Réguler les loyers à Paris, refuser le réel

Réguler les loyers… Il faut vraiment être très loin du réel pour avoir une idée pareille.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
3 singes sages credits Andre Mancini (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réguler les loyers à Paris, refuser le réel

Publié le 1 août 2015
- A +

Réguler les loyers… Il faut vraiment être très loin du réel pour avoir une idée pareille.

3 singes sages credits Andre Mancini (licence creative commons)
3 singes sages credits Andre Mancini (licence creative commons)

 

Aujourd’hui, les propriétaires parisiens ont l’obligation de se soumettre aux dispositions de la loi ALUR et du décret n°2015-650, paru au Journal officiel le 10 juin 2015.

Réguler les loyers… Il faut vraiment être très loin du réel pour avoir une idée pareille. Parce que, rappelons quelques évidences : un loyer, c’est quoi ? C’est bien un prix. C’est, dans le cadre d’une relation librement consentie entre un propriétaire et un locataire, une somme d’argent versée par l’un à l’autre en échange du droit d’occuper un logement. Mais pourquoi le propriétaire loue-t-il ? Par altruisme ? Non. Il loue car il pense que son bien peut lui rapporter. Et pourquoi les loyers sont-ils plus élevés à Paris qu’à Roubaix ou à Tulle ? Est-ce que les propriétaires sont plus méchants dans la capitale ? Non, c’est simplement le résultat de l’offre et de la demande : il y a plus de gens qui veulent habiter à Paris qu’à Roubaix ou à Tulle. Mais, avec ces loyers élevés, les propriétaires parisiens se gavent-ils au moins ? Même pas.

Même s’il vaut évidemment mieux recevoir un loyer, quand on possède un bien immobilier, plutôt que ne rien recevoir, les rendements ne sont pas élevés dans la capitale. Autrement dit, peut-être que cette loi est un mauvais coup contre Paris, une ville qui a pourtant besoin d’investissements immobiliers, pour autant que le foncier soit disponible.

La Fondation Abbé Pierre nous dit que cette loi ALUR, c’est « enfin de l’action contre la crise du logement ». Mais est-il difficile de comprendre que plus on régule le logement, plus la barrière à l’entrée est haute, et plus les propriétaires seront enclins à demander des garanties et des documents aux candidats locataires ? La garantie des loyers, certes, mais que répond la Fondation Abbé Pierre à celles et ceux qui n’ont pas de garants, pas de fiches de paie, pas de sceau de l’État au bas d’un contrat d’embauche au sein de la fonction publique ?

Le réel, il est là : la demande en logement à Paris demeure forte. Les arrangements avec le réel ne peuvent se faire qu’au détriment des faits. Et les faits, c’est que sur le territoire des 105 km² de la capitale, la demande en logement est croissante face à une offre relativement stable.


Sur le web

Lire aussi sur Contrepoints :

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • En tout cas il serait temps de réguler les taxes foncières et d’habitation (dans le sens de fixer une limite à ne pas dépasser).
    Surtout quelles nous sont imposées par les collectivités locales toujours plus dépensières, sans aucune concertation.

  • Les agences et propriétaire demandent maintenant au locataire et a son/ses garants : un CDI obligatoire, gagner 3 à 4 fois le montant du loyer, 1 année de bulletin de salaire, avis d’imposition des 2 dernières années, les dernières taxes foncières, le livret de famille, le RIB du locataire, du/des garants et de leurs conjoins !

    En gros, un jeune travailleur ou entrepreneur arrivant à Paris ne peut pas accéder au logement. La seule solution serait de louer temporairement sur airbnb mais on voudrait rendre ce service illégal…

    • Et oui, le mieux c’est de laisser faire. Les employeurs qui ne trouveront alors plus personnes a employer n’auront plus que le choix entre augmenter les salaires et demenager l’entreprise pour une région moins coûteuse. Ce faisant, la saturation de paris diminuera et le prix du loyer avec.

      Tout ce qui peut aider à se loger sur paris ,en dehors de la construction, ne peut qu’accroître sa saturation.

    • Ca c’est surtout une conséquence des lois qui privilégient outrageusement les locataires. Il est pratiquement impossible, ou du moins très long de virer un locataire de mauvaise foi qui utilise tous les recours juridiques à sa portée pour occuper gratuitement un logement.

      S’il était possible d’expulser un locataire dans un délai bref, les propriétaires qui n’auraient à perdre au pire qu’un mois ou deux de loyer qu’ils récupèreraient ultérieurement ne s’embarrasseraient pas de ce genre de précautions. Mais comme la perte potentielle peut être facilement 18 mois de loyer sur un bien qu’on n’a parfois pas fini de payer, les propriétaires cherchent à assurer leurs arrières en demandant des garanties de solvabilité absurdes pour être sûrs que ça ne se produise pas. Il peuvent se le permettre de toute façon, étant donné l’état du marché de l’immobilier à Paris.

      C’est un cas d’école de gestion socialiste. On cherche à protéger le locataire, mais en réalité on ne protège que les escrocs, et ceux qui en pâtissent le plus sont ceux qu’on cherche à avantager, à savoir les gens modestes et honnêtes (étudiant, jeune travailleur, etc.) qui se voient refuser tout simplement l’accès au logement.

      On peut rapprocher ce genre de situation du marché du travail.

    • « Les agences et propriétaire demandent maintenant au locataire et a son/ses garants : un CDI obligatoire, gagner 3 à 4 fois le montant du loyer, 1 année de bulletin de salaire, avis d’imposition des 2 dernières années, les dernières taxes foncières, le livret de famille, le RIB du locataire, du/des garants et de leurs conjoins ! »

      Non. Gagner 3 fois le loyer et avoir un garant correct suffisent à Paris IM.Consequence evidente de lois qui protégent les locataires, les bailleurs veulent se rassurer.

  • Une loi qui fait très beau dans le paysage socialiste…

    Mais qui va encore réduire l’offre comme toutes les autres entraves aux droits légitimes des propriétaires …

    • La pénurie de logements, c’est maintenant.

      C’est voulu pour maintenir les prix au plus haut et pouvoir taxer un max. Et quand la pénurie sera effectivement, il y aura des réquisitions par la mairie non pour loger ceux qui en ont besoin mais les amis du pouvoir.

  • il y a à boire et à manger sur airbnb, vous avez vu cette annonce à dijon ?https://www.airbnb.fr/rooms/7634550?s=Y7x3

  • de la pur demagogie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment adapter votre location saisonnière pour plaire aux familles nombreuses ? Comment faire en sorte que les familles passent leur vacances dans votre location saisonnière plutôt que celle du voisin ? Comment aménager une location saisonnière pour les grandes familles ou les groupes ?

À chaque période de vacances scolaires, au moment de chaque vacances d’été, vous mettez votre location meublée de courte durée en ordre de bataille pour accueillir les familles… et les résultats obtenus en termes de nombre de réservations obtenues ne s... Poursuivre la lecture

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Après la nomination de Laurent Nuñez à la tête de la préfecture de police de Paris en remplacement du charmant Didier Lallement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin faisait de son mieux pour assurer le service après-vente avec le sourire dans un grand entretien accordé hier au Parisien. De son mieux et avec le sourire, car si l'on en croit le magazine L'Express, Nuñez n'est nullement son choix, mais celui imposé par Emmanuel Macron, soucieux d'avoir une bouche, des yeux et des oreilles d'une grande fidélité macroniste dans la capitale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles