L’illusion numérique et l’apparente percée du Front National

Les médias font office de loupe grossissante de l’influence réelle du parti d’extrême-droite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marine Le Pen à Sciences Po en 2012 (Crédits Rémi Noyon licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’illusion numérique et l’apparente percée du Front National

Publié le 24 avril 2015
- A +

Par Loïs Henry.

Marine Le Pen à Sciences Po en 2012 (Crédits Rémi Noyon licence Creative Commons)
Marine Le Pen à Sciences Po en 2012 (Crédits Rémi Noyon licence (CC BY 2.0))

Des pourcentages inquiétants aux élections, l’impression d’une poussée considérable, une présence dans le top 100 du Time, une omniprésence médiatique… Le parti de Marine Le Pen semble être devenu le mastodonte parmi les partis en France. Plusieurs questions se posent alors : mérite-t-il vraiment tout ce tapage ? Quelles sont les clés qui en font un acteur incontournable de la sphère publique ?

La force première du FN est de mettre ses idées au centre du débat public. Comment serait-ce possible ? La politique aujourd’hui est devenue un cercle politico-médiatique qui tourne en rond autour de lui-même. Pour ainsi dire, les sujets créés par les médias deviennent les sujets de préoccupation principaux des politiques dopés aux médias. Médias qui ont dernièrement connu une transformation radicale : de la radio et la télévision publique, nous avons aujourd’hui des chaines d’informations en continu et les inévitables réseaux sociaux. Plus, la mort des journaux-papier les a poussés à se muer en des organes de presse androgynes avec une présence accrue sur le net. Espaces connectés qui devenaient automatiquement des lieux d’expression, de débats et d’échanges radicaux dans les parties « Commentaires » de ces mêmes sites.

Le sondage, processus long et complexe pour être représentatif, laissait sa place au sondage sur internet, chacun ayant la possibilité de répondre à une question. Dans cette société du chiffre, comment empêcher que le sondage internet de tel ou tel journal paraisse alors faire foi ? Comment ne pas se faire une opinion « de ce que pensent les gens » en parcourant la partie « Commentaires » en dessous d’un article ? Ce qui fait l’actualité, ce qui préoccupe les hommes politiques, ce n’est donc pas la préoccupation des Français, c’est celle que font apparaître les médias telle qu’ils en ont l’intuition, c’est-à-dire, telle qu’ils l’observent sur les réseaux sociaux. Quand Le Figaro recherche un témoignage pour un article, il ne demande pas à un correspondant local de mener des entretiens, il poste un message sur Facebook à la recherche de citations gratuites et gratinées, exprimant une pensée simple en une centaine de signes.

La conclusion est la suivante : ce sont les individus « connectés » qui font l’actualité et qui créent le débat pour une Nation entière. Par individus connectés, qu’est-ce que je sous-entend vraiment ? Les « militants 2.0 ».  Ceux-là même après qui la presse court, faute de moyens.

Un parti médiatique

Fn rené le honzecVous l’aurez compris, pour être aujourd’hui influent, il ne faut pas défendre une idée, il ne faut pas défendre une doctrine ou ce que l’on croit bon pour le pays, il faut avoir un message qui correspond aux sujets auto-créés dans la sphère médiatique. Et c’est ce que le Front National fait de mieux. Longtemps, il a été un parti contestataire, un parti héritier de la tradition boulangiste puis poujadiste, vivant le temps du mécontentement. Aujourd’hui, il faut bien se prévenir de l’observer avec les lunettes du passé : le vote Front National est un vote d’adhésion. Mais surtout, le Front National est un parti de militants férocement engagés.

À l’heure où les partis sont délaissés car incapables de créer une atmosphère d’engagement et une communauté véritable comme le faisait le PCF avant sa chute, le Front National est parvenu à s’assurer la loyauté de ses membres. Les adhérents de l’UMP ou du PS militent de moins en moins, ils doutent du parti et de leur relation avec lui. Ils hésitent à s’encarter par peur d’y perdre une lucidité. Les adhérents du Front National n’ont pas ces doutes : ils mènent une guerre numérique. Une guerre éclair de conquête. Ils s’attaquent aux pages Facebook de leurs adversaires en publiant des messages de soutien à Marine Le Pen et de haine contre Nicolas Sarkozy, François Hollande ou Manuel Valls. Pour le constater, il suffit de questionner les rares adhérents qui ont le courage de leur opposer une résistance : ils sont pris sous le feu des critiques les plus acerbes et violentes d’une nuée de militants, arguant de leur slogan « UMPS ». Ces quelques digues à l’emprise numérique du Front National tombent vite, épuisées par le silence des partis, l’absence de soutien et la rhétorique fatigante des Marinistes : « Tous les mêmes », « Voleurs », « Ils sont au pouvoir depuis 1970 », « Qu’a-t-il fait ? »… Certains passent leur soirée en infériorité numérique sur le mur de leur propre page ! Sur Twitter, la donne est la même et les armes redoutables : dérision, violence verbale, refus du débat.

Ce ne sont plus des soutiens, mais des zombies qui s’attaquent à tout ce qui n’est pas eux avec une rare violence, convaincus que les « autres », ceux du « système » sont tous des bourgeois, des pourris, des « propres sur eux », des « naïfs » qui « n’ouvrent pas encore les yeux ». Pire, tout ce qui a l’accent de la réussite devient aussitôt suspect, volé, non-mérité (Emmanuel Macron par exemple). Sur le net, le Front National est une révolution bourgeoise anti-bourgeoise. En mal d’identité, ces militants 2.0 trouvent une forme d’honneur à manquer de respect à tout ce qui est public, bien cachés derrière leur ordinateur et leur anonyme existence.

Enfin, sur les sites internet des grands journaux, ils se passent les messages : les réseaux frontistes se relaient les liens pour accéder aux sondages et peser en masse en faveur de la position du Front National. Certains qui ne connaissent pas même l’existence d’un journal y vont pour la première fois, juste pour répondre « Marine Le Pen » à un sondage questionnant sur la personnalité préférée des Français. Quand vous et moi lisons un article, nous passons ensuite au suivant. Eux commentent, répondent, mettent des « pouces rouges » sur les vidéos Youtube et relaient des informations erronées.

Ce dernier point est peut-être le pire : ils partagent en masse des articles issus de sites internet dits « libres » mais douteux, ayant le sens du titre. Vous parcourez tranquillement votre mur Facebook et vous trouvez un article : « Le gouvernement prévoit de … » partagé par un « ami ». C’est souvent un truc terrible. Soit vous cliquez sur l’article et vous voyez que tout est imagination et détournement de faits. Soit vous retenez l’information et vous finissez par la relayer autour de vous. Elle devient ensuite une vérité établie alors qu’elle n’était qu’un titre accrocheur. Mais vous y croyez tout de même car la force de frappe est telle que vous lisez la même information un nombre incalculable de fois. Vous ne la trouvez sur aucun journal « sérieux » ? On vous rétorque que vous êtes manipulés par le gouvernement et la presse et vous êtes rapidement invités à regarder des vidéos vaseuses sur Youtube, censées développer votre « esprit critique ». Les nouveaux réseaux frontistes excellent dans l’art de la désinformation. Sous prétexte qu’elle est « libre », parce que jamais vérifiée ?

L’arme du Front National sur internet est puissante : manipulation de l’idée dominante par une présence en réseau, discrédit des interlocuteurs et menaces, création d’un ennemi caricaturé à combattre, refus du débat par des slogans courts lancés en boucle, orientation vers d’autres réseaux d’information dits « libres ».

Surreprésentation du FN

Ce que j’avance, les chiffres le prouvent. J’ai calculé pour cela la représentation numérique du Front National sur Facebook1. Si l’on observe le pourcentage de « likes » sur les pages frontistes par rapport au pourcentage réalisé au premier tour aux élections, on se rend compte que le Front National est surreprésenté sur le site. Mais il n’est pas juste un peu représenté : sa représentation est de 220% par rapport à sa vraie force. Ainsi, si l’on devait se fier à internet pour établir une cartographie de la vie politique en France, on trouverait ce graphique-là :

Lois Henry FN

Graphique que les dernières élections ont évidemment contesté…

Le Front National doit sa force politique à la faiblesse de ses adversaires qui ont du mal à trouver une nouvelle formation politique moderne qui permette de remobiliser ses militants. Les forts taux d’abstention démontrent une incapacité à mobiliser qui n’atteint pourtant pas un Front National plus mobilisateur que jamais car le seul à poser aujourd’hui des mots sur les maux ressentis par certains Français. Il ne fait nul doute que l’UMP pourrait produire la même chose si les querelles internes cessaient définitivement et qu’une ligne cohérente apparaissait. Dans le fond, quand on croit voir « partout autour de nous » le Front National monter, on ne parle jamais que de 11% de la population… Marine Le Pen mérite bien sa place dans le top 100 des personnalités les plus influentes de l’année… Son armée de militants du net passe pour exprimer la pensée de 65 millions de français. Si la société parvient à se protéger de l’illusion numérique d’ici 2017, la Présidentielle risque d’être une grosse désillusion pour la candidate du Front National.

  1. Pour la méthode, j’ai choisi des partis qui n’ont pas de proximité sur Facebook, c’est-à-dire l’UMP, le PS, le FN et le PDG (j’ai éliminé EELV, l’UDI et le MoDem où l’on trouve beaucoup de doublons). J’ai donc comptabilisé le nombre de « likes » sur Facebook sur chacun des partis choisis : UMP : 120.400 likes ; FN :  223.300 likes ; PS : 100.400 likes ; PDG : 26.200 likes. J’ai ensuite représenté graphiquement ce résultat. Le choix des quatre partis réduit les doublons et les possibilités de trouver les mêmes personnes dans divers partis. De plus, contrairement à des personnalités publiques, il y a très peu de doublons (personne n’aimant à la fois l’UMP et le PS) puisque les partis sont très engageants sur le net alors que l’on peut apprécier plusieurs personnalités de même bord ou simplement les suivre. On aime un parti sur Facebook parce que l’on souhaite le soutenir. Le biais internet est donc très faible et permet d’obtenir une véritable représentation de la force numérique des partis politiques. J’ai ensuite comparé les pourcentages obtenus à ceux du premier tour des municipales / européennes / départementales en procédant évidemment à un produit en croix me permettant de tenir compte du fait qu’il y avait plus de partis aux élections que parmi les quatre choisis sur internet (ici, UMP-FN-PS-FDG = 100% alors que dans les élections, ils font moins de 100%, j’ai donc procédé à un calcul qui permette de rendre compte de cela dans les comparaisons). Ainsi, j’obtiens une surreprésentation numérique du FN de 220% : cela sous-entend que, en comparaison de ses résultats dans les urnes, le FN est beaucoup plus présent sur les réseaux sociaux.
Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Le Front National doit sa force politique à la faiblesse de ses adversaires…la proposition peut parfaitement s’inverser et on n’est pas plus avancé …

  • Le FN 11% de la population ? Comment le calculez vous ? la base solide ne serait-elle pas à 15% ?
    On peut douter qu’il atteigne les 30% et qu’il puisse accéder aux rênes* du pouvoir.

    * ou aux rennes du père Noël …

    • Facile : Le FN a obtenu 25% des suffrages au premier tour des départementales.
      La participation est de 49,99%.
      On compte 5 à 8% de suffrages blancs non reportés dans le compte des voix par parti. Pour cette élection on va dire 6%, la quote-part du FN à retrancher est donc de 1,5 pt environ.
      On a donc 25*(49.99%-6%) = 11% de la population en droit de voter.

  • Merci pour cet excellent article qui ne fait que confirmer les doutes qu’on avait déjà.
    Il s’agit d’une armée de propagande sur le net qui fait la pub du FN partout et utilise les mensonges.
    Nous en avons ici même sur Contrepoints qui ont essayé de faire croire qu’ils étaient libéraux et votaient FN (alors que ce parti est 100% anti-libéral) ou qu’il fallait voter FN pour faire tomber « le système ».

    Bref, c’est rassurant, au FN tout est dans l’illusion.
    J’espère que l’UMP saura leur barrer la route avec leur nouvelle entité « Les Républicains ». Pas que j’aime l’UMP, oh non, mais y a qu’eux pour barrer la route à la madonne.

    • La hiérarchie des préférences et des craintes varie d’un sujet à l’autre. Vous avez exposé votre avis, pour ma part je crains que l’extrêmisme (« arparteid » fantasmé, mixité culturelle forcée, rééducation des medias (XVIIe Chambre), surveillance virtuelle généralisée), se niche au coeur du pouvoir d’Etat. Pouvoir que le front républicain fait perdurer. N’oublions pas que nous devons aux « républicains » radicaux ou socialistes : la débâcle de 40, la guerre d’Algérie, et la ruine économique en temps de paix !

      Porte le débat sur la peur du FN permet aux partis politiques représentés au Parlement, voire au Gouvernement d’échapper à leur responsabilité pour leur gestion. C’est pour moi le plus grand danger pour le pays.

  • En lisant cet article, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle avec les alarmistes du climat. Mêmes pratiques, et mêmes effets.

    • Même remarque !

      Ce qui décrédibilise en partie l’article. Il ne s’agit pas d’illusion mais de réalité. Il n’y a pas de complot mais un biais (seuls les « activistes » s’expriment) qui ne se limite pas à la percée du FN. Les chiffres sont biaisés à la hausse mais représentent quand même des courants de pensée dont l’existence est bien réelle – il y a seulement 2 poids et 2 mesures pour évaluer les courants de pensée et donc un autre biais chez ceux qui en font l’analyse (on ne peut pas considérer que le soutient à tel parti – politiquement et médiatiquement correct – ou telles idées est plus valable que le soutien au FN).

    • Bah les fanatiques épuisent les rationnels, ils gueulent fort et vont jusqu’à menacer ceux qui ne sont pas d’accord, sans même avoir une seule fois étudié le point de vue adverse.
      C’est le problème du group-thinking, si une minorité défend une idée qui s’avère finalement fausse, ils passent pour des crétins. Si au contraire la majorité se trompe ils peuvent le nier tout simplement ou se dire qu’au moins ils ne se sont pas trompé seul. Sans compter qu’être une minorité c’est faire face aux fanatiques.

  • c’est sure que le FN n’est pas surreprésenté en nombre d’élus , par rapport aux nombre d’électeurs …

    je crois que le jeune auteur se fait un film :

    pour avoir participé pendant plusieurs mois aux commentaires de  » boulevard voltaire  » ( on se demande d’ailleurs bien ce que voltaire vient faire la dedans puisque une grande majorité des membres crachent sur la révolution française et sur la  » ripoublique  » ) je peut affirmer , qu’ils sont bien plus con , qu’agressif. alors que j’exprimais des idées souvent trés contrariennes, je me souviens m’etre fait insulter qu’une foi , alors que les commentaires sont apparemment libre de toute censure ( ce qui n’est pas le cas partout … ).
    par contre , les lieux communs qu’entraine l’inculture économique, la croyance trés partagé en un  » pouvoir mondial  » fantasmé , la haine des banques , plus grave la haine des juifs , et aussi ce qui est assez bizarre pour des gens d’extrème droite, une large bienveillance pour les thèses écologiques ont fini par me lasser …

    • « et aussi ce qui est assez bizarre pour des gens d’extrème droite, une large bienveillance pour les thèses écologiques »

      Est-ce si étonnant quand on sait que bizarrement (ou pas !) les extrêmes se rejoignent ?

      • Et quand on sait qu’Hitler est le père spirituel de l’écologisme moderne.

        • l’écologisme n’a pas attendu hitler pour sévir : les aristocrates réactionnaires de la restauration étaient déja des écologistes à leur manière … ce qui une nouvelle foi , relativise la division gauche droite du débat politique et confirme que pour une part, le mouvement écologistes et bien d’extrème droite.

    • pourquoi trouver bizarre à l’extrême droite la bienveillance pour les thèses écologiques ? il n’y a pas plus « conservateur », au sens propre, qu’un écolo. Sa place naturelle est à l’extrême-droite. La bizarrerie, c’est le hold-up par l’extrême-gauche, mais ça explique simplement par, d’une part le financement soviétique des pacifistes antinucléaire, d’autre part par l’impossibilité d’adhérer au communisme

  • pour moi, c’est juste que les extrémistes s’expriment le plus sur le net. pas seulement ceux d’extrême droite mais aussi ceux d’extrême droite. la majorité modérée a tendance à ne pas commenter les articles de journaux sur les réseaux sociaux. Je ne pense pas qu’il ait de véritable campagne de désinformation comme le laisse entendre l’auteur. c’est juste que les extrémistes s’expriment plus sur le net et pas seulement en France mais aussi dans les autres pays

  •  » Front National monter, on ne parle jamais que de 11% de la population » si le vote était obligatoire, les résultats des élections seraient plus ou moins les mêmes. cependant, le vote du FN n’est pas un vote d’adhésion (bcp moins que les autres partis) c’est un vote pour rejeter les autres partis. Le FN a bcp moins de militants, de structures, d’associations, ect que les autres partis. la plupart des gens qui votent FN se contentent de leur vote et ne s’engagent pas dans le parti. Je pense qu’internet est un moyen pour ces militants de militer « de manière facile » càd sans devoir faire grand chose. Ils doivent pas sortir de chez eux, cela leur prends juste quelques secondes de mettre un commentaire

    • C’était vrai il y quelque temps, mais aujourd’hui ?
      On voit bien que les militants PS et UMP ont été refroidis par la façon dont leur parti exerce ou a exercé le pouvoir.
      Le militant Ps trouve qu’il y trop d’autérité.
      Le militant UMP a trouvé qu’il y avait eu trop d’impôts et pas assez de réductions des fonctionnaires et des immigrés
      Alors, par comparaison…

    • Le vote, quel qu’il soit, n’est plus aujourd’hui un vote d’adhésion à un programme et à des idées. Essayer à partir de là de dire qu’il est « inquiétant » qu’autant de gens rejettent les idées du PS ou de l’UMP ne rime pas à grand-chose. Surtout le remède est simple : que le PS et l’UMP adoptent qui idées moins débiles, au lieu de demander aux électeurs de rejeter le FN plus encore qu’eux.

  • « Si la société parvient à se protéger de l’illusion numérique d’ici 2017 » : il faudrait déjà que la Société parvienne à se protéger de l’illusion de la pantalonnade démocratique qui conduit à ce qu’une minorité non représentative obtienne de manière illégitime les leviers du pouvoir, peu importe l’étiquette du collectiviste ayant décroché la queue du Mickey dans le manège politicien.

    • C’est à ce moment la que l’on en revient à votre idée d’interdiction constitutionnelle du socialisme.

      • Eh oui… Relire encore et toujours l’article 2 de la DDHC, s’en convaincre, l’appliquer sans barguigner. Quels partis politiques se gobergeant de la République à longueur de discours respectent effectivement la Constitution ? Ces partis sont à l’image des anciennes républiques « démocratiques » de l’Est qui n’avaient de démocratique que le nom.

        Exemple des ravages de la pseudo démocratie, la Grèce, où un gouvernement parfaitement illégitime représentant à peine 23% du corps électoral, est en train foutre en l’air son pays, contre l’avis de l’écrasante majorité des 77% des Grecs qui ont refusé de lui accorder la moindre parcelle de pouvoir.

        Autre exemple de démocratie délirante, l’Allemagne, où il semble qu’une administration plus ou moins secrète a pris son indépendance de tout contrôle démocratique, pour faire ce qui lui passait par la tête, c’est-à-dire à peu près n’importe quoi. Et maintenant, l’administration française, jalouse de son homologue, prétend pourvoir faire n’importe quoi à son tour grâce à la loi sur le renseignement. Sans surprise, les partis non conformes à la Constitution votent cette loi comme un seul parti, contre l’avis manifestement négatif de la majorité des Français.

        Nul besoin de mobiliser trop de neurones pour spéculer que de telles distorsions vont très mal se terminer. Dommage, la France aurait pu être un pays si agréable à vivre. Mais c’était sans compter avec les enragés du pouvoir absolu.

  • Il ne s’agit plus de politique, mais d’une exhibition de gros frimeurs.

    Etre « FN », c’est surtout le syndrome du gosse qui est « caca-pipi » : on ne sait pas ce que cela veut dire, mais ça énerve les parents !

    Sans prograame, ne proférant que d’énormes sottises, le FN sera vite fâné !

    • Quand Marine était à New York pour le gala du Times elle a dit « je ne parle pas anglais, je suis Française moi »..et je ne dirais pas la suite..Mais se vanter de ne pas pouvoir parler à la moitié de la planète au moins et se vanter d’être inculte je trouve ça effrayant.

    • « Sans programme, ne proférant que d’énormes sottises, le FN sera vite fané ! »

      L’expérience avec le PS infirme ce postulat.

      • Vu l’état actuel du PS pas nécessairement. Et puis le PS aura réussi à casser l’amour des Français pour les hausses d’impôts, qu’ils approuvaient auparavant.

        • connaissant les français , ils approuvaient surtout les hausses d’impôt quand elle concernaient les voisins …

          au début des années 70 , quelques années après les hausses gourmandes de salaire de l’après grenelle, mon père reçu son premier appel d’impôt sur le revenu , il fallait bien que quelqu’un finance les allocations chômage qui étaient en train d’exploser … son premier réflexe fut de la mettre au poêle . quelques temps plus tard, il reçu la même majorée de dix pour cent !

  • Pour le coup je pense que vous vous trompez fortement, si le Front National a autant de militant sur les réseaux sociaux c’est principalement parce que les jeunes sont très attiré par le Front National, quand en plus on sait que les 3/4 des 18-24 ans ne sont pas aller voté, on voit très bien que parmi les jeunes s’intéressant un minimum à la politique, la majoritée est pour le FN.
    Sachant que les réseaux sociaux sont fréquentés d’avantage par des jeunes (autant en nombre de jeunes qu’en fréquence de visite, les autres tranches d’age visitent beaucoup moins fréquemment les réseaux sociaux), c’est donc normal que le FN soit sur représenté.

    • Très juste analyse statistique. J’ajouterais que le chômage frappant surtout les jeunes, se révolter contre le système est une saine réaction.

  • Toujours a chercher midi a 14h.

    On a eu, un mec bling-bling qui brassait du vent, puis un mec tout mou = la dette augmente, le chômage augmente, les taxes augmentent, les impôts augmentent

    Bref, on continu de voter pour les mêmes et on achète un tube de vaseline, soit on vote pour autre chose, c’est simple.

    • Voter pour une ultra-socialiste (Le Pen) après 4 socialistes c’est comme lancer de l’huile sur votre maison en proie à un incendie..ça ne fera que donner le coup de grâce..

      • Qui vous dit qu’ils vont faire leur programmes économique ? (voir les super communiste de syriza en Grece qui tournent leur veste devant la réalité).

        Par contre le programme arrêt de l’immigration est tout a fait possible immédiatement.

    • Voter pour l’opposition est un droit élémentaire. Les partis de gouvernement et leur alliés électoraux ont tous échoué. Sans députés le FN peut se prévaloir d’une virginité gouvernementale ! Retour de baton du front républicain.

  •  » tout ce qui a l’accent de la réussite devient aussitôt suspect, volé, non-mérité (Emmanuel Macron par exemple). »… Faut rester les pieds sur terre! Attendons quand même un début de résultat avant de parler de réussite

  • Je n’aime spécialement pas les arguments ad hominem, mais pour une fois je vais m’y risquer, parce que là c’est un peu gros : le militant UMP qui jette la pierre au militant FN, c’est juste énaurme :

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2014/12/16/25006-20141216ARTFIG00259-le-millionieme-fan-facebook-au-service-de-la-com-20-de-nicolas-sarkozy.php

    J’invite l’auteur à réaliser le même travail sur la page Facebook de Nicolas Sarkozy, avant de voir la paille dans l’œil du voisin, on regarde la poutre qu’il y a dans le sien.

    • Préférer au débat d’idées les attaques personnelles, à l’abri d’un pseudo, c’est exactement ce que dénonce l’auteur :
      « L’arme du Front National sur internet est puissante : manipulation de l’idée dominante par une présence en réseau, discrédit des interlocuteurs et menaces, création d’un ennemi caricaturé à combattre, refus du débat par des slogans courts lancés en boucle »

      Pseudo très évocateur d’ailleurs et qui mérite une médaille…

      • Mon petit doigt me dit que vous êtes l’auteur de l’article, une intuition. Comme quoi l’usage des pseudos a aussi ses limites. Sur la petite allusion/accusation pétainiste, je vois que monsieur est également très bien rodé dans l’attaque personnelle et la reductio ad hitlerum, fort pratiquée à l’UMP.

        Quant au vôtre, de pseudo, j’imagine qu’il s’agit de la contraction de « saved » et de « sarkosy ». Votre militantisme dégouline jusque dans votre identité, vous n’êtes définitivement pas crédible

  • Vous allez avoir des surprise avec le divorce familial…
    je suis resté surpris de votre analyse.Tous les mouvements politiques essaient de dominer la toile et entre nous ils seraient stupides de ne pas le faire .Quand on voit ce que les Verts avec 2% de vrais sympathisants arrivent à nous faire avaler en permanence soit sur le net soit à la TV soit dans le peu de presse ayant encore quelques lecteurs … comment oublier aussi la cellule de l’Elysée travaillant jour et nuit à essayer de nous vendre l’excellence de Mou Président
    En dehors de l’activisme lepeniste compréhensible au même titre que les autres ,Lepen fait du bruit par ce qu ‘elle fait du non politiquement correct .C’est son problème majeur, d’ailleurs ,le jour ou pour accéder au pouvoir ,elle devar y renoncer et elle disparaitra
    La vrai question que les « vrais »gens comprennent dans la vie de tous les jours à savoir les conséquences fâcheuses ,pour eux ,de l’invasion de l’Europe par l’Afrique dévastée est totalement occultée par la classe politique, mieux les Dupont /Durand sont culpabilisés tous les jours pour avoir de si vilaines pensée égoïstes et insulte majeure » racistes ».Tout le monde devant savoir que le racisme ne va que dans un seul sens…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles