Loi renseignement : bon anniversaire Big Brother !

Quand le ministère de la Culture fête la parution de « 1984 » un jour après le vote de la loi renseignement… avant de faire disparaître les traces ! Orwellien, non ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi renseignement : bon anniversaire Big Brother !

Publié le 10 juin 2015
- A +

Par Frédéric Mas.

Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)
Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)

Le 10 juin 1949 paraissait le célèbre roman d’anticipation de George Orwell 1984. Bien qu’empruntant au genre « science-fiction », le livre évoquait le présent, et décrivait à travers un futur post-nucléaire l’émergence d’États totalitaires en conflit permanent pour asseoir leur domination respective. Le héros de l’histoire, Winston, est citoyen d’un de ces États, Océania. Il tombe amoureux de Julia après une séance publique de haine contre l’Ennemi public numéro 1 de l’État, Emmanuel Goldstein. Le quotidien de Winston est surveillé, encadré par un État omnipotent qui prend prétexte de la guerre pour ne reconnaître aucune liberté aux citoyens. Le ministère de la Vérité qui emploie Winston est en fait un ministère de la propagande qui découpe et retravaille l’histoire et la langue communes pour les rendre conformes à l’idéologie officielle du régime. Du sommet à la base de l’ordre social, Big Brother, le lider maximo d’Oceania, observe et surveille les individus par l’intermédiaire de télécrans, version angsoc des caméras de surveillance.

1984 n’est pas seulement un roman distrayant, c’est une charge contre le stalinisme, sa bureaucratie meurtrière et son État de surveillance. Et c’est là que le bât blesse. Hier, en France, le sénat a adopté la loi renseignement conçue dans l’urgence, d’abord pour répondre au terrorisme, puis étendue à un certain nombre d’autres cas laissés à la discrétion de ses commanditaires. Plusieurs fois, son potentiel liberticide a été dénoncé, à droite comme à gauche. Plusieurs fois, la presse française, mais aussi étrangère, a tiré la sonnette d’alarme sur le danger que ce projet fait peser sur les libertés publiques.

orwell

Visiblement, certaines personnes au ministère de la Culture en ont conscience, et se sont aperçues du mauvais goût consistant à célébrer l’anniversaire de 1984 le jour suivant l’adoption d’une loi typiquement orwellienne. En effet, le ministère de la Culture l’avait communiqué ce matin sur son compte Twitter… communication qui a ensuite disparu. Ce ministère, l’espace d’un instant, s’est donc rêvé en ministère de la Vérité : le tweet ne convenant pas à la propagande gouvernementale, il fut censuré. Heureusement, Orwell n’avait pas prévu l’invention d’internet et au lieu de tomber dans l’oubli, le tweet fut enregistré et tourne encore sur les réseaux sociaux. Sans doute une démonstration supplémentaire de l’obsolescence (programmée) de l’État omnipotent !

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Sûrement pas une bourde, mais plutôt un pied de nez par un fonctionnaire courageux.

    Il serait intéressant de retrouver cette personne pour la féliciter!

    • J’y ai pensé aussi en tombant sur le tweet.
      Il faut reconnaitre que ça aurait sérieusement fait des vagues dans toute la presse, je pense. Là, on risque n’en parler que dans quelques milieux. Mais c’était tellement énorme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé au film Demolition Man, jusqu'à récemment lorsque j'ai appris qu'il avait maintenant presque 30 ans.

Réalisé par le cinéaste Marco Brambilla à ses débuts, Demolition Man est l'un de ces films qui réussit à être à la fois loufoque et ingénieux. Avec un casting de stars comprenant Sylvester Stallone, Wesley Snipes et Sandra Bullock - sans oublier des jeunes talents comme Denis Leary et Benjamin Bratt, ainsi que l'acteur de théâtre Nigel Hawthorne et B... Poursuivre la lecture

La France est un des pays les plus corsetés, les plus sclérosés du monde. Les droits naturels, liberté, propriété, personnalité, sont mis à mal par 483 impôts, prélèvements, et par 78 codes.

Leur objectif n’est pas de financer, ou d’organiser des services utiles à la population.

Il est l’achat de voix. Il est de modifier les comportements de chacun dans le sens souhaité par les politiciens. Le libre arbitre disparaît, les individus sont contrôlés.

Non pas contrôlés au sens surveillés. Depuis l’arrivée massive du numérique... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles