pas : l’Arabie doit puiser dans ses réserves accumulées pour financer ses dépenses sociales et militaires élevées, la Norvège doit puiser dedans aussi de même que la Russie qui est contrainte aux baisses de dépenses hors armée, le Venezuela a déjà tout épuisé et se retrouve en très grande difficulté…Bref, le génie capitaliste US dépasse les Etats.

  • « Toutefois certains pays européens (Pologne) se sont laissé convaincre par la démonstration novatrice des exploitants américains. Il ne reste plus qu’à voir qui a eu raison ou non de se lancer dans la production des gaz de schiste… »

    C’est déjà un ratage en fait, les réserves seraient beaucoup faibles qu’estimées auparavant et le pays n’a pas les dispositions législatives qui permettraient une forte exploitation sans soucis. Le développement du schiste en Europe me paraît plus que compromis.

  • Donc le prix du baril est en dessous de 50$
    Bien.
    Ca fait pas beaucoup baisser le carburant à la pompe.
    On peut m’expliquer pourquoi
    (Aout 2014 : Brut : 100$/E95 : 1,5€)
    (Aout 2015 : Brut : 41$/E95 : 1,4€)

    • Parce qu’il faut l’acheter en dollars US, conversion+taxes+collusion=même prix que quand le baril était à 100$

      • Eh oui, l’euro faible rend mécaniquement le pétrole, acheté en dollars, plus cher et les taxes de l’Etat n »arrange rien. Les consommateurs américains sont heureux eux car chez eux le prix à la pompe baisse nettement.

        • Alors :
          Aout 2014 : 1€ ≈1,34$ & baril : 100$ donc baril à 74€
          Aout 2015 : 1€ ≈1,11$ & baril : 41$ donc baril à 37€

          [N-B. Raffinage 7% – distribution 6% – taxes 46% (Elec 34%, gaz 21%) soit ≈ +60% de frais]

          Aout 2014 : 74€x1,6 : 118€
          Aout 2015 : 37€x1,6 : 59€

          Comprends toujours pas

          • C’est parce que la TICPE est FIXE au prix du litre : 62.41 cents pour le super et 46.82 cents pour le gasoil routier. La TICPE n’inclut pas la TVA qui elle est en plus à la fin
            Apès la TICPE il faut ajouter une taxe régionale FIXE qui peut aller jusqu’à 2.5 cents par litre… et par dessus toussa la seule taxe qui est proportionnelle c’est à dire la TVA.

            Donc TICPE+TVA vous ne pourrez jamais descendre en dessous de 75 cents le super même si le pétrole était gratuit.

            http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-fiscalite-des-produits,11221.html

            • Merci de vos indications

              • Juste une chose Liesse oui Clown, quand vous parlez de taxes en donnant un taux il faut se référer au prix HT c-a-d ce qu’on rajoute au prix HT. Les taxes ne sont pas de 40 ou 60% sur le gasoil mais de 163%. je comprends bien que vous vouliez dire qu’elles représentent 40 ou 60% du prix final mais…

                Explications :
                Le prix du super est actuellement à 1.35E environ TTC. Donc son prix hors TVA est de 1.35/1.2=1.125E
                En enlevant la TICPE et la taxe régionale ça donne 0.476E HT le litre de gasoil (hors toutes taxes)

                La TICPE+la taxe régionale est donc une taxe de (0.6241+0.025)/0.476=136% et multipliée par la TVA ça donne 136*1.2=163%

                Donc le super est taxé à 163% et les taxes représentent 163/(100+163)=62% du prix de vente.

                Mais de même que l’on dit que la TVA sur une voiture est à 20% on devrait dire que les taxes sur le super sont de 163%.

                • Merci encore de cet élément complémentaire.

                  CEPENDANT

                  Je comprends mieux quand vous spécifiez qu’il s’agit d’une par FIXE et non PROPORTIONNELLE de taxes.

                  Je prends bonne note de la proportion de taxe sure le gazole; mais si effectivement il s’agissait d’un taux mon analyse serait vrai et le prix du carburant (Quel qu’il soit) aurait du notablement baisser. Dans le cas d’une taxe fixe, comme vous en donnez l’exemple, avec un baril à 0, la part fixe reste

    • Comme d’habitude l’état Français à récupéré l’essentiel le la baisse à son profits…

    • et il me semble que c’est la baisse du pétrole qui a permis une baisse de l’euro…

  • Il manque beaucoup de sources sur ces infos, j’ai un doute sérieux sur les chiffres donnés dans cet article.
    Preuve que l’auteur manque sérieusement de sources => toutes les compagnies ont quitté la Pologne car ils n’ont rien trouvé de valable. En Roumanie même fiasco. Le rêve Ukrainien risque fort d’obtenir le même résultat.
    Bref article nul à ne pas prendre en considération

    • Le constat est pourtant vrai : les USA sont le 1er producteur mondial de gaz et pétrole, passant Russie et Arabie Saoudite.

    • Jo, vous réagissez exactement comme les media mainstream qui ont cassé de l’américain quand ces derniers ont commencé à s’intéresser aux gaz de schiste au moment de la phase exploratoire puis int continué quand en phase de production ces mêmes medias ont répété à outrance qu’au dessous de 80$ le baril c’était cuit… et à 50$ la cause était entendue !

      La Pologne est dans une phase exploratoire, ça demande des investissements et ce n’est peut-être pas le moment avec le pétrole à ce niveau là (ratio gain risque). Les américains ont commencé leur phase exploratoire avec un pétrole à plus de 120$.

      Ne pas négliger non plus la commission européenne qui met des bâtons dans les roues à la Pologne quant aux études d’impact. Effectivement, en tant qu’investisseur le mieux est d’attendre une clarification.

      Votre conclusion : « Bref article nul à ne pas prendre en considération »: L’époque des censeurs est révolue.

    • Le chiffre de production donné (les États-Unis auraient produit environ « 2,1 millions de barils par jour » en 2014) est totalement fantaisiste. Pour dépasser l’Arabie saoudite et la Russie il faudrait produire environ 100 millions de barils par jour (chiffre légèrement variable suivant que l’on tient compte ou pas des liquides de gaz naturel)

  • Je ne sais pas si le début de l’article est correct mais la fin est lamentable.
    Les deux derniers paragraphes ne sont pas de l’information mais un copié collé à la va vite de la propagande d’écologiste idéologue.
    La méthode de désinformation est connue: elle consiste à ne jamais donner les chiffres des quantités.
    Qualifier des composants radioactif (lesquels, injectés où remontée naturelle?? Savez vous que toute la terre est farcie d’uranium?? ) de produits chimiques montre que l’auteur n’a pas de bases scientifiques.
    Ce baratin pour les incultes oublie de préciser que les autorisations d’exploitation sont données par les gouvernements qui font des lois.
    Si l’auteur était sérieux il serait capable de dire ce que les lois américaines autorisent et combien de fois les exploitants ont été condamnés s’ils ne les ont pas respectées.
    S’il en est capable l’auteur pourrait dire en quoi les lois américaines sont contestables.
    Prenons un exemple avec l’eau.
    D’abord les forages sont très profonds et tubés. L’auteur est-il capable de dire combien de forages ont été faits et combien ont donné lieu à des fuites dans les nappes phréatiques????
    Pour de qui est de la quantité d’eau, elle est surévaluée. C’est plutôt 6 à 9 mille m3 ce qui représente 2 à 3 piscines olympiques. C’est effectivement épouvantable, vite fermons les piscines olympiques.
    De plus l’eau utilisée n’est perdue que si l’on est dans un désert. Dans la plupart des cas elle retourne d’où elle vient après avoir été dépolluée.
    L’auteur est-il capable de dire quelles sont les normes de rejets aux US et combien d’exploitants ont été condamnés???
    Monsieur l’auteur vous avez bien des progrès à faire pour être sérieux et je m’étonne que ce site ait pu laisser passer ce texte contenant autant de conditionnel ou d’affirmations sans références.

    • il me semble que vous venez d’utiliser le même procédé que les escrologistes quand ils veulent appuyer leurs propos, genre donner les mesures de radiocativité en microsieverts pour affoler le gogo parce que là ça coche en gros nombres. Vous faites l’inverse, prendre une unité plus grande pour que ça fasse plus « léger », 6 à 9 mille m3, ça fait 6 à 9 millions de litres, certes c’est moins que 15 à 20 mais quand même.

      • dans le wiki, il est précisé que la fracturation hydraulique est efficace sur environ 150 mètres latéralement de part et d’autre du tuyau de forage, soit 300 mètres de large. il est dit également qu’il faut 30 fractures de 300 m3 chacune par km de forage horizontal, soit 9 000 m3 d’eau par km linéaire, soit 30 000 m3 d’eau par km2.
        soit 30 000 m3 d’eau par million de m2. soit 0,030 m3 d’eau par m2, ce qui représente 3 cm de pluie… cela représente 2 à 3 semaines de pluies moyennes dans les endroits les plus secs de france métropolitaine, et en moyenne 10 jours de pluies moyennes (chez moi 1 semaine de pluies moyennes), et le forage peut être actif pendant 10 ans…
        en réalité, la fracture hydraulique consomme extrêmement peu d’eau.
        de plus, cette eau est facilement recyclée, une simple décantation suffit.
        concernant les « 750 produits chimiques », le 90 % en volume de ces produits chimiques est constitué de d’oxyde de dihydrogène entièrement naturel (hahaha). 9 % en volume de ces produits chimiques est constitué de sable, matériaux inerte et non polluant. il reste à traiter 1 % en volume de boues, rien d’insurmontable.

      • 6 à 9 mille m3, ça fait 6 à 9 millions de litres, certes c’est moins que 15 à 20 mais quand même.

        Bah oui, ça fait juste une différence d’un facteur 2 ou 3, une paille non ? Sauf que si on se plante sur vos impôts d’un facteur identique vous n’allez sans doute pas trouver ça minime.
        Plutôt que de pinailler sur le changement d’unité de mesure qui ne joue probablement pas trop là, vu que la comparaison (en piscines olympiques) est donnée.

        • J’ai rectifié le tir plus bas quant à votre comparaison, c’est pas du pinaillage, c’est pitoyable. « Facteur 2 ou 3, une paille non? » Mon dieu, mon dieu j’ai mangé deux pommes au lieu d’une ce midi, facteur 2!!! oulala coup fourré, véhicule prioritaire. Yves LETOILE a très bien défendu et appuyé son argumentaire en me répondant, il a pas besoin qu’un grincheux vienne jouer aux facteurs, capice?

          « Plutôt que de pinailler sur le changement d’unité de mesure qui ne joue probablement pas trop là, vu que la comparaison (en piscines olympiques) est donnée. » j’attends la suite, cette phrase ne veut strictement rien dire, « plutôt que… »eh bien, on/je doit/dois faire quoi?

    • Il y a une autre source abondante et incontrôlée de rejets de produits chimiques dans la nature, les sols et les cours d’eau. Ces rejets contiennent entre autres :

      – des chlorures,
      – des sulfates,
      – des phosphates,
      – des carbonates,
      – des ions ammonium (NH4+)

      Cette pollution est vraiment scandaleuse et il est grand temps que le gouvernement légifère pour interdire strictement à tout le monde de pisser.

      • Euh, c’est déjà le cas : Si vous possédez une maison un peu à l’écart du centre, vous devez prendre en charge une cuve de récupération des « eaux usées », quasiment à votre charge avec une petite participation de la commune.

        Mais vous pouvez continuer de voir les vaches pisser allègrement directement au sol : scandale !

  • à Hayek (Tendance Salma)
    Je vous rappelle que nous sommes dans le système métrique. Les volumes sont de base mesurés en M3.
    Un petit coup sur internet et je trouve:
    « Chaque année l’équivalent de 432 000 piscines olympiques se retrouvent dans la nature soit 1300 000 000 m3 (ils ont pris la piscine à 3000 M3).
    C’est quoi beaucoup???
    Et les écolos ils disent quoi?? C’est curieux on ne les entends pas.

    • ok disons alors que c’est l’auteur qui a fait un effet de manche en chiffrant en litres 🙂 …je suis d’accord avec vous à propos des piscines

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Raoul Delcorde.

En deux mois et demi de guerre, on dénombre déjà plusieurs tentatives de médiation dans le conflit russo-ukrainien : la Turquie, Israël, ainsi que plusieurs États arabes et européens, sans oublier l’UE en tant que telle ou encore l’ONU ont envoyé des représentants à Moscou, à Kiev, ou dans les deux capitales ; récemment, le pape a également fait offre de médiation.

La médiation est au cœur de l’action diplomatique. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

La médiation est l’intervention d’un tiers dans la r... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Poutine
0
Sauvegarder cet article

Vladimir Poutine pensait avaler l’Ukraine en quelques jours, mais la guerre dure depuis plus de trois mois. Elle ne s’achèvera pas avant longtemps. Car c’est désormais l’Occident tout entier qui soutient l’Ukraine. L’Ukraine indépendante voulait devenir libre, instaurer une démocratie. Pas question pour le despote qui règne à Moscou. La liberté des peuples est pour lui le danger suprême, l’ennemi à éliminer par tous les moyens.

La surprise est de taille pour la plupart des citoyens occidentaux et même pour de nombreux politologues. Ceu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles