Le Pen : « pourquoi j’ai mangé mon père »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Pen : « pourquoi j’ai mangé mon père »

Publié le 10 avril 2015
- A +

Par René Le Honzec.

Le Pen rené le honzec

« Pourquoi j’ai mangé mon père ». Ce fut un livre à succès que je n’ai pas lu, un film à succès de Djamel que je n’irai pas voir, c’est aussi un succès de saison obligé pour les médias subventionnés. Papy Le Pen a lâché une de ces petites phrases qu’il a toujours affectionnées, une espèce de bande tricolore a été franchie, Fifille s’indigne -pour une fois- au diapason des médias et partis politiques. Cela m’a valu d’entendre Serge July admettre que le FN était une stratégie de Mitterrand couplée avec la création de SOS mes potes pour empêcher la Droite qui avait déjà une majorité capable de regagner et conserver le pouvoir « pour trente ans si on ne fait pas de conneries », comme l’avait finement pronostiqué un ministre de Giscard.

Je me contenterai de rappeler, pour les déficients en Histoire, que la principale différence entre Mitterrand et Le Pen, c’est que si Jean-Marie fait pousser des cris d’orfraie en déclarant qu’à son avis le Maréchal Pétain (désigné chef de l’État Français à 84 ans par le vote des députés du Front Populaire, voté par les deux Chambres avec 569 voix pour, 80 voix contre 91 et 20 abstentions réunies en Assemblée nationale au casino de Vichy) ne fut pas un traître, Mitterrand, lui, avait serré la main dudit Maréchal dont il était un collaborateur, et avait été décoré de la Francisque, tandis que Le Pen, deux fois volontaire en Indochine puis en Algérie, est décoré de la croix de la Valeur Militaire. C’est tout l’art de la gauche que de faire passer ses trahisons pour d’aimables malentendus.

Au-delà des prises de position de Le Pen, interdites par la loi, je constate que par ignorance et mépris, la classe médiatique s’apprête à servir à Marine un plateau en 2017, Papa ou pas.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

Je viens de regarder une vidéo émouvante sur cet homme noir, Daryl Davis, qui se lie d'amitié avec un membre du KKK, sans (bien sûr) l'approuver pour faire triompher le dialogue et le respect sur la haine.

Ce qu'il dit sur le racisme et la lutte contre l'ignorance est très frappant. En particulier cette phrase :

"Si tu as un adversaire, tu ne dois pas respecter ce qu'il dit, mais respecter son droit de le dire".

Attention à ne pas voir le fascisme partout

C'est l'exact opposé de l'anti-fascisme que nous voyons se ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles