La Poste expérimente la livraison à domicile avec Geodrone

Si Amazon (Prime Air) et DHL (Paketkopter) expérimentent la livraison à domicile par drone, pourquoi pas la Poste ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Poste expérimente la livraison à domicile avec Geodrone

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 mars 2015
- A +

Par Charles Bwele.

Depuis l’automne 2014, sa filiale Géopost teste le Geodrone, un appareil doté de 6 rotors électriques transportant un colis (40 x 30 x 20 cm) de 4 kg sur une distance maximale de 20 km. L’expérimentation a lieu au Centre d’Études et d’Essais pour Modèles Autonomes (CEEMA) à Pourrières, dans le Var. Le vol aller/retour et la livraison complètement autonomes du Geodrone sont suivis par une station de contrôle qui peut le reprendre en main en cas de dysfonctionnement ou d’urgence.

À l’image du Paketkopter (DHL) desservant l’île de Juist au nord de l’Allemagne, le Geodrone sera d’abord et surtout destiné aux zones éloignées et/ou isolées (arrière-pays, montagnes, îles, etc) et aux situations d’urgences (catastrophes naturelles, risques sanitaires ou industriels). Toutefois, votre facteur a encore de beaux et longs jours devant lui, le survol des zones urbaines étant interdit par la loi française et le vol des appareils sans pilote demeurant fortement réglementé.

En effet, toute société souhaitant utiliser des drones à des fins logistiques ou commerciales doit préalablement recevoir l’aval de la direction générale de l’aviation civile (DGAC) et consulter le ministère de la défense… qui n’a pas mâché ses mots lors d’une session parlementaire en mi-2014 :

« En effet, les garanties en matière de sécurité aérienne ne seraient par hypothèse pas suffisantes au regard notamment des conditions d’utilisation des aéronefs militaires et des aéronefs d’État qui peuvent être amenés à évoluer à basse altitude au titre des missions militaires ou de service public, d’assistance ou de sauvegarde des personnes qu’ils accomplissent. Des drones commerciaux […] partageraient alors le même espace aérien que les aéronefs utilisés par les services de l’État et ne pourraient respecter le principe « voir et éviter » qui constitue une règle fondamentale de prévention des accidents entre aéronefs. Les risques de collision pour ces aéronefs seraient donc accrus, d’autant plus qu’aucun système, embarqué ou non, n’est en mesure aujourd’hui de les réduire. »

Aux États-Unis, la firme Amazon a du céder face à la Federal Aviation Administration (FAA) et faire une croix sur son projet Prime Air de livraison par drone. Les survols réguliers de sites sensibles (centrales nucléaires, zones militaires, Élysée, Maison Blanche) par de mystérieux drones sont passés par là et la crainte d’une utilisation de ces engins par des groupes terroristes ou criminels imprègne les esprits. Outre les aspects sécuritaires, la Poste doit garantir la livraison à ses clients et protéger ses drones contre les piratages et les accidents. Que faire en cas d’une rupture de liaison avec un drone livreur ou d’un crash sur le pare-brise d’une automobile ?

En réalité, les contraintes du drone de livraison sont quasiment identiques à celles du drone-ambulance : réglementation, sûreté, sécurité, responsabilités, assurances, etc. Malgré sa très rapide évolution technologique, la “dronautique” professionnelle/commerciale doit encore gagner en maturité économique et juridique. Question à basse altitude : comment forger de véritables retours d’expérience en étant soumis à une réglementation un peu trop corsetée ?

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Il monte livrer à l’étage par la fenêtre, résiste aux tentatives d’appropriation par le voisin chasseur et ne donne pas le colis à votre femme si vous êtes en instance de divorce ?

    • Je parie mes premières chaussettes qu’on verra bientôt apparaitre des boites aux lettres « intelligentes » sans lesquelles les drones « livreurs » seront bloqués dans la majorité des applications pratiques.

      • On peut en effet imaginer une forme de piste d’atterrissage avec des LED que le drone utilise pour se positionner, ça sera pratique pour livrer à la fenêtre désiré dans les immeubles ou en hauteur dans les maisons (à la fenêtre de l’étage).

        • Je pense plus exactement à ce genre de choses : http://www.4erevolution.com/skynet-livraison-drone/

          Je n’avais pas connaissance de ce projet, mais il suffisait de demander à l’ami google.

          C’était vraiment évident de toute façon qu’on ne peut pas se contenter de déposer le colis par terre, pas plus qu’on ne peut se permettre que le drone poireaute, encore moins en sur place en attendant le client.

          Ajoutons à ce manque critique les inserts sous after effects dans une vidéo pour un projet qui en est au niveau zéro ou presque, avec des caractéristiques visiblement bidonnées (Balancer le poids max et l’autonomie sans donner la masse de batteries embarquée, ce n’est juste pas crédible) , et on aboutit à un projet tape à l’œil dont le seul objectif est de faire le buzz et attirer des capitaux, sans aucun intérêt réel.

          • A la fin des années 50 la poste annoncait la venue proche de … fusées postales (à l étude depuis les années 30). On les attend encore… Donc les drones porteront le courrier soit dans les années 2050, soit, bien au point avant cette date, ils seront interdits pour plein de bonnes raisons …

              • Bonnes raison? c’est moqueur! Entendre par là toutes les chicaneries qu inventent les administrations pour empêcher quelque chose (le bruit, la pollution visuelle, le risque d accident, que cela sera exploité par quelqu un qui n est pas un copain du pouvoir, parce qu on a pas pu encore mettre une taxe etc .. j en passe mais pour pouvez certainement allonger la liste!).
                additif: parce que Bruxelles ne veut pas, parce que les drones seront fabriqués en Chine, parce que cela fait tourner le lait des vaches, cela détraque le temps, Vient de sortir: parce qu il faut 2 pilotes à bord !
                Oops j oubliais cela servira aux terroristes / les riches s en serviront pour amener leur argent en suisse / cela aidera à propager les épidémies de grippe …
                N’oubliez jamais (c’est pas de moi, mais j’approuve): Un problème survient ? L’État légifère ! Le problème empire ? L’État l’interdit, pardi! Et s’il ne peut pas l’interdire ? Eh bien, il le taxe ! Et forcément, ensuite, ça marche mieux. Forcément.

                • Belle démonstration. Je n’était pas sur de ce que vous entendiez par « bonne raison » et j’ai cru que c’était pour lancer un débat sur cette technologie.

  • bonjour, je réclame votre indulgence pour ma récurrente question (au raz des pâquerettes de mon gazon) :
    Quid de la législation du survol de l’habitat ,qu’il soit urbain ,pavillonnaire ou rural ?
    Autrement dit : Tout un chacun n’est peut-être pas disposé à « tolérer  » qu’un drone non identifié fasse du stationnaire insistant au-dessus de son domicile et dépendance diverses .

  • ça n’a d’intérêt que quand la voie terrestre est impraticable. C’est rarement le cas chez nous, et plus généralement la très grosse majorité de la population habite près d’une rue (en ville !).
    Il y aura des drones, c’est sûr. Mais ce seront des drôles roulant (une google-car pour paquets) bien plus que des drones volant

    • Les drones volants peuvent pourtant livrer plus rapidement (pas de problème de trafic), plus surement (pareil, plus le fait qu’il sont difficile a arrêter) et pour mon cher (pas besoin que le drone fasse la taille d’une voiture).

  • L’information selon laquelle Amazon a été interdit par la FAA est fausse.
    Amazon a bel et bien commencé ses tests avec l’accord de la FAA.
    Voyez ici
    http://jlduret.blog.sfr.fr/2015/03/les-livraisons-par-drones-avancent.html

  • cette application est totalement débile , le courrier n’a pas besoin de transport quand aux colis….allez donc faire voler la camionnette chonopost !

  • C’est marrant de coller le préfixe « geo » devant un objet sensé volé non ?
    Avec les pros de la poste on va se les prendre sur la mouille, c’est couru d’avance et ça fera une bonne raison d’interdire. En plus où voulez vous qu’ils rangent les files d’attente ? 😀

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
tourisme spatial
0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Brisson.

Le tourisme spatial est sorti de la science-fiction pour devenir une possibilité tangible. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont les grands capitalistes anglo-saxons qui sont en train de l’offrir au public.

Précisément les deux en lice sont Jeff Bezos avec Blue Origin et Richard Branson avec Virgin Galactic. Mais Elon Musk est derrière, on ne peut pas dire dans l’ombre car Elon aime la lumière. Il travaille et développe l’outil qui risque bientôt d’écraser ses concurrents.

Mais au-delà de l’anecdote,... Poursuivre la lecture

Par Olivier Laurent.

À chaque innovation technologique, la même blague revient, qui ne semble pas avoir pris une seule ride :

Les Américains inventent, les Chinois copient et les Européens légifèrent.

Malheureusement, les technologies d’Intelligence Artificielle n’échapperont pas à cette règle.

Les progrès technologiques sont tels que l’on peut désormais parler de science-fiction sans rougir quand il s'agit d’intelligence artificielle. Des programmes toujours plus complexes fonctionnant sur des processeurs toujours... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Le déconfinement est le rêve de nombreux Français. Mais avant qu’il soit possible de retrouver un semblant de « vie d’avant », il importe à de nombreux politiques, Emmanuel Macron le premier, de bâtir le « monde d’après ». Et dans le monde d’après, il y aura peu de place pour la liberté.

Surveillés par des drones

La Loi sur la Sécurité globale vient d’être votée. Si elle a beaucoup fait parler d’elle à travers l’article 24, on a tendance à passer sous silence l’autorisation qui est faite dorénavant de l’usage d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles