Pourquoi les Étas-Unis doivent renoncer à la guerre terrestre contre l’État Islamique

La guerre est inutile, désastreuse, coûteuse et contre-productive.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Roll with it - Marines via Flickr (CC BY-NC 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi les Étas-Unis doivent renoncer à la guerre terrestre contre l’État Islamique

Publié le 14 mai 2015
- A +

Par A. Trevor Thrall et Erik Goepner, depuis les États-Unis.

Roll with it - Marines (CC BY-NC 2.0)
Roll with it – Marines via Flickr (CC BY-NC 2.0)

 

Les appels des conservateurs à une intervention plus musclée pour détruire l’État Islamique d’Irak et du Levant (EIIL) se font de plus en plus pressants et ne feront que croître à l’approche de la campagne de la prochaine présidentielle. Bien que le public américain ait identifié le groupe militant islamique comme une menace importante et exige que des mesures soient prises, une autre guerre terrestre menée par les États-Unis serait une mauvaise réponse. La guerre est inutile, désastreuse, coûteuse et contre-productive.

L’argument le plus commun avancé par les faucons, partisans de l’engagement militaire des États-Unis, est de prévenir le terrorisme parrainé par l’État islamique contre le territoire américain. Notre expérience en matière de sécurité intérieure depuis le 11 septembre révèle pourtant qu’une guerre terrestre est inutile. Sur les 13 années avant le 11 septembre, les groupes islamistes avaient lancé cinq attaques sur le sol américain. Dans la même période, depuis le 11 septembre, seulement quatre attaques ont été menées aux États-Unis malgré la hausse rapide de la mobilisation islamiste et la croissance du terrorisme mondial. De 2000 à 2013, le nombre de groupes terroristes d’inspiration islamique sur la liste du Département d’État des organisations terroristes étrangères a augmenté de 185%, tandis que le nombre estimé de combattants islamistes a augmenté de 243%. De toute évidence, le succès des États-Unis à prévenir les attaques sur son sol a été le résultat non pas de la destruction des groupes terroristes à l’étranger, de meilleurs renseignements et d’autres efforts axés sur la sécurité intérieure.

D’autres ont appelé à la guerre pour stabiliser le Moyen-Orient ou protéger les divers intérêts américains dans la région. Au centre de cette stratégie se trouve la capacité de vaincre l’État islamique et de créer des conditions plus favorables sur le terrain que celles qui existent aujourd’hui. Sur ce point, cependant, l’histoire plaide plus haut et plus fort contre les faucons.

Tout d’abord, le bilan des grandes nations ayant décidé de réprimer des insurrections est très décevant. La guerre du Vietnam, malgré les différences évidentes avec la situation actuelle, a présenté des caractéristiques très analogues à la suite desquelles les États-Unis se sont trouvés face à des forces locales capables de lui faire subir des pertes brutales tout en échappant à sa force de frappe, grâce à un engagement de qualité supérieure, une parfaite connaissance du terrain, et au fait que les États-Unis n’étaient tout simplement pas prêts à endurer assez de victimes ou de s’investir suffisamment pour obtenir la victoire.

Par ailleurs, les faucons ne sont pas en phase avec les leçons militaires tirées des 14 dernières années de lutte contre les insurgés. Les anciens commandants en Afghanistan et en Irak ont fait valoir que : « nous ne pouvons pas nous contenter de tuer pour sortir de ce bourbier ». Le général McChrystal, ancien commandant de l’unité des opérations spéciales des US, a mis en garde contre le fait que tuer les insurgés peut générer des résultats contre-productifs. Aujourd’hui, la meilleure stratégie militaire des États-Unis serait de choisir une confrontation indirecte, à travers ses alliés dans la région.

Pire encore, dans son zèle, le camp des pro-guerre a commodément oublié la phase la plus difficile d’une telle guerre : la suite. Les faucons ne peuvent pas ignorer que l’État islamique doit son existence à la suite chaotique de la guerre de 2003. Il n’y avait pas d’État islamique avant que les États-Unis n’envahissent l’Irak en 2003. Sa formation et son expansion ont été rendues possibles parce que les États-Unis ont fourni des munitions remarquablement efficaces pour des idéologues extrémistes. Enfin, les faucons ont également passé sous silence les coûts inévitables d’une guerre prolongée.

Les États-Unis devront travailler pour aider ses alliés dans la région afin de trouver une stratégie qui conduise à une solution plus viable que des frappes aériennes ou une autre guerre terrestre qui pourraient se révéler coûteuses et contre-productives.

Article initialement publié par le Cato Institut – Traduction réalisée par Libre Afrique

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • « La guerre est inutile, désastreuse, coûteuse et contre-productive. »

    Laisser l’Etat Islamique prospérer en Irak/Syrie puis tenter d’envahir les voisins et préparer des attaques contre l’Occident n’est pas désastreux, coûteux et contre-productif peut-être ?

    Allez dire ça à la Jordanie dont l’économie est affectée car elle ne peut plus commercer avec l’Iraq tout en devant se protéger des attaques de l’EI.

    L’EI est un cancer dont il faut se débarrasser sinon le prix à payer sera très élevé.

    • Pourquoi vous voulez que l’armée américaine fasse la guerre pour vous? Si vous tenez mordicus à éradiquer l’armee islamique, vous n’avez qu’à demander aux Francais d’aller faire la geurre la bas. C’est facile de violer les mineurs en centrafrique que de combattre les foux d’Allah au proche -orient.

      • En général les arguments invoqués sur ce site sont mesurés et réfléchis
        Arrêtons cabale et campagne de presse,une enquête est en cours
        Beaucoup de nations ont intérêt à colporter ce type d’informations
        l’Armée Française est efficace et commandée par des cadres de valeur avec un code du soldat

      • Dans cette affaire on oublie le plus important, c’est à dire que dans l’armée française comme dans le reste des armées occidentales quand un soldat commet un crime il est punit. Contrairement à l’armé russe ou l’on encourage au contraire ce genre de pratique sur l’ennemi voir sur ses propres soldats pour s’assurer de leur soumission. Quand on a pas de morale ni d’honneur il ne reste que la violence pour pousser les gens à vous suivre.

        • qu’est ce que les russes viennent faire là dedans ? vous etes polonais ?

        • Que vient faire l’armée russe ici? Elle n’a jamais été,et n’est pas coloniale. Décidément, votre haine du russe est lamentable. Vous me faites pitié.

          • « Que vient faire l’armée russe ici? »

            C’était un bon exemple, j’aurais pu prendre des tas d’autres armés, comme l’armé du Soudan, mais personne ne vient prétendre qu’elle est constitué de gentils soldats libérateurs alors c’est moins intéressant.

            « Elle n’a jamais été,et n’est pas coloniale »

            Vous irez dire ça aux Ukrainiens, Moldaves, Géorgiens…

  • le désordre permet de rebattre les cartes et de se créer des opportunités dans une situation complexe .si les opportunités ne se présentent toujours pas , on a recours à plus de désordre jusqu’à une guerre totale..mais pour l’instant cela n’en prend pas le chemin , le cout n’en vaut pas la chandelle .

    • C’est une évidence. Voilà pourquoi ces articles pleurnichards, tendance libertarienne, tombent à l’eau ; dans un océan de naïveté.

      Qui a dit que la guerre devait être « gagnée » ? C’est quoi « gagner » une guerre ?

      Ce que font les USA au Moyen Orient depuis bientôt… 20 ans (!) n’a rien à voir.

      Comme vous le dites il s’agit simplement de rebattre les cartes, grâce un état de guerre perpétuelle, comme Orwell dans 1984, contre un ennemi perpétuel (mais qui peut changer au gré des besoins) : le « terrorisme ».

      Les USA sont à la fois nées à cause et grâce à une telle mystique (la Grande Bretagne) , et ont dupliqué le schéma tout au long de leur histoire.

      L’Allemagne nazie, l’union soviétique, l’empire du mal… et maintenant le « terrorisme ».

      Sur les 10 dernières années, les succès sont flamboyants : Irak, Libye, Syrie… des états qui pouvaient prétendre à un rôle régional, assis pour 2 d’entre eux sur de vastes réserves d’hydrocarbures et qui pouvaient les utiliser comme levier géostratégique…

      Les USA les ont brisés, renvoyés à leur état originel : des tribus qui s’entretuent perpétuellement au milieu des chameaux.

      Si facilement contrôlables, et les empêchant de nouer des alliances d’état à état (avec les grands rivaux : chine ou russie).

      Ce n’est pas un « accident », ni un « dommage collatéral », ni encore moins une « défaite ». Mais bel et bien une victoire brillante.

      Depuis 2 ans… on touche au génie avec…. ISIS.

      Némésis mouvant, effrayante… qui s’étend comme un cancer, qui touche maintenant même le Pakistan, qui accélère encore l’entropie, sur le point de dissoudre les dernières poches de raison dans la région.

      Là encore, formidable victoire stratégique pour les USA.

      Pour conclure : les auteurs peuvent pleurnicher sur le coût, la défaite… ils n’ont rien compris. Cette guerre perpétuelle est bien trop avantageuse pour les états… pour qu’elle soit abandonnée;

      • Je partage l’entier de votre commentaire, notamment ceci : « Voilà pourquoi ces articles pleurnichards, tendance libertarienne, tombent à l’eau ; dans un océan de naïveté »

        • Vous connaissez mal l’idéologie libertarienne si vous croyez qu’il s’agit de pleurnichards naïfs. Je comprends mal pourquoi vous dites ça, puisque les libertariens (du moins les économistes Rothbardiens et l’idéologie politique autour de personnages comme Ron Paul) partagent entièrement votre constat à l’effet que les États-Unis ne font qu’entretenir une mystique au sujet d’un ennemi à abbattre afin de consolider un électoralisme biaisé en faveur d’une politique de guerre.

          L’idéologie libertarienne vise par définition un monde de non-agression, de capitalisme, de prospérité et de liberté. Les armes et la liberté servent à se défendre contre l’agression, pas à l’utiliser à profit. D’ailleurs si on effectue ultimement un calcul de l’économie réelle planétaire, il ne peut pas exister de profit net à utiliser des ressources pour en détruire d’autres.

          C’est d’ailleurs des idéologues libertariens qui ont depuis de nombreuses années sonné l’alarme à l’effet que la guerre au moyen-orient vise justement à être perpétuelle, à créer du chaos et a pour objectif premier d’empêcher quiconque d’organiser le contrôle des ressources et pour objectif second que si quelqu’un organise le contrôle des ressources, ce sera en utilisant la monnaie de réserve des États-Unis.

          Ultimement, le vrai ennemi est l’aboutissement d’un long déraillement du respect de la propriété privée, d’un détournement de l’État vers l’économie de connivences et a pour pièce maitresse le système financier des monnaies fiduciaires à cours forcé. La finance contrôle les usines et l’énergie, contrôle donc la force militaire. La finance contrôle les médias et les communications, contrôle donc l’élection et la politique. La finance contrôle la monnaie, contrôle donc virtuellement l’économie et par extension, toute propriété privée devient extrêmement relative.

          Les États-Unis s’inventent de faux ennemis pour oublier quel est le vrai ennemi. La vraie guerre est une guerre d’information. Le vrai ennemi est systémique et sa force repose sur l’ignorance.

          • Merci, je connais grosso modo toutes les idéologies, c’est même le terme qui me plait [idéologie], qui souvent est la base d’un pouvoir. Les libertariens, à force d’utopie, même si le concept libertarien est idyllique, ce sont rendus aussi peu crédibles que les socialistes (autre idéologie…).
            Je reste d’accord avec le commentaire de Jacques, qui ne dénonce que la naïveté, sans que cela ne soit péjoratif, de l’auteur de l’article. Les USA ne perdent ni ne gagnent de guerres, ils défendent des (leurs) intérêts stratégiques en occupant le terrain sur tous les fronts.

            • À moins que vous considériez que la vaste majorité des gens n’ont pas ce qu’il faut pour juger de ce qui est crédible ou pas et que vous ayez une compréhension supérieure de ce qui définit le « crédible », la crédibilité n’existe que dans l’oeil de celui qui regarde. Contrairement à vous semblez laisser croire, la popularité des libertariens sur les aspects économiques et politiques est statistiquement en croissance exponentielle.

              Ce qui est utopique, c’est de croire qu’on peut améliorer le monde sans poursuivre un idéal.

              • Des suppositions et aussi des certitudes, notamment sur ce que je suis ou pourrait être.
                Commencez par accepter qu’apparemment nos points de vue divergent et que vous n’avez aucune chance de me convaincre, ce que je vous évite. Dès lors vous serez en harmonie avec votre idéal. Respirez.

          • Vous oubliez que de nombreux pays du monde sont socialistes et avouent ouvertement que leur projet est de nous détruire… D’un point de vue historique on est dans la défense, l’histoire n’a pas commencé en 2001.

      • Et paf, théorie du complot + USA ! Décidément c’est une véritable épidémie à soigner de toute urgence.
        Freud aurait eu du boulot s’il était né à notre époque !

        • La dernière guerre que les USA ont gagné à peu près seuls était celle contre le Japon , en 1945 …L’Allemagne a été vaincue avec l’aide britano soviétique …depuis , en définitive , ils ont perdu toutes leurs guerres ou dans le meilleur des cas , cela s’est soldé par un match nul ( Corée en 1953) …

          • Match nul qui fait qu’aujourd’hui le sud est incroyablement plus prospère que le nord. Les USA perdent peut être des guerres mais une chose est sure, à chaque foi qu’il ont prédit un massacre socialiste si on ne faisait rien ou si l’on échouait il est arrivé.

            • « Match nul qui fait qu’aujourd’hui le sud est incroyablement plus prospère que le nord » je ne vois pas le rapport avec la guerre de corée en tant que tel. la corée du sud est devenu prospère par après, grace à l’économie de marché et ce n’est pas grace aux usa que la corée du sud est devenu prospère

              • Oui c’est grâce à l’économie de marché que la Corée du sud prospère. Mais sans les USA elle n’aurait pas prospéré grâce à l’économie de marché puisqu’elle serait devenue communiste.

                D.J

          • Comme l’armée française qui n’a jamais gagné une geurre moderne, hormis,bien évidemment , contre les états fantoches, comme le Mali, où la Centrafique.

          •  » depuis , en définitive , ils ont perdu toutes leurs guerres ou dans le meilleur des cas , cela s’est soldé par un match nul ( Corée en 1953) …  »

            La Corée ce fut un peu mieux qu’un match nul étant donné que le sud n’est pas tombé communiste. A part ça c’est faux de dire qu’ils les ont toute perdues. Elle fut gagnée sur toute la ligne lors de la première guerre du golf en libérant le Koweït après avoir vaincu l’armée de Saddam. Tout comme celle du Kosovo qui a fait plié le pouvoir serbe et pour avoir rétabli une paix durable. Pour la deuxième guerre du golf la victoire militaire fut totale face à Saddam et face Al Qaeda qui à été chassé d’Irak par la stratégie du général Pétraeus. Mais la paix et le début d’un succès politique fut bâclée avec le retrait des troupe par Obama.

            Pour l’Afghanistan on ne peut pas non plus parler de défaire militaire puisque les talibans furent vaincu et chassé du pouvoir. Reste que pour l’instant elle n’est effectivement pas encore gagnée encore sur le plan politique. On ne peut pas parler non plus de défaite politique étant donné que les talibans n’ont pas repris le pouvoir à Kaboul.

            D.J

        • le plus grand complot de tout les temps dure depuis 2015 ans , jésus n’est pas né mais inventé de toute pièce pas la CIA de l’époque…surement romaine 😉

          et celui la je vous l’emballe comme une salade dans du papier journal ….faut arrêter de prendre les USA pour de gentils organisateurs de colonies de vacances , ils font leur boulot et on devrait en faire autant

      • L’invasion de l’Irak est le résultat d’un plan des néoconservateurs :créer un état démocratique au moyen orient allié aux USA et cela dans le but de moins dépendre des monarchies du golfe et de contrebalancer l’influence de l’Arabie saoudite qui est certes un allié des USA mais qui finance l’islam radical sunnite. Ce plan et ait loin d’être absurde et il aurait pu réussir, il date de la première guerre du golfe avec Bush père.
        Malheureusement, il a échoué.
        L’intervention en lybie n’est pas du tout américaine, elle est avant tout française. Le responsable du chaos lybien est Sarkozy.
        Ce ne sont pas les USA qui sont responsable du chaos en Syrie. La guerre en Syrie est une guerre par procuration entre puissances sunnites et l’axe chiite. L’Armée syrienne ne pèse plus rien,le régime d’Assad doit sa survie aux milices chiites. Des hauts responsables syriens ont été arrêtés par le régime car ils ne supportaient pas la prise de contrôle du pouvoir par les iraniens, ils n’appréciaient pas de devenir les sous fifres des iraniens.

        • L’intervention en lybie, ne fût pas française,mais franco britannique. Les américains les ont offert les munitions et leurs tomahawk. Vous devriez faire preuve d’une certaine rigueur dans vos commentaires.

          • j’ai dit avant tout francaise cela ne veut pas dire qu’elle est uniquement francaise. désolé mais c’est la vérité c’est surtout sarkozy qui a poussé à l’intervention. Les anglais comme a leur habitude n’ont fait que suivre (suivre c’est une habitude anglaise). Il y a aussi des pays comme le qatar qui ont participé à l’intervention

      • votre commentaire ne correspond pas à la réalité et valide les théories fumeuses du  » complot  » que certains crétins qui prétendent que le 11 septembre fut voulu par washington propagent …

        les américains n’ont pas toujours été des vat-en guerre et au 19ième siècle, la doctrine de monroe présupposait que les américains ne se mèlent pas des guerres européennes pour peu que les européens n’interviennent pas dans les affaires de l’amérique.

        la fin du premier conflit mondial voit également le retrait rapide des forces US sur le prés carré, ce qui sera grandement responsable de la catastrophe des années 39 , 40 , et 41 …

        plus prés de nous, la théorie des dominos, par laquelle les américains entretiendront une guerre coûteuse et meurtrière au vietnam , n’était pas une vue de l’esprit : guerre de corée , destabilisation du sud vietnam par le nord communiste, monté du partie communiste indonésien , missile à cuba … tous ceci n’était surement pas voulu par l’oncle sam, mais relevait d’un conflit bipolaire au dimension planétaire.

        dans les années 70, l’administration carter se montre bien timorée au proche orient, n’arrivant même pas à libérer les otages de l’ambassade de téhéran .

        depuis lors, la volonté régulière des USA de mettre fin au conflit israèlo-palestinien ne plaide pas en faveur de la vision d’une amérique qui soufflerait sur les braises.

        j’y voie plutot des maladresses ( guerre d’iraq ) couplées à des mésaliances ( royaume saoud ) et une tarre idéologique congénitale de l’amérique qui s’exprime dans sa haine pour tous les états socialisant ( chine , parti BAAS , russie post soviétique , kafardi … )

  • la vrai menace n’est pas l’état islamique mais les milices chiites (qui sont tout aussi fanatisés que les djhadistes sunnites). à cause de l’EI, l’irak est en train de tomber sous le contrôle de l’iran. l’EI sert les intérêts iraniens. les pays du golfe ont commis une grossière erreur en financant les groupes les plus radicaux en syrie car bachar al assad a utilisé le combat contre le terrorisme pour justifier son maintien au pouvoir, il sait bien que l’occident le préfère aux isalmistes. c’est pour cela qu’au début de la guerre civile, il a libéré les islamistes emprisonnés et a veillé à ce que son armée combatte les modérés et laisse une paix relative aux islamistes. l’iran est en passe de controler quatres pays: le yémen, le liban, l’irak et la syrie. Intervenir l’état islamique aurait un sens si cela n’avantagerait pas les milices chiites sauf qu’en intervenant contre l’EI on aide ces milices chiites. Au moyen orient, il n’a pas de modérés, il a juste des extrémistes et des moins extrémistes. Toute intervention au moyen orient est un désastre alors je ne vois pas à quoi cela sert d’intervenir

  • C’est bien connu, les etats unis ne savent pas terminer les guerres.
    Ce qu’ils peuvent faire en revanche c’est confier le travail à dautres.
    N’est ce pas ce à quoi on assiste avec le rapprochement avec l’Iran ?

    L’Arabie saoudite et la Turquie, en particulier, dans leur désir d’expansion sunnite ont joué un double jeu dangereux en soutenant ces terroristes. Le changement de cap diplomatique us semble être une reponse enfin claire.
    Accessoirement cela nous permet de vendre des rafales….

  • Belle piqure de rappel.

    Mais il semble que les fanatiques de géopolitique et d’action soient des naïfs complets qui n’ont pas conscience des implications des politiques interventionnistes. Tout comme la plupart des hommes politiques d’ailleurs, gonflés de leur pédanterie.

    A ce titre je recommande d’urgence la très éclairante série de livres intitulée « Blowback » de Chalmers Johnson.

  • C’ est toujours assez amusant de lire les commentaires, ici ou ailleurs, quand il y a un article sur les US. D’ un côté vous avez ceux qui pensent qu’ on a affaire à une bande de bas du front qui ne comprennent rien à rien, font tout de travers et arrivent toujours systématiquement au résultat opposé à celui recherché, prélude à leur effondrement imminent, de l’ autre c’ est l’ inverse, ils sont super malins, tout ce qui arrive dans le monde est organisé et contrôlé par eux, au passage éventuellement on glisse un petit couplet sur la finance enjuivée qui mène le monde. C ‘est encore plus amusant comme quand souvent, c’ est sous la plume de la même personne dans la même intervention à quelques lignes d’ intervalle…..

  • Et laisser faire l’EI n’est pas contre-productif, peut-être ?

  • bonjour ,Suggestion d’action contre l’Islam : on pourrait déjà commencer par renvoyer systématiquement outre-Méditerranée ,les soi disant naufragés (quasiment tous musulmans ) ,au lieu de les accueillir benoîtement en Sicile et les laisser se répandre en Europe , suspendre les aides & subventions aux états Africains qui n’obtempéraient pas .

  •  » la suite. Les faucons ne peuvent pas ignorer que l’État islamique doit son existence à la suite chaotique de la guerre de 2003.  »

    Le Chaos en Irak fut surtout entre 2003 et 2007. L’Irak à la fin 2008 fut relativement bien sécurisé grâce à la stratégie du général Pétraeus qui a défait Al Qaeda. Ce qui a amené le chaos en Irak c’est le retrait prématuré des troupes par Obama. Tout c’est dégradé depuis le commencement du retrait jusqu’au retrait total.

     » Il n’y avait pas d’État islamique avant que les États-Unis n’envahissent l’Irak en 2003.  »

    l’Avant guerre d’Irak n’a pas non plus empêché l’organisation des attentats du 11 septembre et l’émergence d’Al Qada.

     » « La guerre est inutile, désastreuse, coûteuse et contre-productive. »  »

    J’imagine que d’avoir fait la guerre à Hitler fut désastreux, coûteux et contre-productif. Tout comme la guerre de Corée qui a permis au sud de ne pas tombé en main communiste ou comme ce fut inutile d’arrêter les massacres de bosniaques par la force.

    D.J

  • Article d’une niaiserie transcendantale, à l’image des anachronismes pleurnichards et naïfs dont Ron Paul nous berce depuis un certain temps quand il essaye de justifier sa position anti-interventionniste qui n’existe que par pur calcul électoraliste.

    Agiter le spectre du Vietnam est du même acabit et du même niveau de malhonnêteté intellectuelle que de faire mourir de culpabilité les bobos qui n’éteignent pas leur lumière en invoquant le réchauffement climatique.

    Les USA ont gagné à plate couture la guerre du Vietnam : le mur est tombé le 9 novembre 1989 et a entrainé dans sa chute toute la nomenklatura soviétique, la Chine est devenue le coron du monde.

    Les USA ont gagné la guerre contre Saddam : le baril de pétrole est à $60

    Les USA ont gagné la guerre contre Al Qaida version Oussama Ben Laden : a plus

    Quand à la ‘suite’ d’une possible opération militaire contre l’EI : il est assez évident que l’on trouvera toujours quelqu’un avec suffisamment de mauvaise foi pour expliquer que le plus important quand on fait une omelette, est de savoir ce que l’on fait avec les coquilles.

    •  » les USA ont gagné à plate couture la guerre du VN  »

       » la chine est devenu le coron du monde  »

       » les USA ont gagné le guerre contre saddam : le baril est à 60 dollar  »

      votre lucidité vous recommande de vous munir d’une canne blanche et d’un chien d’aveugle …

  • Avec ou sans les USA, avec ou sans les théories des complotistes de service, l’entier monde islamique s’écroule dans la guerre civile permanente. Ces gens n’ont pas besoin de nous pour s’entre-massacrer. Le tout est de faire en sorte qu’ils ne se battent pas chez nous.

  • Les pro-guerre servent juste les intérêts du complexe militaro-industriel. Il faut bien que ces capitalistes vivent du socialisme d’entreprise.

  • en bref ;ils ont combattu sadam hussein ,qui faisait tres bien le travail ,c est a dire tenir ces regions de main de fer ,meme chose pour kadafi ,qui d autres que des tyrans de fer ,pouvait tenir ces pays …donnez moi des noms …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump à un meeting
0
Sauvegarder cet article

Trump, désormais valet puant des Républicains, est expressément maintenu le plus éloigné possible de la Géorgie et du run-off (deuxième tour) entre Walker (Républicain) et Warnock (Démocrate) qui aura lieu le 6 décembre prochain.

 

Le problème de la Géorgie

Run-off sans enjeu réel, vu que les Démocrates ont déjà remporté le Sénat (tenant compte de la voix de Kamala), suite à la bérézina de tous les candidats sauf un poussés par Trump au Sénat, qui ont perdu la mère de toutes les élections imperdables.

En Géorgie, Wal... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

Mettons nous un instant à la place d’un Vladimir Poutine. Il faut bien comprendre qu’il lui est impossible de perdre cette guerre, puisqu’une défaite en Ukraine ouvrirait une boîte de Pandore extrêmement dangereuse pour l’unité de la fédération de Russie face aux velléités d’indépendance que pourraient manifester certaines républiques du Caucase entraînant de facto un effet domino sur d’autres républiques à forte population musulmane.

Pour l’instant, une certaine stabilité des relations entre le Kremlin et ses inféodés prévaut (Tchétch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles