Le mariage gay aux États-Unis et l’hypocrisie de la gauche américaine

Retournement de veste : après s’être opposés durant des années au mariage homosexuel, Obama et Clinton s’approprient avec culot la décision de la Cour Suprême.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gay Pride Flag - Crédit photo : Kellie Parker via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mariage gay aux États-Unis et l’hypocrisie de la gauche américaine

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 juin 2015
- A +

Par Kevan Saab, depuis les États-Unis

Gay Pride Flag - Kellie Parker  (CC BY-NC-ND 2.0)
Gay Pride Flag – Crédit photo : Kellie Parker via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Jeudi 26 juin 2015, la Cour Suprême des États-Unis s’est prononcée en faveur du mariage homosexuel en vertu du quatorzième amendement de la Constitution. Par un vote serré – 5 contre 4 – les juges ont concrètement légalisé le mariage homosexuel dans l’ensemble du pays. Évidemment, en tant que libéral, on aurait bien voulu pousser la question plus loin et s’interroger sur la nécessité au XXIème siècle de voir les gouvernements s’immiscer dans le fonctionnement d’une interaction entre individus qui repose essentiellement sur des choix individuels et privés (ex : mariage religieux ou non-religieux, séparation des biens, etc.). Étant donné les circonstances et les implications fiscales et légales compliquées liées à la question, mettons en sourdine ces critiques et saluons ce qui résulte en une diminution, légère certes, mais une diminution quand même, du périmètre de l’État au profit des individus.

Comme il fallait s’y attendre, la décision de la Cour Suprême a déclenché une vague de célébrations à travers le pays, les réseaux sociaux se transformant en véritable caisse de résonance d’une population en majorité déjà acquise à cette évolution de la société.

Comme à l’accoutumée, les récupérations politiques ne se sont pas faites attendre. À droite, le parti Républicain a dénoncé sans surprise la décision. À gauche, le parti Démocrate s’est quant à lui empressé de saluer et d’acclamer le jugement de la Cour dans un déferlement de soutien assez incongru à la cause gay. Ainsi, même la Maison Blanche arbore depuis peu les couleurs de l’arc-en-ciel sur sa façade principale.

Pour qui suit la politique américaine, un tel enthousiasme relève plus du retournement de veste grossier que d’une authentique célébration d’un engagement politique historique des Démocrates en faveur du mariage homosexuel. En effet, les deux figures de proue du parti, à savoir le président en exercice Barack Obama et la probable future candidate démocrate aux présidentielles de 2016, Hillary Clinton, ont chacun rappelé à de nombreuses occasions par le passé leur opposition frontale au mariage homosexuel au nom des valeurs traditionnelles et religieuses.

Hillary Clinton sur le mariage gay en 2004 :

Barack Obama sur le mariage gay en 2008 :

Voilà des discours violents qui tranchent avec le nouveau logo du camp Clinton sur les réseaux sociaux :

History - Logo Hillary ClintonFigure 1: Support de campagne d’Hillary Clinton
suite à l’annonce de la décision de la Cour Suprême

Bref, encore une fois, après avoir clamé avoir haut et fort pendant des années avoir été en première ligne pour la lutte contre le mariage homosexuel, voilà que les Démocrates s’approprient avec culot une décision judiciaire fortuite pour laquelle ils n’ont absolument pas œuvré.

Morale de l’histoire : aux États-Unis comme ailleurs le politicien est avant tout un carriériste sans colonne vertébrale idéologique. Tout au plus possède-t-il une très vague conception de la société à laquelle il ou elle aspire. Ainsi, si vous militez pour une cause, attachez-vous à la diffuser en priorité au sein de la population au lieu de courtiser la classe politique, une fois que l’opinion la soutiendra, la classe politique retournera sa veste et avalera son chapeau pour se faire passer pour un champion de la première heure de votre combat. Les idées guident le politique, et non l’inverse.

 

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • C’est plutôt le GOP qui est à critiquer ici je pense, refusant généralement de s’ouvrir sur le sujet en dépit d’un soutien clair de la population.

    • Au moins, les républicains sont cohérents tandis que les démocrates eux ne le sont pas, ils n’arrêtent pas de changer d’avis dans le sens du vent. Je préfère un politicien ayant des convictions morales même si elles sont minoritaires à des politciens qui changent d’avis sans arrêt. En plus, sur pleins de choses, les démocrates veulent imposer certaines choses alors que la majorité de la population est opposé à cela.
      OUi, la majorité de la population est favorable au mariage gay mais qui vous dit que c’est le cas des gens vivant dans les états où ils n’étaient pas légalisés. Il se peut très bien qu’ils étaient opposés. Si les gays n’appréciaient pas ces états, ils pouvaient tjs aller vivre dans les 37 où le mariage gay est légal

      • L’opposition au mariage civil gay n’est pas morale mais objective.
        Le couple homosexuel n’est pas fécond, c’est un fait.
        Il n’y pas de raison objective à ce que l’État tienne registre de qui couche avec qui.
        À ce qu’il nous permette de léguer nos biens une personne à condition de coucher avec.
        Le mariage sexuel est collectiviste.
        La confusion entre société et État est totale.
        La confusion entre droit des individus et « acceptation sociale » aussi.
        Nous avons régressé au niveau tribal.

        • Bon d’abord, le fait que des politiciens naviguent avec le vent n’a évidemment rien de nouveau, ni en France, ni ailleurs!

          Que le « mariage gay » (dit « pour tous »: termes ridicules!) soit passé « comme une lettre à la poste » en France n’est en rien, une réalité!

          Enfin c’est bien le petit Napoléon qui a fait du mariage (cérémonial religieux, jusque là) un contrat « civil » règlementé par son code!!!

          Alors? Nouvelle manifestation d’un anti-américanisme primaire?

          • Antiaméricain, moi ?
            Anti-Washington, ça oui…
            Je suis ennemi du pire ennemi des États-Unis !

            Napoléon n’est pas une référence et le mariage n’est pas un contrat à deux, sinon ce n’est pas le mariage.
            Les exigences du mariage ne sont pas définies par le couple.
            Ce sont les attentes de l’État.

            Avant d’être un sacrement catholique le mariage était une cérémonie familiale, c’est devant la famille que les mariés s’engageaient.

  • On voit surtout une belle dictature fédéraliste où les différents Etats n’ont pas de liberté

    • Non, pas du tout.
      Ce n’est pas parce que cela va pas dans votre sens que c’est une dictature, arrêtez d’utiliser ce mot n’importe comment c’est ridicule !

      Ce qui compte le plus aux USA c’est la Constitution, c’est l’objet sacré par excellence et celle-ci assure aux minorités qu’elles ont des droits, la Cour Suprême n’a fait que suivre les textes.
      Je tiens à rappeler que la Cour Suprême est à majorité conservatrice, ou en tout cas apparenté au GOP…Les juges ont fait leur boulot sans céder à la politique c’est tout.

      • Vous delirez.
        La SCOTUS fait une lecture partisane de la constitution, comme n’importe quelle personne qui doit faire une explication de texte. Pareil pour la décision concernant Obamacare.
        Après que vous soyez content de la décision de la SCOTUS est un autre débat.

        Et Jean n’a pas tout à fait tort quand il dit que c’est une dictature fédéral. Les états pris un par un son la plupart du temps bien plus liberaux que l’état fédéral aux ordres d’une minorité d’étatistes qui vive à DC (territoire deux fois plus petit que le canton de Genève) et qui imposent leurs désirs à 330 millions d’américains.
        Le fédéralisme, aux USA comme en Suisse est tous les jours attaqué.

      • Cela fait longtemps que la Cour suprême ne respecte plus son rôle de gardienne de la Constitution.
        Les politicards des deux grands partis n’arrêtent pas depuis longtemps de violer en toute impunité la Constitution.
        Désolé mais moi, j’appelle cela une dictature des juges. ce n’est pas aux juges de décider si oui ou non le mariage gay est légal ou pas mais aux états.
        Cette décision est inquiètante car comme d’autres décision récentes de la Cour suprême, elle va dans le sens d’une diminution des libertés, d’ un renforcement d’un Exécutif qui agit de plus unilatéralement au prétexte d’un Congres bloqué. Un recul de l’état de droit..

        • Vous constaterez que la CEDH fait de même avec le Conseil Constitutionnel français. Qui peut sérieusement croire que la démocratie existe réellement ?

          • Le Conseil Constitutionnel francais est avant tout un organe politique qui manquer d’indépendance. Cet organe n’a aucune crédibilité.
            Quand à la CEDH, cette cour a tendance à tendance à se substituer à la place du législateur et à déduire de nouveaux droits de la CEDH que le législateur n’avait pas prévu. Elle comment clairement un abus de droit et nuit à la démocratie

        •  » Désolé mais moi, j’appelle cela une dictature des juges. ce n’est pas aux juges de décider si oui ou non le mariage gay est légal ou pas mais aux états.
          Cette décision est inquiètante car comme d’autres décision récentes de la Cour suprême, elle va dans le sens d’une diminution des libertés, d’ un renforcement d’un Exécutif qui agit de plus unilatéralement au prétexte d’un Congres bloqué. Un recul de l’état de droit..  »

          Ce pouvoir judicaire est aussi un contre-pouvoir garanti par la constitution qui a aussi pout but de limiter le pouvoir de l’état. C’est ce type de contre-pouvoir qui fait défaut à la Russie de Poutine. Chaque décision de la cour suprême émanent d’une action en justice de citoyens politiciens ou non. Dans ce cas on ne peut pas parler d’un recul des libertés ou de l’état de droit mais c’est plutôt de donner la liberté à chacun de pouvoir s’unir par la mariage sans distinction d’orientation sexuelle.

          En Suisse c’est pareil la cour suprême à le pouvoir d’ invalider n’importe quelle décision démocratique voté soit par le parlement ou par le peuple tout comme il peut le valider . Mais il faut que quelqu’un actionne la justice

           » Cela fait longtemps que la Cour suprême ne respecte plus son rôle de gardienne de la Constitution.
          Les politicards des deux grands partis n’arrêtent pas depuis longtemps de violer en toute impunité la Constitution.  »

          Vous avez raison. Mais il faut aussi que quelqu’un actionne la justice contre le pouvoir de l’état quand celui-ci viole la constitution comme en 2013 et en 2015 contre Obama qui fut remis 2 fois à sa place par la cour suprême.

          http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/obama-epingle-pour-avoir-viole-la-constitution.html

          http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2015/02/17/obama-remis-a-sa-place-par-un-juge-federal-264679.html

          D.J

          • « . Dans ce cas on ne peut pas parler d’un recul des libertés ou de l’état de droit mais c’est plutôt de donner la liberté à chacun de pouvoir s’unir par la mariage sans distinction d’orientation sexuelle. » lisez mes deux liens que j’ai mis dans mes commentairs en dessous et vous comprendrez ce que j’ai voulu dire quand j’ai dit qu’il y un recul des libertés et de l’état de droit. Je ne rentre pas dans le débat pour ou contre le mariage gay. En plus, comme j’ai dit, il y a plusieurs décisions.
            Le pouvoir judicaire doit être un contrepouvoir mais il ne peut pas se substituer à la place du législateur ce qui est clairement le cas ici. En plus, la Cour suprême américaine est complètement politisé ce qui fait qu’il ne représente pas un véritable contrepouvoir

      • Cher SleepingWawe,

        C’est pourtant bien ce qui se passe, mais la tentation est vieille : Holmes avait déjà remarqué dans son dissent sous l’arrêt Lochner, que la constitution ne mettait pas en oeuvre le Social Statics de Spencer.

        Rien dans la constitution US ni dans les amendements ne donne de droit à un mariage unisexuel. De plus vous conviendrez avec moi que lorsque la constitution fut rédigée, ainsi que le 14è amendement sur lequel s’appuie la majorité de la Cour, l’idée d’un mariage unisexuel était inconcevable.

        Les libéraux de la Cour ont des préférences politiques, et ils décident de les imposer au niveau de la constitution tout simplement pour les graver dans le marbre.

      • La Constitution ne demande pas à l’État de se mêler de sexualité.
        Le verdict est inconstitutionnel.
        Du reste on peut coucher à plus que deux: La limitation à deux n’est donc pas moins aussi inconstitutionnelle.
        La seule chose qu’on ne peut faire qu’à deux, c’est un bébé.
        Et alors il faut être une femme et un homme.
        C’est la réalité. Quand on la chasse, elle revient frapper en pleine figure.

      • Pour ma part je suis tout à fait favorable au mariage homosexuel mais je ne peux que constater que la cour supreme n’a fait que suivre le vent, comme d’ailleurs elle en a l’habitude*.

        Elle est partie de la conclusion (la reconnaissance des mariages homosexuels) et a bricolé une argumentation ad hoc pour justifier sa décision ; et encore a-t-elle bâclée le travail : au lieu de se fonder sur le principe d’égale protection des lois elle a surtout utilisée la notion étrange de substantive due process (une sorte de paradoxe juridique)** accompagné d’un lyrisme sur le mariage qui n’a rien a faire dans une decision de justice.

        J’invite a lire la decision, et les opinions dissidentes : http://www.supremecourt.gov/opinions/14pdf/14-556_3204.pdf.

        *le fait pour les juges de la cour supreme de n’être ni élu ni responsable de leurs decisions devant le peuple ou ses représentants ne signifie certainement pas une indépendance d’esprit à l’égard de l’opinion publique. Le problème ce n’est pas tant la dictature des juges que l’abdication de leur role.

        **Même si Loving v. Virginia le faisait aussi il tait tout à fait possible d’utiliser ce precedent en utilisant que la clause d’égale protection des lois. On notera tout de même que Loving est une décision unanime de la court, et que les différences entre les deux situations sont considérable.

  • En 2005, il y a dix ans, 30% de la population américaine était favorable au mariage gay, en 1990 seulement 10%. Donc 2005 était une époque heureusement révolue d’atroces très méchants réactionnaires moyenâgeux fascistes.
    Tout comme avec des hommes tels que Pierre Bergé en France, l’autoproclamée opinion publique des États Unis ne fait que refléter à moyen terme les « choix de société » faits par certains faiseurs d’opinion, au final relativement peu nombreux, très connectés politiquement, à gauche comme à droite d’ailleurs (ce que voyait déjà Hayek, autorité oblige parce que je sens déjà les accusations de complotisme).

    Quoiqu’on pense des élucubrations pour tous, les gens qui ont le plus milité pour cette mesure à haut niveau (tels Soros) sont exactement les mêmes qui font passer pour acceptable la surveillance de masse et le délit d’opinion (peu de juges prennent encore au sérieux le premier amendement, la vulgate bienpensante américaine a désormais un slogan : « hate speech isn’t free speech »). Plutôt que d’aller vers une absence de politique dans les unions maritales, le mariage n’a été que plus politisé que jamais.

    D’ailleurs les mêmes forces de proposition de l’opinion publique sont favorables au traité de « libre échange » (la honte ne tue pas) actuellement en cours de ratification, dont personne ne parle plus (pratique).

    • Ce qui est effarant, c’est que des soi-disants libéraux entérinent des lois sociétales, ou puissent parler de « choix de société » piloté par l’État.
      Si vous pensez que le rôle de l’État est de modeler la société, vous êtes socialiste pour jus, pas libéral pour un sou. Et je vois mal quel argument vous pouvez opposer au communisme pur et simple.

      Si on est libéral, on ne mélange pas société et État, les choix de société n’ont aucun rapport avec la loi, et on exige que toute soit ordonnée à une nécessité objective et impérieuse.
      Notamment une loi traitant de sexualité est intolérable et doit être abolie.

  • Cette décision est ce que l’on appelle l’arbitrage fondé sur les résultats c’est à dire que la majorité de la cour suprême décide quelle politique elle aime, puis rationalise (en général, maladroitement ). C’est loin d’être la première décision qui est un arbitrage fondé sur les résultats mais cette décision en est un exemple flagrant.
    Voilà un autre exemple de décision scandaleuse et inconstitutionelle prise par la Cour suprême: http://freedomoutpost.com/2015/06/the-unconstitutional-ruling-from-scotus-you-missed-obamacare-and-marriage-took-center-stage/

  • Justin Raimondo a bien vu la chose, dans un article de 2011 dans The American Conservative: après avoir montré que non seulement les cas de discrimination sont marginaux, mais encore que les homosexuels ont en moyenne une meilleure éducation et des revenus plus élevés, il conclut sur les réelles motivations des activistes. Et il s’agit de profiter au dépends des mâles blancs hétérosexuels :

    « But the legislative agenda of the modern gay-rights movement is not meant to be useful to the gay person in the street: it is meant to garner support from heterosexual liberals and others with access to power. It is meant to assure the careers of aspiring gay politicos and boost the fortunes of the left wing of the Democratic Party. The gay-marriage campaign is the culmination of this distancing trend, the reductio ad absurdum of the civil rights paradigm.

    « The modern gay-rights movement is all about securing the symbols of societal acceptance. It is a defensive strategy, one that attempts to define homosexuals as an officially sanctioned victim group afflicted with an inherent disability, a disadvantage that must be compensated for legislatively. But if “gay pride” means anything, it means not wanting, needing, or seeking any sort of acceptance but self-acceptance. Marriage is a social institution designed by heterosexuals for heterosexuals: why should gay people settle for their cast-off hand-me-downs? »

    • La motivation est la promotion du socialisme aux dépens du libéralisme.
      En effet le mariage traditionnel est ordonné aux nécessités objectives que sont la procréation et l’éducation de l’enfant par son père et sa mère.
      Le mariage étendu au couple homosexuel est ordonné à la reconnaissance sociale du couple homosexuel en dépit de sa stérilité.
      Un État qui légifère sur la base des nécessités objectives peut être libéral.
      Un État qui définit ce qui est socialement acceptable ne le peut pas. Il ne peut même pas être séculier.
      C’est un État totalitaire.
      Nous assistons donc à rien moins que le basculement festif des États-Unis dans le totalitarisme.
      Prenez gardes à penser ce qui socialement acceptable selon la loi…

      Nous sommes pris entre deux totalitarismes qui identifient pouvoir et société: Le socialisme et l’islamisme.
      La liberté est en danger.

      • Le basculement dans le totalitarisme de l’état fédéral a été fait depuis bien longtemps, il a été fait quand le gouvernement fédéral qui assassinait de taxes les habitants des états du sud avec des droits de douanes prohibitifs tout en dépensant le fruit de la réduction en esclavage d’une partie de son peuple au bénéfice des états du nord a refusé que ces états et leurs peuples qui se révoltaient face à la tyrannie ne fassent sécession pacifiquement et n’eu que pour réponse la guerre civile pour affirmer le pouvoir de l’état fédéral sur les états.

        Mais peut être qu’à force de piétiner aussi ouvertement la constitution les vertus sécessionnistes de certains état et en particulier de la République du Texas ne se fassent de plus en plus présentes jusqu’au jour ou elle reprendra son indépendance, et je souhaite bien du plaisir au gouvernement fédéral qui voudra entamer une nouvelle guerre contre la sécession légitime d’une république.

      • Si ce qui justifie la non reconnaissance des mariages homosexuel est simplement la stérilité de ce type union alors j’imagine que vous etes favorables à la reconnaissance des mariages polygames (qui sont parfaitement fertiles et qui forment des familles de la maniere la plus naturelle du monde et qui encouragent l’education par le père et la mère) ?

  • Cete décision est pour beaucoup inconstitutionelle. Ce sont les Etats qui ont en charge la législation du mariage. Si une consultation était faite beaucoup d’Etat rejetteraient le mariage des homosexuels.
    La bien pensance est un coup de force permanent et les peuples sont exaspérés.

    • La mainmise socialiste sur les institutions devient dangereuse pour leur survie.
      La proportion de la population qui se reconnaît dans les institutions des démocraties représentatives s’effondre et va continuer de sombrer.
      Personnellement je n’ai rien à voir avec un État qui se mêle de sexualité et se fout de la procréation.
      Ce que nous vivons avec ces lois sociétales est un retour des conflits de religion, la fin de la laïcité.
      La loi n’est plus séculière, c’est-à-dire justifiée par les nécessités objectives, mais religieuse, c’est-à-dire fondée sur une anthropologie, une vision de la société, une eschatologie.

    • Je pense que cette décision est mauvaise juridiquement parlant mais dire simplement « le mariage est du ressort des états » est parfaitement hors-sujet. Les états doivent respecter le 14eme ammendement de la constitution US et c’est le rôle de la cour suprême d’y veiller.

      Que la non-reconnaissance des mariages homosexuels soit incompatible avec cet ammendement est une affirmation pour le moins audacieuse, mais cela n’a strictement rien a voir avec le fait que le mariage soit du ressort des états.

  • Tout le monde ment, les politiciens, les scientifiques, les financiers… les gens honnêtes ça n’a jamais existés, nous sommes dans un monde de menteurs et de mensonges.
    La bonne nouvelle c’est que si vous partez du principe que tout ce qu’on vous raconte sont des mensonges vous ne serez jamais déçu.

  • « saluons ce qui résulte en une diminution, légère certes, mais une diminution quand même, du périmètre de l’État au profit des individus »
    ?!?!?!?!?!?!?!?!?!?!?!?
    Mais bien au contraire !!!!!!
    Le mariage sexuel est une aberration pour un libéral qui réfléchit !!!
    Oui, le mariage civil actuel inclut toutes les sexualités. Mais le mariage civil précédent incluait toutes les procréations. On n’est pas passé d’un mariage restreint à un mariage pour tous, mais d’un mariage ordonnée à la procréation à un mariage ordonnée à la sexualité.

    Quel libéral peut soutenir que l’État légifère quant à la sexualité ?
    Quel libéral peut demander le droit de léguer ses biens à une personne À LA CONDITION de coucher avec ?
    Quel libéral peut considérer qu’on a le droit d’adopter un enfant À LA CONDITION de coucher avec quelqu’un ?

    Si vous êtes pour le mariage civil sexuel, comment vous opposerez-vous à la redistribution et à l’État-providence ?
    Ayn Rand reviens !

    « les réseaux sociaux se transformant en véritable caisse de résonance »
    Préparez-vous à fêter le salaire minimum à 15$.

    « d’une population en majorité déjà acquise à cette évolution de la société. »
    Vous appelez évolution de société cette modification de la loi et même de l’État: La société, c’est donc l’État.

    La décision de la cour suprême est un coup d’État et un triomphe du collectivisme.

    Le combat pour la liberté passe maintenant par l’abolition totale et complète du mariage civil.
    Il faut sortir l’État des chambres à coucher.
    La sexualité ne peut justifier aucun droit ni aucune loi, il n’y a actuellement aucun nécessité qui le justifie.

    De toutes façons les nécessités liées à la procréation vont nous frapper en pleine gueule, et cela fera mal.
    Déjà au Québec, où le mariage est sexuel depuis 10 ans, la réalité chassée par la porte revient par la fenêtre:
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/06/08/004-droit-famille-rapport-conjoints-fait-enfant-mariage.shtml
    « L’enfant doit être au coeur du droit familial, conclut un rapport fort attendu »

    Il en ira de même en France et aux USA: Le mariage civil devenu un monstre collectiviste devra être aboli, et le droit familial, s’il doit y avoir un (ce qui me semble probable), reconstruit autour de l’enfant et des nécessités objectives.

    • +1
      Des-Etatisons le mariage, ça ça sera libéral.

      Étendre les fers et l’oppression étatique à tous et mettre des cadres légaux sur tout ça ne me semble pas trop libéral. J’ai toujours eu du mal à comprendre l’enthousiasme de certains libéraux pour la création de lois supplémentaires sur le mariage, et sur l’idée de centrer le mariage si on doit en avoir un dans la loi, sur la sexualité…

      Sans doute l’envie, compréhensible, d’avoir un truc sur lequel enfin on va pouvoir hurler avec les loups et être « du bon coté »…

      • « …on va pouvoir hurler avec les loups et être « du bon coté »… »
        C’est pourquoi j’évoquais le SMIC à 15$, autre lubie socialiste du moment, et stupidité économique de premier ordre. Mais le mariage sexuel est un monstre socialiste encore bien pire, et dont les libéraux ne semblent pas se méfier. J’ai l’impression de voir les libéraux passer en masse du côté obscur …

        • « Mais le mariage sexuel est un monstre socialiste encore bien pire, et dont les libéraux ne semblent pas se méfier. »

          On a surtout mieux à faire que de débattre là-dessus, ce genre de sujet ayant trait à la moralité est un peu vieillot…

          • Non, ce sujet n’a pas trait à la moralité mais à la nature de l’État.
            C’est le socialisme qui mêle la morale et la loi, aussi bien en matière de sexualité que de redistribution.

            Moi, je milite pour la raison objective, et je fais observer qu’elle exclut le mariage civil ordonné aux rapports sexuels, donc notamment le mariage civil gay.
            Je relève que la sexualité à deux plutôt qu’à 3 ou 10 n’a pas de vertu objective, hormis la procréation, mais alors les deux sexes sont requis.

            Les faits sont avec moi, pas contre. Je me bats contre l’arbitraire.

            Ne vous laissez pas assourdir par le vacarme socialiste.
            Écoutez la raison.
            Il ne s’agit pas de juger l’homosexualité morale ou immorale, mais de refuser que l’État se mêle de sexualité.
            C’est arbitraire.

            Si mes arguments vous sont inaudibles, serez-vous sourd à ceux de Bastiat ?
            « Rousseau, étant convaincu que l’état social était d’invention humaine, devait placer très haut la loi et le législateur. Entre le législateur et le reste des hommes, il voyait la distance ou plutôt l’abîme qui sépare le mécanicien de la matière inerte dont la machine est composée.
            Selon lui, la loi devait transformer les personnes, créer ou ne créer pas la propriété. Selon moi, la société, les personnes et les propriétés existent antérieurement aux lois, et, pour me renfermer dans un sujet spécial, je dirai: Ce n’est pas parce qu’il y a des lois qu’il y a des propriétés, mais parce qu’il y a des propriétés qu’il y a des lois.
            L’opposition de ces deux systèmes est radicale. Les conséquences qui en dérivent vont s’éloignant sans cesse; qu’il me soit donc permis de bien préciser la question. »

  • Il faudra un jour qu’on m’explique ce que le mariage civil a à voir avec la liberté.

    Avec les impôts, les privilèges, le nom de famille et l’héritage je veux peut bien entendre, mais avec la liberté ?

    Ou alors j’ai une mauvaise interprétation de la fidélité et du devoir conjugal.

    • « Il faudra un jour qu’on m’explique ce que le mariage civil a à voir avec la liberté. »
      Réponse: Absolument rien.
      Vous n’êtes pas fou.
      Mais attention: Si vous continuez de raisonner, vous allez devenir un affreux réac…

      Le mariage est depuis toujours une institution ordonnée à la procréation responsable.
      C’est un devoir.
      En effet la procréation responsable est indispensable et elle exige des sacrifices: Consacrer 20 ans de sa vie à élever ses enfants de son mieux, puis s’occuper des leurs enfants; et être fidèle.

      Aucune société humaine n’est dénuée d’institution pour ordonner la procréation, pour promouvoir et faciliter la procréation responsable et la décourager autrement.
      C’est une nécessité.
      Mais cela ne signifie pas que l’État doive s’en mêler.
      S’il le fait, c’est à cause du totalitarisme socialiste.
      Supprimez l’État-providence et le mariage civil sera sans fondement.

      Le mariage pour tous est insensé à tous points de vue.
      Tout dans le mariage est ordonné à la procréation, à commencer par le nombre de 2.
      Pourquoi l’État devrait-il bénir le couple homosexuel et pas le « trouple » ?
      Pourquoi leur demander la fidélité ?
      Pourquoi pas entre frères ou soeurs ?
      Pourquoi faut-il coucher avec quelqu’un pour avoir le droit de lui léguer ses biens ou d’adopter un enfant ?
      Le socialisme répond: Ta gueule.
      Rien n’est plus insupportable au socialisme que la réalité.

  • Rira bien qui rira le dernier. Les génerations actuelles baignaient dans toute la candeur, l’indolence, l’ingénuité actuelle se laissent bercer par la dernière trouvaille-Mais il existe des effets de balanciers, ils ne supprimeront pas l’homosexualité, mais il la remettront à la place ou`elle aurait du rester

    • Le socialisme vient encore de frapper un grand coup contre la réalité.
      Attention à la réplique.
      La réalité gagne toujours.

  • Quel boucan ! Et cela s’est fait au détriment d’un pauvre fleuriste qui avait refusé de livrer un mariage Gay. Le pauvre qu’est-ce qu’il a pris, tout a commencé par son refus.. Broyé par le buzz, le pauvre gars.
    Mais ne pas trop se réjouir.. Déjà de nombreux maires US, refusent de célébrer de telles mariages.

    En Turquie que l’on vent faire entrer en force dans l’Europe : ils les ont réprimés avec une violence, du jamais vu. Gaz, canon à eau à pleine puissance, tir à proximité avec balles en caoutchouc..

  • Le mariage est avant tout une affaire privée.A mon humble avis seule les lois en matière de filiation et de responsabilité des enfants devraient être d’ordre public.Également l’égalité en les hommes et le femmes et l’interdiction des mauvais traitements …Maintenant pour les USA une telle décision relève des états.Que la cour suprême interdise aux états de punir les relations entre personnes de même sexes dans un cadre privé entre adultes consentent d’accord cela est compatible avec les principes libéraux.Que la cour suprême contraignent les états à reconnaître certains droits légaux et moraux aux couple de même sexe pourquoi pas.Mais les droits et devoirs du mariage doivent être décidé au niveau des communautés et des états qui sont au plus proches des populations.

    • L’égalité entre hommes et femmes n’est certainement pas un truc sur lequel il y a à légiférer. Sinon, mais normalement c’est le cas depuis pas mal de temps, sur le fait que la LOI (et la justice) elle même traite les deux identiquement.

      Ce qui pour l’instant n’est que rarement le cas (on est passé d’un « favoritisme » pour les hommes à un « favoritisme » pour les femmes, mais les lois ne traitent pas les citoyens indépendamment de leur sexe). La répression se fait sur la façon dont les entreprises payent ou pas les femmes, le partage des taches ménagères etc. (toutes choses totalement privées) mais met en place la « parité » politique, distribue les « pensions alimentaires » de façon asymétrique (ainsi que les gardes d’enfant) etc. etc.

      Le « mauvais traitement » contre les couples homosexuels dans les lois locales n’est pas non plus du ressort d’une loi fédérale. Les individus étant traités également (tout adulte a le droit d’épouser une personne majeure du sexe opposé).

      Les bons (ou mauvais) sentiments n’ont rien à faire dans la loi et la loi ne définit pas la morale. C’est pourtant sensé être un acquis solide de la culture occidentale depuis Abélard, et comment dire, ça remonte…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Le 2 mai dernier, Politico publiait en exclusivité un article traitant de la fuite d'un projet de jugement de la Cour suprême américaine relatif à la remise en cause d'un précédent jugement de cette même cour, Roe vs Wade.

Ce précédent arrêt avait posé les bases rendant légal l'avortement dans tous les États américains et limitant l'intervention de l'État dans la décision d'interruption de grossesse, considérée alors du domaine de la vie privée. Le projet actuellement en discussion et dont le contenu a fuité vers Politico renverrait à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles