Les mouvements fascistes

Nouvelle édition d’un ouvrage classique sur le fascisme du grand historien allemand Ernst Nolte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les mouvements fascistes

Publié le 28 mai 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

les mouvements fascistes ernst nolteLes éditions Tallandier publient le grand ouvrage de l’historien allemand Ernst Nolte (né en 1923) sur les mouvements fascistes en Europe. Nolte analyse les mouvements fascistes, dans ce livre paru en 1966, dont Tallandier propose une réédition. Il montre que le fascisme s’inscrit dans une double réaction : la peur du communisme et de sa victoire en Europe d’une part, la défaite de la démocratie libérale, qui n’a pas permis d’assurer la paix et la stabilité du continent d’autre part.

C’est en Italie d’abord, en Allemagne ensuite, que le fascisme s’installe, puis dans d’autres pays d’Europe, grâce à la victoire de l’Allemagne. L’occupation des pays pendant la guerre permettant de donner le pouvoir à des mouvements fascistes qui étaient sinon très minoritaires.

Le livre est divisé en deux parties. La première analyse l’Europe dans les années 1920-1930, et situe l’histoire des mouvements fascistes dans ce contexte. La deuxième étudie les mouvements fascistes à proprement parler : Balkans, États baltes, Europe du Nord, Europe du Sud.

Ernst Nolte est un historien peu connu en France, alors même qu’il est un des meilleurs spécialistes du nazisme. Il a été victime, dans les années 1980, de ce que l’on a appelé la querelle des historiens. Suite à deux articles publiés en Allemagne, il avait démontré que le nazisme s’inscrivait dans une histoire globale de l’Allemagne et de l’Europe. Cela lui a été très fortement reproché, au nom de la spécificité du nazisme et de la Shoah. Ce n’est nullement un historien négationniste, mais il a démontré, par ses travaux, que le nazisme ne pouvait pas s’isoler du reste des mouvements des idées, ce que beaucoup lui ont reproché.

Il a également démontré que le nazisme s’inscrivait dans la réaction intellectuelle et politique au bolchévisme, et que l’histoire de l’Europe entre 1917 et 1945 pouvait se lire comme une guerre civile entre ces deux systèmes, thèse présentée et défendue dans son livre La guerre civile européenne.

Les livres d’Ernst Nolte ne sont pas toujours très faciles à lire. Le style n’est pas très fluide, et l’auteur a tendance à perdre son lecteur dans une profusion de détails. L’écriture est souvent froide et rêche. Néanmoins, ses ouvrages sont d’une grande importance. Avec Emilio Gentile il est de ceux qu’il faut lire pour comprendre le fascisme.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Keynes et le fascisme: https://www.youtube.com/v/WnUUMs9WIC0%26hl=en_US%26fs=1%26
    Dans la préface de l’édition allemande de sa théorie générale, Keynes, par contre, se montre plutôt sympathique au totalitarisme. La citation exacte est dans la vidéo su Keynes que j’ai posté.

  • Ce fut effectivement une guerre civile européenne aux conséquences désastreuses tant du point de vue démographique qu’économique et politique, dont les pays occidentaux pâtissent encore aujourd’hui.

  • Ludwig Von Mises développait une analyse similaire dans son Gouvernement Omnipotent.

  • Bel effort, mais un tantinet trop tard. Car « les mots ne sont plus les mots », être fasciste aujourd’hui c’est simplement discuter de la réforme de Najat Vallaud-Belkacem. Être fasciste aujourd’hui c’est se faire casser la figure et aller porter plainte. Être fasciste aujourd’hui c’est trouver anormal de devoir déménager car les parents et les enfants soufrent d’exister au mauvais endroit.

    Les mots ne sont plus les mots, d’accord, d’accord.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Né en 1905, disparu en 1983, Raymond Aron a méthodiquement analysé les mutations des sociétés modernes en leur consacrant plus de trente livres. Pendant plus de trente ans il est descendu presque quotidiennement dans l’arène pour participer aux grands combats qui dans le bruit et la fureur de l’histoire ont divisé le monde au temps de la guerre froide.

Éditorialiste commentant à chaud l’actualité (au Figaro puis à l’Express) en même temps qu’universitaire, il a toujours veillé à intégrer ses jugements ponctuels dans une vision du monde... Poursuivre la lecture

Un récent roman bulgare de Theodora Dimova paru en 2022 nous permet de plonger dans un épisode historique méconnu qui fait écho à l’actualité en Europe de l’Est : Les Dévastés.

Retour dans une Bulgarie passée sous le joug soviétique.

 

La Bulgarie choisit l’Axe

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie a décidé de s’allier à l’Allemagne nazie qui a vu en elle un pion majeur dans sa volonté de conquérir la Grèce et la Yougoslavie. Pourtant, après le déclenchement de l’opération Barbarossa par l’Allemagne, le... Poursuivre la lecture

Je viens de regarder une vidéo émouvante sur cet homme noir, Daryl Davis, qui se lie d'amitié avec un membre du KKK, sans (bien sûr) l'approuver pour faire triompher le dialogue et le respect sur la haine.

Ce qu'il dit sur le racisme et la lutte contre l'ignorance est très frappant. En particulier cette phrase :

"Si tu as un adversaire, tu ne dois pas respecter ce qu'il dit, mais respecter son droit de le dire".

Attention à ne pas voir le fascisme partout

C'est l'exact opposé de l'anti-fascisme que nous voyons se ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles