Ornikar : contre le monopole des auto-écoles

« Nous voulons permettre à n’importe qui d’obtenir son permis de conduire plus facilement, pour moins cher et avec le sourire » Alexandre Chartier

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
voiture credits billy wilson (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ornikar : contre le monopole des auto-écoles

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 juin 2015
- A +

Ornikar est une jeune start-up qui ambitionne de révolutionner le permis de conduire en profitant de l’affaissement du monopole des auto-écoles. Contrepoints vous propose un entretien avec l’un de ses fondateurs, Alexandre Chartier. Propos recueillis par Ferghane Azihari.

voiture credits billy wilson (licence creative commons)
voiture credits billy wilson (licence creative commons)

Bonjour Alexandre Chartier, voulez-vous bien vous présenter et décrire les activités de votre start-up s’il vous plaît ? Comment cette idée vous est venue à l’esprit ?

Alexandre Chartier : bonjour, je suis Alexandre Chartier, un des deux cofondateurs d’Ornikar. Notre volonté est d’essayer d’arranger les choses sur l’examen le plus passé en France : le permis de conduire. Il y a 1 300 000 candidats chaque année. C’est trop long, c’est trop compliqué, c’est trop cher et personne n’y trouve vraiment son compte. Nous avons donc essayé de repenser le système que l’on connaît en y ajoutant du numérique ; et nous sommes parvenus à plusieurs résultats pour le code de la route en le proposant entièrement en ligne. Jusque-là rien de révolutionnaire. La partie la plus intéressante, c’est notre réseau de 700 enseignants présents partout en France et qu’on pourra mettre en relation directement avec nos candidats sur internet plus facilement, pour un prix beaucoup plus intéressant. Nous souhaitons permettre à n’importe qui d’obtenir son permis de conduire plus facilement, pour moins cher et avec le sourire. Voilà ce qu’on essaye de faire chez Ornikar.

La loi Macron avait officiellement l’ambition de s’attaquer à de multiples privilèges sur lesquels sont assises de nombreuses corporations dont celle des auto-écoles. Jugez-vous son contenu suffisant au regard de vos objectifs ?

Nous sommes plutôt satisfaits par tout ce qui se passe du côté de la loi Macron. C’est assez courageux pour un jeune ministre de s’attaquer à tant de problèmes. Il essaye d’arranger les choses sur notre profession – j’y reviendrai – mais également dans plein d’autres domaines. Donc bravo à ce ministère et à ce ministre en particulier. Pour ce qui nous concerne, différentes choses vont dans notre sens, notamment des petits points pas clairs relatifs, par exemple à la possibilité pour un candidat de signer en ligne son contrat de formation. C’est un amendement qui est passé lors de l’examen de la loi Macron. Il y a cette question de faire participer Ornikar à des comités qui ont lieu avec différents acteurs, les auto-écoles, les syndicats de patrons d’auto-écoles, le ministère de l’Intérieur pour des réformes. Les acteurs en ligne vont en faire partie. Ce sont de belles avancées. Il y a également la reconnaissance de l’égalité entre le candidat libre et le candidat classique concernant le traitement et les délais. Cela va donc dans le bon sens.

En mars, une monitrice qui s’appelle Farida Rezaiguia publiait une tribune dans Le Nouvel Observateur pour se désolidariser des mouvements de protestation en précisant qu’ils concernaient beaucoup plus les patrons que les salariés. Elle faisait remarquer que l’affaissement du monopole des établissements commerciaux allait donner plus d’autonomie aux moniteurs aujourd’hui salariés. Diriez-vous que votre entreprise rend le salariat obsolète sur le marché de l’apprentissage de la conduite ou bien y a t-il encore un avantage à préférer le statut de salarié à celui d’auto-entrepreneur par exemple ?

rené le honzec permis pour tous
rené le honzec permis pour tous

Effectivement ce n’est pas évident de comprendre ce milieu et c’est le point central de notre mission. Aujourd’hui en France dans le système qu’on connaît, il y a trois parties prenantes : les enseignants diplômés avec les voitures à double-commande, donc ceux qui apprennent à conduire. Il y a ensuite les candidats qui veulent passer le permis de conduire et enfin les gérants d’auto-écoles. Les seuls représentés via les syndicats et autres associations sont les gérants qui forcément défendent leurs intérêts et c’est normal. Ce sont des intérêts commerciaux relatifs au fonctionnement de leurs auto-écoles qui sont les seules à avoir le droit de contracter avec un élève. Un enseignant diplômé n’a pas le droit de le faire. Notre mission est d’être entre les deux pour permettre de recréer du lien entre les candidats et les enseignants de façon plus directe. Il y aura toujours la distinction entre enseignants indépendants et enseignants salariés. Notre but n’est pas de faire une révolution mais de proposer une alternative. Plusieurs enseignants ont rejoint Ornikar car cela correspond à leur façon de travailler, qu’ils ont envie d’être libres, de gérer leurs heures disponibles comme ils l’entendent, quand et là où ils le souhaitent. Ils veulent plus de flexibilité pour travailler à leur propre compte, c’est à dire en étant entrepreneur dans leur métier. Ils ont réalisé lors de simulations qu’ils gagneraient autant voire mieux leur vie. Tant mieux pour eux. Je pense qu’il y aura toujours de la place pour les auto-écoles et salariés. J’espère qu’on arrivera à trouver des activités à une plus forte valeur ajoutée pour ces derniers.

Donc si j’ai bien compris, vous n’avez plus de soucis juridiques ? Le monopole des auto-écoles est révolu ?

Deux mondes vont coexister. C’est aussi une question de génération. Il y a des écoles traditionnelles et les acteurs en ligne. Nous sommes maintenant plusieurs. Il n’y a plus qu’Ornikar. Il y a également d’autres sociétés qui essayent de faire la même chose. Je pense que ça va nourrir le débat. L’ancienne génération va nous permettre de mieux connaître certains aspects bien particuliers de cette profession notamment sur les enjeux de sécurité routière. Quant à nous, nous allons leur permettre de se moderniser, d’utiliser un peu plus de numérique. C’est donc bien qu’il y ait deux mondes. Ces oppositions et ces débats sont sains. Tout le monde pense avoir raison. L’objectif est de trouver le juste milieu et petit à petit tout va s’équilibrer. La nature est bien faite, les choses s’équilibrent de toute façon.

Avez-vous des ambitions internationales ?

Il y a des choses à faire en Europe mais pour le moment on va se concentrer sur la France. Notre volonté effectivement est d’aller sur l’Europe un moment donné si l’occasion se présente, puisque l’harmonisation européenne se retrouve déjà dans le titre du permis de conduire. Quand on sait que 80% des candidats au permis de conduire ont moins de vingt-cinq ans et peuvent être amenés à partir en Erasmus pour leurs études en Europe, ça aurait du sens qu’ils puissent faire des heures de conduite sur tout le continent s’ils n’ont pas le temps de finaliser leur permis en France. On peut imaginer plein de choses. Donc l’Europe, oui, avec plaisir un jour.

.

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • En quelque sorte, c’est l’Uberisation des auto-écoles !
    Voilà qui va faire plaisir à tous ceux qui se sont saignés pour ouvrir leur propre entreprises et qui galèrent pour arriver à survivre, entre les charges insupportables, les places d’examens distribuées au compte-goutte et un carcan administratif fidèle à l’administration française !
    « Notre volonté est d’essayer d’arranger les choses sur l’examen le plus passé en France : le permis de conduire. Il y a 1 300 000 candidats chaque année. C’est trop long, c’est trop compliqué, c’est trop cher .. » Ah ! Et en quoi les auto-écoles sont-elles responsables de cet état de fait ? Qui refuse l’augmentation du nombre des examinateurs (IPCSR), fonctionnaires de l’état ? Qui attribue les places d’examens aux auto-écoles ? Qui impose les taxes afférentes aux dossiers d’inscription au permis de conduire ?
    A lire l’article, Ornikar ne propose rien si ce n’est la possibilité de « s’inscrire par le net » (?) Quand aux enseignants, déjà rémunérés au lance-pierre (tarifs horaire inférieurs à ceux d’une femme de ménage, sans que cette précision soit péjorative pour ces dernières), on peut douter qu’Ornikar les fasse rêver longtemps.

    • Et alors quoi ? On continue à subir sans rien dire pendant des décennies ?
      Marre de devoir payer 1500€ pour un permis qu’on peut avoir à 200€ en Belgique et 20 dollars aux USA.

      • moi je le voudrais plus chère le permis…
        avec, entre autre, passage obligé sur circuit pour faire des tests de freinage d’urgence sur route sèche et mouillé.

        car il est indiscutable que la majorité des gens ne savent pas conduire :
        il n’y a qu’a se mettre a coté d’une priorité à droite ou d’un rond point pour voir que peu de personnes connaissent les bases, et se contente de tenir le volant et d’appuyer sur les pédales… ce qui oblige fatalement à diminuer la vitesse constamment pour éviter les accidents.

        • Vous avez raison 🙂 Pour que les gens conduisent mieux, il faut rendre l’apprentissage encore moins accessible !

          • j’ai commencé à travailler a 16 ans sur les marchés et j’ai fais tous les petits boulot que j’ai trouvé pour me payer mon permis tous seul… j’ai donc j’ai du mal à comprendre cette problématique.
            mais c’est vrai que c’était moins chère à mon époque (6500 francs le forfait).

            mais j’ai pensé à cela car c’est ce que la Hollande a fait dans les années 2000 pour un résultat assez incroyable :
            entre 20 et 30% de mort en moins chez les jeunes conducteurs.

            • Tout le monde a le droit de pouvoir conduire, notamment pour avoir accès à un travail.
              Donc non vous vous gourrez totalement..Les mauvais conducteurs doivent être sanctionnés par la police, c’est le travail des hommes de loi.

            • Sauf que ces baisses ont eu lieu partout dans le monde, ça coincide avec le renouvellement de voiture équipé de airbag et autres sécurités.

              Je l’ai fait il y a 10 ans environs, pas besoin de cours de conduite à l’époque. Conduire est une activité banale, le permis d’apprenti avec un conducteur ayant déjà un permis c’est amplement suffisant. Pas cher et efficace.

            • Le truc c’est qu’à 1500€ la formation avec comme contrainte le fait de connaitre le code on a un truc absurde : c’est cher et c’est inutile. La plupart des « bons conducteurs » n’ayant jamais d’accidents et conduisant des dizaines de milliers de km par an depuis des années serait incapable de ré-obtenir leur permis. Pourtant ils sont bien moins dangereux que les jeunes conducteurs diplômes et certifiés…

              En effet l’examen est à revoir. Et la formation itou. Surtout en rendant cette dernière libre et en transformant l’examen en une épreuve de conduite « libre » jugée par des conducteurs plus anciens qui devraient un jour de « jury » tous les 10 ans par exemple.

              Après, tout le monde le sait bien, c’est en conduisant avec un conducteur expérimenté (genre ses parents) qu’on apprend le mieux, qu’on apprend vraiment. Ce n’est pas totalement une surprise que malgré l’examen débile, la conduite accompagnée donne un taux de succès bien supérieur….

              L’auto école est un truc idiot. Soit les enseignants sont des vrais as de la conduite et leur talent est gâché à enseigner le « regarder dans le rétro, mettre le clignotant, tourner le volant » soit ils ne le sont pas et 70% au moins des conducteurs français pourraient faire ce métier… Et donc ces moniteurs gagneraient bien mieux leur vie en faisant autre chose. La réalité est entre les deux. Que les « moniteurs pilotages » fassent cela (et je suis sûr que bien des gens seraient ravis de cours sur mesure de pilotage, de « conduite avancée » si c’était bien marketé, et que l’on laisse les autres en concurrence avec les parents pour l’apprentissage normal.

              Y a qu’a voir les finlandais qui apprennent dans la cour de leur ferme, à quel point ils sont nuls (rallyes, formule 1, etc. malgré leur nombre limité).

              • Je suis enseignant de la conduite et de la sécurité routière et je suis effaré par votre commentaire. S’il était aussi facile que ça d’apprendre aux gens à conduire, alors pourquoi passer un diplôme très cher pour pouvoir exercé. Vous ne voyez que le prix… Comme beaucoup.
                Nous nous voyons la pédagogie. Nous ne sommes pas la pour former les élèves à avoir le permis de conduire mais nous sommes là pour les former à être de bons conducteurs. Nous le voyons très bien lorsque les élèves reviennent après une conduite accompagnée de 1 ans et 300 Km, nous avons pas mal de boulot pour tout remettre avec des bonnes techniques.
                Les enseignants ne sont pas des as de la conduite mais des as de la sécurité routière et des professionnel en pédagogie routière.
                En belgique, ils ont la filière libre et on en voit le résultat. Ils sont d’ailleurs en train de voir pour supprimer la filière libre et revenir avec un système à la Française bien plus efficace en terme de sécurité routière.
                Croire que n’importe qui peut faire notre métier est une stupidité. Si c’est si facile à faire, faites le sur votre temps libre… Pourquoi pas après tout? La filière libre existe en France alors profitez en si vous vous sentez meilleur et capable de tout dans tous les domaines.

    • Préparez vous.
      Le jour ou les voitures automatiques seront légions, le permis de conduire n’existera plus. en tout cas, plus sous cette forme obligatoire (uniquement pour les véhicules manuels je pense).

      • Oui ça serait assez drôle que les auto-écoles bloquent les voitures automatiques.
        Ca ne serait pas étonnant puisqu’on a vu les carrossiers manifester contre la baisse des accidents.

        • « Ca ne serait pas étonnant puisqu’on a vu les carrossiers manifester contre la baisse des accidents. »

          C’est une blague j’espère lol

      • Ce qui est rigolo c’est qu’ils disent avec 700 moniteurs sur la France, comment c’est possible exactement sans avoir encore l’autorisation d’exercé ?
        Le code en ligne, la prise d’élève à domicile sont des nouveautés ? Ha bon ? Vraiment ? Les auto-écoles ne le font pas peut-être ?
        @ornikar : que se passera-t-il quand « vos » moniteur proposeront 10€ de moins sans passer par vous ?
        CQFD.

    • « A lire l’article, Ornikar ne propose rien si ce n’est la possibilité de « s’inscrire par le net » (?)  » : dans ce cas, aucune raison de vous plaindre comme vous le faites, Dodds ! Les auto-écoles classiques ne risquent rien.

      En fait, vous me rappelez les chauffeurs de taxi qui sortaient des trucs du genre : « parce que vous croyez qu’une petite bouteille d’eau dans les voitures Uber suffit à fournir un meilleur service que le nôtre ? » J’en ris encore…

      • Bonjour,
        Je suis gérant auto ecole et je suis contre les entreprise style ornikar a cause de l’auto entrepreneur.
        Mes salarié coute cher a cause des charge et ornikar en utilisant des auto entrepreneur ou des tpe n’aura pas les même charges. Pas congé payer, pas pole emploi, pas de stabilité pour prévoir ou faire des investissement.
        Pour le moment vous êtes content car vous êtes client et que vous trouver le permis tri cher mais quand les auto entrepreneur vont être autorisé comme veut ces entreprise et qu’il n’y aura plus de cdi on rigolera.

        • Alors au lieu d’être contre les entreprises comme ornikar, battez-vous pour que l’Etat baisse enfin les charges et les règlementations.
          S’il vous plait, ne vous trompez pas d’adversaire: c’est bien les gouvernements qui coûtent cher à tous.

        • Si votre buisness model est mauvais et que vous avez investi dans la mauvaise activité, prenez en vous à vous même et à votre banquier qui vous a mal conseillé.

          En fait le problème c’est que vous croyez arriver dans une niche, un quasi monopole vous permettant d’extraire tranquillement une rente de clients captifs et que vous voyez ça s’envoler. Vous y perdrez de l’argent c’est sûr. Mais ça ne sera que la punition mérité de votre idée de départ de voler des clients captifs en connivence avec l’État.

          • j’ai des élèves qui avec 55€ sont reçu à la première présentation pour le code,d’autres cela est plus onéreux,il suffit d’ouvrir son livre et apprendre très simple et pour la conduite pareil si on écoute les conseils de son enseignant et pas de drogue tout va bien un petit calcul 1500€ pour un permis valable au moins 60 ans donc 25€ par an,et 2,08 par mois……….Savez-vous que l’école de conduite paye pour trouver les places d’examens à ses élèves il est très facile de critiquer sans connaitre le sujet

  • BRAVO.
    Libérez la jeunesse de l’administration française !!!

  • « C’est bien qu’il y ait deux mondes »
    « Ces débats sont sains »
    « Trouver le juste milieu »
    « Tout va s’équilibrer »
    « La nature est bien faite »

    Le ton de l’interview est un peu Tartuffe.
    Alors oui, vive la concurrence, mais ça ne se fera pas sans douleur.

    • Mais si, mais si… vive la paix économique !!!
      En fait, si on est flexible, ça se passe bien en effet. Surtout si les « frais de transaction » et la « liquidité » sont importants. Maintenant l’Etat fait tout pour que ces deux trucs soient minimaux (sinon son pouvoir le serait aussi) et donc oui, ça risque de piquer un peu. Pour certains. Les monopoleurs, les connivents, les protégés…

  • D’abord je voudrais dire que les syndicats de patron d’auto-école ne représentent même pas 15 % de la profession. Ensuite en tant que patron d’auto-école je suis tout à fait propice au système ornikar et ne demande qu’à travailler avec eux ! Il est possible que ce nouveau modèle représente l’avenir. D’autre part, beaucoup d’auto-écoles partagent mon avis mais refusent de le dire ! peur des autres… Les syndicats sont mauvais pour ceux qui s’opposent ! ils ne faux pas oublier qu’il existe des délégués de chaque syndicat dans les commission d’agrément. Si pas d’agrément, pas de travail ! donc des pressions énormes qui ne devraient pas exister.

  • bonjour,
    J’ai qq chose qui me gêne dans ces interviews… Je suis ok pour dire qu’il y a besoin d’une révolution dans ce milieu mais pourquoi ne jamais parler de places d’examen??
    Ornikar fait ce qu’il veut mais ils ne pourront rien faire contre la pénurie de places
    – candidats libre ok mais l’état ne veut pas que ça se développe
    – candidat auto école ok mais 4 places pour une création et nous savons très bien qu’ornikar va touché des centaines de candidats … Comment vont ils passer le permis ??

    J’aimerai que les fondateurs répondent à ca … J’aimerai connaître leur point de vue

  • Pourquoi leurs faire de la publicité alors qu’ils n’ont pas d’agrément !!!!!! , de plus , ils sont satisfaits de Macron …HA HA HA ils sont potes d’école .
    Venez donc dans une petite auto-école traditionnelle , venez voir comment on travaille , comment on doit se « démerder » avec les places d’examen ,parce qu’il est là aussi le probléme…le manque de places , on embauche pas , on licencie ! les morts sur la route sont de plus en plus nombreux , mais on s’en fout… le permis est cher … environ 1500€ , mais c’est pour la vie ! alors faites le compte , permis a 18 ans jusqu’à 65/70 ans…ça revient à combien ? Dernière petite chose , JE SUIS ENSEIGNANTE ET NON MONITRICE , j’ai un diplôme BEPECASER et non un BAFA !!!!! de plus le permis est GRATUIT , c’est la formation qui est payante ! mais on en reparlera dans quelque temps , quand il y aura encore plus de morts sur les routes.Il serait bien aussi de dire qu’aux Etats Unis , le permis est moins cher mais le nombre de morts est 2 fois plus élevés qu’en France….CQFD.

  • vous êtes dans un délire total,quelles sont vos connaissances dans le milieu des auto-écoles,vous oubliez de préciser que chaque leçon donnée par un de vos enseignant de la conduite vous prenez un pourcentage donc jackpot à chaque heure et le pauvre auto-entrepreneur que lui reste-t-il ,sait-il qu’il ne doit pas dépasser un certain chiffre d’affaire, cela va donner des envies douteuses, que de travail illégal l’état va perdre beaucoup d’argent et cela ne va pas durer longtemps mais pour détruire la profession vous êtes très fort, chacun son métier et vous avez eu une certaine chance et surtout d’argent pour lancer ce délire certain ami de Mr Macron vous a bien aidé et vous prenez vraiment les gens pour des »cons »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

par h16

La République est véritablement en Marche et comme ce sont bientôt les élections municipales, elle a décidé de trottiner vers les campagnes et la ruralité où deux problèmes sont véritablement prégnants et où deux ministres se sont donc lancés dans la bataille.

Les deux problèmes ruraux sont de taille. D'un côté, on le sait : à la campagne, les cafés ferment. De l'autre, on le sait aussi : il est devenu impossible de se passer de la voiture, et le permis de conduire y est vu comme le sésame pour une liberté de mouvement e... Poursuivre la lecture

permis de conduire
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Mai 2019 : le pays somnole. La croissance affiche un chiffre rikiki. Les faillites d'entreprises augmentent. L’État semble s’ankyloser doucement dans son renoncement à toute réforme de fond et continue avec la même indolence à dépenser bien plus qu'il ne gagne sous les applaudissements de la majorité des assujettis fiscaux qui croient, dur comme fer, que ce sont "les autres" qui paient pour ces frasques inutiles...

Devant ce constat, le gouvernement d'Édouard Philippe a décidé de prendre le taureau par les cornes et, dr... Poursuivre la lecture

Par Fabien Duval.

L'année dernière, l'examen du permis de conduire faisait peau neuve. Portée depuis près de deux ans par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'époque, la réforme du « papier rose » consacrait des évolutions non seulement dans le fond mais également sur la forme. Et si le nouveau Code de la route n'opère pas de profondes modifications pour les apprentis automobilistes, l'accent est aujourd'hui mis, lors de l'examen du code, sur des questions contemporaines telles que l'écoconduite, les voitures automatiques, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles