Enseigner l’économie aux jeunes : oui, mais…

Intéresser nos jeunes à l’économie, c’est avant tout leur inculquer des notions de base qui leur serviront toute leur vie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Professeur d'université (Crédits : Université de Montréal, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Enseigner l’économie aux jeunes : oui, mais…

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 mai 2015
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis Montréal, Québec

Professeur d'université (Crédits : Université de Montréal, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.
Professeur d’université (Crédits : Université de Montréal, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Le fondateur d’Alimentation Couche-Tard, Alain Bouchard, réclame des cours d’économie pour les jeunes Québécois.

Comme d’autres personnalités du monde des affaires, il croit que les Québécois seraient mieux outillés pour comprendre le fonctionnement de l’économie et les questions financières s’ils avaient accès à une formation. Si les gens comprennent comment l’économie fonctionne, ils vont peut-être économiser eux même et mieux articuler leurs demandes aux gouvernements, dit-il, ajoutant que les gens « de gauche, qui critiquent actuellement l’austérité, seraient en mesure de mieux articuler leurs demandes. »

Je suis bien d’accord avec le principe. Nos jeunes, et la population en général, bénéficieraient d’une meilleure compréhension des principes économiques de base. Et je parle ici des principes universellement reconnus, qui font consensus chez les économistes de tout horizon, tels qu’enseignés dans les cours d’économie 101 de nos universités.

Cependant… tout en appuyant les intentions de M. Bouchard, je lui répondrais : be careful what you wish for.

Car si l’idée d’enseigner l’économie à nos jeunes est louable et souhaitable, le défi serait de trouver des canaux d’enseignement qui n’impliqueraient pas nécessairement le système scolaire tel qu’on le connaît. C’est-à-dire extrêmement bureaucratisé, fonctionnarisé, syndiqué, et, n’ayons pas peur des mots : dont l’employé médian est certainement plus à gauche qu’à droite sur l’échiquier idéologique…

Or en éducation, il est toujours plus facile d’enseigner de nouvelles connaissances sur une page blanche, que d’avoir d’abord à déconstruire des faussetés et des préjugés tenaces, pour ensuite enseigner la nouvelle matière.

Enseigner l’économie, oui. Mais tout dépend de qui l’enseigne, et à quel établissement, on pourrait se retrouver avec des jeunes non seulement toujours ignorants de certains principes de base, mais en plus, avec une formation de base solidement ancrée en « études anticapitalistes »…

Ce n’est sûrement pas l’objectif recherché par M. Bouchard, ni par quiconque ayant à cœur l’enseignement de l’économie à nos jeunes.

Ceci dit, je suis convaincu qu’une majorité de personnes au ministère de l’Éducation sont de bonne foi et professionnelles. Mais je crois que pour atteindre cet objectif, il faut « sortir de la boîte » et penser à des moyens différents d’intéresser nos jeunes à l’économie (pas seulement dans la salle de classe), afin de leur inculquer des notions de base qui leur serviront toute leur vie.


Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • En france on a une grande expérience:

    Les sections economiques FOOrmidables pour l’OUUverture sur le monde sont en fait bien souvent pretexte à propagande d’idées gauchistes.
    D’ailleurs elles débouchent au mieux sur des chercheurs universitaires du même moule, au pire à des représentants ps ou syndicaux, et rarement à de vrais acteurs du monde économique, qui souvent, eux, s’en tirent tres bien malgré l’absence d’ économie de leurs filières scientifiques.

  • question : qu’est-ce qu’on leur enseigne ? La loi de Say ? La loi de la demande ? L’hypothèse de la rationalité au sens de Samuelson ? Le croissance du coût marginal de production ? L’hypothèse des marchés efficients ? Autrement dit, ce qu’on apprend aux étudiants de licence et qui s’avère être faux ?

  • ne pourrait-on pas faire un cours sur you tube, sur you tube , mais de qualité, avec des simili-tutorial pour approfondir, aider ceux qui aurait une formation différente, commenter et indiquer les fausses routes.

  • Humm j’ai appris en économie niveau secondaire que l’on pouvait augmenter le salaire des fonctionnaires a l’infini puisqu’ils paient des impôts et taxes. Également que l’endettement est causée par trop de publicités. Que le salaire est plus bas que jamais tandis que les prix montent.

    Mouaisssss…. Attention à ce que vous souhaitez, ça pourrait se réaliser.

  • je suis d’accord: il faut enseigner l’économie à l’école mais il faut s’assurer que cet enseignement de l’économie soit impartial et ne soit pas de la propagande gauchiste (comme en France). D’ailleurs, il faut se poser la question d’une problématique bcp plus large que l’économie: comment s’assurer que l’enseignement publique soit impartial et ne dérive pas en propagande socialiste comme c’est souvent le cas dans bcp de pays (particulièrement en France), il serait intéressant de se poser cette question et d’essayer de trouver des réponses

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

niveau médecins
4
Sauvegarder cet article

Ah, mes études médicales… Elles sont loin derrière, les années 1980, l’autre siècle !

Elles offraient alors un certain prestige. Quand j’entrais timidement dans les salons bourgeois, tortillant les nougats, moi gamin de basse extraction, les parents des potes prenaient soudain un air respectueux quand je lançais être étudiant en médecine.

J’existais, d’un coup. Ah, le statut social… Gare tout de même : le médecin doit disposer d’un supplément d’âme pour supporter la tâche et se montrer empathique. Il est rugueux, l’exercice et, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles