Halte au Valls Bashing !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Halte au Valls Bashing !

Publié le 12 juin 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

valls  chasse aux pauvres rené le honzec

Avec l’esprit libéral que vous me reconnaissez, je me dois de défendre la veuve et l’orphelin. Et là, mon sang n’a fait qu’un tour quand j’ai appris qu’une engeance éprise de vengeance voulait faire payer à Manuel Valls les places de ses deux bambins (20 ans et quelques) dans l’avion qu’il avait dû louer une fortune au gouvernement pour aller à Berlin.

Vous ne pouvez avoir déjà oublié que nous avons un Premier ministre pauvre (d’aucuns se demandent s’il a les moyens de prendre une douche tous les jours, c’est pour cela qu’il fréquente aussi Roland-Garros, les toilettes sont ouvertes au public). Quand M. Valls a déclaré son patrimoine, en honnête politique obligé par la loi de le faire, il a affiché des misères. Et ça ne s’est pas arrangé depuis. En 2013, il débarque avec un p’tit appart’ à Évry (T2, 254 000 euros), une part dans la SCI de sa compagne, et, tenez-vous bien, 1500 euros sur son compte bancaire. Quand vous connaissez la carrière du type, on se demande comment il a fait pour épargner aussi peu ! Même moi, j’avais plus sur mon compte (à l’époque). Bon, c’était peut-être un gage d’honnêteté si ce n’est de capacité (on aurait dû se méfier).

Paf, le pauvre, l’année suivante, 2014, rebelote de déclaration, son patrimoine avait fondu de 103.000 euros ! Et endetté, le mec ! 205.000 euros…

Alors, moi je dis, stop au bashing d’un pauvre qui n’a tout simplement pas les moyens d’emmener ses enfants chéris au match de foot et boire un soda avec Platini, qui a honte de leur avouer, et les embarque en migrants économiques. Non, il serait plus judicieux d’organiser une quête publique pour payer ses besoins. Vous me direz que ça existe déjà, que ça s’appelle « impôts, taxes et prélèvements (extrêmement divers) ».

On me dit aussi qu’en réalité c’est un petit malin qui a une grosse fortune fiscalement optimisée. L’astuce, c’est que la SCI avec Anne Gravoin est détenue à 99% par elle. Le pauvre n’a donc qu’une part. Je trouve au passage que le féminisme, y’a des limites.

Mais je garde confiance dans la politique de mon pays, et je suis sûr que Manuel, obligé de ravaler sa fierté de catalan pour mendier un vol gratuit à l’État ne peut être qu’un honnête pauvre.

Envoyez-moi les dons, je transmettrai, promis.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles