L’État dans nos chambres à coucher

famille credits magw21 (licence creative commons)

Est-ce à l’État à nous inciter à avoir des enfants ?

Par Youri Chassin, depuis le Québec.

famille credits magw21 (licence creative commons)
famille credits magw21 (licence creative commons)

Cette fin de semaine, deux événements politiques auront lieu. Le Défilé de la fierté LGBT, qui promeut les droits de cette communauté, et le congrès annuel des jeunes libéraux du Québec.

Cette coïncidence est intéressante parce que les jeunes libéraux devront se prononcer sur une proposition consistant à inciter les couples à avoir de plus en plus d’enfants. Dans l’histoire des gays et lesbiennes, on se souvient encore qu’en 1969, Pierre Elliott Trudeau décriminalisait l’homosexualité en affirmant que « l’État n’avait rien à faire dans la chambre à coucher de la nation ». En 2015, on voudrait pousser les gens à procréer davantage ?

Même si on accepte le principe selon lequel le gouvernement choisit de soutenir les familles avec enfants, c’est une autre paire de manches que d’inciter les gens à avoir plus d’enfants. N’y a-t-il pas un problème moral à promettre des allocations financières généreuses pour qui aura des enfants ? L’argent est-il vraiment une bonne motivation pour choisir de mettre au monde des poupons ? Ce genre d’ingénierie sociale me paraît être une pente bigrement glissante sur laquelle il vaut mieux ne pas s’aventurer.

Selon Nicolas Perrino, il est inquiétant de savoir que le Québec aura plus de retraités et moins de jeunes sur le marché du travail. Entre les lignes, on comprend que les services publics étendus coûteront de plus en plus chers et qu’ils seront financés par des contribuables de moins en moins nombreux. Bref, on veut modifier la démographie pour sauver le système actuel ! Au lieu d’adapter les services publics aux besoins toujours variables de la société québécoise, on préfère œuvrer à la transformation de la société pour l’adapter aux services publics offerts actuellement.

Permettez-moi d’être très sceptique ! Un peu moins de politique dans la chambre à coucher me semble encore aujourd’hui une très bonne avenue à suivre pour nos gouvernements.

Sur le web

À lire aussi : Quand la CAF enquête pour savoir avec qui vous couchez