Les questions au gouvernement du 17 juin 2015

À défaut d’une opposition de droite compétente, devrons-nous compter sur les « frondeurs » de la majorité pour contrôler l’exécutif ? Réponse dans ces questions au gouvernement que vous n’entendrez pas aujourd’hui.

Par Le Parisien Libéral.

49-3 rené le honzec49.3 ! Parce que le président Hollande a menti à son électorat en 2012 afin d’être élu à l’aide des voix d’extrême gauche (celles du Front de Gauche de Mélenchon), l’actuel gouvernement tente d’imposer à sa propre majorité le retour au réel.

Du coup, Valls est tenté par le passage en force sur la loi Macron. Cela enlève-t-il le fait que le problème initial, c’est le décalage entre ce que Hollande a promis (une politique très à gauche) et ce qu’il fait (la même politique étatiste que Nicolas Sarkozy) ? Hollande et Valls, ne l’oublions pas, sont les représentants de l’exécutif. Ils disposent de l’administration pour exécuter, et non pas pour légiférer. Le pouvoir législatif devrait théoriquement procéder du parlement, lui qui a pour fonction de voter les lois et le budget, dans le respect des principes constitutionnels.

Donc, quelque part, si Valls n’a pas de majorité pour voter ses lois, il devrait surtout s’en prendre à ses propres contradictions. Des contradictions, il y en a aussi chez les parlementaires, surtout ceux de l’opposition de « droite », puisque ceux-ci rejettent la loi Macron, insuffisante mais qui va dans le bon sens, mais applaudissent des deux mains la liberticide loi renseignement. Alors, à défaut de la présence d’une opposition de droite, pourrons-nous compter sur les « frondeurs » de la majorité pour effectuer leur mission de contrôle de l’action de l’exécutif, en posant les questions au gouvernement (QAG) suivantes ?

Question au premier ministre, Manuel Valls 
Monsieur le Premier Ministre, comme dans le pire des régimes anti-démocratiques, le président Hollande se permet de dire aux Français ce qu’ils doivent penser du scandale qui vous concerne, le VallsGate, en déclarant que la polémique est close. Mais pour les Français, elle ne l’est pas. Même dans votre tentative de damage control, vous avez réussi à vous contredire en affirmant rembourser quelque chose, le voyage de vos enfants, qui n’avait « rien coûté ». Monsieur le Premier Ministre, comme le réclament les Contribuables Associés, allez-vous rembourser la totalité des 14.000 euros dépensés pour vous permettre d’aller voir un match de football à Berlin ?

Question au Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius
Monsieur le Ministre, le président de la République s’est rendu en Algérie, pays avec lequel la France entretient des relations fortes bien que fondées sur un certain nombre de tabous qui entretiennent le flou depuis 1962. Or, votre gouvernement, à la différence, bien sûr, des précédents, veut une France apaisée. Dans ce contexte, savez-vous si le président Hollande a évoqué, avec le président Bouteflika, la thèse selon laquelle la rupture du barrage de Malpasset, en 1959, était le fruit d’un attentat du FLN, et non pas un accident ? Rappelons que cette thèse a été diffusée par la chaîne publique franco-allemande de télévision Arte, que l’on ne peut guère soupçonner de conspirationnisme ou de volonté d’incitation à la haine. Si jamais cette thèse était fausse, souhaiteriez-vous, dans le respect de la séparation des pouvoirs, que la justice poursuive Arte pour diffusion de fausse information ? Mais si la thèse est vraie, allez-vous demander des comptes à l’Algérie, à moins qu’il y ait des bons terroristes et des mauvais terroristes ?

Question au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve
Monsieur le Ministre, la semaine dernière, une fillette française de 6 ans et une autre, ivoirienne, de 3 ans, ont été retenues chacune quatre à cinq jours en zone d’attente de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, avant de retrouver leurs parents et la liberté. Selon RESF, votre cabinet était informé de la situation. Il semble que ce soit des lois adoptées en 2003 qui aient rendu cette situation possible, situation envers laquelle ni vous même, ni le Parti Socialiste, n’avez trouvé quoique ce soit à redire. Monsieur le Ministre, allez-vous demander l’interdiction de l’enfermement des mineurs en centre de rétention, ou bien, dans ce domaine comme dans bien d’autres, allez-vous confirmer votre proximité de vue avec Brice Hortefeux et Eric Besson ? Si tel était le cas, pouvez-vous nous expliquer pourquoi le Parti Socialiste et la gauche avaient passé 5 ans à hurler quotidiennement contre la politique de la précédente majorité ?

Question au Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian
Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous confirmer le fait que l’Arabie Saoudite, le pays de l’or noir et des 1 000 coups de fouet, paiera la commande des Dassault Rafale égyptiens ? Si oui, allez-vous demander à l’Égypte de faire pression sur son nouvel allié pour libérer le blogueur libéral saoudien, Raif Badawi ? Ou alors nos principes et valeurs sont à géométrie variables, et on peut aller les imposer à coup de bombes au Mali, et les taire dans le Golfe ?

Question à la Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem
Certes, Madame la Ministre, votre double réforme, du collège et des programmes, ne se passe pas bien, mais votre absence de la dernière conférence European Policy Network on School Leadership était-elle justifiée, là où l’Allemagne était en force ? Même le Royaume-Uni avait envoyé une délégation. Comment se fait-il que la seule représentante de notre pays, Nelly Guet, ne travaille même plus pour l’Éducation Nationale ? Manque-t-on, sur 800.000 employés, de personnes à l’Éducation Nationale ? Les budgets voyages ont-ils été épuisés par votre Premier Ministre ?

Le parisien libéral

Question au Garde des sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira
Madame la Ministre, nous ne vous entendons pas sur le projet de loi renseignement. Vous êtes pourtant opposée à cette loi liberticide. Ne pensez-vous pas que la solidarité gouvernementale devrait avoir des limites, surtout quand les libertés fondamentales sont menacées ? Pourquoi ne dites-vous pas publiquement, avec l’éloquence que l’on vous connait, que Valls et Cazeneuve sont en train de faire adopter un corpus législatif dont la RDA des années 80 n’aurait pas pu rêver ? On nous dit : la loi renseignement va donner un cadre légal à des pratiques qui existent déjà. Comment allez-vous concilier cet argument de légalisation de pratiques pour l’instant illégales avec une autre volonté, celle de réprimer plus sévèrement la prostitution, qui elle aussi existe ? Vous n’êtes pas seule à penser que la première des sécurités, c’est la liberté. La Ligue des Droits de l’Homme, la CNIL, des magistrats, le Parti Pirate, le Parti Libéral Démocrate, la Quadrature du Net, pour ne citer qu’eux, partagent aussi cette opinion !

Question au Ministre des Finances, Michel Sapin
Monsieur le Ministre, cession de 0,9% de GDF Suez (Engie) pour 372 millions d’euros, privatisation d’Arianespace… Heureusement que la finance est votre ennemie ! Mais puisqu’elle ne l’est pas, allez-vous demander le rejet du projet de taxe sur les transactions financières européennes ?

Question à la Ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu
Madame la Ministre, vous avez annoncé que la refonte des grilles de rémunération des fonctionnaires se ferait à partir de 2017 et d’ici 2020, précisant que les agents devraient toucher jusqu’à 70 euros bruts de plus mensuels à l’horizon 2020. Autrement dit, les fonctionnaires seront augmentés. Mais comment osez-vous, Madame la Ministre ? Certes, le fait que vous précisiez « à partir de 2017 » signifie bien « après moi le déluge », étant donné que vous ne serez peut être plus ministre à cette date. Mais, sur le fond, avez vous oublié que la France est en déficit de 30% ? Avec quel argent voulez-vous payer les fonctionnaires ? Vous voulez augmenter les impôts ?

Question au Secrétaire d’État aux Droits des femmes, Pascale Boistard
Madame la Ministre, quelle ironie de vous voir, dans votre combat contre la prostitution, rejoindre les positions abolitionnistes de Charles de Courson, qui, inspiré par la foi, n’hésite pas. à citer le Nouveau Testament (Jésus à la prostituée : « Je ne te condamne pas non plus va, et ne pèche plus ») ! Vous avez placé votre débat sur la prostitution sur le champ de la morale en affirmant que les prostituées ne devaient plus exercer car elles n’avaient pas le choix. Allez vous aussi expliquer aux femmes de ménage, aux caissiers et caissières, qu’ils feraient mieux de changer de métier, étant donné qu’ils ont rarement choisi de le devenir ?

Alors, cette après-midi, déni de démocratie, ou bien des députés au travail ?

Sur le web