Jeux Olympiques 2024 : le retour du délire

Avec l’approbation à une grande majorité du Conseil de Paris, la capitale a fait un pas de plus vers une candidature pour l’organisation des JO 2024.

Par Serge Federbusch

Beach volley au pied de la Tour Eiffel - Credits Miroir (CC BY-NC-ND 2.0)
Beach volley au pied de la Tour Eiffel – Credits : Miroir (CC BY-NC-ND 2.0)

La baffe monumentale de juillet 2005 n’aura pas suffi : Hidalgo veut remettre le couvert qui avait glissé des mains de Delanoë et relancer une candidature parisienne aux JO. Quel beau moment ce fut de voir l’ancien maire pratiquement tomber à la renverse à Singapour en apprenant sa déconfiture ! Et que d’argent économisé grâce aux Anglais !

Ce genre d’événement est la tarte à la crème des politiciens sans imagination. Alors que la région parisienne a un urbanisme désarticulé, que le lien entre Paris et la banlieue se dégrade, que la politique du logement est livrée à des élus malthusiens et clientélistes, que les problèmes de transports s’accroissent, que la France et sa région capitale décrochent peu à peu dans la compétition économique internationale, que va-t-on chercher ? Un projet centré sur quelques équipements pour le sport d’élite et qui dure trois semaines, bref, totalement déconnecté des enjeux et défis réels que nous devons affronter.

C’est encore et toujours un subterfuge de communication qui élude les décisions nécessaires et difficiles. Mais il permet aux communicants de faire leur beurre quelque temps.

Déjà, l’offensive d’enfumage a commencé, à coups de sondages bidons sur le soi-disant engouement des Français pour cette opération. Toutefois, selon une étude Odoxa Le Parisien-Aujourd’hui en France, les Franciliens semblaient préférer l’idée d’une exposition universelle en 2025 et payée par des sponsors privés à celle de Jeux Olympiques 2024 payés par de l’argent public.

jeux olympiques ou expo universelle


Sur le web.