GPA : le gouvernement n’a plus le choix !

gpa le honzec

Le PS devrait s'extraire de ses contradictions en allant au bout de la logique du mariage pour tous en légalisant la GPA en France.

À moins que le gouvernement socialiste ne veuille se rallier à la Manif pour Tous, il devrait plutôt s’extraire de ses contradictions en allant au bout de la logique du mariage pour tous en légalisant la GPA en France.

Par le Parisien libéral.

La gauche est au pouvoir. Alors, certes, depuis 2012, il y a  600 000 chômeurs de plus, 200 milliards d’euros de dette supplémentaire, 17% de bénéficiaires du RSA supplémentaires… autrement dit, un échec total au plan économique.

Mais la gauche au pouvoir, c’est aussi le retour des « marqueurs », notamment sociétaux ! La gauche est progressiste, nous dit-on. Elle est fière d’avoir accordé l’égalité, à savoir, l’autorisation du mariage des couples homosexuels. Pourtant, elle continue à afficher son opposition à la GPA, en dépit de toutes les décisions de justice comme celle de ce vendredi 3 juillet 2015.

Pourquoi les activistes gays tenaient tant à pouvoir se marier, alors qu’il y a 10 ans encore, à l’instar de ce qu’exprimait Bertrand Delanoë, le mariage était un projet communautariste et conservateur ? C’est très simple, il suffit de reprendre la contribution du club Homosexualité et Socialisme au projet PS, qui précise :

« La loi qui ouvrira le mariage, le partage de l’autorité parentale, l’adoption et l’assistance médicale à la procréation à tous les couples doit voir le jour […] Tous les projets de parentalité doivent avoir leur chance : ceux émanant d’un couple hétérosexuel comme ceux émanant d’un couple homosexuel, ceux émanant de personnes seules et ceux impliquant des personnes trans. Tous les projets de parentalité doivent avoir leur chance, ceux qui ont recours à l’adoption en France et à l’international, bien sûr, mais aussi ceux qui impliquent de partager à plusieurs l’autorité parentale (la pluri-parentalité), ceux qui reposent sur l’aide médicale à la procréation, qu’il s’agisse de l’insémination par donneur anonyme (IDA), la fécondation in vitro (FIV) ou de l’insémination artificielle avec assistance médicale. Le débat sur les modalités d’encadrement strict de la gestation pour autrui (GPA) doit se poursuivre, sans dogmatisme ni naïveté. De même, il faut sécuriser la situation juridique des enfants nés de GPA pratiquées légalement à l’étranger. »

Autrement dit, puisqu’en France, nous avons choisi la loi, plutôt que des contrats librement signés entre adultes consentants, qu’ils soient ou non du même sexe, qu’ils soient ou non deux ou plus, pour définir le mariage civil et les droits associés, dont la parentalité, si on voulait que les couples gays puissent eux aussi valider leur « projet parental », alors il fallait que le mariage civil leur soit accessible.

Le mariage dit pour tous était-il la seule revendication ? Non. Le texte du club HES est très clair, et c’est logique au vu du lien entre mariage et projet parental. Alors, de quel droit le Parti Socialiste peut-il refuser la GPA à des couples français (voir les réactions de Manuel Valls ou de Marisol Touraine) alors qu’il se réclame de l’égalité ? 

gpa le honzec

Jusqu’à preuve du contraire, deux hommes ne peuvent pas concevoir d’enfant ensemble. En revanche, si intervient une mère porteuse, la situation est différente, sachant que cette possibilité existe chez certains de nos voisins (Belgique, Royaume Uni) ou plus loin (certains États des États-Unis, Russie, Inde, Thaïlande…).

Les raisons pour lesquelles le Parti Socialiste s’oppose à la GPA sont risibles. D’une part, quand Marisol Touraine ou Manuel Valls rejettent la gestation pour autrui par refus de la « marchandisation du corps des femmes » et que la position du gouvernement est de « ne pas justifier la commercialisation des êtres humains et notamment celle du corps des femmes », ils reprennent les arguments de la Manif pour Tous, celle qu’ils ont méprisé, en la jugeant homophobe.

D’autre part, ils nient la capacité de femmes adultes, certes non françaises, à passer librement des contrats (aussi légitimes ou peu ragoûtants peuvent-ils paraître, selon les valeurs culturelles de chacun).

Il est quand même étonnant que le gouvernement se place sur le terrain des valeurs. En effet, on entendait en boucle, lors des débats relatifs à la loi Taubira :

Or, tous ces arguments peuvent être très facilement transposés à l’argumentaire pro légalisation de la GPA :

  • Qu’une femme française accepte de porter l’enfant d’un autre n’enlèvera rien ni à la vie de Manuel Valls, ni à celle de Marisol Touraine, il s’agit de son affaire.
  • Les familles françaises concernées par la GPA existent déjà (d’où les polémiques actuelles).
  • La France est en retard par rapport à Israël, au Royaume Uni ou aux États-Unis.

L’hypocrisie absolue serait d’admettre qu’il faille interdire chez nous ce qui est légal à l’étranger, un peu comme si un touriste hollandais était sanctionné en France pour avoir consommé du cannabis aux Pays-Bas. À moins que le gouvernement socialiste ne veuille se rallier à la Manif pour Tous, il devrait plutôt s’extraire de ses contradictions en allant au bout de la logique du mariage pour tous en légalisant la GPA en France.


Sur le web