Les 800 ans de la Magna Carta

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
King John Posts the Magna Carta to His Facebook Wall, from an 1864 woodcut credits Mike Licht via Flickr ((CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 800 ans de la Magna Carta

Publié le 18 juin 2015
- A +

Par Vladimir Vodarevski.

King John Posts the Magna Carta to His Facebook Wall, from an 1864 woodcut credits Mike Licht via Flickr ((CC BY 2.0)
King John Posts the Magna Carta to His Facebook Wall, from an 1864 woodcut credits Mike Licht via Flickr ((CC BY 2.0)

Saluons la presse qui fait son travail, en l’occurrence Le Figaro.fr signalant la commémoration des 800 ans de la Magna Carta, dans un article assez bien écrit.

La Magna Carta est peut-être un des premiers actes de libéralisme. En effet, son objet est de limiter le pouvoir arbitraire du roi. Elle préfigure les réflexions de John Locke ou de Benjamin Constant sur la limitation du pouvoir de l’État.

Bien sûr, la comparaison avec les temps modernes est limitée. La Magna Carta protège les nobles de l’arbitraire du roi, le peuple étant largement constitué de serfs. Elle protège aussi la liberté de circulation des marchands.

Cet anniversaire est l’occasion de rappeler ce que les Lumières Françaises doivent à la Perfide Albion. Voltaire et d’autres étaient inspirés par le développement des droits au Royaume-Uni. La première Révolution a été la Glorieuse Révolution de 1688. L’Habeas Corpus est aussi une invention britannique.

C’est aussi l’occasion de souligner le lien entre liberté et prospérité. Est-ce un hasard si c’est le pays qui a le premier protégé les droits de ses sujets (il n’y avait pas de concitoyens à l’époque), qui a connu le premier la révolution industrielle, et une expansion et une puissance fantastique ? Et surtout un niveau de vie pour sa population bien supérieur à celui du continent ? Je me souviens d’un texte du voyage d’un Anglais en France, fin 18ème ou début 19ème. L’Anglais était stupéfait par la misère des campagnes françaises. Les pays socialistes ont essayé de copier les techniques pour connaître la prospérité, mais ils se sont effondrés économiquement et socialement, car ce n’est pas la technique qui fait la prospérité.

Cependant, au-delà de la prospérité économique, la Magna Carta est le début de l’affirmation de la liberté de l’être humain, du rejet de l’oppression et de l’aliénation. Le début de l’humanisme, qui s’étendra peu à peu à tous.

Joyeux anniversaire !

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « L’Anglais était stupéfait par la misère des campagnes françaises » c’est qu’il ne connaissait pas ses classiques et ce à une époque d’une prédominance culturelle française qui fut réelle bien qu’inimaginable aujourd’hui. Ainsi p. ex. le roi Frédéric II de Prusse (de qui Napoléon, devant sa tombe à la crypte de la Garnisonskirche Potsdam, disait ‘lui vivant, je ne serais pas ici’) écrivait un très mauvais allemand lardé de mots français, en petits caractères et avec tous les accents bien sûr; son admiration pour Voltaire est connue, tandis que la « Spintisiererei » des poètes allemands le faisait sourire

    Or donc

    « L’on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu’ils fouillent et qu’ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes ; ils se retirent la nuit dans des tanières où ils vivent de pain noir, d’eau et de racine : ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et de recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu’ils ont semé », La Bruyère, « Caractères, ‘De l’homme' » XI, 128

  • Par contre les quelques clauses antisémites, et celle qui interdit de mettre des pièges à poissons dans la Tamise ternissent un peu la grandeur libérale de la Magna Carta, traité mort-né…

  • Le Roi n’a jamais été aussi puissant.

  • Un roi angevin qui a du céder à des barons normands.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

Alors que l’élection présidentielle sombrait dans l’ennui de 50 nuances d’étatisme, monopolisée par des professionnels de la politique aux propositions dirigistes attendues et éculées, deux candidatures de dernière minute sont venues redonner un peu d’espoir à ceux qui croient que davantage de libertés individuelles et économiques feraient le plus grand bien à notre pays.

Le 11 janvier, c’est le philosophe Gaspard Koenig qui annonçait entrer dans la course aux parrainages. Puis, le 21 janvier, c’est l’entrepreneur Rafik Smati qui annon... Poursuivre la lecture

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles