Squats : dura lex, sed lex, surtout pour les sans-dents

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2260 logement social

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Squats : dura lex, sed lex, surtout pour les sans-dents

Publié le 7 mai 2015
- A +

Intéressant développement qui secoue bien au-delà de Rennes. On apprenait la semaine dernière que Maryvonne, une retraitée de 83 ans, se retrouvait essentiellement sans domicile suite au squat de sa maison par un groupe d’individus à la conception élastique de la propriété privée. Rapidement, les réseaux sociaux s’emparaient de l’affaire, ce qui poussa la presse nationale, puis la télévision et la radio, à s’intéresser au cas.

Il faut dire que tous les ingrédients sont réunis pour scandaliser le peuple. Une vieille dame, une situation rocambolesque qui dure depuis un moment, des protagonistes au comportement douteux, et surtout, la dure révélation pour toute une frange de la population que la justice et l’équité sont deux choses très différentes. En effet, alors que, sur le papier, la vieille dame est bel et bien propriétaire du 94, rue de Châtillon à Rennes, elle a commis l’erreur d’habiter pendant une assez longue période chez son conjoint, à quelques kilomètres de là. Période pendant laquelle sa maison était donc vide (d’elle et de tout mobilier), ce qui semblait suffisant à un groupe d’individus pour déclarer la maison abandonnée, et s’y installer. Pour ces gentils communistes, la propriété privée n’a pas de sens … sauf quand ça peut devenir la leur, bien sûr et comme d’habitude.

Communism : it's a party

Récemment, lorsque la vieille dame a voulu récupérer son bien, les autorités lui ont expliqué que « Si c’est squatté, tu peux pas test » : les squatteurs sont indélogeables sans une procédure longue et parsemée d’embûches. Le droit au logement est bien supérieur au droit de propriété privée, ma brave dame. Et si la loi DALO a effectivement grandement simplifié la procédure pour récupérer un domicile squatté, il en va tout autrement pour un simple bien inutilisé. L’absence de mobilier interdira alors de qualifier l’habitation de domicile. En quelques heures, tout nouvel habitant inopiné devient inexpugnable.

La situation, une fois connue, a enflammé les réseaux sociaux, entraînant une première manifestation devant le squat, manifestation très encadrée par une police nerveuse à l’idée d’un débordement quelconque (mais invisible lorsque le squat s’installa). Une seconde manifestation fut organisée, réclamant elle aussi l’expulsion des squatteurs, et accroissant par là-même les tensions locales, ces squatteurs refusant de partir (la propriété privée des autres, y’a que ça de vrai !). Les tensions ne s’apaiseront pas puisqu’un appel à une autre manifestation est en cours.

C’est fort tracassant, mais c’est aussi l’opportunité pour les journalistes de revenir sur l’historique de l’affaire, d’aller interroger les squatteurs et de donner la parole à la député-maire de Rennes.

Surprise ! Les services municipaux avaient informé l’octogénaire, dès 2013, de l’occupation illégale de sa maison. La propriétaire, ignorant les courriers de ces services, aurait considérablement aggravé la situation… Dit comme cela, l’affaire pourrait prendre une autre tournure, si ce n’était que la municipalité aurait dû, dès le départ, empêcher une telle situation de se produire en premier lieu. Oh, certes, il est mignon tout plein de sa part d’avoir prévenu qu’il y avait un problème, mais c’est oublier un peu vite que l’une des missions essentielles de la mairie en particulier et de l’État en général consiste justement à garantir qu’une telle situation ne se produise pas du tout. Un beau constat d’échec, donc.

De la même façon, l’entretien avec les squatteurs montre un détachement certain avec les évidences. La maison était peut-être, à leur arrivée, en piteux état. Mais voilà : elle n’est pas à eux, et leur jugement sur la déco ou les sanitaires ne donne aucun droit sur l’habitation. Malgré cela, les pauvres petits poussins constatent que les gens sont méchants avec eux :

Dès notre arrivée, notre présence a été signalée aux autorités et à Maryvonne Thamin. Nous avons été en contact avec elle une semaine plus tard, et depuis cette dernière a été systématiquement agressive et nous a signifié son intention de porter l’affaire en justice.

Rooh, dès leur arrivée ! Vraiment, un propriétaire d’un bien « redécoré », réaménagé et réinvesti sans contrepartie, qui rouspète et signifie son intention de porter l’affaire en justice, quelle méchanceté !

monde cruel

À ces remarques qui illustrent bien la déliquescence de la propriété privée en France, on doit ajouter celles de la député-maire de la municipalité en question, qui décrochent largement la timbale en matière de niaiseries républicaines vivrensemblo-compatibles. Dans un souffle, l’élue explique qu’elle est « en contact avec [Mme Thamin] depuis l’automne 2013, puisque ce sont les services municipaux qui lui ont appris que sa maison était squattée et ont tenté de l’accompagner dans les démarches à entreprendre », services qui n’ont pas su empêcher le problème donc, mais surtout, elle en profite pour rappeler que l’épineuse situation de l’octogénaire ne nécessite pas plus d’emballement que ça :

« Mme Thamin n’est pas dans une situation d’urgence. (…) elle ne fait pas partie des publics que nous aidons en priorité. »

Et pif : le vrai problème de Mme Thamin, c’est qu’elle n’est pas tout à fait à la rue puisqu’elle loge chez son fils. Zut alors, pas assez malheureuse ! L’autre souci, c’est qu’elle est solvable, imposable, et vieille. Cela veut dire qu’elle devrait pouvoir se débrouiller toute seule encore un moment, quitte à rogner sur son pécule (tant pis, on s’en fiche, c’est l’argent d’une autre). Zut alors, pas assez pauvre ! Et surtout, ce moment ne sera pas trop long puisqu’elle finira bien par claboter, ce qui arrangerait tout le monde à la mairie. Zut alors, pas assez jeune ! Jouer la montre, même si c’est parfaitement dégueulasse, est donc parfaitement raisonnable du point de vue de l’élue.

c'est degolas

Enfin, pour parfaire le tableau déjà somptueusement glauque, la député-maire ajoute déplorer que « cette triste affaire ait également déchaîné un flot de propos mensongers et diffamatoires d’une rare violence et des manœuvres politiques écœurantes, notamment sur les réseaux sociaux » … Le lecteur comprendra surtout que sans ces déchaînements (dont le caractère mensonger et diffamatoire semble pour le moins difficile à établir), le cas de Maryvonne n’aurait jamais été porté à la connaissance de l’élue qui n’en avait rien à cirer. Saloperie de peuple qui, lorsqu’il apprend qu’un truc marche sur la tête, décide d’agir sans passer par les petites cases des cerfas prévus à cet effet !

Cette affaire est finalement assez extraordinaire par ce qu’elle laisse entrevoir par-delà le rideau de fumée médiatique.

Elle montre assez clairement, comme je l’évoquais dans un précédent billet, que le respect de la propriété privée, pourtant pilier essentiel des droits de l’Homme, n’est plus qu’une blague à géométrie variable dans notre législation. Ainsi, que dire de ce précédent de 2013, similaire à celui de Maryvonne ?

Elle montre la complaisance des médias à atténuer l’outrage pourtant clair. Entre le droit de propriété totalement et visiblement bafoué, et le droit au logement étiré bien au-delà du raisonnable, ils ont choisi, sans surprise, d’oublier la primauté du premier et d’insister largement sur le second.

Elle montre l’impossibilité des politiciens à bien gérer les réseaux sociaux, et, de façon intéressante, suggère la vraie raison des efforts permanents de ces derniers pour les mettre sous écoute serrée.

Elle montre aussi leur incroyable impéritie lorsqu’ils excrètent des lois par douzaines pour plaire aux petits intérêts catégoriels mais qu’ils sont infoutus d’en mesurer la portée, et incapables d’en gérer les conséquences. La loi DALO, enfer législatif évident pavé de bons sentiments gluants de vivrensemble et de moraline sirupeuse, votée qui plus est sous un gouvernement dit de droite, amène à présent son cortège de profiteurs éhontés. Les propositions d’aménagement, pour passer le délai de flagrant délit d’occupation illégale de 48H à 96H, sont parfaitement grotesques. Le fond du problème subsiste. Personne ne bouge.

Elle montre enfin que même lorsque l’opinion s’empare de l’affaire, et même lorsque les abus sont manifestes, les administrations ne bronchent pas. Au motif d’une inscription dans le temps de la Loi, toujours très lent, l’État choisit d’attendre et de prendre son temps.

Décidément, aujourd’hui plus que jamais en France, dura lex, sed lex, surtout pour les sans-dents.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • « le respect de la propriété privée, pourtant pilier essentiel des droits de l’Homme, n’est plus qu’une blague à géométrie variable dans notre législation »

    Terriblement exact. Au nom de l’intérêt général n’importe qui peut d’ailleurs se faire exproprier.

    La meilleure joke sont les terrains non constructibles faisant l’objet d’expropriation. Les communes refusent de les rendre constructibles quand elles ont des visées dessus. Puis la commune vous exproprie et l’état vous indemnise au prix d’un terrain non constructible. Une fois l’expropriation effectuée, les maries votent pour que le terrain devienne constructible et c’est jackpot car la mairie découpe le terrain et construit alors des logements sociaux financés par la vente de parcelles constructibles à des particuliers.

    Dans le cas qui me vient à l’esprit. 1 hectare exproprié au prix de 50 000 euros. Revente par la mairie des parcelles : environ 800k.

    alors le droit de propriété sacré blabla….. c’est juste pour les jeunes aux collèges…enfin je crois car c’est plus au programme les lumières si j’ai bien compris (trop libéral je suppose).

    • Enorme +1!

      D’ailleurs, ce genre de fumisterie est plus savoureux si on met les deux faits suivants en parallèle :

      – L’état veut racheter de force la dune du Pilat (vu il y a quelques jours)
      – L’armée ne paie plus ses fournisseurs depuis Octobre 2014

      Avec toujours « l’intérêt général » comme prétexte. Ce même intérêt général qui conduit à obliger un agriculteur lyonnais à vendre à bas pris une partie des terres que sa famille possède depuis plusieurs générations pour construire une route d’accès vers un deuxième stade que personne n’a demandé.. Sérieux, des fois y a des claques qui se perdent…

      • Des claques, c’est gentil.

      • Et vous n’avez pas vu cette scandaleuse histoire sur la taxe sur le foncier non bâti ? 5 euros le mètre carré cette année, et 10€ l’année prochaine. Tout ça pour l’intérêt collectif, c’est d’ailleurs aussi ce que nous a sorti notre maire …

    • C’est totalement vrai en ce qui concerne les terrains…dans un petit village proche de la Suisse ou le m2 constructible vaut de l’or, un terrain fut attribué constructible, et celui d’à côté non.
      Le fait est que celui constructible appartienne au conseiller municipal n’a je pense rien à voir avec bien sur….
      Il y a des escroqueries monumentales dans ce domaine.

  • @H16 :

    Vous n’avez rien compris, lisez mieux la presse dont vous relatez les articles :

    Les manifestations pour déloger les squatteurs sont le fait de gens « d’extrême droite ».

    Manoeuvre classique des « autorités » :

    Tu n’es pas d’accord avec moi ? tu es donc d’extrême droite, tu as donc tort.

    Allez hop, la messe est dite, circulez, ya rien à voir.

  • Bah oui, mais ça on le sait longtemps que le droit de la propriété privée est bafoué dans ce pays. Pour cette raison pourquoi investir dans de l’immobilier pour le relouer après ? Si votre locataire ne paie pas vous pouvez attendre jusqu’à 3 ans pour le mettre dehors……qu’on se s’étonne pas si c’est de plus en plus difficile de se loger…
    Mais bon c’est encore et toujours la même histoire, tant que le pays fonctionnera à l’envers (et persuadé d’être dans le bon sens), je ne vois pas comment il va s’en sortir.

  • Il y a tellement de choses de travers dans ce pays, je ne vois pas comment en sortir…

  • La fRance, le pays fort avec les faibles et faible avec les forts.

    ici faible = personnes âgées.

    écœurant, abominable.

  • A partir de quand les gens vont devenir violents ?

    • « Le changement c’est maintenant » parait-il.

      • Je pense aussi que les gens qui virent violemment ces enflures avec succès n’en font pas la publicité. L’idéal serait de voir la justice réagir rapidement (disons dans la semaine). En l’absence de cette saine réaction de l’Etat, il convient de se munir d’un passe montagne de quelques collègue, d’un brouilleur de téléphone portable, et de vider les lieux manu militari. J’ai un faible pour la grenade lacrymogène et les masques à gaz.

        Pour ceux que ca rebutte vous pouvez aussi procéder comme suit: Vous fabriquez une bombe artisanale et vous la posez dans leur jardin. Mieux, vous rentrez discrètement par effraction et vous cachez la dite bombe dans la maison. Assurez vous qu’elle soit possible à mettre en marche mais bel et bien désamorcée. Il ne vous reste plus qu’à appeller anonymement la police anti terroriste. Ils videront votre logement rapidement.

        Le bombardement régulier de boules puantes peut etre assez efficace. Vous pouvez aussi leur mettre quelques rafales d’airsoft ou de paintball dans la face depuis votre voiture en mode Bonnie and Clyde chaque fois qu’ils mettent le nez dehors. Ca doit bien calmer aussi. N’oubliez pas de grimmer la plaque…

        • @mitch nous sommes au jour 2 de l’an 1984 vous devriez faire attention si vous voulez pas voir l’anti-terrorisme débarquer chez vous ou recevoir une convocation des hommes de l’état pour « incitation à quelque chose ».

          • J’habite au pas en France! Ils vont faire quoi les fins limiers de Flamby molasson premier? Dans mon pays de résidence on paye son loyer à l’heure et on ne squatte pas, sauf à vouloir faire face aux flics locaux et la franchement je le déconseille pour des raisons de santé. Ils sont sympas mais il faut pas leur chier dans les bottes.

        • Une audience en référé est prévue pour le 22 mai d’après son avocat.

  • FACHO DE GAUCHE !

    La couverture merdiatique habituelle pour répondre….

    Ca me rappel l’histoire du premier mai où l’on parle que des femen et pas de l’acte antisémites des facho de gauche.

    Ca plus le contrôle d’internet, bienvenue dans facholand .

    Pays de MERDE !

    Désolé mais je suis outré !

  • Il va peut être falloir que j’aille squatter dans la villa secondaire de notre cher président pendant plus de 48H. On verra si je serai déloger rapidement mais je pense que oui. Pareil pour celle de Fabius.

    • Il faudra débrancher le câble dans l’armoire PTT … Plus d’alarme, plus de réaction ❗

      • Pourquoi se fatiguer, une simple lettre adressée à votre nom et à l’adresse que vous envisagez de squatter, envoyée au moins 48h avant votre entrée dans les lieux suffit. Alors pourquoi vouloir détruire ce qui appartient aux télécoms.
        Est-ce que cela peut marcher pour l’Elysée, ça me plairait comme résidence et on ne peut pas dire que c’est occupé. C’est décidé, je prépare l’enveloppe, tarif vert.

        • N’oubliez pas de mettre l’étiquette à votre nom sur la BAL avant que le facteur ne passe 😉
          Pour le reste, il ne s’agit pas de détruire, mais de modifier une ligne. Encore faut-il savoir laquelle ❗

    • Le léviathan n’est pas stupide au point d’avoir oublié de faire un code du domaine public avec des règles spéciales plus efficaces que celles pour le peuple.

  • On se rapproche du moment où les gens vont se faire « justice » eux-même. Avec des milices et des vengeances qui vont dégénérer. Ça ne va pas être beau à voir.

    Je le dis depuis des années, je pense qu’il y a là un vrai « tipping point » même s’il n’est pas écolo.

  • Y a qu’en France que ça peut arriver un truc pareil..

  • normal : les peuples de la steppe ne reconnaissent pas le droit de propriété …

     » c’est moi qua volé la mobylette , c’est MA mobylette … « 

  • D’abord cette personne âgée ne devrait plus habiter tout seule dans « sa » maison, elle n’a qu’à aller dans une de ces maisons de retraite poubelle, non?
    :mrgreen:

    • Si vous regardez la photo de sa maison vous y verrez une enseigne d’un salon de coiffure, ce qui laisse à penser que c’est une artisane. Et bien je crois qu’avec leur retraite misérable la maison de retraite c’est un luxe (si tenté qu’on puisse parler de luxe s’agissant de ce type d’endroit). Mais bon si les enfants ne peuvent pas payer la maison de retraite le conseil général fera saisir la maison …. squatteur ou pas…

      • Alors qu’elle aurait pu vendre, en viager ou pas, et avoir une retraite qui lui permette de vivre ses dernières années tranquilles.

        Socialistes = voleurs = sot salauds ❗

  • oui, il y des gens qui ont de vrais besoins, mais il y a également de nombreux parasites. Ces derniers connaissances très bien les lois, et ont cette hypocrisie et cet égoïsme qui les rendent méprisants (et méprisables)

  • Ou est l’opposition ? Ou est la loi que l’opposition a déposé pour lutter contre l’appropriation illégale des biens des Français.
    C’est tout l’EST de la France qui est confronté à ce problème, avec les squatteurs venus des pays de l’EST.
    Ce sont les associations de Gauche, qui sont toujours là après les départementales, qui financent des avocats hors de prix, pour protéger des squatteurs.

    Les Départements de Droite, financent des associations de Gauche, pour expulser les Français de leurs maisons – Il faut le dire !

    Et si vous vous opposez : les merdias UMPS vous traitent de Fachos d’extrême droite.
    C’est vrais que nos journalistes et nos élites fatigués de tant de matérialisme, laissent leur portes ouvertes en attendant que des squatteurs prennent leur place quand ils vont faire leur course ; en rentrant, il leur demanderont un RIB, sur lequel ils feront virer leurs salaires et/ou retraites qui les dégoute autant que leur propriétés..
    Nous avons élu ces grands hommes et femmes admirables dans l’abnégation, prêt à renoncer à tout, pourquoi voudrions-nous nous attacher à nos peu de biens, dont les pauvres squatteurs ont tant besoin !

  • Le député-maire se réfugie derrière la justice pour ne pas agir. Ce n’est pourtant pas une question de justice (pas encore) mais de simple police, dont il partage la responsabilité dans sa commune. Et qu’en est-il du préfet ? Il serait peut-être temps qu’il se réveille de sa sieste. Attention toutefois à la chute de hamac, potentiellement dangereuse, en cas de réveil brutal.

    Qu’après le transfert manu-militari du squat vers une geôle sombre et humide, une procédure judiciaire soit intentée par quelque candidat à l’indignité nationale, c’est un autre sujet. Mais, en tout état de cause, le maire n’a pas à préjuger de la décision de la justice car, ce faisant, il se substitue à cette dernière, ce qui est une confusion des pouvoirs tout à fait inadmissible. Les déclarations de ce membre éminent de l’Obèse prouvent en outre qu’il avait connaissance du crime au moment où il était perpétré et qu’il n’a rien fait pour y mettre un terme alors que la loi l’y oblige. Facteur aggravant sa culpabilité, l’abus de pouvoir : le maire détourne en effet les forces de police de leurs missions de protection des populations pour les contraindre à devenir complices des criminels. Rappelons aux membres des forces de l’ordre qu’ils ont le devoir de ne pas obéir aux ordres reçus de supérieurs manifestement indignes de les donner, ce qui désigne indifféremment les élus des partis collectivistes.

    Les honnêtes citoyens correctement éduqués appellent solennellement le député-maire à faire cesser sans délai toute pratique socialiste qui déshonore actuellement la bonne ville de Rennes, puis à démissionner dans la foulée, la honte au front, compte tenu du résultat désastreux de l’ensemble de son oeuvre, avant de renoncer définitivement à l’action politique. Ils lui conseillent également de faire longue retraite, loin du tumulte du monde, afin de procéder à l’examen attentif de son âme noire et torturée de collectiviste patenté.

    • « Ils lui conseillent également de faire longue retraite, loin du tumulte du monde, afin de procéder à l’examen attentif de son âme noire et torturée de collectiviste patenté. » Superbe 🙂

  • Le plus lâche est le préfet qui a déclaré « dans un communiqué, qu’il n’avait « aucun pouvoir » pour « décider de l’évacuation » de la maison de Maryvonne, squattée à Rennes.

    http://www.ouest-france.fr/maison-squattee-rennes-le-prefet-attend-une-decision-de-justice-3378280

    Or la loi de 2007 prévoit justement une procédure administrative, que le préfet doit diligenter si on lui en fait la demande:

    « Art 38

    En cas d’introduction et de maintien dans le domicile d’autrui à l’aide de manoeuvres, menaces, voies de fait ou de contrainte, le propriétaire ou le locataire du logement occupé peut demander au préfet de mettre en demeure l’occupant de quitter les lieux, après avoir déposé plainte, fait la preuve que le logement constitue son domicile et fait constater l’occupation illicite par un officier de police judiciaire.

    La mise en demeure est assortie d’un délai d’exécution qui ne peut être inférieur à vingt-quatre heures. Elle est notifiée aux occupants et publiée sous forme d’affichage en mairie et sur les lieux. Le cas échéant, elle est notifiée au propriétaire ou au locataire.

    Lorsque la mise en demeure de quitter les lieux n’a pas été suivie d’effet dans le délai fixé, le préfet doit procéder à l’évacuation forcée du logement  »

    Manifestement il ne se précipite pas pour en rappeler l’existence à Maryvonne.

    Ou pire il lui a fait savoir qu’il n’y aurait pas d’officier de police judiciaire disponible pour  » constater l’occupation illicite  » ce qui empêcherait d’engager la procédure.

    • Je défends pas les squateurs. Cependant d’un point de vue strictement juridique c’était pas le domicile de la dame quand il a été squatté. D’un point de vue légal (et non pas moral) ca la déssert beaucoup. C’est pour ca qu’à sa place je serai plus perfide.

  • les personnes âgées sont des personnes qui attendent qu’on leur tendent la main.
    La liste de priorité etablie par la commune ressemble à la liste de Schindler.
    C’est connu et c’est un peu partout comme cela. Le respect dû à l’âge n’existe pas.
    Dans ce pays appelé France sommes nous en securite ?. Comme dit H16, ce pays est foutu

  • Fiscalement est – elle est propriétaire ? Si elle paye les impots fonciers et habitation on peut affirmer que certains fonctionnaires du trésor public sont complices contre leur gré du moins je l’espère mais ils sont mouillés

    Il s’ agit d’ un vol de résidence logiquement son assurance ne devrait pas prélever de cotisations ! enfin tout ça me semble un imbroglio juridique, administratif c’ est à croire qu il y a une certaine perversité à tout compliquer chez certains élus

  • -1) Résilier les contrats EDF et autres.
    -2) Faire venir le service dératisation (pour chasser la vermine)
    -3) Planter la guitoune devant la mairie ou (au choix) carrément chez la maire(sse)

    P.S. Un peu d’indulgence SVP: Lestas,pardon, l’état.fr peut accompagner mamie dans ses démarches mais pas jusqu’à son domicile, pour la simple raison qu’il est déjà occupé à reloger les Anciens Combattants partis gambader ailleurs sous d’autres cieux …

  • Je me suis renseigné.
    Pas besoin de couper courant , eau et gaz, l’avocat de l’association de Gauche subventionnée par un Département de droite : demandera à la préfecture de les rétablir et obtiendra gain de cause.
    En tant que propriétaire, vous pouvez procéder à des travaux d’amélioration de votre habitat à tout moment, et personne ne peut ne pas vous ouvrir votre porte. Ou alors rendez-vous sur place avec les forces de l’ordre, qui sont obligées de vous assister. Commencer par enlever la porte, pour aller l’améliorer.
    L’avocat de l’association de gauche portera plainte, vous vous rendez au tribunal le jour fixé et dites que vous n’avez pas tous les dossiers pour vous défendre et que vous aider à les rassembler, vous demandez un report de séance ; qui ne peut vous être refusé dans le cadre de l’équité, puis demander la même chose à la 2ème convocation, puis 3ème…
    En principe les voleurs ont peur des voleurs et sans porte ils s’en iront.
    Sinon : le tribunal vous condamnera à remettre la porte, sans plus ; vous rendrez le cadre, avec un film en plastique au milieu…. Et re-convocation devant le tribunal, et re-demande de délai pour préparer votre défense dans le cadre d’un débat contradictoire…A la troisième fois, vous plaiderez l’absence de moyens, dû au fait que vos locataires ne payent aucun loyer, et aucun tribunal ne pourra vous forcer à remplacer le film de plastique de la porte par du bois.
    Mais bon : n’essayons pas d’aider cette dame : Le PARISIEN l’a dit : « ceux qui aident cette dame sont de l’extrême droite ! », bravo les merdias !

    • « Ou alors rendez-vous sur place avec les forces de l’ordre, qui sont obligées de vous assister.  » C’est ca qui ne se produira jamais. Les forces de l’ordre sont la pour protéger les clients des politiques et faire cracher le contribuable. Ce sont des forces d’oppression. Il en vous aideront pas. Donc contentez vous de défoncer la porte rapidement, et brouillez les communications de portables avant pour vous donner plus de temps.

      • Le Parisien aurait dû compléter en précisant que l’extrême gauche ne peut effectivement aider mamie, pour la simple raison que c’est probablement elle
        (en tout bien tout honneur) qui squatte la t’ite maison dans la fratrie…

  • je vis une situation analogue à la vielle dame ,depuis 2011 j’ai fait savoir à mon locataire que son bail qui arrivait à expiration le 28/2 /2014 ne serait pas renouvelé, je réserve mon appartement afin de loger mon petit fils son épouse et leur bébé, ceux- ci sans logement vivent chez moi en campagne depuis 2013 >

    mon locataire sans bail désormais ,refuse de quitter mon appartement, de payer ses loyers et charges, mon petit fils qui a un bail pour mon appartement s’est retrouvé à la rue,sans recours autre, qu’une demande d’expulsion des locataires ,que nous attendons depuis le 1/3/2014

    j’apprends par mon avocat que je serais indemnisée AUX FRAIS DE CONTRIBUABLE par la préfecture puisque la justice maintien mon locataire dans les lieux , pour combien de temps encore…?
    aucune proposition de logement pour mon petit fils au chômage , mais, qui a trouvé un emploi dans le 93, il a donc loué à prix fort un appartement, afin de prendre son poste en ile de France

    Merci à ceux qui ont voté cette loi qui pénalise les petites gens, aux profits d’escrocs, mes locataires gagnent 6300 eus mensuels, mais c’est le contribuable qui va payer ! voilà comment nous sommes gouvernés,par des individus censés agir dans l’intérêt de la France et des Français…….peut-on encore y croire!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Armand Paquereau.

Il aura fallu une médiatisation récurrente de faits inacceptables pour enfin motiver les législateurs à tenter de trouver des solutions attendues à ce problème social de première nécessité.

Quand une association (DAL) se permet d’installer des squatteurs dans la maison d’une dame de 85 ans absente de son domicile pour raisons de santé, que ces faits se multiplient dans de nombreuse villes, on se demande bien ce que sont devenus l’article 17 de la déclaration des droits de l’Homme (1789 et 1848) et l’article... Poursuivre la lecture

la liberté
0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Par Alain Cohen-Dumouchel.

La propriété privée n'est pas un concept intuitif ou évident puisqu'elle n'a jamais pu s'établir pendant 4000 ans. Ce n'est qu'avec les Lumières et les révolutions anglaises, puis françaises et européennes que la propriété devient un droit de l'Homme reconnu par le pouvoir et qui lui est opposable. La propriété est ici garantie par l'administration en dehors de toute éthique imposée. Elle devient privée c'est-à-dire que tous ceux, pouvoir compris, qui n'ont pas de droits de propriété sur un bien sont officie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles