Chômage : une courbe qui peine à s’inverser

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande (Crédits : Mathieu Delmestre/Parti socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0, via Flickr)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômage : une courbe qui peine à s’inverser

Publié le 29 juillet 2015
- A +

Par le Parisien Libéral.

François Hollande (Crédits : Mathieu Delmestre/Parti socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0, via Flickr)
François Hollande (Crédits : Mathieu Delmestre/Parti socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0, via Flickr)

 

Comment le président Hollande peut-il envisager qu’il y ait encore matière à réflexion au sujet de la prochaine présidentielle en 2017 ? En ce qui concerne sa candidature, les choses sont claires : il ne devrait même plus y penser ! Explications.

Souvenons-nous. Lors du débat du 2 mai 2012, le candidat Hollande avait reproché, à juste titre, à l’ancien président de la République, de se trouver des excuses (la crise, m’sieurs dames !) pour expliquer pourquoi il n’avait pas fait diminuer le chômage :

« Avec vous c’est très simple, ce n’est jamais de votre faute, vous avez toujours un bouc-émissaire », accuse François Hollande qui charge le bilan de Nicolas Sarkozy en matière de chômage.

Une fois élu, pour en finir avec le sarkozysme (guerres de l’OTAN, bling bling, échec en économie, scandales politico-financiers), le président Hollande avait fait une promesse très claire, le 9 septembre 2012 : « inverser la courbe d’ici un an ».

Cette promesse a été réitérée le 3, le 21 et le 31 décembre 2012, puis le 23 février et le 3 mai 2013. Mieux : le 6 novembre 2014, le président Hollande disait qu’à moins d’une baisse du chômage, il ne se représenterait pas.

Preuve, s’il en fallait, qu’il croyait (?) en ses propos ?

Nous sommes en juillet 2015. Pour les guerres de l’OTAN, c’est raté, la France est engagée dans un nombre record de théâtres d’opérations, sans que cela ne fasse l’objet du moindre débat au parlement, alors qu’il y a 7 ans, François Hollande déposait des motions de censure contre la politique de son prédécesseur en la matière.

Pour le bling-bling, n’en parlons pas. La Lanterne est désormais un squat présidentiel, Air Sarko One tourne à plein régime au lieu d’avoir été revendu, l’Élysée, un bâtiment public, sert toujours à régler des affaires privées,

Les scandales politico-financiers ? Ils seront la marque de fabrique du quinquennat. Faut-il rappeler Cahuzac, Andrieux, Guérini, Augier ou Morelle ?

Mais en matière d’économie, et plus particulièrement sur le chômage, les chiffres sont encore plus implacables. Il y avait 2,9 millions de chômeurs catégorie A en France en mai 2012, ils sont actuellement 3,5 millions, toujours en catégorie A (6 millions toutes catégories confondues) et ce malgré les radiations de Pôle Emploi, ou malgré les révisions des méthodes de calcul.

le parisien libéral

Autrement dit, toujours pas d’inversion de la courbe, et à moins qu’un minimum de 600 000 emplois soient créés en France d’ici 2017, il n’y en aura toujours pas d’ici là.

Dans ce contexte, comment le président Hollande peut-il avoir l’outrecuidance de penser qu’il pourrait être candidat à la présidentielle de 2017 ? On se rappelle ce que disaient les socialistes avant 2012, un peu à l’image de ce tweet de Ségolène Royal.

Puisque la France n’est ni présidée, ni gouvernée, peut-être que celles et ceux qui jouent aux ministres et au président de la république devraient démissionner ?


Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
    • Le lien de cause à effet est évident. Les malheurs du pays persisteront tant qu’on n’aura pas expulsé l’idéologie périmée, incompatible avec le XXIe siècle, hors des institutions publiques et réformé ces dernières conformément à la DDHC, de telle manière que le socialisme ne revienne plus.

  • Lutter contre une courbe, c’est lutter contre une statistique, pas contre une situation sociale.
    En fait trafiquer et manipuler les chiffres correspond à cet objectif.

    Entre lutter contre le « chiffre du chômage » et lutter contre le « chômage », c’est pas pareil.

  • A quoi bon tergiverser. Il sera candidat en 2017. Il(s) (son équipe) mise(ent) sur ce bon terreau qui n’existe qu’en France : celui des fameux sans-dents (sans-couilles, sans-réflexion, sans vision à long terme , etc. …) qui trouvent leur garde chiourme « efficace », et pourquoi pas, un brin sympathique.
    Quant aux chiffres ! …. on leur fait dire ce que l’on veut.
    Il n’y a personne en France ! Pas un seul leader digne de ce nom. Il ne faut pas s’étonner.

  • Tant que le gouvernement n’aura pas compris qu’il faut également une politique de la demande en parallèle de l’offre, la situation sera la même.

    N’oublions pas d’ou vient la crise en France, une crise de confiance lié aux médias qui ont effrayé la population à force de faire dans le catastrophisme !

    Au final les gens se sont arrêté de consommer, les entreprises voyant leur CA diminuer ont décidé d’adapter leurs charges en licenciant.

    Les personnes licenciées ayant moins de pouvoir d’achat, ont freiné à leur tour leur consommation.

    Pourtant, suites aux mesures du précédent gouvernement, (defiscalisation des heures supp, prime à la casse) la demande a été soutenu et la France après une récession en 2009/2010 affichait une croissance de 1.7 % en 2011. Depuis c’est entre 0.2 et 0.6 %

    Il faudrait dans un premier temps envoyer un signal fort, annoncer une baisse des impôts, baisser les charges de structure de l’état, investir dans des projets d’avenir, dégraisser le mamouth en stoppant les embauches dans les fonctions non régalienne de l’état etc… Supprimer les contraintes liées au licenciement, supprimer les normes et règles inutiles, simplifier les CERFA actuel (on demande un nombre de précisions dans ces documents qui font perdre un temps considérable à tous le monde, aux gens pour les remplir, et à l’administration pour les traiter !)

    C’est pourtant très simple,

    • « qu’il faut également une politique de la demande en parallèle de l’offre »
      Non, car une « politique » signifie que l’état continue à mettre ses doigts boudinés dans les rouages économiques pour tenter de l’influencer dans le sens qui lui semble le meilleur (alors qu’il a toujours tort).
      La seule politique qu’ils doivent avoir, c’est celle de la simplification.
      Mais le gouvernement s’y emploie déjà, la preuve, les agriculteurs ont une bien plus belle vie depuis ces 9 simplifications et font éclater leur joie actuellement sur les routes :
      http://agriculture.gouv.fr/installation-du-comite-pour-la-simplification-de-lagriculture-de-lagroalimentaire-et-de-la-foret

    • « les gens se sont arrêtés de consommer » parce qu’on les écrase d’impôts, de taxes, de cotisations, de normes, de productions monopolistiques dont personne ne veut. Arrêtez de les parasiter et les gens consommeront, sous la condition simple et évidente d’avoir produit d’abord.

      La véritable politique de la demande, c’est la politique de l’offre, non à coups de subventions inutiles, mais en baissant massivement les taux de fiscalisation, de réglementation et de monopolisation.

  • Que Hollande conditionne sa candidature, non seulement c’est indécent mais de plus il prend les français pour des débiles, ce qui n’est pas nouveau d’ailleurs.

    Le simple fait qu’il ressasse depuis 4 ans la même promesse, sans arriver à la tenir, prouve à l’évidence qu’il est planté, et assimiler le destin de la France au résultat d’un vulgaire match de foot met en évidence également son profond mépris pour les français, ceux qui souffrent et ceux qui sont obligés de s’expatrier.

    Mais il s’en fout, il protège toujours sa nomenklatura et ses troupes de fonctionnaires.
    Il a déjà montré quelle sera sa stratégie, truquer sans vergogne les statistiques, continuer à nous mentir sans complexe, et occuper le terrain en faisant la rentrée des classes et les dépôts de chrysanthèmes.

    Il conditionne son destin à celui d’une courbe élastique, mais il oublie que les français s’en foutent, de son destin.

  • Le Père Noël n’existe pas
    Comme le « matériel humain » coûte toujours trop cher ce n’est pas pour demain la mythique « inversion » de la courbe du chômage

  • La seule conclusion qui pour moi a du sens est que Hollande est ouvertement en campagne électorale pour des élections dans 2 ans. Et il faut vraiment être de gauche et politisé à mort pour ne pas trouver ça particulièrement indécent, stupide et preuve d’une totale incapacité à exercer la fonction présidentielle : les politiciens ne cherchent même plus à faire semblant d’exercer leurs fonctions.

  • Trois ans de perdus en gesticulation inutiles et en discours creux. Depuis des siècles l’économie administrée a fait la preuve de son incapacité à créer du travail, malgré cela le français de base s’entête pour élire les plus incapables et dénués e toute vision politique de l’avenir.
    L’Espagne a goûté huit ans d’un certain ZP qui fut le plus nocif qui soit pour ce pays qui vivait en paix sociale et qui a déchaîné la haine amené le chaos et pulvérisé l’économie avec un taux de chômage de plus de 20 %
    Son remplaçant de droite avec une politique libérale a réussi `a refaire émerger ce pays avec une politique plus volontariste et moins démagogue- Les espagnols n’ont pas compris puisqu’ils font les yeux doux à la fiancée la plus perverse de l’extrême gauche insultante, éructante, destructrice des valeurs du passé.
    Français attention car la France a en plus un problème majeur celui de djihadisme,
    Pourquoi les étrangers satellisent notre pays pour les prestations sociales. L’Italie en a supprimé une partie , cela a entraîné la fuite des interessés

    • Enfin, avant Zapatero il y avait eu Gonzalez et déjà des taux de chômage dans les 20%. Aznar ne fut qu’une trop brève parenthèse pour l’Espagne.
      Le socialisme européen c’est le chômage et les impôts finançant leurs électeurs principaux les immigrés sous qualifiés et les fonctionnaires.

  • Tant qu’il (et les journalistes et les français) n’aura pas compris que ce n’est pas le gouvernement, les impôts, les normes, les réglementations, ni même la volonté ou les pactes qui créent de l’emploi on n’est pas sortis de l’auberge.

    Ce n’est pas tout ça mais deux éléments cruciaux qu’ils ont largement sorti du débat : l’offre de travail efficace par les gens (si on n’est pas très motivé par l’idée de bosser, parce qu’on touche plein d’aides et qu’on vous plaint et vous cajole quand on est au chômage, faut pas imaginer qu’un « patron » va vous traquer pour vous offrir un job fabuleux et super rémunéré), et la demande solvable de travail par les entreprises (il faut qu’elles voient un intérêt à se développer et ça si on les bastonne de règles qui changent tout le temps, c’est pas gagné surtout si on maintient la crise à tout prix, et il faut qu’elles aient l’argent pour ça et là avec les impôts, les taxes, et encore les règles en tout genre ça n’est pas facile… )

    Et puis il faut que ça ne soit pas un truc super risqué à super long terme. Vous achetez une voiture, une télé, si ça ne vous va pas, vous pouvez revendre, prendre autre chose. Avec le CDI roi et les obstacles en tout genre, le contrat de travail c’est comme le mariage : lourdingue à contracter, long couteux et difficile à arrêter. Et comme par hasard, il y a de moins en moins de mariage et de moins en moins d’embauche en CDI (et encore pour le mariage on peut avoir un « essai » / des fiançailles de la durée qu’il faut pour s’assurer que ça a des chances de marcher… nettement mieux qu’une « période d’essai »). Et il en va de même pour le salarié qui est progressivement de plus en plus enchainé à son entreprise entre les primes d’ancienneté, les préavis, et le chômage des autres…

  • Selon la loi d’Okun la courbe du chômage n’a aucune chance de s’inverser.

  • il se représentera en 2017 que le chomage baisse ou non ; tout un chacun connait l’aune des promesses de ces gens là , elle sont creuses et mensongères ( sarkozy devait quitter le monde politique en cas de non réelection en 2012…vous vous rappelez de sa promesse ? ) or donc , la place est tellement bonne la haut qu’il faut s’y accrocher coute que coute ; quand à la baisse du chomage , je n’y crois pas un seul instant vu que rien n’est fait pour l’endiguer ;monsieur hollande , tout comme son prédécésseur , s’occupe de tout les pays de la planête sauf celui ou il a été élu ……alors ma foi…..question changement , il repassera , c’est complêtement raté voire pire qu’avant ;

    • Il se comporte toujours comme le minable premier secrétaire du PS qu’il a été. Et s’il n’est pas candidat, comment fera-t-il pour jouer au maquereau avec ses poufs ?

  • Malgré tout ce qu’on peut reprocher à Sarkozy, durant son quinquennat, le chômage s’était maintenu en-dessous de la moyenne européenne. Depuis 2012, c’est le contraire. Voilà une donnée qui tient compte de la conjoncture.

  • Connaissez-vous « Le monde des souris » le discoure de Tommy Douglas? Regarder:
    https://www.youtube.com/watch?v=yKK3O3KSD8A

    Bien qu’il étais socialiste sont discoure démontre bien la situation qu’on est en train de vivre, la dictature de la majorité.

  • Comparons :
    En Allemagne il n’y a plus de pré-retraites (donc le taux de chômage devrait être plus haut
    En Espagne les pré-retraités sont compris dans le taux de chômage.
    En Espagne l’équivalent RSA est compris dans le taux de chômage
    En Espagne le chômage dans l’équivalent DOM-TOM est compris dans le taux de chômage
    En Espagne le RSA dans l’équivalent DOM-TOM est compris dans le taux de chômage
    Aux PAYS-BAS le chômage dans l’équivalent DOM-TOM est compris dans le taux de chômage

  • Il va se représenter avec le même slogan usé « Demain on rase gratis » …
    Le finaliste de cette mascarade de démocratie sera élu au 2eme tour face à Marine.

  • Bien sur qu’il va se présenter, la courbe du chomage ils s’en fou , si vraiment il avait des convictions politique pour la france il ferait les réformes pour relancer au lieu de ca il soigne son image ….pour avoir une chance de se représenter pfff pitoyable ils sont. Mais les journalistes de la presse soviet ne sont guère mieux…

    Franchement je voterai peut etre coco au moins on irait dans le mur encore plus vite… parcequ’ a ce rythme la dans 50 ans on aura toujours rien.

    Qu’on t’il fait de se beau pays, je suis triste de se massacre post 68…

  • Au final s’il se représente c’est qu’il estime avoir ses chances d’aller au bout.
    Tout le monde le prend pour un flan mais il s’avère qu’il est un bien meilleur stratège politique que sarkozy.
    Sarkozy trop frontal se mettait à dos tout le monde, médias compris.
    Hollande tient les médias, est plus patient, plus fin startège, il encaisse sans broncher (encore une fois en tenant les médias). Il maintient sarkozy la tête sous l’eau dès que celui-ci repointe le bout de son nez (affaires et magouilles financières en cascades) et le relègue au rang de comique.
    S’il se représente c’est qu’il estime avec l’aide du FN qu’il peut passer au second tour.

    • Exercice de pensée : hollande bat Marine en 2017 avec un score du genre 54/46% + 45% d’abstention.
      Le pays est-il gouvernable ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles