Canada : les bananes de Saint-Jérôme en péril

Remplacez les bananes par le pétrole et, tout à coup, l’exercice paraît moins saugrenu pour certains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bananes credits Ram Reddy (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : les bananes de Saint-Jérôme en péril

Publié le 21 juillet 2015
- A +

Par Youri Chassin, depuis le Québec.

bananes credits Ram Reddy (licence creative commons)
bananes credits Ram Reddy (licence creative commons)

Ce titre loufoque serait ma suggestion à un site satirique comme Le Navet, The Onion ou La Pravda pour un faux article qui irait un peu comme suit :

« Hier, l’administration Coderre a annoncé son intention de taxer lourdement les bananes livrées par bateau au Port de Montréal, mais qui ne sont pas dévorées par des Montréalais. Cette taxe n’est que justice, selon le maire : « La livraison de bananes vers Saint-Jérôme entraîne une hausse de l’achalandage dans le Port de Montréal, ainsi qu’un cortège sans fin de camions de livraisons qui empruntent nos rues et nos boulevards. Il pourrait y avoir un déversement de bananes à tout moment sur l’île alors que Montréal ne profite pas des retombées économiques ou nutritives de ces bananes », explique le pétillant élu. Opinant vigoureusement du bonnet lors de cette annonce majeure, les maires de Laval et de Sainte-Thérèse étaient venus appuyer la démarche de la métropole en songeant à l’imiter. »

Un lecteur saurait tout de suite qu’il s’agit d’une satire, qu’une telle nouvelle est si invraisemblable qu’elle ne risque pas de se produire. À moins que… Remplacez les bananes par le pétrole et, tout à coup, l’exercice paraît moins saugrenu puisqu’on reconnaît le discours des Premiers ministres du Québec et de l’Ontario au Conseil de la fédération.

Après tout, pourquoi le Québec verrait-il d’un bon œil un pipeline sur son territoire s’il n’y a pas d’emplois associés à son opération, si les retombées ne sont pas au rendez-vous, si ce pétrole est en partie dirigé vers les exportations ? Le problème de ce raisonnement apparaît évident lorsqu’on pousse la logique jusqu’au ridicule, comme dans la satire ci-haut. Si chaque ville et village cherchaient son intérêt dans tout ce qui transite par son territoire, le commerce et l’économie en souffriraient !

Qu’une chose soit claire : avoir des réserves sur les projets de pipelines se défend très bien. On peut exiger des contrôles, des procédures d’urgence, des garanties. Le gouvernement est légitime d’exiger que l’exploitation d’une infrastructure comme un pipeline respecte une réglementation sévère. Par contre, on ne peut penser que tout ce qui se fait au Québec doit toujours n’être qu’exclusivement pour nous et nous seuls. Il faut permettre que des bateaux empruntent la voie maritime du Saint-Laurent, que des trains et des camions se rendent de l’Ontario vers les provinces maritimes, et vice-versa.

Tenter d’arrêter le commerce qui transite par le Québec équivaut à une demande de rançon : donnez-nous des retombées économiques sinon… pas de projets ! Le problème, c’est que demain, qui se permettra de jouer les brigands de grands chemins à nos dépens ?

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • On peut tenir le même discours à propos de l’espace aérien, j’imagine les provinces essayer de bloquer l’espace aérien sous prétexte que les vols font courir trop de risque et ne rapporte pas à la province.

  • L’Ukraine n’aaucun problème à appliquer cette politique aux gazoducs qui trasitent sur son territoire

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Article tiré de la note de février 2022 de Jacques Rigaudiat, conseiller maître honoraire à la cour de comptes« Réussir la transition électrique » (86 pages).

Suite à leur consommation, le tarissement inéluctable des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), dans 20 ans, 50 ans ou dans plus d’un siècle, aura des conséquences plus graves que le réchauffement climatique dû au CO2 qu’elles émettent.

Il en résulte que la transition énergétique vers des sources d’énergies décarbonées (nucléaire, eau, vent, soleil…) est, ou sera, n... Poursuivre la lecture

Par Jean-Jacques Nieuviaert et Michel Gay.

Avant 2020, l’hydrogène constituait un produit marginal essentiellement destiné à des usages industriels, puis en quelques mois ce « vecteur énergétique » est devenu le nouvel eldorado de la transition énergétique.

Ironiquement d’ailleurs, le 28 décembre 2021, l'agence de presse russe TASS avait déclaré que la Russie était prête à collaborer avec l'UE sur des projets d'hydrogène. Elle citait l'envoyé russe auprès de l'UE :

« Les gazoducs de la dernière génération, comme le Nord S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles