Chers gouvernants, partez

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls en juin 2014 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chers gouvernants, partez

Publié le 27 juin 2015
- A +

Chers gouvernants,

Vous appeliez de vos vœux un discours de vérité. Vous le jugiez nécessaire, et je pense que vous avez raison. Je pense aussi qu’il ne faut pas attendre de vous que vous le teniez ; que c’est à chacun d’entre nous de montrer l’exemple, surtout à vous qui en avez si cruellement besoin.

Vous mentez. Vous mentez quand vous cherchez des prétextes politiques urgents pour justifier d’utiliser l’argent public pour assister en famille à un match de football. C’était la finale, monsieur Valls, et vous aimez cette équipe ; c’est le cas de nombreux supporters qui font le déplacement, et pas tous en jet privé.

Que répondez-vous au légitime mécontentement des Français ? Fidèle à votre passion du sport, vous déclariez – depuis Roland Garros !

« Il faut que ceux qui critiquent se disent qu’au fond, parfois, il faut être un peu plus optimiste et se dire que le sport ça apaise, c’est le respect des uns et des autres. » – Manuel Valls, Premier ministre de la République française en 2015.

Sous votre gouvernement, l’optimisme consiste bien en une capacité à accepter les outrages et mensonges quotidiens. Pour vos prochaines déclarations en public, sachez cependant que l’idée que vous cherchez à exprimer peut s’appeler par exemple clémence ou mansuétude.

Vous faites d’ailleurs, chers dirigeants, preuve de clémence. D’une clémence de benêt. Vous condamnez les chauffeurs de taxis, mais leur pardonnez aussitôt et leur donnez raison après quelques heures de sauvagerie, de vandalisme et d’agressions violentes.

Vous acceptez la violence comme un mode de contestation et cédez à la pression et à la peur. Vous agissez sans délai, et sans réfléchir, et demandez la dissolution d’Uber comme d’un groupuscule d’extrême droite évalué à 40 milliards de dollars. Vous courbez l’échine devant des individus violents qui s’en prennent à des innocents. Certes, leur situation n’est pas enviable ; ils ont payé cher pour obtenir sans attendre une licence que vous leur imposez. Mais c’est une affaire entre vous et eux ; Uber n’a rien à voir là-dedans.

Et vous avez par là transmis un message fort – celui de votre faiblesse. Vous avez démontré à tous ceux qui pourraient prochainement être tentés de recourir à la violence pour défendre leurs privilèges que vous leur donnerez raison, renoncerez aux économies budgétaires bientôt inévitables et accèderez à leurs demandes, aussi illégitimes soient-elles.

Vous vous êtes émus des écoutes américaines. Vous avez protesté contre un État allié qui espionnerait vos secrets professionnels et vos conversations privées. Vous avez protesté parce que cette fois, c’est vous que l’on surveille – pas comme dans la loi sur le renseignement que vous avez demandée et votée il y a quelques semaines à peine, qui instaurait (ou légalisait ?) la surveillance généralisée des citoyens. Quel niveau d’hypocrisie faudra-t-il désormais juger comme inacceptable, alors que vous placez la barre si haut ?

Certains d’entre vous, chers dirigeants, proposaient des mesures préventives, au premier rang desquelles un changement de la Constitution américaine. À quel point faut-il être ignorant de la politique et des fondements de l’État américain pour avoir ce genre d’idées, pire : les exposer en public, pire ! À des journalistes ?

Il y a quelques jours, chers dirigeants, l’un d’entre vous, et pas des moindres : le chef de l’État, la plus haute autorité du pays pour ceux qui lui en reconnaissent une, échangeait avec Bill Gates. Dans un anglais épouvantable, qui en dit long sur sa curiosité et son ouverture au monde. Pour la postérité (1’50):

« You have promote the great idea to to to be in solidarity with people we can increase your intervention and there’s and there’s also intervention of France in the next years in speciocially (?) in particularly in Africa. » – François Hollande, Président de la République française en 2015

Et ce même Président de la République se félicitait qu’il existe des riches qui « redistribuent ce qu’ils ont pu gagner », et se congratulait d’avoir reconduit le soutien de la France à la recherche contre le SIDA pendant toute la durée de son quinquennat. Sachez, chers dirigeants, qu’il y a une immense différence entre vous et Bill Gates (plus d’une, croyez-moi) : il redistribue l’argent qu’il a gagné. Vous redistribuez l’argent des autres. Vous le leur prenez, et vous décidez de ce que vous en faites.Tenez-vous le pour dit : il est très louable de chercher à guérir le SIDA, mais vous n’y avez absolument aucun mérite.

Vous auriez du mérite, chers dirigeants, si vous saviez quoi faire et comment le faire. Des gens, crédules certes, vous ont fait confiance – si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour eux. Réduisez enfin la dépense publique, abolissez les privilèges (y compris les vôtres) et ramenez l’égalité. Supprimez l’emploi à vie, mettez fin à tous ces gaspillages dont vous avez le secret. Simplifiez la vie des citoyens en simplifiant la loi, le code, le règlement. Décoincez l’étau administratif et fiscal qui empêche les entreprises d’être flexibles et la France de se développer.

Prenez l’exemple des taxis : il n’y aurait aucun problème si vous ne leur imposiez pas en premier lieu une licence. C’est aussi simple que cela. Vous voulez demander des gages de qualité et de sécurité aux chauffeurs, aux compagnies ? Non pas que je le propose ou l’approuve. Mais il est frappant qu’à aucun moment, les chauffeurs de taxi n’aient proposé une telle mesure, qui répond parfaitement aux considérations altruistes qu’ils affichent. Tout comme il est frappant que vos préoccupations incluent le choix qu’ils ont fait de faire un marché d’une chose que vous donnez gratuitement.

Car oui, c’est vous qui leur imposez la licence. En arrivant au pouvoir, vous prenez la responsabilité de l’État et tout ce qu’il impose. Tout ce que vous n’enlevez pas aussi rapidement que possible de la loi, vous l’approuvez. Tout comme ce que vous laissez derrière vous sera votre héritage, le cadeau ou le fardeau que vous laisserez à la France. Et compte tenu de l’estime que vous avez de vous-mêmes et du crédit que vous vous donnez, j’ose penser que vous faites de votre mieux.

J’ose penser donc, chers dirigeants, que ce discours de vérité vous inspirera des envies d’autre chose, des envies d’ailleurs. J’ose espérer que vous saurez réaliser que vous n’êtes pas à la hauteur, que vous n’avez pas l’étoffe de ce que vous croyez être. Vous êtes incapables de changer la France, vous êtes incapables de la sauver du mal dans lequel vous semblez vous échiner à l’enfoncer. Vous êtes incapables de délester la France de cet État devenu monstrueux, qui se veut tout à la fois Big Brother, catalyseur de l’économie, historien et coach en nutrition.

Alors, s’il vous plaît, partez.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • « Alors, s’il vous plaît, partez »

    +10000²
    Oui oui par pitié dégagez, MAIS dégagez, y’a pas de honte à être incompétent. Promis, les français vous fourniront des poufs et 20k par mois juste pour ne plus vous voir, alors PARTEZ

  • j’ai un peu de mal à savoir à quoi vous appelez au juste…

    Sur l’intégrité et l’honnêteté des politiques, c’est clair : vous voulez des personnels politiques au service de l’interêt de l’état et des citoyens, avec une éthique morale et une dose d’exemplarité… Mais ne citer que Valls ridiculise votre propos…

    Sur les taxis et la complaisance des gouvernants depuis 50 ans… vous oubliez de rappeler que c’est ce gouvernement qui distribue désormais des licences gratuites Nominatives et non cessibles…

    Je partage avec vous le DEGOUT le plus total devant l’abjection et le mépris dont ils font preuves, au pouvoir comme dans l’opposition ( tous ont voté la Loi sur le renseignement)

    Les appeler à partir pour voir les mêmes des deux mandats précédents revenir… mais pour quoi faire ?

    • Bjr !
      Et il sont très soucieux des libertés individuelles : à partir de septembre , interdiction de payer en cash plus de 1000 euros , sous le prétexte fallacieux de lutter contre le terrorisme ……
      Prochaine étape : interdire le cash à partir de 20 euros !
      Bienvenus en Océania et Angsoc
      Big brother is watching you !
      Mais bon …..socialisme et liberté ont toujours été antinomiques !
      J’espère que le prochain gouvernement reviendra sur cette loi l liberticide ( il faudra que les citoyens fassent pression )
      Alors oui , vivement que ce gouvernement dégage , et surtout plus jamais ça !

  • Je pense que des gens comme François Fillon ou Bruno Le Maire peuvent apporter beaucoup au niveau des réformes.

    • Qu’a donc fait Fi(ll)on pour réformer l’Etat en faillite qu’il a dirigé pendant 5 ans ?

      • C’est bien là, le piège des élections et, a fortiori, si les 3 principaux candidats sont, comme certains semblent déjà s’y résigner: N.Sarkozy, F.Hollande et M.Le Pen. Voter, dans ces conditions, me semble en tout cas pas porteur d’une quelconque espérance! C’est au contraire, la garantie de retrouver les mêmes professionnels de la politique, madrés, qui se savent à l’abri des heurs et malheurs de leurs compatriotes, et tous obsédés de leur carrière individuelle.

      • Pas grand chose, en effet… sinon essayer vainement d’orienter Sarko vers une réduction de la dépense. Mais la nature présidentielle du régime n’aide pas. D’autant que quelques soient les qualités qu’il puisse avoir, Fillon est un homme et partie d’un système d’incitations qui le pousse non pas à servir au mieux le client (comme en marché libre) mais à leur mentir et à ne rien faire.

        Mais c’est un des moins pires de tous les clowns en lice. Stratégiquement je pense qu’il faudrait soutenir (avec méfiance malgré tout) les moins pires pour orienter les choses vers un certain mieux, plutôt que d’être intransigeants et donc inaudibles et laisser les démagos et socialistes de tous bords continuer de foutre le bronx et de corrompre les français…

  • Moi l’athée j’aimerai devenir croyant et prier Dieu…. non prier est trop faible implorer Dieu pour que cela se réalise. ..mais la France n’est pas encore suffisamment dans la merde par leur incompétence pour que se dresse une Jeanne d’Arc, un Étienne Marcel ou un de Gaulle qui boutera hors du pouvoir toute cette racaille.

    • De gaule n’est que l’initateur de la cinquieme republique, l’ena, la secu… Et j’en passe. Si les politiques professionels issues de l’ena apres Pompidou n’ont rien changé a ce systeme collectiviste centralisé, c’etait tout leur interet. Il n’y a qu’a souhaiter que « les republicains » fassent enfin le deuil du gaullisme et s’ouvrent a une politique moderne qui reste a la place qu’elle n’aurait jamais du quitter… On peut toujours rever.

      • Ch. De Gaulle a composé la constitution pour lui, celle dont il avait besoin pour réaliser SA vision de la France, sans se faire enquiquiner par des « godillots » de députés ou des « veaux » de citoyens, tous attachés à leurs privilèges du moment. En cela, c’était, depuis le début, un « dictatateur » (soyons clair: « pouvoir personnel fort »!), mais quand de grandes décisions étaient à prendre, c’est bien le référendum qu’il utilisait, par-dessus la tête des politiciens. En cela, il était le « dictateur démocratique », espèce assez unique, aux exceptions près, sans doute, d’un W.Churchill, ou du trop oublié J.B.Tito.

        Cela n’excuse en rien que son opposant socialiste de longue date ne changeât rien à ce qu’il appelait lui-même, « coup d’état permanent »! Depuis le temps qu’on parle d’une sixième république, d’une part de proportionnelle toujours reportée, etc …, bien nécessaires, il faudrait sans doute s’y atteler. Mais tout politicien actuel sait que changer, c’est « trop » risqué! Alors, ils gèrent et plutôt mal!

  • Et si on regardait du côté des licences. N’y aurait il pas de relation avec la rareté des taxis parisiens et leur comportement commercial. Bon lisons ce que dit Wikipedia sur ces licences : »
    » Une licence de taxi en France est gratuite et délivrée par les préfectures. Jusqu’en 1973, les licences qui ne sont plus exploitées devaient être remises à l’autorité. Depuis, les propriétaires des licences ont obtenu le droit de les revendre à un prix obéissant à la loi de l’offre et de la demande. Ce prix a plus que doublé au cours de ces dix dernières années passant d’environ 100 000 en 2000 à 240 000 euros à la fin de 2012. Afin de continuer à faire monter le prix de revente des licences, les chauffeurs de taxi soutiennent la politique de numerus clausus à laquelle est soumis le nombre de licences en France. Les nouvelles licences mises sur le marché sont ainsi rares et attribuées sur la base d’une liste d’attente de société et de chauffeurs inscrits sur cette liste. Le délai pour l’obtention d’une licence est compris entre 15 et 18 ans. L’offre est ainsi très faible, à l’inverse de la demande, et alors que les taxis avaient jusqu’ici le monopole de leur activité, le cours des licences augmente presque chaque année. En 2012, un chauffeur désirant revendre sa licence peut gagner jusqu’à 250 000 euros »
    Aller une popotte entre potes ….. !! Une licence gratuite que je te fais payer. A qui ça profite ca ?

    • On pourrait presque remplacer « chauffeur de taxi » par notaire ou pharmacien dans votre texte …. peut-être même médecin mais eux ont très mal joué l’aspect de leur numérus clausus (diplôme et non droit d’installation), comme quoi ça ne mène pas forcément à des rentes lorsqu’on manipule le marché à mauvais escient.

  • C’est bien vrai que l’Etat et ses fonctionnaires, les politicards pourris et voleurs, nous font sérieusement chier.

    • J’espère que vous êtes bien conscients que « politicards » et fonctionnaires, c’est le même petit-monde de privilégiés du régime, celui de la sécurité, du revenu garanti, de cet état dont ils se disent « les serviteurs » mais dont ils sont les vrais créanciers à long terme pour ne pas dire « à vie »! Tous ont intérêt à cet état fort, compliqué, mêle-tout, omniscient et autoritaire!

      Les « fonctionnaires » sont la profession la plus représentée à l’assemblée nationale! À bien garder à l’esprit!

  • Je crois qu’il faut distinguer l’action du gouvernement et sa « communication », même si les 2 sont aussi nulles l’une que l’autre.

    Pour l’action du gouvernement, c’est clair il suffit de regarder les courbes du chômage et de la dette.

    Pour la communication, gouvernement, media et opposition même combat (c’est Guaino qui prétend réformer la constitution américaine à lui tout seul.) On est dans la surenchère du n’importe quoi. Tant qu’on ne sanctionnera pas ces écarts et en particulier la presse qui raconte ou rapporte les déclarations stupides des politiques sans honte, il est inutile de se préoccuper de démocratie, de justice ou d’avenir, car de toutes façons on va au mur. Les journalistes sont à la fois complices du pouvoir (dont ils revendiquent une partie) et particulièrement niais de ne pas se rendre compte à quel point leur propre jugement est biaisé quand ils se croient de bonne foi (ce qui n’est pas toujours le cas – loin s’en faut).

  • Bravo pour ce texte clair et précis qui exprime avec justesse ce que pensent bon nombre de français!

    Petite correction : « vous êtes incapables de la sauvez » = »vous êtes incapables de la sauver »

  • Chers gouvernants

    Ils nous coûtent … très cher ❗

  • Au sujet des taxis, pourquoi le gouvernement ne déciderait pas de mettre à la disposition des chômeurs cent mille licences gratuites, voire plus ? Tout rentrerait dans l’ordre. Resterait à trouver une solution pour le coût d’une voiture, de l’assurance et du permis. J’ai discuté avec un chauffeur de taxi qui m’affirmait que sa voiture et les frais obligatoires représentaient environ 10000 euros par an avec un véhicule amorti en 5 ans. Jacques Attali a fait ce type de proposition mais on ne l’a pas écouté. Cette histoire caricaturale d’Uber est un faux débat qui occupe l’opinion, c’est le seul mérite qu’on peut lui trouver.

  • J’ajouterai depuis Tokyo où je me trouve actuellement et où les taxis sont obligatoirement des voitures hybrides consommant du GPL afin de lutter contre la pollution, qu’une mesure d’accompagnement écologiste permettant de réduire l’émission de nanoparticules dans l’atmosphère pilotée par Mademoiselle Ségolène Royal permettrait de rendre tout le monde heureux, les écolos et les clients de taxis, car il y a un besoin cruel de ce service à Paris et dans bien d’autres villes de France !

  • « Vous proposez d’établir un ordre social fondé sur le principe suivant : que vous êtes incapables de diriger votre vie personnelle, mais capables de diriger celle des autres ; que vous êtes inaptes à vivre librement, mais aptes à devenir des législateurs tout puissants ; que vous êtes incapables de gagner votre vie en utilisant votre intelligence, mais capables de juger des hommes politiques et de les désigner à des postes où ils auront tout pouvoir sur des techniques dont vous ignorez tout, des sciences que vous n’avez jamais étudiées, des réalisations dont vous n’avez aucune idée, des industries gigantesques dans lesquelles, selon votre propre aveu, vous seriez incapables d’exercer les fonctions les plus modestes. » Atlas Shrugged

    Plus que jamais d’actualité.

    • Merci pour ce petit passage.
      C’est fou le nombre de citations adaptées à notre époque, que l’on peut trouver dans ce roman …

  • La réaction du gouvernement français face aux exactions des chauffeurs de taxi, ce n’est pas de la faiblesse. C’est encore une fois la manifestation de ce à quoi nous sommes habitués avec les socialistes : l’application du deux poids deux mesures.

  • « Car oui, c’est vous qui leur imposez la licence. En arrivant au pouvoir, vous prenez la responsabilité de l’État et tout ce qu’il impose »
    C’est tout l’objet du débat brûlant sur les taxis mais que l’on peut retrouver dans toutes les professions réglementées, qui porte la responsabilité, l’état ou le professionnel ?
    D’après votre phrase et les quelques spécimens commentateurs du site je suis surpris que personne ne vous ai injurié interpellé pour juger de la responsabilité de l’état dans ce problème.

    Vous avez raison, qu’ils partent ! mais pour qui à la place ?

  • et il n’y a pas qu’en France que les jeunes changent leur regard sur les acteurs politiques incrustés
    ce matin, je lisais ceci: #Liban http://www.lorientlejour.com/article/931454/rapprochement-aoun-geagea-ce-quen-pensent-les-chretiens-libanais.html

  • Pourquoi les Français : « gens de peu », ne vous pardonneront pas ?
    Car c’est d’une simplicité élémentaire : un vol sur le compte de l’état pour
    une sortie privée, pour aller voir un match de foot.
    Vous nous avez menti, vos ministres (même ceux qui ne vous supportent pas)
    ont menti, le Président nous a menti les yeux dans les yeux, depuis l’Allemagne.
    C’est simple, et les Français savent quand on leur ment sur des choses simples.

    Le Chômage c’est plus compliqué, alors le sans-dent, préfère déléguer et croire
    aux mensonges. Mais quand le mensonge vient d’un fait si simple : ils n’oublient pas.

    • Peu importe, ce sera pour y mettre un autre menteur à la place parce que les français n’acceptent pas qu’on leur dise la vérité, ne veulent pas faire d’effort si leur voisin n’en fait pas, les français veulent du rêve, on leur en vend depuis 40 ans et ils succombent à chaque fois. 2017 n’y coupera pas !

  • Tout le monde sait que notre prospérité, dont il faut souligner qu’elle s’accroit chaque jour grâce à Caton, est en partie due à la présence d’étrangers sur notre sol. Cependant nos démocraties dégoulinantes de bons sentiments courent quand même à leur fin. En Tunisie c’est l’Europe entière qui est visée et nous sommes de simples spectateurs apeurés. Le nucléaire est notre seule arme à la fois contre le CO2, mais aussi pour ruiner le djihadisme grassement financé par le pétrole dont il faut faire chuter le prix. Julie devrait en convaincre son fiancé pour lui éviter des bévues lors de POP21 ! Confier l’éducation à la démocratie des immigrés par des « imans de France » à Najat Belkacem, comme suggéré, n’est pas une solution « appropriée », pour employer la langue de bois, et n’est même pas compatible avec notre laïcité proclamée. C’est surement une bonne idée de secourir les boat people à leur départ de Libye pour les amener sans risque chez nous. On ôte ainsi le pain de la bouche de ces affreux passeurs en faisant le travail gratis à leur place. Ils font ainsi des économies en utilisant les bateaux les plus pourris et surchargés au maximum tout en pouvant désormais garantir l’arrivée à bon port, ce qui justifie une honnête hausse des tarifs. C’est ainsi que le flot des clandestins venant nous enrichir bénévolement a doublé. Dommage que l’on n’ait pas autant de mansuétude envers les résistants au Djihad en Syrie et ailleurs qui sont assassinés par milliers, sans qu’aucun de nos moralistes d’Etat n’y trouve le moindre inconvénient. Pire, en relisant les journaux de 2013 on était à deux doigts de lancer nos troupes pour prêter main forte à leurs tueurs contre l’affreux Assad, que l’on devrait avoir le courage d’aider aujourd’hui pour éviter la création d’un riche et conquérant Etat islamique international, capable de soutenir une guerre mondiale pour convertir le monde à la charia. C’est ainsi que l’on a vu récemment notre pseudo ministre de la culture refuser grossièrement de venir remettre un prestigieux prix littéraire à Houellebecq jugé mal pensant, tout en protégeant le vol qualifié des deniers publics de Saal , sous l’œil amusé de l’irréprochable fiancé de Julie ! On vous le dit, la France ne manque pas de génie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

Ah, décidément, on vit une époque formidable ! L'invraisemblable et le grotesque ont maintenant pris la place du vérifié et du raisonnable. Mieux encore : un nombre très (trop ?) important d'individus, notamment ceux qui ont droit de cité, croit que ces absurdités et ce grotesque sont parfaitement normaux et doivent devenir la norme.

Les épisodes covidesques récents illustrent assez bien la tendance à la tête de l'État : ce qui est inutile un jour devient indispensable puis obligatoire et sanctionné si absent le jour sui... Poursuivre la lecture

Par Robert Higgs.

Comme le dit le dicton, la familiarité peut engendrer le désintérêt, mais elle peut aussi entraîner une sorte de somnolence.

Les gens qui n'ont jamais connu qu'un certain état des choses ont tendance à ne rien remarquer du tout, à ne rien soupçonner, même quand cet état des choses est extrêmement problématique. Ils sont pour ainsi dire comme des somnambules.

Telle est la situation de l'homme moderne par rapport à l’État. Il l'a toujours vu sous le même angle, et il le prend totalement comme un acquis, le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles