Énergie : gare au fossile !

Les lobbies des énergies renouvelables vendent du vent, et les Français ont beaucoup à perdre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie : gare au fossile !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 août 2015
- A +

Par Michel Gay1.

Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Des députés soutenant les énergies renouvelables, et notamment l’éolien, répètent ce que leur soufflent les promoteurs concernant leurs performances. Certains affirment en plus que « le bruit des rotors d’éoliennes est inaudible à 200 mètres ». Cela en devient ridicule. Des études semblent confirmer que la santé des riverains est menacée2. À coups de séduisants arguments biaisés, voire de mensonges, des lobbies et autres syndicats des énergies renouvelables intermittentes vendent du vent, et les Français ont beaucoup à perdre.

Certains élus semblent être devenus de simples représentants commerciaux sur fond de dettes qui s’accumulent et de spoliation des contribuables sur leur facture d’électricité via, par exemple, la contribution au service public de l’électricité (CSPE). Ils préparent ainsi le citoyen à un avenir sans énergie fossile et sans nucléaire, mais il faudra des muscles pour remplacer cette énergie mécanique et électrique ! L’avenir est aux esclaves consentants… et tout le monde fait semblant de ne pas le voir.

Le paradis des énergies renouvelables a donc été inventé comme moyen de sauver la planète. Et au diable le nucléaire ! Autrefois vénéré, il est aujourd’hui devenu « celui dont on ne prononce pas le nom ». Les pro-nucléaires aujourd’hui (quelle drôle d’idée !) sont aussitôt classés dans cette affreuse mare du « lobby nucléaire »… Il est de bon ton en France de taire que des dizaines de nouvelles centrales nucléaires se construisent dans le monde3, et de vociférer uniquement contre les « vieilles centrales qui vont commencer à poser des problèmes ».

Heureusement, lorsque le diable est défini, le sauveur n’est pas loin d’être trouvé. Et le sauveur, c’est l’éolien ! Voici l’humanité prête à être blanchie de ses outrages à « dame Nature » à condition qu’elle accepte de payer le prix fort. Combien ? Comment ? Où ? Quand ? Les avis divergent et personne ne peut, ou ne veut, répondre.

Tous ceux qui ne veulent pas se laisser berner par l’énormité des mensonges des prophètes de l’apocalypse nucléaire ont du pain sur la planche. Il faudrait commencer par changer la trajectoire intellectuelle d’une partie de nos élus. Hélas, ces derniers préfèrent s’embourber dans leurs contradictions et précipiter le déclin en diminuant le nucléaire, plutôt que d’avouer leurs erreurs. Ils feront semblant d’y croire jusqu’à l’effondrement, parce qu’ils sont trop impliqués dans la construction du mythe des « énergies renouvelables qui vont sauver la planète ».

Les fossiles les plus dangereux pour notre avenir ne se trouvent peut-être pas dans le sous-sol, mais dans des fauteuils rouges !

  1. Inspiré par le texte « brasser du vent pour cacher la misère » sur le site : http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/
  2. Site de la prévention et de la sécurité sur les infrasons : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/lutte-contre-le-bruit/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=43&dossid=521
  3. 67 réacteurs nucléaires en construction en mai 2015 et 438 en fonctionnement http://www.iaea.org/pris/ consulté le 15 mai 2015
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Les fossiles les plus dangereux pour notre avenir ne se trouvent peut-être pas dans le sous-sol, mais dans des fauteuils rouges !

    Et non contents de gagner des sommes folles grâce à leur position, ils refoulent comme les crocodiles, mais pas que du gosier…

  • c’est sans lien avec le sujet de l’article mais seulement pour rebondir sur le terme « fossile »
    qui m’horripile

    http://www.gasresources.net/introduction.htm

    • De toutes façons, on ne va pas exposer des barils de pétrole dans les musées d’histoire naturelle.

      L’idée de la propagande anti-fossile est que ce n’est pas renouvelable. Comme si le soleil était lui renouvelable (sachant que rien ne l’empêche de faire des siennes à tout moment). Comme si la rotation de la terre et de la lune qui génère les marées était renouvelable.

      Il y a surtout une grosse part de malthusianisme derrière le discours sur les « fossiles » que l’on exploite. Doublée d’une vision romantique de la vie dans la nature – que les tenants confondent manifestement avec une partie de camping.

      La nature, la vie sauvage est faite de quelques jolies fleurs et de gentilles biches (évitez d’approcher les versions mâles avec des cornes), mais aussi de beaucoup d’espèces qui ravagent les cultures, de prédateurs qui menacent le bétail et l’homme, et encore plus d’insectes nuisibles, de moustiques vecteurs de malaria et de vers en tout genres. Il est difficile de vivre dans la nature sauvage sans être infestés de vers dans le système digestifs ou le système sanguin quand ils ne se contentent pas de ramper sous la peau en attendant que l’heureux campeur naturel les sortent en les enroulant sur une allumette.

      • Si l’on doit ( et peut) mettre un terme à l’exploitation de gaz et pétrole, alors allons-y mais trouvons d’abord une énergie de substitution qui ne soit ni aléatoire, ni intermittente, et là c’est pas gagné.
        A court terme on l’a compris les EnR ne sont que des pompes à contributions dont la plus grosse partie ne va pas à ceux qui en aurait besoin, ceux qui malheureusement voient la ligne CSPE augmenter sur leur facture EDF !
        Facile de dire que l’on va augmenter peu le Kwh pendant que l’on augmente exponentiellement les contributions prélevées sur les consommations, et pour couronner le tout comme la consommation française d’électricité baisse, on va maintenant prélever sur le gaz et les carburants…
        Bon la baisse des impôts c’est pas pour demain et dire que certains s’insurgeait lorsque la hausse de l’électricité venait « d’en haut » !

        • « on va maintenant prélever sur le gaz et les carburants… »

          Ca s’appelle mettre la poussière sous le tapis … ou prendre les gens pour des c.. Grande spécialité des écologistes et des socialistes quand il s’agit de nier les effets pervers de leur politique : les impôts n’augmentent pas, le développement durable crée des emplois « verts », et la marmotte plie le petit papier alu …

  • au risque de paraître redondant voilà un autre lien pour approfondir le sujet de l’inéquation du terme « fossile »

    http://www.pnas.org/content/99/17/10976.full.pdf

  • C’est bien beau tout ce foin sur la transition énergétique, mais ça nous mène où ?

    Dans l’état actuel de la technologie (qui risque de durer un bon moment à cause du problème du stockage), le EnR ne peuvent fournir qu’une petite partie de l’énergie dont nous avons besoin de façon fixe (hors transport) et seulement dans les pays riches (ceux qui n’ont pas d’infrastructure électrique n’ont que faire de moulins à vent).

    Il n’y a pas vraiment de problème de réserves pour ce secteur (électrique) puisque les réserves de charbon sont immenses. Les énergies intermittentes nécessitent elles du gaz pour alimenter des générateurs à démarrage rapide. Au final, on ne fait qu’augmenter les besoins en gaz et on réduit faiblement les émissions de CO2 dans les pays riches. Mais ces pays riches ne le resteront pas longtemps : les pays en développement sont tout à fait fondés à exiger des compensations financières énormes pour faire face aux surcouts exorbitants d’un « développement durable » sans queue ni tête.

    Le monde avance, ça passe ou ça casse. Il est impossible de revenir en arrière sur le nombre d’habitants ou d’expliquer aux pauvres que le monde de consommation, de sécurité alimentaire, de protection sociale et sanitaire n’est pas pour eux. Les progrès sanitaires diminuent la mortalité infantile, la société de l’information fait miroiter l’espoir d’un monde meilleur dans les régions les plus éloignées, les progrès des transports permettent de s’extraire au besoin d’un pays sans avenir à bord d’une épave réformée.

    Il n’est plus possible d’avoir un monde à 2 vitesses. Entre les économies de bout de chandelle chez nous et la pression du développement dans la plus grande partie du monde, les besoins énergétiques (et la production de CO2) vont donc au final exploser – à moins que ce soit la société qui explose ? Alors à quoi sert une transition qu’on ne sait même pas financer dans les pays riches ?

    • d’ailleurs certains ont pu démontrer qu’une source unique gaz avec centrale à cycle combiné était moins chère et moins émettrice de CO21 qu’une combinaison éoliennes + turbines à gaz…. ce qui montre bien qu’on marche sur la tête …

  • le soutien des énergies renouvelables par certains élus est tellement biaisé qu’on se demande s’il n’y a pas anguille sous roche, la filière éolienne en particulier étant un marigot de corruption. Dès qu’il ya de l’argent public la corruption n’est pas loin….

  • L’auteur, rabâche sans cesse l’escrologie française, je crois que le lecteur de contrepoints a bien compris le cas français.

    Est ce que l’auteur pourrait voir un peu plus loin que nos frontières pour savoir ce qu’il se fait dans certains pays comme le Danemark, la Norvège, la Suède, des pays qui semble moins corrompus que le notre et qui pourtant ont des solutions plutôt intéressante plutôt pour ne pas gâcher l’énergie que d’utiliser massivement des EnR.

    • Il y a des tonnes d’articles sur le sujet un peu partout. En Anglais principalement. Le cas du Danemark est assez instructif. Ce pays a énormément misé sur l’éolien. L’article référencé ci-dessous explique bien comment le réseau danois fonctionne. En pratique le Danemark est en état de dépendance vitale vis à vis de ses voisins qui assurent l’équilibre production / consommation. Ils ont intérêt à être en très bons termes avec ces voisins.

      http://euanmearns.com/wind-power-denmark-and-the-island-of-denmark/

      • « Il y a des tonnes d’articles sur le sujet un peu partout. »
        Je le sais mais j’ai l’impression qu’à chaque fois qu’on parle d’énergie sur contrepoints nous sommes au pays des gaulois qui ne regarde pas comment les autres s’en sortent.

        Économiquement, de manière général, il y a plein de solutions disponibles chez nos voisins et même ailleurs mais on continue avec nos œillères à essayer de développer un collectivisme ruinant.

        Je pense qu’en matière d’énergie nous ne dérogeons pas à la règle. Juste un exemple en terme d’économie énergétique, la maison passive, aucun constructeur de maison contacté dans les 3 dernières années ne sait faire alors que ce principe existe depuis plus de 25 ans en Allemagne et en Suède.

        • « la maison passive, aucun constructeur de maison contacté  »

          D’un autre coté, il est plus facile de trouver des clients pour les très chères maisons passives dans des régions où cela se justifie. Or l’Allemagne débute au N-E de la France, dans les directions du pôle et de la Sibérie…
          Venez habiter dans les Vosges, ou visiter le salon Habitat d’Epinal. Vous trouverez votre bonheur !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon Le Point, un « conseiller » gouvernemental avouerait que, en application d’une directive Européenne de 2018, la France risque une forte amende de 500 millions d’euros pour ne pas avoir suffisamment développé les énergies renouvelables (EnR), notamment éoliennes et photovoltaïques.

 

La France a 40 ans d’avance

La France a 40 ans d’avance dans le domaine de la transition énergétique, notamment dans la production d’électricité décarbonée grâce au nucléaire.

Mais peu importe qu'elle soit l’un des pays européens qu... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles