Le FN, un parti « comme les autres » pour une courte majorité de Français

Selon un sondage de BVA pour iTélé, le FN est toujours perçu comme un parti d’extrême-droite par une large majorité des Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le FN, un parti « comme les autres » pour une courte majorité de Français

Publié le 4 avril 2015
- A +

Selon un sondage de BVA pour iTélé, le FN est toujours perçu comme un parti d’extrême-droite par une large majorité des Français. Marine Le Pen peine à poursuivre la banalisation de son parti.

Marine Le Pen à la tribune - Credits Rémi Noyon (CC BY 2.0)
Marine Le Pen – Credits Rémi Noyon (CC BY 2.0)

 

Le dernier sondage BVA pour Orange et iTélé soutient bien l’existence d’une tripolarisation de la vie politique française, telle qu’elle est apparue au cours des derniers scrutins (élections municipales, européennes et départementales).

Près d’un Français sur trois favorable à ce que le Front national dirige au moins une région en décembre 2015

Ainsi 31% des Français souhaiteraient que le Front national dirige au moins une région française à l’issue des élections régionales de décembre 2015 contre 68% qui ne le souhaitent pas (1% ne se sont pas prononcés). Si seuls 5% des sympathisants de la gauche souhaiteraient que le Front national dirige au moins une région en décembre 2015, ce taux est de 57% auprès des sympathisants de la droite dont 37% auprès des sympathisants de l’UMP et 99% auprès des sympathisants du Front national.

24% des Français pourraient voter pour Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle de 2017

Potentiel éléctoral du FN à la présidentiel 2017 - sondage BVA pour iTélé du 04.04.2015

Ce chiffre est bien supérieur aux 17,9% recueillis par Marine le Pen lors de l’élection présidentielle de 2012 mais il est intéressant de noter que cet indicateur de « potentiel électoral » est inférieur :

  • aux 31% de Français qui souhaiteraient que le FN dirige au moins une région à l’issue des élections régionales de décembre 2015,
  • aux 31% de Français qui se déclaraient susceptibles de voter pour un binôme d’extrême-droite aux élections départementales de 2015 (sondage BVA – iTélé, mars 2015),
  • aux 29% de Français qui déclaraient qu’ils pourraient voter pour une liste du Front national aux élections municipales de 2014 (sondage LH2-Groupe BVA pour L’Obs, février 2014).

Ce léger décalage entre le potentiel électoral du Front national aux élections locales et celui de Marine le Pen à une élection nationale montre l’évolution de la place du Front national dans le paysage politique. Jusqu’il y a peu, le Front national était un parti marquant principalement les élections présidentielles et qui pâtissait, sur le plan local, d’une implantation insatisfaisante ou d’un meilleur ancrage des partis de la gauche et de la droite traditionnelles. Aujourd’hui, le Front national semble bénéficier d’un plus fort potentiel de vote sur le plan local que sur le plan national, sur lequel les Français se montrent plus réservés.

Alors que la question de la porosité des électorats et des transferts d’électeurs de la gauche vers l’extrême-droite revient régulièrement dans l’analyse de la progression du Front national, la lecture des potentiels de vote par proximité partisane est assez instructive. Elle montre que c’est auprès des sympathisants de la droite que le Front national dispose de son réservoir de ralliements le plus important. En effet, le potentiel de vote pour Marine le Pen en 2017 n’est que de 3% auprès des sympathisants de la gauche, de 9% auprès de ceux du MoDem et de 14% chez ceux de l’UDI mais il est de 21% auprès des sympathisants de l’UMP et de 35% auprès des Français ayant voté pour Nicolas Sarkozy au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2012 (contre 7% de ceux ayant voté pour François Hollande).

Le Front national toujours perçu comme un parti d’extrême-droite par une large majorité des Français

Lorsqu’on les interroge sur la position politique qu’ils attribuent au Front national, 74% des Français déclarent qu’ils considèrent plutôt le Front national comme un parti d’extrême-droite et 24% plutôt comme un parti de droite classique. Il est intéressant de comparer ces résultats avec ceux d’un sondage réalisé par LH2 (groupe BVA) pour L’Obs en octobre 2013. Ce sondage avait été réalisé alors que Marine Le Pen avait menacé de poursuivre quiconque qualifierait son parti d’extrême-droite et montrait que 64% des Français considéraient le FN comme un parti d’extrême-droite. En 18 mois, la part de Français considérant le FN comme un parti d’extrême-droite a donc progressé de 10 points. Notons que la considération du FN comme un parti d’extrême-droite ne concerne pas sa base de supporters : 79% des sympathisants du Front national considèrent le FN comme un parti de droite classique.

Le Front national, un parti « comme les autres » pour une courte majorité de Français
FN parti comme un autre - sondage BVA pour iTélé du 04.04.2015

Pour 53% des Français, le FN doit être considéré comme un parti comme les autres. Ce chiffre situe la « normalité du Front national » au même niveau que celle mesurée au lendemain des élections européennes (53%), contre 58% au soir du deuxième tour des élections municipales, 52% en mars 2011, deux mois après l’accession de Marine le Pen à la présidence du Front national, et 42% en septembre 2010.

Pour Erwan Lestrohan, directeur d’études chef BVA :

« Ces résultats montrent l’ampleur des chantiers qui attendent le FN pour les prochaines échéances électorales. Alors que la présidence de Marine Le Pen a pu améliorer la perception du FN comme un parti classique ou lui donner du crédit sur le plan local, ces réussites ne semblent pas avoir fait progresser très significativement les chances du Front national à une élection présidentielle. Son potentiel de vote à une élection nationale reste inférieur à celui exprimé pour les dernières élections locales et son parti reste très majoritairement considéré par les Français comme une formation d’extrême-droite. Alors que ces éléments soulignent la difficulté pour le FN de se positionner comme un recours crédible de deuxième tour et à mobiliser une base électorale dépassant ses soutiens traditionnels, les résultats de ce sondage montrent que c’est auprès des sympathisants de la droite, et notamment de l’UMP, que le FN dispose des plus fortes réserves de voix s’il veut étendre son socle électoral. »

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • « Le FN, un parti « comme les autres » pour une courte majorité de Français »

    Pourquoi comme les autres est entre parenthèse dans le titre ? il n’y a rien de particulièrement scandaleux dans le programme de ce parti, le FN a un programme économique démagogique, jacobiniste et quasi communiste mais a part cela il n’a rien de spéciale.

    Et si la rédaction de contrepoint considère le programme sécuritaire et identitaire du FN comme étant extrémiste, je leurs suggérerais d’aller faire un petit tour a l’étranger, ils risquent d’être étonné par les programme de très nombreux parti de gouvernement a ces sujets.

    • Oui sauf que le FN est complètement parano sur le plan identitaire, évidemment qu’il y a d’autres partis du même genre dans d’autres pays, mais le FN est particulièrement champion dans ce domaine là, avec son obsession jacobine totalement ridicule.

      • « sauf que le FN est complètement parano sur le plan identitaire »

        Pas plus que l’UDC, la ligue du Nord, le FPO, le Dansk Volkpartei et pourtant tous ces parti ont été au gouvernement de leurs pays respectifs, d’ailleurs l’immense majorité des parti de droite en Europe de l’Est sont sur la même ligne.

        Et encore là je ne parle que de l’Europe, au Japon la politique d’immigration est quasiment celle du FN.

        « avec son obsession jacobine totalement ridicule »

        Ça c’est un autre sujet, mais le jacobinisme du FN est en effet une aberration, au regard de la pensée traditionnel de la droite et de l’extrême droite a se sujet, tout les intellectuels et leader de droite ont toujours été des opposants au jacobinisme,Tocqueville,Barrès, Maurras, De Gaulle, tous ont été des partisans de la décentralisation, le FN s’inscrit en porte a faux avec l’ensemble de la tradition décentralisatrice de la droite.

      • j’ai du mal à saisir le rapport entre l’obsession jacobine et le coté identitaire ?

        à part ça, il suffit d’aller voir sur le site boulevard voltaire, par exemple avec l’article du jour sur le dérapage de JMLP concernant une nouvelle fois le  » détail  » … on voit bien que beaucoup de commentateurs ont du mal à dissimuler leur antisémitisme.

        en plus du programme économique aberrant , si c’est ces gens la qui prétendent gouverner la france, ça fait peur , et marine le pen n’a pas fini de débarrasser les zozo de son parti .

        • « on voit bien que beaucoup de commentateurs ont du mal à dissimuler leur antisémitisme. »

          Mouais, enfin cela fait un moment que l’anti sémitisme c’est déplacé a gauche toute, on n’a pas vu beaucoup de militants d’extrême droite manifester contre Israël avec comme slogan « mot aux juifs » comme cela a été le cas l’été derniers lors des manifs d’extrême gauche.

          • « Mouais, enfin cela fait un moment que l’anti sémitisme c’est déplacé a gauche toute, on n’a pas vu beaucoup de militants d’extrême droite manifester contre Israël avec comme slogan « mot aux juifs » comme cela a été le cas l’été derniers lors des manifs d’extrême gauche. »

            ça change rien au fait que le FN ne considère pas Israël comme un pays ami et penche plutôt du coté du Hezbollah… Le FN défend clairement une politique étrangère « anti-impérialiste » (si tant est donné que cela est un sens) qui nous mettra du coté du monde opposé à notre civilisation.

            • La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français

              Il est loin le temps où le monde arabe rêvait de développement, de modernisation, de sécularisation d’un islam sunnite toujours menaçant pour les minorités chrétiennes et chiites. Ce temps là c’était celui du nationalisme arabe, de Nasser jusqu’à Saddam Hussein en passant par Hafez el Assad. Le temps de régimes autoritaires tournés vers le développement et qui offraient aux femmes, aux chrétiens et à toutes les minorités un rempart face au fondamentalisme sunnite autant que d’inéluctables perspectives d’ouverture démocratique si l’on avait bien voulu laisser les processus internes se dérouler à leur rythme historique. C’était aussi le temps où la cause palestinienne était encore une cause nationaliste et pas encore une cause islamique. Seulement voilà, de l’eau a coulé sous les ponts et l’Autorité palestinienne comme le Fatah ont été effacés par le Hamas.

              Je ne vois pas en quoi il « penche plutôt du coté du Hezbollah »…

              • Votre article dit juste le contraire, le Hezbollah n’est qu’une extension de l’Iran pour emmerder Israël. Assad permet de faire le pont entre l’Iran et Israël, sans lui le Hezbollah serait coincé et perdrait en assurance. Permettant ainsi au Liban de recommencer à exister par lui même et de redevenir un pays prospère et méditerranéen. Le Liban est quand même l’exemple même de pays autrefois prospère qui a été détruit à cause de l’obstination aussi bien chiite de sunnite à refuser l’existence d’Israël.

                Quand à votre article c’est clairement un déchet, il suffit de regarder le Maroc et la Tunisie pour se rendre compte que le monde sunnite à de l’avenir. Quand à la cause palestinienne, celle d’un peuple qui n’a jamais existé, c’était une arnaque dès le départ…

                Sinon, le socialisme arabe a causé autant de catastrophes que le socialisme européen, il a créé tout un tas de régimes instables qui ont mené des programmes d’ingénierie raciale, de persécution des minorités, qui ont plombé tout espoir économique… Il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que les régimes instables sont justement ces derniers. L’histoire se venge du constructivisme socialiste…

            • « ça change rien au fait que le FN ne considère pas Israël comme un pays ami et penche plutôt du coté du Hezbollah »

              Du coté du Hezbollah vous dite ? Je n’est pas entendu de déclaration récente prônant ce genre de politique.

              Bref comme le disent Goldnadel ou Finkelkraut, cela fait un moment que l’antisémitisme ne trouve plus a droite en dehors de cas marginaux. L’ironie c’est que de nombreux parti d’extrême droite ont même félicité Netanyahou par sa victoire…

              « qui nous mettra du coté du monde opposé à notre civilisation. »

              Étonnant venant de votre part, ce n’est pas vous qui disiez qu’il fallait laisser de coté se genre de considération au nom des liens récent…

              Personnellement je prône l’unité de l’Europe et l’alliance avec Israel.

              • « Personnellement je prône l’unité de l’Europe et l’alliance avec Israel. »

                Ce qui est incompatible avec une alliance avec le régime qui défend le plus ardemment les ennemis d’Israël: la Russie.

          • il y a toujours eu une branche gauchiste et une branche de droite de l’antisémitisme … à moins de considérer que désormais les électeurs FN sont tous gauchistes, ce qui serait quand même étonnant, ce que je dit plus haut prouve le contraire de ce que vous avancez . pas étonnant qu’au point de vue européen, le FN a beaucoup de mal à s’associer avec des formations comme l’UKIP et la formation de gert wilders.

      • Pauvre droite française qui se trouve politiquement à la gauche de la gauche du parti travailliste anglais.
        Quant au » FN complètement parano sur le plan identitaire »voir declaration ce matin de Boubakeur demandant d’urgence le doublement des mosquées en France(article du Monde)
        En ce jour de Paques qui n’interesse pas les liberaux libertaires,vous avez tres peu de temps pour apprendre le Saint Coran.Surtout n’oubliez pas les Hadiths!

        • Votre intervention est un excellent rappel.
          Je me souviens de l’époque où Tony Blair était la coqueluche du RPR qui l’aurait volontiers échangé contre Chirac.

          La France est très à gauche (marxiste) politiquement comparée aux pays européens et nord-américains.
          Au UK, le PS serait dans cette frange de vieux socialistes en voie de disparition que les anglais appellent le « Old Labour » et l’UMP serait au centre et centre gauche du parti travailliste.
          Quant au FN, il serait au centre du parti conservateur.

          Si on comparait avec les USA, l’UMP et le PS seraient à l’extrême gauche des Démocrates et des Républicains, ils seraient traités de « liberals » ce qui signifie gauchiste en anglo-américain; le FN serait centriste chez les Démocrates, centre-gauche chez les Républicains.

          • Il faut arrêter ses rapprochements ridicules : libéral n’a jamais signifié gauchiste chez les américains.

            Le découpage est assez simple : les républicains sont pour une égalité de droits : le privé est au centre du droit et l’Etat n’est qu’un mal nécessaire – les démocrates sont pour le pouvoir au peuple : l’Etat doit être une représentation des aspirations de la majorité et garant de la place des minorités, il est donc au centre de la politique.

            Certains mouvements libéraux sont démocrates et certains mouvements libéraux sont républicains.

            Si on ne comprend pas cela on ne comprend pas pourquoi par exemple l’abolition de l’esclavage est due aux républicains qui en France sont catalogués à droite.

            Republicain et démocrate ne veut en aucun cas dire droite gauche, c’est un mythe développé par les marxistes pour dévaloriser les US.

            Par leur programme, le FN serait catalogué en dehors des deux partis au US : le FN est assez semblable au constitution party qui essaye désespérément de se raccrocher au part Republicain.

            • «  »Il faut arrêter ses rapprochements ridicules : libéral n’a jamais signifié gauchiste chez les américains. » » »

              Ben si justement. Il y a des glissements de sens que l’on trouve dans toutes les langues et l’anglo-américain n’est plus exactement de l’anglais d’Angleterre. Il s’en éloigne progressivement et ce n’est pas seulement une question d’accent.
              C’est d’ailleurs bien pour cela que les libéraux du continent nord américain se sont appelés « libertarians », aux USA et au Canada.

              • OK, j’ai compris ce que vous voulez dire : effectivement les démocrates américains appellent ce que l’on appelle en Europe les sociaux démocrates – social liberals ou modern liberals

                Ce n’est qu’un holdup de plus du politiquement correct dont les gochistes sont coutumiers : le modern liberalism est en fait ce qu’en France et sur CP on appelle le socialisme : c’est un mouvement qui se dit progressiste et en réaction contre le capitalisme (le socialisme de droite) et qui est basé sur les théories Keynésiennes.

                Le terme libertarien Européen correspond au terme libertarianism américain : il est teinté de droite et de gauche et est basé sur une approche rationaliste de la philosophie, il est plutôt athée.

                http://en.wikipedia.org/wiki/Libertarianism#Prominent_currents

                Le libéralisme ‘classique’ ou Classical Liberalism est apolitique au sens droite gauche, il n’est pas rationaliste mais empirique, pragmatique et darwiniste, il est plutôt religieux.

    • « quasi communiste » vous pensez que le FN souhaite la disparition de la propriété privé et la dictature du prolétariat ? il devrait prendre la faucille et le marteau comme emblème et arborer le drapeau rouge.

      • Le FN est un parti qui prétend tout régler par l’Etat. Donc il n’est pas inenvisageable de les voir s’attaquer sérieusement à la propriété privée, puisque celle ci est un frein nette au pouvoir étatique autoritaire et planificateur qu’ils souhaitent instaurer. Leur programme est d’ailleurs plein de violation nette a la propriété privée, à base d’obligations, de régulations et autres joyeusetés.
        Quant à la dictature du prolétariat, c’est une vue de l’esprit, le communisme comme le FN, comme tous les partis étatistes, fonctionnent sur le clientélisme: c’est la dictature du « plus », point barre. Le plus riche aura du pouvoir, les plus nombreux auront du pouvoir, les plus nuisibles auront du pouvoir, les plus bruyants auront du pouvoir, etc.

        Il n’y a pas de hasard: avant de se prendre les gentils panzer dans les fesses en URSS, les communistes français appelaient ouvertement à la collaboration avec les allemands… Le national-socialisme est très proche du communisme. D’ailleurs, dans l’Allemagne des années 30, c’est pour cette raison qu’ils s’affrontaient, ils chassaient sur les mêmes terres et avec des idées trop similaires. Il fallait que l’un des deux disparaisse….

      • « « quasi communiste » vous pensez que le FN souhaite la disparition de la propriété privé et la dictature du prolétariat ? il devrait prendre la faucille et le marteau comme emblème et arborer le drapeau rouge. »

        C’était une façon de parler, le passage sur les nationalisation dans le programme du FN me rappelle le communisme.

        • « C’était une façon de parler, le passage sur les nationalisation dans le programme du FN me rappelle le communisme. »

          Il ne s’agit absolument pas de faire du 1981.
          Par contre, que l’Etat se réserve la possibilité d’intervenir lorsqu’un secteur économique stratégique est menacé par une attaque financière me semble relever du simple bon sens. Les américains le font sans aucun complexe, pourquoi pas nous ? Remarquez, ce sont les champions pour dire aux autres ce qu’ils devraient faire et nous, comme de bonnes poires, en croyant être à la mode, nous courons.

  • L’avenir du FN et spécialement celui de JMLP m’importe peu. Par contre l’avenir de certaines idées que les politiciens français n’osent pas défendre me concerne, comme les idées libérales. La qualité de vie de la société civile dépendra du degré de liberté qu’elle recouvrera face à la société politique. On le sait sur CP, c’est valable pour l’économie, la presse, mais aussi l’organisation des administrations centrales et locales.

    Il y a toutefois un débat tabou chez les républicains, c’est le sujet de l’identité. Les libéraux n’échappent pas à cet interdit, puisqu’ils sont soumis aux même lois liberticides de la République. Anti-discrimination, anti-stigmatisation, se sont ajoutée à l’égalité en droit civile et en droits politiques. Les tribunaux républicains vont jusqu’à nier le droit de se différencier comme « français de souche » Voir Le Parisien du 19 mars 2015 «Racisme anti-blanc» : la justice rejette le concept de «Français de souche» 17e Chambre TGI Paris.

    Si on admet les préceptes républicains, rien n’est en effet prévus pour préserver l’identité, le terroir ou les éventuels droits spécifiques des populations autochtones, indigènes regroupés sous le nom de français. Jadis sous l’Ancien Régime ces peuples avaient leur langues, leur droit local, jalousement gardés par leurs Parlements : Bretagne, pays d’Oc…
    La République a unifié tout cela et la citoyenneté unique l’a remplacé.

    Tant que les français sont restés entre-eux chez eux, ce droit universel ne posait pas de problème en métropole. Par contre l’identité a été un sujet majeur pour la décolonisation.
    A cette époque les autochtones indiens du Canada ont lutté et ont fait reconnaître leurs identités et leurs droits sur leurs terres ancestrales. Voir le site autochtonisme.com d’Antonin Campana.

    Sous le septennat giscardien, divers mouvements et publications (Le Figaro Magazine) ont critiqué le droit d »immigration (qui n’était déjà plus une immigration du travail). Tous ces contestataires intellectuels se sont fait traiter de racistes et de nazis. Ils se sont tus…
    Quelques années plus tard, sous Mitterrand, le FN prend son essor, et l’accès à la nationalité française fut un sujet majeur de discorde nationale sous la 1ère cohabitation. Hier comme de maintenant JMLP jouera un rôle ambivalent, amenant un jour un sujet majeur dans le débat politique, le lendemain cherchant sa marginalisation par des propos déplacés.

    La tyrannie antifa (secondée par l’obcession pétainiste de JMLP) fait qu’aucun groupe parlementaire n’a le courage de briser le tabou de l’immigrationisme. Notre régime n’autorise pas la liberté d’expression sur les sujets sensibles : consentement à l’impôt et au RSI, consentement à l’indivisibilité de la République, consentement (obligatoire) à l’immigration et au « vivre-ensemble » autisme et censure à propos de l’ impacts migratoire sur le système social, scolaire, la démographie, la délinquance… Dans un tel régime le FN est la partie émergée et républicaine du mouvement identitaire et anti-colonial. Cette partie immergée aujourd’hui qualifié d’extrême droite et mise sur écoute par le ministère de l’Intérieur, cette partie correspond aux mouvements indépendantistes anti-coloniaux (déjà réprimés en Algérie par la SFIO), ou plus récemment indépendantistes de métropole ou d’Outre-mer réprimés par la Ve République.

    La voie libérale offre des solutions qui permette la préservation des intérêts de chacun par des voies pacifiques. Y compris la fin de l’unité nationale et la sécession des départements réfractaires à l’immigration. La voie étatiste et républicaine suivie aujourd’hui est dangereuse, soit qu’elle soit celle de la soumission houellebequienne, soit qu’elle amène une réaction brusque façon FLN algérien.

    • Le débat sur l’immigration n’est plus d’actualité. Quand le ministère cherche désespérément à augmenter les chiffres de l’immigration en y ajoutant tous les quidams qui passent par la France pour rejoindre l’Allemagne ou l’Angleterre, c’est que l’immigration est en train de s’éteindre en France. Le vrai chiffre qui devient inquiétant, c’est son miroir, l’émigration. Les grandes capitales occidentales sont envahies de français…. Ces flux migratoires massifs en provenance de notre pays agace d’ailleurs de plus en plus certains pays….

      Savez vous ce qu’est le « french shopping » en Australie? Je peux vous dire que c’est peu glorieux et révélateur de ce qu’ils pensent de nous. Arrêtons de nous croire le centre du monde, le phare de la civilisation: nous avons traverser le Styx est changer de camp aujourd’hui.

      D’autre part, le problème de l’identité est un faux problème: les immigrés s’intègrent d’autant moins qu’on les prive de liberté. Plus un pays bafoue les libertés individuelles, plus s’y intégrer est difficile. Et ce n’est pas valable que pour la France. Cela fait évidemment le jeu des communautarismes. Plus généralement, les tentatives de régulations de nos vies par l’Etat aboutissent systématiquement à des catastrophes: les immigrés ne s’intègrent pas, les enfants sortent mal éduqués de l’école, on roule tous au diesel…
      L’homme est ainsi fait qu’il agit comme un âne, plus on l’éperonne plus il refuse de bouger ou pire, se met à ruer.

      • « Le débat sur l’immigration n’est plus d’actualité »

        lol

        http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/04/02/01016-20150402ARTFIG00396-la-montee-de-l-immigration-clandestine-inquiete-le-gouvernement.php

        Vous vivez sur Mars ?

        « Savez vous ce qu’est le « french shopping » en Australie? Je peux vous dire que c’est peu glorieux et révélateur de ce qu’ils pensent de nous. Arrêtons de nous croire le centre du monde, le phare de la civilisation: nous avons traverser le Styx est changer de camp aujourd’hui. »

        Aucun rapport.

        « D’autre part, le problème de l’identité est un faux problème »

        Pas pour la plupart des gens, seul les post marxiste adeptes de l’internationalisme surannée pensent qu’il n’y a pas de problème identitaire en France, les gens normaux s’en inquiètent par contre, a votre avis pourquoi le FN est-il si haut ? a cause de son programme économique ? si cela était le cas ils auraient directement voté pour Mélanchon qui a le même programme que Marine Le Pen, d’ailleurs il n’y a pas que les frontistes qui veulent défendre notre identité nationale, les umpistes souhaitent la même chose, hors la somme des 2 électorats fait plus des 2/3 des voix.

      • Le débat sur l’identité n’a rien à voir avec le débat sur l’immigration. Ce n’est pas parce que les manipulateurs du FN font l’amalgame que celui-ci est vrai.

        Il y a un vrai problème d’identité dans ce pays, et vous avez raison tous les deux : la France est le trou du c. du monde ou en passe rapide de le devenir : les jeunes diplômés quittent le pays en masse et au fur à mesure le mensonge sur le ‘plus beau pays du monde’ se renforce.

        C’est ce décalage entre ce fantasme entretenu par les politiques de ‘la grandeur de la France’ et la réalité qui crée à la fois le vote FN, l’immigration sauvage et l’émigration des jeunes : les étrangers croient y trouver un pays de cocagne, les jeunes le fuient car ils voient la réalité et ceux qui y vivent et ne regardent ailleurs cherchent à retrouver dans le FN la splendeur d’antan.

        Le monde a changé, change à toute vitesse. A force de laisser les gens dans l’ignorance, le pouvoir politique et médiatique, mais surtout les manipulations marxistes de tout bord ont créé la situation actuelle : la planète ne se réchauffe pas, le libéralisme n’est pas la loi de la jungle, la croissance ne vient pas des PME, l’éducation ne permet pas la réussite, les religions ne sont pas nécessairement sanguinaires, les retraites peuvent être capitalisées, la protection sociale marche mieux quand elle est privatisée, les fonctions régaliennes n’existent pas, etc…

        Bref, il va falloir un sacré bout de temps pour casser le rideau de verre.

      • Excellente plaisanterie du troisieme degré empruntée à l’illustre humoriste dont vous portez le nom.
        Ah Ah AH…….le débat sur l’immigration n’est plus d’identité!!!!!!!
        Ah Ah Ah je suis mort de rire,merci pour ce moment!!!

  • Par contre, pourquoi ne donner ces chiffres uniquement qu’avec les « sympathisants de droite »? On considère que les « sympathisants de gauche » sont exclus du vote FN? Ce serait une terrible erreur, car les déçus du PS, et encore plus ceux des gauches plus « extrêmes » ont une très nette tendance à fuir vers le FN… la gauche du PS et les partis comme le FdG ou le PCF sont bien perméables vis à vis du FN que ne l’est l’UMP par exemple.

    •  » la gauche du PS et les partis comme le FdG ou le PCF sont bien perméables vis à vis du FN que ne l’est l’UMP par exemple. »

      Cela fait un moment que ce n’est plus le cas…

      Les électeurs du PCF des années 80, sont soit mort soit en rejoint le FN depuis longtemps, par contre l’umpistes moyen préfère largement le FN au PS, le FN étant au moins un parti défendant des valeurs de droite comme l’ordre ou la patrie.

    • « pourquoi ne donner ces chiffres uniquement qu’avec les « sympathisants de droite »? »

      Si, le chiffre des sympathisants de gauche est donné dans l’article : « En effet, le potentiel de vote pour Marine le Pen en 2017 n’est que de 3% auprès des sympathisants de la gauche… »

    • Le FN est un parti de droite, c’est dans son ADN (le CNIP – centre national des indépendants et paysans) depuis sa préhistoire.
      Que des électeurs de gauche votent pour lui signifie qu’ils passent à droite, qu’ils ne croient plus à la « sociale », à ses pompes et à ses oeuvres, et qu’ils redeviennent patriotes, «À celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien» a dit Jaurès à une époque révolue où le socialisme de grand-papa restait encore national.
      C’était avant le congrès de Tours 1920 où les révolutionnaires, majoritaires, se séparèrent des réformistes pour rejoindre la III° Internationale et fonder le parti communiste.
      Un électeur FN n’est plus un socialiste de la même façon qu’il y a deux mille ans un païen converti n’est plus un païen.

      • Le CNIP existe encore comme parti politique et n’a rien a voir avec le FN, se sont 2 parti différent bien que les prise de position du CNIP en faveur de l’union des droite et ces positions sur l’immigration sont proche du FN, mais il faut rappeler que JMLP a fait partis du CNIP tout comme Giscard.

        D’ailleurs Giscard mis a pat ses positions pro européenne, a défendu un programme d’immigration très proche de celui du FN.

        • « Le CNIP existe encore comme parti politique et n’a rien a voir avec le FN, se sont 2 parti différents »

          C’est l’évidence même. En 1986, une partie des 35 députés FN étaient des anciens du CNIP.
          Quand à aujourd’hui, je ne savais même pas que le CNIP existait encore. Je présume que ce qu’il en reste doit être centriste MDR !

          • centre national des indépendants et paysans …

            quand on voit ce qu’il reste en france de ces deux catégorie socio-professionnelles, ça ne doit pas peser lourd ?
            quand on voit l’évolution du programme FN entre les années 80 ( reaganisme anti-immigrationisme ) et maintenant ( national socialisme … ) on en vient plutot à penser que c’est bien le FN qui s’en va à gauche, et pas l’électorat ouvrier qui passe à droite …
            récemment , jean-yves camus, démentait la croyance comme quoi la totalité de l’électorat ouvrier avait systématiquement voté à gauche. beaucoup furent gaulistes à l’époque héroique. qui plus est, il y a de multiples raisons de voter pour le FN , et on a vu encore aux dernières élections, que cela reste encore et toujours un vote protestataire, quand il faut réellement élire quelqu’un, les gens reviennent au bercail …

            le problème centrale de la démocratie française demeure qu’il est impossible d’etre élu sur un programme de réforme cohérent. et que quand il y a réforme, comme par exemple la dernière réforme territoriale, elle est soit insuffisante, soit pire, contre-productive, puisque apparemment elle va aboutir à plus d’élus et plus de fonctionnaires, c’est à dire exactement le contraire de ce qu’on nous avait promis …

            • « on en vient plutot à penser que c’est bien le FN qui s’en va à gauche, et pas l’électorat ouvrier qui passe à droite »

              Étant donnée que les électeurs FN votent UMP au second tour, votre postulat est totalement erroné.

              • le FN n’a pas arrêté de se dévier à gauche depuis 20 ans : récupération de la bataille de valmy dans les années 2000 , adoption de la ligne chevénementiste de phillipot, promesse d’augmenter le nombre de fonctionnaires et les salaires des ouvriers, fuite en avant keynesienne avec retrait de l’euro pour pouvoir dévaluer …

                finalement on ne voit pas trés bien ce qui lui reste de droite puisque d’aprés certains, l’antisémitisme est de gauche …

                • « finalement on ne voit pas trés bien ce qui lui reste de droite »

                  La défense de l’ordre et des traditions….

                  C’est a dire l’essence même de la droite tout comme la défense de la nation.

                  • @Foutaise :

                    La droite réactionnaire (ordre, tradition, nation) … ca c’est la définition gochiste de la droite, qui n’a absolument rien à voir avec la définition fondamentale de la droite et de la gauche:

                    – la droite est pour la séparation stricte du gouvernement et de l’Etat : le gouvernement, l’exécutif est soumis à un contrepouvoir qui n’est pas le peuple, mais la direction de l’Etat qui est un rôle moral et qui est restreint : le Roi chez les royalistes, le monarque élu chez les bonapartistes, le Droit chez les républicains (cour suprême, assemblée des sages …)

                    – la gauche est pour la fusion de l’Etat et du gouvernement : le seul contrepouvoir est le peuple, ce qui peut à l’extrême supprimer l’Etat : anarchisme, communisme, socialisme sont des systèmes politiques qui tendent à faire disparaitre la notion de pouvoir pour la redistribuer au peuple : l’Etat appartient au peuple, est le peuple, pour le peuple.

                    (à noter que l’ordre est revendiqué comme valeur principale par tous les partis de gauche – pour les anarchistes, l’anarchie est l’ordre ultime : l’ordre sans dieu ni maitre – et que pour la gauche, la nation appartient au peuple et la tradition est populaire)

                    Le FN est un parti d’extrême gauche dans sa présentation.

                    Maintenant si il est vraiment d’extrême droite, c’est qu’il revendique secrètement la mise au pouvoir d’un dictateur en faisant miroiter au peuple la mise en place d’un ordre populaire, c’est donc une mafia familiale.

          • « En 1986, une partie des 35 députés FN étaient des anciens du CNIP. »

            Jean Marie Le Pen est lui même passé par le CNIP donc cela ne m’étonne pas, d’ailleurs il n’y a pas que les élus du CNIP que le FN a dut pomper leurs électeurs ont sans doute suivis.

  • Le FN est le seul parti qui défend l’identité de la France.
    Cette identité est gravement mise en péril. Maintenant tout le monde s’en rend compte.
    C’est pourquoi le FN sera a l’Élysée dans moins de 10 ans.

  • Lors de leur dernière visite en Israel, le président et Fabius de sont rendus en Palestine et lui ont offert 200 Millions d’Euros. On est au moins sûrs que MLP ne donnera jamais nos sous au Hezbollah.
    Cette fois ci JMLP dans sa déclaration, explique le détail et donne le détail de tous les détails en finissant : les chambres à gaz : une horreur !
    Mais les merdias veulent couper alors ils coupent et changent le contenu d’une déclaration, heureusement nous avons encore le pouvoir de réécouter et de se faire notre opinion.. profitons-en , Internet les dérange..
    Par contre l’extrême gauche à la gauche du PS qui encense le Vénézuela et ses exécutions d’opposants, l’emprisonnement expéditif… Formidable, pas de choking, pas d’interrogations. de nos merdias, d’ailleurs Mitzy Capriles la femme du maire de Caracas « embastillé », qui a été invitée dans toutes les TV d’Europe a été boudée chez nous. La video du ministre Vénézuélien disant qu’il aimait le bruit que faisaient les têtes des opposants quand elles éclataient sous les balles de exécutions , car l’opposant a la tête vide… On a toute une gauche qui soutient ces gens-là !!!

  • Mr Le Pen disait :il y aura encore des guerres : à quoi pensait t’il?

  • la gauche et le front national qui disent que les immigrès, c’est de faute à Sarkozy
    Mme LePen va t’elle soutenir Bachar El Assad contre daesh

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Eric Zemmour
0
Sauvegarder cet article

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

🔴🎥 La réaction des militants d’Éric #Zemmour - éliminé au premier tour - lorsque Jean-Luc #Mélenchon a pris la parole hier soir.@QOfficiel pic.twitter.com/T56ZFpexHO

— Élections 2022 🗳 | #JeVote (@2022Elections) June 13, 2022

Porté par des sondages ... Poursuivre la lecture

Comme à chaque élection, dans les états-majors des partis politiques, c’est un peu « l’école des fans » : tout le monde a gagné : Nupes, Ensemble!, Rassemblement national… Dans les médias (de plus en plus déconnectés de la réalité), on s’étonne du taux d’abstention de ces législatives 2022. Alors, pas de blablas, des résultats…

 

Au moins cinq gagnants aux législatives 2022 : les candidats élus ou réélus dès le premier tour !

Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit obtenir 50 % des suffrages exprimés – qui désig... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles