Lettre à un jeune révolté

Arrête de perdre ton temps avec des idoles dépassées. Rejoins le camp de la liberté !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre à un jeune révolté

Publié le 21 mars 2015
- A +

Par Gabriel Lacoste.

Youth Culture - Mods & Rockers 1960s - 1970s credits Paul Townsend (CC BY-NC 2.0)
Youth Culture – Mods & Rockers 1960s – 1970s credits Paul Townsend (CC BY-NC 2.0)

 

Salut à toi, jeune révolté !

Depuis plusieurs années, tu es exaspéré de l’emprise de tes parents et des gens qui te disent ce que tu dois faire. Tu débordes de rêves et d’énergie. Tu regardes le monde autour de toi et y vois de grands combats à mener. La pollution, la misère, la méchanceté, l’ignorance, la superficialité et l’hypocrisie se trouvent partout sur ton chemin. Tu décèles chez les plus âgés que tu observes une indifférence aussi confortable que méprisable.

Heureusement, tu as rencontré de braves types dans cet océan de médiocrités, des professeurs cools qui t’ont parlé du Che Guevara, de Marx, de Michael Moore, de Noam Chomsky et de la révolution dans l’histoire. Ils t’ont raconté que le mal vient du pouvoir de l’argent, puis que des masses organisées en syndicats et en associations citoyennes œuvrent partout dans le monde à le détruire. Ils t’ont dit que tu fais partie d’un groupe super puissant : le Peuple. Au même moment, tu as fait la connaissance des grèves étudiantes. Des jeunes comme toi t’ont donné comme mission de délivrer le Peuple de la tyrannie.Tu t’es mis à les fréquenter, t’y faisant des amis, puis une nouvelle copine franchement sympathique.

Tout cela est ringard. Depuis plus de deux cents ans, des jeunes comme toi répètent ce scénario, puis finissent tous comme de vieux croûtons radoteurs.

Laisse moi te raconter la fabuleuse histoire d’un personnage bien plus moderne et branché.

Il est l’ennemi des adultes qui t’ont forcé à t’asseoir dans leur salle de classe depuis ton enfance pour te faire des sermons moralisateurs et t’imposer des épreuves dont tu ne comprends pas l’utilité. Il est détesté par les tous les bien-pensants de la société qui le décrivent comme méchant, sournois, rusé, désordonné et effrayant afin d’éloigner les curieux. Ses adorateurs sont dépeints comme les membres d’une secte occulte, version satanique de l’an 2000. Selon eux, ce personnage est à l’origine de toutes les catastrophes. Il a le pouvoir de dérégler les océans, de contaminer les airs, de causer des guerres, d’augmenter le crime, d’entasser des gens dans un coin, puis de les laisser mourir de faim. Afin de te le prouver et te convaincre, ils emploient des grands mots, te racontent des anecdotes terribles à son sujet, puis te montrent d’impressionnantes courbes sur un graphique. Tu n’y comprends pas grand-chose, mais ils ont l’air franchement sérieux et révoltés.

Ne le répète pas trop fort, car c’est dangereux, mais j’ai un secret à te confier, ce personnage est le plus cool de tous les super héros. Si les adultes campés confortablement sur leur certitude le détestent tant, c’est parce qu’il les pousse de leur chaise douillette en les incitant à se bouger le cul.

En fait, cet être tant détesté est comme un père qui veille sur toi, comme un homme vrai sait le faire. Il ne te raconte pas d’histoire. Il te dit la vérité en pleine face, même si tu ne veux pas l’entendre. Si tu te trompes, il te laisse en faire l’expérience plutôt que te réconforter pour être gentil. Il souhaite ta liberté, et te rend responsable d’elle en affichant clairement son prix et les conditions pour y accéder. Sa franchise te rend plus fort. Son respect absolu du droit des autres te rend plus à l’écoute et plus généreux. Oui, le suivre est difficile au début, mais avec le temps tu y gagnes beaucoup plus qu’en te fiant à n’importe quel autre baratineur. Il n’a pas de réponses toutes prêtes à tes questions, mais t’encourage à les découvrir toi-même. Il ne prétend pas que tous tes désirs puissent être satisfaits. Il admet que certaines choses sont hors de son pouvoir et du tien. Il se présente comme étant humain, avec ses défauts. Parfois, il ne te viendra pas en aide, mais ne te mettra pas des bâtons dans les roues. Il respecte ta volonté comme une loi sacrée, tant qu’elle n’empiète pas sur celle des autres. Il est présent autour de toi. Il était là dans le passé. C’est grâce à lui que nous pouvons manger, nous déplacer en voiture, discuter sur internet, accéder facilement à de l’eau potable et jouir d’autres commodités. De tout temps, des groupes puissants se sont mobilisés pour le dompter, le contrôler et le diriger. Cependant, ils n’y sont jamais parvenus, car il est plus fort que tout.

Il a un nom : le marché libre. Abandonne ta bande de ringards, puis joins-toi à lui. Ensemble, nous renverserons l’ordre établi.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • C’est bien essayé, mais ça sonne encore assez fort « aumônerie de collège ». Vous savez ce petit groupe qui se réunissait à la fin des cours, dans une salle recluse. Non, ce n’était pas les gens les plus « populaires », d’ailleurs eux-même ne s’en vantaient pas !
    C’est très difficile ce que vous tentez de faire « vendre de la responsabilité », encore plus à des jeunes !
    Les adultes n’en sont pas tous capables et en ont encore moins envie, alors des d’jeuns …..

  • Pas mal, on dirait Palpatine dans la Revanche des Sith qui essaie de convaincre Anakin de rejoindre l’autre côté de la Force.Vous attribuer des valeurs bien trop humanistes au « marché libre » d’aujourd’hui.
    En fait ce que vous vendez est aussi utopique que le paradis maoïste qu’on servait à la jeunesse des années 60 et 70.
    J’ai un peu du mal à concevoir le marché libre tel que vous le présentez en dehors de la microéconomie.Un terme plus pertinent serai la libre d’entreprise je pense qu’elle ferait plus sens.

    • raphy: « Vous attribuer des valeurs bien trop humanistes au « marché libre » d’aujourd’hui. »

      C’est surtout le marché pas libre qui n’est pas humaniste du tout.
      Quand on a compris tout le mal que le manque de liberté fait aux humain, on a compris 90% de l’économie.

      raphy: « En fait ce que vous vendez est aussi utopique »

      Non, si vous croisez les liberté économique avec la liberté civile vous obtenez tout en haut les meilleurs pays du monde pour les humains, et ce sont des pays libres:

      Indice de démocratie – Classement des pays
      Indice liberté économique – Classement des pays
      Indice liberté de la presse – Classement des pays
      Indice de la charité – Classement des pays
      Indice de la corruption – Classement des pays

      • Oui que « le marché pas libre ne soit pas humaniste du tout » on le savait déjà mais, que le marché libre tel que le conçoit l’auteur soit majoritaire sur notre planète actuellement j’en doute très fortement voyez-vous.
        Quand aux divers classements que vous citez je ne les réfutent pas mais c’ est fondamentalement les même depuis quelques années sans évolution notable ce qui dessert le désir de l’auteur de promouvoir sa « révolution » comme il le souhaite.
        Je suis historien est le mot révolution me laisse quelque peu dubitatif sur le plan économique quand il englobe aussi une dimension politique.La liberté économique ne se réduit pas pour moi aux taxes, à l’ impôt et aux normes.0 norme elle doit s’étendre aussi à la politique économique est monétaire. Le libre marché devrait également concerner les Etats et pas seulement ceux d’une zone monétaires commune. En fait depuis 1971 le marché libre n’existe plus enfin il peut paraître libre pour ce qui en profitent et moins pour une majorité.
        Le marché libre pourrait s’imposer si certains pays n’exposaient à la face du reste du monde les aspects négatifs de leur politiques monétaires.
        Le Consensus de Washington est un exemple flagrant de la manière dont on a voulu donner une conception étroite du marché libre, on en voit le résultats aujourd’hui,l’inflation est transférée des zones économiques encore développées à celles encore émergentes. Je ne pense pas que les américains soient si pressés et enthousiastes que ça remonter les taux de la FED. Le dollar restant la 1ère monnaie d’échanges l’on sait parfaitement que la remontée des taux directeurs va se répercuter au niveau des pays émergents comme quand la fin du QE a été annoncée. Ca c’est hélas la réalité.

        • dsl pour l’orthographe douteux 🙂

        • raphy: « c’est fondamentalement les même depuis quelques années sans évolution notable »

          Des pays montent, d’autres descendent… comme la France. Sa 20eme place à l’idh elle l’obtient à crédit, et quel crédit !

          Sur les problèmes on est d’accord, mais le marché « beaucoup plus libre qu’ailleurs » existe dans les pays qui sont libéraux. Grosso merdo on ne parle pas « d’idéal » mais de « moins mauvais »…

  • La liberté d’entreprendre, de construire, est son autre nom, celui d’une force collective et individuelle qui crée pour le bien de tous. Je fais un métier ou j’observe tous les jours qu’on se fait du bien quand on fait le bien… Le monde n’est plus réglé par le politique… Je suis d’accord, la révolte ne sert plus a rien …

  • Joliment fait cet inversement de perspectives. Juste une question que je me pose personnellement depuis longtemps au cours de mes réflexions : la constitution de groupes puissants ou non, de natures diverses (éco, politiques, culturels, etc..) que vous décriez dans la partie 1, ne fait-elle pas partie du prix à payer pour le libre marché que vous évoquez dans la partie 2 ?
    Autrement dit, votre vision n’est elle pas utopique dans le sens où un groupe quelqu’il soit émergera toujours dans la société et tentera de la modeler ?
    A mon avis vous êtes un peu trop focus sur le pouvoir politique tout comme ceux que vous attaquez en P1 sont trop focus sur le pouvoir éco.

    • Vous savez raison, il y aura toujours des criminels, des voleurs, des escrocs. Et alors? est ce une raison pour arrêter de lutter contre eux? ne doit on pas au contraire lutter avec acharnement pour réduire autant que possible le nombre et l’influence de ces prédateurs? Il en est de même pour les bandes de criminels organisés qui nous dirigent, qui nous oppriment et dont le seul but est d’augmenter leur prérogatives au détriment des individus. Il est de notre devoir de les combattre, par la violence s’il le faut car il s’agit en l’occurrence de légitime défense. Oui chaque jour notre liberté est piétiné, notre propriété est violé et notre responsabilité pervertie, il est grand temps de se révolter et de reprendre ce qui nous appartient depuis toujours, notre vie.

  • Tout dépend de ce qu’on attend par politique si on l’assimile à la capacité de prise de décision et d’action des élu pour « changer les chose » clairement. Mais la politique en tant que que jeux d’acteurs, d’influence et de pouvoir primera encore pour de longue années sur l’économie. De toute manière toute prise de décision économique qui impacte le citoyen est par nature politique.

  • J’ai 22 ans, j’ai étudié en long en large et en travers les idéologies multiples en passant successivement par le communisme, le capitaliste, et lultra libéralisme et aujourd’hui je vais voter FN. Je vous invite à prendre ma place, dans le train, dans le bus, en sortie de soirée, au sport, à Lyon ou à Saint-Etienne, et vous comprendrez alors mon choix et celui de beaucoup de gens partout en France. Je ne rejoins pas les idées économiques du FN, mais je fais le même constat qu’eux, et je ne suis pas le seul, concernant l’immigration et ses conséquences. D’un point de vue théorique déjà, j’en suis arrivé au constat que des gens d’origines, de couleurs, et de cultures différentes n’arriveront jamais à s’entendre sur la durée. Toutes les phrases de bobo bien pensant qui consistent à dire que le mélange des cultures est une richesse sont des foutaises. IL n’y a qu’à regarder la composition des groupes d’amis chez les jeunes: cela se fait à 80% selon l’origine, et ce la se renforce dès qu’il s’agit d’aller faire la fête. Alors oui, la liberté est une valeur importante, mais la sécurité en est une encore plus importante. Et ce ne sont pas les discours politiques qui me font arriver à ces conclusions, mais bien le vécu. Et ce n’est pas d’un bureau qu’on peut faire ce constat, mais en allant tous les jours dans les bas fonds d’une ville: transports en communs, banlieue, sorties de nuit, etc.. Alors merci pour vos conseils, mais quitte à me voir moins libre, je préfère que ma famille soit en sécurité avec une police forte. Je voterais donc fn prochainement, sortez de votre train de vie « bureau-voiture-appartement » pour un plus folklorique « travail manuel dnas le secteur primaire-bus ou metro ou train-arrêt en banlieue » et nous reparlerons du libéralisme et de la liberté. Cordialement

    • Vous êtes fort, très fort, bravo ! Ou alors très faible ?

      Personnellement j’ai 40 ans. Je n’ai étudié que le libéralisme « à fond » et je suis encore loin d’avoir étudié cela « en long en large et en travers ». Mais je ne suis qu’un crétin sous éduqué avec seulement deux doctorats.

      Et la sécurité au prix de la liberté, c’est une illusion. Demandez aux Russes sous Staline, Allemands sous Hitler, Cubains ou Nord Coréens, etc. leur « sécurité » n’était que par rapport aux délinquants. Mais les camps étaient pleins, les prisons aussi et ça pouvait tomber sur n’importe qui. Si vous êtes libre vous pouvez assurer votre sécurité, choisir les amis, les lieux, les activités où elle est présente. Que ça soit d’un point de vue « ressenti » ou « mesurable ».

      Donc il est peu probable que je vote pour des socialistes (fussent-ils bleu marine ou bleu blanc rouge). Mais les autres ne sont pas mieux. Peut-être même pires. Mais l’abstention est toujours interprétée par les média (et donc les politiciens et leurs conseillers) comme étant une « demande de plus de gauche ». Tout comme le vote FN, d’ailleurs.

      Bref, je crains que le seul vote non interprétable comme une demande de plus de socialisme soit le centre, et encore.

      50% de vote blanc, et quelques abstentionnistes… ça soulèverait au moins les questions qui s’imposent.

    • Je comprends bien que la lassitude des discours politiques amènent à voter FN. Je sais bien qu’un jour ou l’autre un raz de marée FN prendra le pouvoir. Et la faute sera bien à tous ceux qui auront mis un mouchoir sur les problèmes sans jamais reconnaître l’existence de la réalité qui grandissait dessous.
      Mais franchement lorsque Marine sera à l’élysée, quelle sera la part de ses promesses qu’elle sera en mesure d’appliquer ?
      Si le FN veut commencer par étouffer l’économie comme il semble vouloir le faire en promettant plus d’aides sociales et moins d’échanges économiques, comment vont-ils mettre en place la « police forte » ? Avec moins de moyens et plus de gens irresponsables ?
      D’autre part il ne faut pas jeter tout le monde dans le même sac, j’ai eu à côtoyer des gens de toutes origines dans ma vie professionnelle. Parfois on peu être bluffé par des gens dont ne soupçonne pas les capacités. J’ai eu à faire à la délinquance aussi. Des vols de gazoil de fils de cuivres qui indiquent généralement les gitans …… Sauf sur les images de la vidéo-surveillance …. (Mais la gendarmerie n’a pas tenu cas de ces « preuves ») …. La vie réserve beaucoup de surprises ! Les formules « simples » sont souvent simplement fausses.

    • Je ne pense pas pouvoir te convaincre de voter pour un autre parti que le FN en quelques lignes, ce que je peux te dire est que j’ai moi même 50 ans et j’ai pensé comme toi bien des années, aujourd’hui je très optimiste sur le monde qui se dessine, ou plutôt qu’on est en train de dessiner, et ce ne sera ni avec le FN et ni avec les autres formations politiques… ce qui se joue dépasse les frontières et l’envie de construire est plus importante que celle de détruire. Tu veux que l’immigration essentiellement africaine soit stoppée, alors il faut les aider à se développer, c’est la puissance manufacturière de demain, avec leur démographie galopante et la richesse de leurs sols. Ce continent qu’il faut éclairer sera notre croissance de demain, il faut soutenir le projet de Borloo qui fait de la vrai politique. Il faut tout construire ou reconstruire, les lobbying vont perdre leur pouvoir fondé sur le savoir qui devient internationnal, connecte toi sur TEDx et regarde ces conférence de 20 mn gratuitement sur Internet et rends toi compte de ce qui est en train de se passer… ça fout des frissons… Je suis un pionnier dans l’accompagnement des personnes âgées, je forme les soignants aux problématiques de troubles du comportement des personnes atteintes de maladie neuro dégénératives de type Alzheimer… dans ce domaine tout est à faire et c’est pour demain : en 2000 il y avait 6 millions de personnes âgées de plus de 75 ans elles seront 12 millions en 2030 et rien n’est prévu pour l accompagner dans de bonnes conditions les 10% d’entre elles qui seront dépendantes psychiquement et pourtant le politique savait dès 1955 que ce problème se poserait. Pourtant, tout change et tout va très vite grâce aux initiatives privées qu’on constate dans le monde entier Japon, Amérique du sud, Europe …

    • D’accord, vous n’aurez ni la securite, ni la liberte.

    • L’exemple de la Suisse ,des USA et de la grande majorité des pays du monde sont un contre argument à votre raisonnement.

    • ge: « j’ai étudié en long en large et en travers les idéologies multiples en passant successivement par le communisme, le capitaliste, et lultra libéralisme »

      On sent l’étude fouillée effectivement. Il y a des livres et des penseurs « ultra-libéraux » !?

    • Les problèmes liés à l’immigration sont des problèmes posés par l’éloignement des valeurs libérales.

      Si vous offrez aux gens un logement gratuit (HLM), une couverture santé collectivisée, des allocations pour manger et s’habiller, il faut alors des frontières avec aux frontières des murs en béton, des barbelés, des miradors, des champs de mine, des gardes-frontières armés.

      En revanche dans une société libre où les salariés reçoivent leur salaire complet (le double de leur actuel salaire net), ils peuvent librement s’assurer pour leur santé, épargner pour leur retraite, et s’offrir un logement.
      Dans ce cas là, les immigrés qui viennent en France sont seulement ceux qui désirent travailler et s’assumer.

      Le socialisme est forcément totalitaire, puisque que la redistribution implique de voler les uns pour s’acheter les votes des autres (Impôts vs allocations)

    • Qu’est-ce qui vous fait dire dans le programme du FN qu’il y aura plus de sécurité ??? Nous n’avons pas d’autres choix que de vivre ensemble pour le meilleur et pour le pire.


  • (bâillement)

    et demain, tu votes ?

    (soupirs)

  • Bien écrit, bien dit…. mais peut-être un peu daté ?

    « salut à toi jeune révolté » (et le peuple khmer ?!!)… Les béru c’est très années 80, le jeune de 2015 risque de rater la référence.
    Il se pense également « par delà le marxisme et les révolutionnaires brutaux du passé ». Il ne les connais d’ailleurs pas, sa critique du « capitalisme » et de la « liberté » et du « marché » n’est pas théorique, pas du domaine du « cool » et de la « bande » mais de la moraline pure, du concentré d’émotions basiques et supposées universelles. « je préfère être pauvre -en fait je n’ai aucune idée de ce que ça veut dire- plutôt que de devoir mon bien vivre à quelque chose que quelqu’un, quelque part, pourrait peut-être, un jour, qualifier de méchant ».

  • Il faudrait définir, c’est quoi le marche libre ?

    Le marché des finances anglo-saxons ?

    Ou une mondialisation très boîteuse ?

    • Hé non.
      Vous vous êtes déjà répondu.
      Un marché (endroit où se rencontrent les gens qui veulent vendre et ceux qui veulent acheter, ainsi que tous ceux intéressés par des informations. L’endroit peut-être physique et ponctuel, ou symbolique et diffus).
      Libre (il n’y a pas de contrainte, chacun fait ce qu’il veut, tant que cela ne contraint pas les autres… physiquement s’entend, et de façon démontrable).

  • Gabriel Lacoste, vous êtes conscient du fait que vous n’argumentez absolument pas ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

droit des étrangers
1
Sauvegarder cet article

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou "cupide" dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n'a pas d'intérêts homogènes

Le peuple n'a nulle part des intérêts homogènes. Certains... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles