La Grèce signe un accord technique avec ses créanciers

La Grèce semble être arrivée à un accord avec ses créanciers sur le contenu du troisième paquet de renflouement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Grèce Credit RG1033 (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce signe un accord technique avec ses créanciers

Publié le 13 août 2015
- A +

Par Raoul Ruparel.
Un article de Open Europe

Grèce Credit RG1033 (Creative Commons)
Grèce Credit RG1033 (Creative Commons)

Je dois admettre que la rapidité des négociations et l’organisation d’un plan de renflouement sur 3 ans pour la Grèce m’ont surpris. Je pensais qu’il serait difficile pour eux d’éviter d’avoir recours à un second prêt relais. Néanmoins, il apparait maintenant qu’ils se dirigent vers un accord, bien que des obstacles restent sur le passage (comme toujours).

Bien que l’accord doive encore être finalisé et publié, des points clés ont circulé :

  • Montant total du renflouement à 85/86 Milliards d’€ comme attendu.
  • Des objectifs d’excédents primaires moins élevés qu’attendu à -0,25% du PIB en 2015, 0,5% en 2016, 1,75% en 2017 et 3,5% en 2018.
  • Il est anticipé que le PIB se contracte de 2,1% à 2,3% cette année, et de 0,5% en 2016.
  • Les banques grecques pourraient recevoir jusqu’à 10 milliards d’€ avant même que leur évaluation complète ne soit terminée, à cause de l’état de leurs finances. Combiné avec les 3,2 milliards d’€ de remboursement à la BCE, les 7,16 milliards d’€ de prêt-relais et une somme allant jusqu’à 5 milliards pour que l’État [grec] s’acquitte de ses arriérés, la première tranche pourrait totaliser plus de 25 milliards d’euros.
  • Un engagement de mettre au clair et de nettoyer les 95 milliards de créances douteuses au sein des banques grecques, bien qu’il n’y ait aucun consensus sur la manière de procéder. Il semble que les créanciers ne soient pas entièrement convaincus par une solution de type « mauvaise banque » (Peut-être parce qu’il pourrait s’avérer coûteux de lui fournir tous les capitaux propres requis.).

De nombreuses questions restent en suspens

La forme exacte que prendrait le fonds de privatisation reste floue ainsi que la possibilité de le mettre en place avant le début du renflouement. Cela reste un sujet sensible pour tous les acteurs impliqués ainsi qu’une tâche colossale étant donnée la cible de 50 milliards d’€. Comme noté ci-dessus, des hésitations subsistent sur les plans de prise en charge des banques. Ceci repose au final sur la revue exhaustive qui doit être accomplie d’ici fin octobre, mais avec potentiellement 10 milliards d’€ d’injections immédiates, des actions pourraient être nécessaires avec cette date.

Il restera des interrogations au sujet des prévisions et sur l’ampleur de la récession induite par le contrôle des capitaux, qui pourrait dépasser les 2,3% du PIB. Plus important cependant, atteindre un déficit primaire de 0,25% seulement cette année nécessitera probablement que d’autres ressources soient trouvées. Reste à préciser où… Ainsi, il est difficile de suivre le gouvernement grec quand il prétend que cet accord placera la Grèce sur une trajectoire plus facile que précédemment exigé. Les nouvelles cibles n’ont pas tant été négociées que rendues inévitables par les derniers dégâts économiques ; prétendre faire des économies grâce à une crise économique majeure a un parfum de victoire à la Pyrrhus.

Un gros point d’interrogation subsiste à propos de l’implication exacte du FMI (sujet évoqué ici). Fournira-t-il des fonds ou jouera-t-il le rôle de simple observateur ? La complexité du sujet a été soulignée quand le ministre finlandais des Finances, Alex Stubb, a proclamé que le FMI devait être impliqué. Son implication sera de plus en plus délicate puisque l’accord se contente de cibles d’excédent primaire abaissées (réduisant probablement la soutenabilité de la dette aux yeux du FMI) mais ne semble pas faire référence à un allègement de dette. Bien sûr, le renflouement peut être passé en force en utilisant la procédure d’urgence du MES [Mécanisme Européen de Stabilité], qui ne requiert qu’une majorité à 85% au lieu de l’unanimité, mais ce serait incroyablement toxique sur le plan politique. Il est également probable que la Finlande ne soit pas la seule à avoir des préoccupations pour le FMI, l’Allemagne n’ayant toujours pas révélé sa position officielle.

Bien que l’approbation du parlement grec semble probable, ce ne sera pas la fin de l’histoire. Par ailleurs, l’ampleur de l’approbation comptera, particulièrement en regard du futur de Syriza et de la probabilité de nouvelles élections. Sans plus d’actes de rébellion, il est probable que celles-ci soient repoussées autant que possible et que le parti soit en mesure de tenir d’un bloc pendant la mise en place du [plan de] renflouement.

Qu’arrivera-t-il ensuite ?

Le nouveau Mémorandum d’Entente [sic] qui devrait inclure le paquet de réformes dans le plan de renflouement, en même temps que la nouvelle analyse sur la soutenabilité de la dette, devrait être soumis au Parlement grec et approuvé ce jeudi. Ceci ouvrira la voie à une réunion ou téléconférence de l’Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro ce vendredi. Si l’accord passe ces deux étapes, alors les parlements nationaux commenceront les travaux d’approbation au début de la semaine prochaine afin que la première tranche puisse être débloquée pour le jeudi 20 Août.

Traduction Contrepoints de « Greece reaches technical agreement with creditors »

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles