Les vices économiques du bricolage

Peindre ou ne pas peindre, telle est la question…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vices économiques du bricolage

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 mars 2015
- A +

Par Vesselina Garello.

Drill credits Sam M Livingston (CC BY 2.0)
Drill credits Sam M Livingston (CC BY 2.0)

 

En aidant un très bon ami à repeindre sa maison ce week-end, j’ai eu le loisir de réfléchir aux conséquences surprenantes de l’excès de charges sociales et de fiscalité.

L’ami en question est un cadre dirigeant qui gagne assez bien sa vie, mais voyez-vous, pas suffisamment pour se permettre d’engager quelqu’un pour lui faire ses peintures. Et pour cause – tous les devis qu’il a faits lui proposaient de se délester de la coquette somme de quatre à cinq équivalents du SMIC, donc grosso-modo du montant de son salaire mensuel, pour réaliser des travaux qui, pour le prestataire, équivaudraient à deux ou trois jours de travail. Perplexe devant cette anomalie, il a comme la plupart des Français qui ont eu à faire ce choix, décidé de garder son argent et de se lancer, au frais de quelques pots de peinture, dans l’entreprise peu gratifiante de remise en état de sa maison, faisant appel au passage à ceux de ses amis désireux de développer un sens aigu du sacrifice.

Peindre ou ne pas peindre, telle est la question

Il est facile de comprendre les raisons de cette situation qui ne résident ni dans l’avidité extraordinaire des artisans, ni dans une technicité exceptionnelle requise pour exécuter les travaux manuels, mais dans le fait que la moindre heure travaillée en France et le moindre euro gagné sont écrasés sous le poids des charges sociales et fiscales que nous impose l’État.

Ainsi, si nous restons dans le cadre légal du travail déclaré, un bénéfice de 100 euros est imposé à hauteur de 30 à 70 euros de charges sociales (URSSAF, CFE, RSI…) et de fiscalité. Si on se place du côté de l’artisan, il sera donc obligé de demander à son client un prix gonflé par toutes les charges et impôts qu’il devra lui-même payer.

Du côté du client, deux options se présentent :

1. Il peut travailler X heures pour gagner Z euros, sur lesquels il devra payer des cotisations sociales exorbitantes et son impôt sur les revenus, afin d’engager un artisan qui refera ses peintures au prix d’or.

Ou bien

2. Il peut essayer de faire le travail lui-même, évitant ainsi à la fois de reverser les taxes et cotisations sur les euros supplémentaires qu’il aurait dû gagner pour payer le prestataire et à reverser les taxes et cotisations comprises dans le devis.

On comprend aisément, vu l’importance des montants en jeu, qu’à chaque fois que les Français seront devant ce choix, ils vont systématiquement choisir d’effectuer les travaux eux-mêmes et ceci même si cela va leur prendre beaucoup plus de temps et d’efforts qu’à un professionnel pour un résultat bien souvent de moins bonne qualité.

Vous pouvez appliquer le même raisonnement à une multitude d’activités frappées par le même phénomène de surtaxation : les déménagements, le ménage, le jardinage etc. sont des domaines dans lesquels la grande majorité des Français essaie de se débrouiller tout seuls, plutôt que de louer les services d’un professionnel. Le développement extraordinaire des grandes surfaces de bricolage ces dernières années en témoigne.

En dehors du fait qu’à force de peindre les plafonds chez mon ami j’ai des courbatures un peu partout, ce phénomène me gêne à plusieurs titres.

Plus de charges = moins d’emplois et mauvaise allocation des ressources

bricolage rené le honzecTout d’abord, son impact négatif sur la création d’emplois est évident : moins de charges sociales et fiscales sur le travail auraient permis à plus d’artisans et de professionnels libéraux de trouver une clientèle en mesure de se payer leurs services.

Au-delà de ce premier effet qui est je pense évident pour tout le monde, il y a la perte sociale induite par le fait que des personnes comme mon ami dont la productivité est beaucoup plus élevée ailleurs, sont contraintes de perdre leur temps à repeindre leurs maisons. Autrement dit, nous avons ici un exemple parfait de mauvaise allocation des ressources : des personnes surqualifiées effectuent des tâches à faible valeur ajoutée à la place d’autres personnes, peu qualifiées, qui se retrouvent au chômage.

Une variante assez étonnante à ce problème réside dans le fait qu’apparemment même en contournant les exigences légales en termes de cotisations et de fiscalité, c’est-à-dire en faisant appel au marché noir (je sais, c’est pas bien), on n’arrive pas à faire beaucoup baisser le prix ou tout simplement à trouver un prestataire. Si cela peut à première vue sembler en contradiction avec l’argument développé plus haut, des explications rationnelles se trouvent néanmoins sans trop de difficulté. Il y a d’abord l’effet pervers qu’exercent les aides et allocations diverses versées pratiquement sans condition aux non-actifs, ce qui remet en perspective pour eux la nécessité d’accepter ou non un travail, même non déclaré. Il y a aussi le fait que l’ouvrier qui travaille au noir devra se procurer les matériaux nécessaires sur le marché « officiel » et donc surtaxé, de telle sorte que le devis semblera élevé au client potentiel, même au noir…

Pour conclure

Je cherche en vain une note positive en guise de conclusion, mais en réalité je pense que les réformes nécessaires pour remettre tout ceci en place et retrouver les prix réels et cohérents des services sont si gigantesques pour les nano-politiques qui nous gouvernent, qu’il ne faut pas trop compter là-dessus. Françaises et Français, tous à vos pinceaux ! Monsieur Bricolage a de beaux jours devant lui…

Voir les commentaires (93)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (93)
  • Autre solution pour avoir une carte CNAM pour pas cher:
    – 400 heures par an de chèques CESU “petits travaux de bricolage” et “assistance administrative”… à ventiler par tranches de 2 heures, quitte à avoir un peu de chèque fictifs dans le tas.
    – être actionnaire majoritaire non-salarié de sa SAS
    – placer un gérant conciliant non-actionnaire et intouchable au yeux du fisc (une mamie au minimum vieillesse par exemple)

    • Oui, sauf que le régime fiscal et social des dividendes n’est pas exactement mirifique, surtout si on tape dans l’IS à 33,1/3%… Et le fait de ne pas être officiellement dirigeant coupe d’un tas de trucs sympas pour éluder l’impôt.

    • Excusez-moi pour les fautes.. Le CESU permet d’avoir tous les avantages des salariés y compris sur les carences et l’assurance retraite/chômage: http://www.cesu.urssaf.fr/cesweb/simucoti1.jsp

      l’IS est bien plus faible que 33% en général, et il faut tout faire pour l’avoir AUCUN bénéfice, quitte à investir dans de l’immobilier ou d’avoir des frais de marketing d’une boîte au Delaware. Et puis la boite a besoin d’une voiture, d’un logement, d’une cafetière, de costumes de travail, etc… 😉

      • 2400€ par an ? C’est plus cher que la cotisation minimale du RSI, et vu le montant cotisé, l’indemnité chômage est quasi-nulle. Pour la voiture, regardez du côté des IK, c’est plus avantageux que de déduire les frais réels. Sinon, d’accord pour le reste 😀

      • Il faut répéter que la France est un paradis fiscal pour les petits malins. Ceux qui se font avoir dans l’histoire sont les salariés à 1,5 fois le SMIC où les artisans qui font passer leurs revenus par les régimes sociaux.
        Mais chuuuutt, le modèle social que le monde nous envie ne tient que grâce à ces esclaves.

  • Excellente analyse et bien écrite autour de l’anecdote du WE! ( l’Arnica est votre ami…)
    Effectivement l’essor exceptionnel en France des Grandes surfaces spécialisées dans le jardinage et le bricolage comme la « mode » du DIY relevent plus d’une adaptation des francais à l’organisationlsociale qui leur est imposé par l’ideologie collectiviste héritée des coco qu’à la structuration naturelle des relations humaines ou l’économie joue un role majeur.
    Mais que voulez-vous, dans le camps du bien l’argent c’est sale, nous devons tous être égaux et échanger des grains de sels ou des petits coquillages roses uniquement pour les produits de premiere nécessité. ..
    Tout le reste doit être confisqué et géré par notre super Etat nounou pour financer le merveilleux système de « protection social » que le monde entier nous envie…
    J’ai du mal à comprendre que vous puissiez être élue en France avec autant de bon sens? Vous etes passer en douce vous, la 5ieme colone libérale? ^^

  • Mais mais mais… Une élue de la république, avouant frauder le fisc !
    Car ce que vous pensez être de l’entraide, n’est en vérité que de la fraude fiscale ! En effet, l’échange de services est, d’après le Code Général des Impôts et le Code de la Sécurité Sociale, une double prestation taxable. Heureusement, je vois déjà les garants de notre protection sociale s’approcher de votre porte…

  • « dans l’entreprise peu gratifiante de remise en état de sa maison, faisant appel au passage à ceux de ses amis désireux de développer un sens aigu du sacrifice. »

    « Autrement dit, nous avons ici un exemple parfait de mauvaise allocation des ressources : des personnes surqualifiées effectuent des tâches à faible valeur ajoutée à la place d’autres personnes, peu qualifiées, qui se retrouvent au chômage. »

    « même en contournant les exigences légales en termes de cotisations et de fiscalité, c’est-à-dire en faisant appel au marché noir (je sais, c’est pas bien), on n’arrive pas à faire beaucoup baisser le prix ou tout simplement à trouver un prestataire »

    On ne peut que regretter les distorsions, les opportunités manquées, qui découlent de la législation. Maintenant, vous parez ce discours rationnel d’un collier de préjugés rebutants et contradictoires.

    La peinture, peu gratifiante ? Je pouffe.
    Une relation d’amitié qui sort de la consommation commune, un sacrifice ? Mieux vaut en rire aussi.
    Une faible valeur ajouté de la peinture. ? Ben voyons
    Pas facile de trouver des prestataires au noir ? Ben voilà. Un bon peintre, en qualité et en productivité, c’est du personnel très qualifié, madame. Comme tous les professionnels du bâtiments.

    • @FabriceM : entièrement d’accord avec vos remarques. Le ton de l’auteur est dédaigneux, le pire c’est qu’elle ne se rend pas compte de ce que cela véhicule. Alors même qu’elle évolue dans une profession qui ne sert à rien, ne produit rien…

    • Je respecte votre point de vue… même s’il mériterait d’être exposé avec moins de dédain.

      Mais pour ma part je me reconnais tout à fait dans l’anlyse de l’auteur.
      Je viens d’acheter une maison à « rafraichir », peintures, électricité, salle de bain, cuisine… bref, plein de travaux de bricolages que je pourrais confier à des professionnels.
      Mais après les quelques devis que j’ai reçu, je constate que poser quelques congés, même sans solde, pour faire les travaux moi même est économiquement bien plus rentable !

      Et de mon point de vue, c’est ce genre de décisions individuelles, multipliées par un nombre suffisant d’acteurs économiques individuels, qui illustrent parfaitement le principe du « trop d’impot, tue l’impot » et qui explique une bonne partie du manque de « reprise » de notre économie en général.

      • Sur le fond, je suis d’accord avec l’article (et j’irais même plus loin en remettant en cause l’obligation de fournir une garantie décennale sur certain travaux du bâtiments). Sur la forme, il y a trop de problèmes pour passer l’éponge. Si les libéraux sont des nains politiques, c’est précisément à cause de ce genre d’erreurs.

        Et pour reprendre votre exemple, poser l’électricité dans une maison, ça n’est pas du bricolage. On ne peut pas se permettre de foirer, même un peu, même une fois, sans prendre un risque majeur. Et sauf erreur de ma part, aujourd’hui, pour éviter les problèmes avec votre assurance, il faut que vous fassiez certifier la conformité de votre installation par un expert. Un coût à prendre en compte dans votre calcul.

        • Etes-vous sûr que ce sont les problèmes avec l’assurance qu’il faut éviter ? A mon avis, ce sont ceux avec la commission de l’administration, chargée de vérifier que les spécifications du permis de construire ont bien été respectées et que l’artisan possédait bien l’agrément ad-hoc, et travaillait bien dans le cadre réglementaire. Mon assurance ne me propose pas de réduction depuis que j’ai fait remettre l’électricité aux normes, et mon artisan m’a bien fait remarquer que dans 5 ans les normes auraient changé à nouveau, sans apporter le moindre intérêt supplémentaire pour la sécurité.

          • Mon impression (je ne suis pas professionnel du secteur), c’est que l’administration pose bien plus de problèmes pour obtenir le permis de construire, qu’elle peut interférer avec le projet même (architecture, choix des matériaux, couleurs, etc .. ) mais que la mise en oeuvre, au moins pour les particuliers, est plutôt libre, les éventuels contrôles (sur dénonciation) étant surtout orienté vers tout ce qui est maitrise du travail au noir.

            Pour votre assurance, le fait que la conformité ne soit pas récompensée en elle même n’est pas étonnant. Mais c’est clairement aujourd’hui une stratégie des assurances que de chercher la petite bête pour ne pas payer et/ou simplement gagner du temps afin de délayer les remboursements sur les gros sinistres, dans tous les domaines de l’assurance.

          • Les nouvelles normes electriques ne sont pas toutes idiotes (j’oserais dire « pour une fois »).
            Il y a quelques années les risques de circuits non coupés en cas de courts circuits étaient grands.
            Les circuits étiaient assez mal isolés. Ils étaient mal voire pas reliés à la terre correctement.
            Les choses ont bien changé et ça ne s’est pas fait en un coup.

            Alors certes, on commence sans doute à en faire un peu trop maintenant, je pense, mais l’evolution des normes a eu un interet pour la sécurité et ont sans doute évité de nombreux départs de feu.

            Habitant en appartement, je préfère savoir que le nouveau voisin qui refait son electricité va se conformer aux normes actuelles plutot qu’à celles d’il y a quelques dixaines d’années.

            • De ce que j’ai vu en observant mon électricien, la plupart des progrès techniques seraient de toute façon intégrés sans les normes, sauf que ça serait beaucoup moins l’arnaque pour le client. Dans le coût de la sécurité aussi, la régulation ne fait pas aussi bien que le libre marché.

        • Vous avez raison pour l’Électricité pour une maison neuve mais cette règle ne s’applique pas dans les anciennes maisons que vous pouvez rénover.
          Je suis informaticien mais venant de la campagne et j’ai la « chance  » de savoir tout faire dans une maison car je n’ai pas eu de vacances étant jeune .
          Et donc l’électricité n’a dans une maison rien de compliqué (dire le contraire est vraiment faux)
          Votre meilleur ami pour rénover est le catalogue que leroy merlin distribue. Beaucoup de règles sont incluses dedans.

          Ensuite il faut être honnête, le bâtiment est un métier d’automatismes, rares sont les vrais évolutions dans l’agencement ou dans les matériaux (et surtout leur bon emploi)
          Dire que peindre relève d’un emploi qualifié faut pas abuser non plus, la plus part du temps c’est uni et avec les système de peinture airless faut juste avoir le poignet souple…..
          Par contre certains travaux nécessitent vraiment de l’expérience pour avoir un travail sans fautes ( carrelage, finition placo, …)

          • Dites ça à quelqu’un qui bosse vraiment dans le bâtiment, et vous pouvez être à peu près certain que ça lui fera le même effet que si on vous disait que pisser du code en java pour un site web et programmer un OS en assembleur c’était du pareil au même.

            • Le point sur la valeur ajoutée est pourtant assez simple, non ?

              Tout le monde ou presque est en mesure de repeindre son salon de manière « correcte ».

              Tout le monde n’est pas capable de coder en java ni de faire un site web, même avec WordPress.

              Ce n’est pas parce qu’un métier a une faible valeur ajoutée qu’il est honteux ou ridicule. Faut quand même le faire pour se sentier insulter par l’auteur de l’article quand elle compare le cadre dirigeant au peintre ! C’est comme ça : il est plus facile de devenir peintre que cadre dirigeant.

        • Votre remarque concernant la garantie décennale de 10 ans est très pertinente. C’est l’oreiller de paresse sur lequel nombre d’entreprises se reposent pour gagner de l’argent au dépends de malfaçons.

        • En suisse, le pays le plus libéral d’Europe, le particulier ne peut pas faire par lui même son installation d’électricité.

    • C’est du second degré, voyons !

    • La peinture est peu gratifiante pour celui qui doit s’atteler à cette tache alors qu’il eut préféré faire autre chose de son temps.

      Moi même j’aimerais bien pouvoir me payer une gouvernante, un chauffeur, parce que pour moi conduire et entretenir une maison sont des taches peux gratifiantes consommatrice que j’aimerai employé à des choses utiles, par contre je n’embaucherai pas un cuisinier parce que je trouve très gratifiant de prendre le temps de faire de bons plats.

      Et ce n’est pas parce que l’on sous traite à d’autre des taches que l’on considère comme peu gratifiante que pour autant on refuse le droit aux autres de ne pas aimer ce que l’on déteste faire et de trouver cela extrêmement gratifiant.

  • pour éviter de vous fatiguer le dos, il existe des extenseur de rouleaux, un peu comme un balai…et pensez à utiliser des rouleaux anti-gouttes !

    attention aussi, si un élu passe par ici (par exemple S.Bulot), il en déduira sans doute qu’il y a un manque à gagner et inventera une taxe bricolage

    •  » y a gilooo avec son p’tit accordéon …. tralilalia  »

      il y a aussi les maisons en bois massif ou encore pour les plus timides, le lambris … plus isolant et durable que ces abominables rouleaux de patisserie qui vous retombent sur le nez et qui ne sont jamais en face!

  • Bonjour,
    Je vois l’histoire d’un cadre dirigeant, habitué au pilotage des ‘boards’, qui découvre que peindre c’est pas
    juste une histoire de 3 coups de pinceaux.
    Même ça il n’y arrive pas tout seul et a besoin d’aide.
    Assisté de cadre.
    Comme s’il pouvait pas se donner de son temps, se mettre en congé afin de faire correctement ses travaux sans faire chier les autres.

    • Je vois quelqu’un qui n’a pas compris que quand le cadre dirigeant fait le travail du peintre en bâtiment, c’est autant qui manque dans le développement des entreprises et la création d’emplois. Mais il vaut mieux dénigrer les cadres que faire marcher l’économie, hein ?

  • la note positive……vous avez eu la reconnaissance de votre ami , ce n’est pas taxable , cela n’a pas de prix !

  • merci, j’ai vécu ça et j’ai pensé la même chose, vous en avez fait un arctile.

  • pourquoi dites vous que le travail au noir, c’est mal ?
    j’ai eu l’occasion de faire un garage dans ma maison. juste pour la maçonnerie, un premier devis à 20 000 euros ttc. j’ai trouvé ça cher, j’ai eu un deuxième devis pour 16 000 euros. je trouvais toujours ça cher pour une carcasse de 28 m2 et 1 muret de 4 mètres de long. je me suis renseigné sur le coût des matériaux : si je les achetais en direct, 6 000 euros.
    j’ai ensuite trouvé un maçon que j’ai payé 25 euros de l’heure, avec des billets de 50 euros, j’ai fait le manoeuvre pour lui, j’ai porté et apporté les matériaux. j’ai pris 2 semaines de congé pour cela. total de mon garage 8 000 euros.
    j’ai économisé en 2 semaines de travail 8 000 euros. inutile de dire que je n’ai jamais autant gagné d’argent.

    avec ces 8 000 euros, j’ai permis à des restaurateurs de gagner honnêtement leur vie en allant manger chez eux. je pense que j’ai participé à l’économie de ma ville et que je suis un bon citoyen pour cela. aucune culpabilité, et en plus, j’ai bien mangé, c’était bon et ça change de la maison.

    • Exemples d’exil intérieur parmi d’autres. La France occupée par les socialistes est entrée en clandestinité, exactement comme elle l’avait fait quand d’autres socialistes l’avaient déjà souillée dans les années 40. Attendez-vous cependant à vivre une répression de même nature, parce que les idéologues, voleurs d’hier et d’aujourd’hui, ne supportent pas le moindre accroc à leur irrépressible obsession d’assujettissement de tous.

    •  » le travail au noir , ça devrait etre O – BLI – GA – TOIRE … « 

    • Il fallait le préciser, sinon elle aurait été taxée de libérale mangeant des chatons au petit déjeuner.

    • donc tu as mangé pour 8000€ !! gros goinfre

  • Un collègue artisan me disait qu’il lui lui restait net 20 sur 100 de CA.
    C’est lourd, très très lourd.

  • C’est mignon, chère madame, mais enfin c’est pas nouveau, comme si c’est la première fois que nous découvrons qu’on peut faire du bricolage tout seul. C’est un peu fort de café qd même!

  • Entièrement d’accord sur le fond de l’article, même si quelques clichés font surface de temps en temps.
    N’avez vous pas éprouvé une quelconque satisfaction à réaliser vous même ses petits travaux ?
    Je pense qu’il trotte dans la tête de certains de vous dénoncer pour travail dissimulé 🙂
    La France est un pays riche en ressources et en talents mais asphyxiée par ceux qui n’en n’ont pas.

  • D’un autre coté, quand un artisan vous facture 3 jours de boulot pour repeindre une pièce de 12m2 du sol au plafond en rajoutant donc 3 occurrences de « trajet » au lieu d’une, tout ça parce qu’il faut « laisser reposer la peinture entre les couches voyez », qu’il vous surfacture la peinture (« ah oui mais là c’est de la qualité pro monsieur voyez ») alors qu’il la paye en fait 2 fois moins cher que vous en gros, par rapport à un Casto, qu’il refuse bien évidemment de peindre avec la peinture que vous avez choisie que vous achèteriez vous-même, bah oui, on fait tout tout seul avec des potes.

    • dans une société saine, le problème devrait etre règlé par la concurrence …

      mais voila, en france, en 2014, alors qu’il y a 5 millions de chomeurs, le peu d’artisans peintre qui reste ont bien du mal à trouver des employés. en dehors du fait que depuis 30 ans, on forme plus d’étudiants en sociologie que de travailleurs du bâtiment, ces derniers vont etre tenté par une bonne louche d’aides sociales et un peu de travail au noir en supplément : pas plus tard qu’hier, on m’a proposé du travail sans risque et sans qualifications pour refaire une bordure de toit à 20 euro de l’heure …
      comme je connais bien le brave homme et que je suis honnète, je me contenterais de 15 …

      l’état providence est une formidable pépinière à tricheurs et à fainéants.

      • « pépinière à tricheurs et à fainéants » : fainéants peut-être, tricheurs non ! Il s’agit plutôt d’un retour à la norme, tant il est vrai que ne pas respecter une loi malhonnête est l’expression de l’honnêteté. Cette loi disparaîtra tôt ou tard, pas les individus productifs.

        • c’est sur qu’un type qui simule une maladie pour toucher des indemnités, tout en prenant aussi cher qu’un artisan chez le type chez qui il travaille au noir car ce dernier ne trouve personne, n’est pas un tricheur … c’est le fameux  » système D  » des français …
          et les navires allemands qui sont entrés dans la rade d’oslo en avril 40 en arborant de faux pavillons pour tromper les gardes côtes, n’étaient pas des flibustiers, c’étaient des stratèges…

          • Qui triche ? Celui qui pond une loi insane et ubuesque ou celui qui refuse de se soumettre à l’injustifiable ? Sera qualifié de tricheur celui qui sera du mauvais côté du canon. Reste à savoir qui possède le plus gros fusil, les parasites assoiffés de fric gratuit ou les producteurs de richesses qui se font spolier.

            • « pour le moment « , les français ne sont pas spolié par une horde de barbares venus des steppe du kasakstan, mais par des dirigeants qu’ils ont eux mêmes élus, ce qui fait une petite différence… si le suffrage universel produit entre le rhin et les pyrénées une société qui pédale dans la choucroute, peut-etre faut-il l’amender ou le mettre entre parenthèses ?

          • scoobidoo : « et les navires allemands qui sont entrés dans la rade d’oslo en avril 40 en arborant de faux pavillons pour tromper les gardes côtes, n’étaient pas des flibustiers, c’étaient des stratèges… »

            Effectivement, stratégie marine employée depuis 300 ans au moins par tous les belligérants.

            Surcouf sous pavillon anglais, s’approcha du navire puis envoya le pavillon français juste avant l’assaut. L’abordage lancé, les officiers furent rapidement tués, désorganisant ainsi l’équipage, lequel se rendra après une résistance brève mais violente….
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Surcouf#A_bord_du_Cartier_:_La_prise_du_Triton

            Mais pas que et ce sont loin d’être des cas isolés:
            En septembre 1942, trois détachements du Long Range Desert Group, commandés par le colonel David Stirling, avaient investi Tobrouk dans le but d’enlever Erwin Rommel, […] Bien qu’ils aient combattu sous uniforme allemand, les captifs furent traités en prisonniers de guerre.

            Le 13 octobre 1944, des rangers de l’OSS du général Donovan s’étaient emparés des postes fortifiés contrôlant le couloir d’Aix-la-Chapelle en combattant sous l’uniforme allemand
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Fausse_banni%C3%A8re

            • et les japonais ont attaqué les bases de port arthur et de pearl harbour sans déclaration de guerre, ce qui permit de dire à roosevelt que c’était une félonie … curieusement, sur le coup il ne vente pas les qualité de stratège de yamamoto ?

              je passerais sur les fameuses armes de destruction massives en iraq, l’affaire du golfe du tonkin, les rebelles tai ping qui évitent naivement de prendre shangai pour ne pas froisser les occidentaux avant que ceux-ci ne se retournent contre eux …

              le problème, dans toutes société, c’est qu’on ne peut pas éternellement piétiné la morale ni la confiance.

          • Ah, c’est la guerre économique en fRance ❓

            scoobidoo défendant l’état en valeureux soldat socialiste ❗

            • vous voyez des socialistes partout ?

              vous en avez parlé à votre médecin ? la fatigue ou le surmenage peuvent produire cela …

              quand il était prés de la fin, perdu dans les andes, guillaumet entendait des coqs !

    • Quand vous achetez votre baguette de pain vous fournissez votre farine de chez Lidl ???

    • Ne serait-ce pas (également) une manière de déduire certains frais en les gonflants ?

  • Il ne faut surtout pas s’arrêter à la forme didactique de l’article et l’exemple du bâtiment. Ceci est vrai dans tous les domaines et prend d’autres formes que le travail au noir. Le point essentiel est : les services coûtent trop cher aux particuliers qui en ont besoin.

    Ma voisine me disait l’autre jour que le dépanneur lui avait demandé 65 euros pour 5 minutes de travail, consistant dans le diagnostique de P. Perret : « Ya plus de pieces, Ya plus de main d’oeuvre, moi à votre place j’men paierais un neuf ».

    65 euros, c’est plus que le salaire journalier d’un smicard avant impôts. Il va de soi que d’une part cet argent ne va pas dans la poche du technicien, et que d’autre part chacun de nous a une capacité très limité de se payer des services. Mais le plus inquiétant est que l’essentiel de notre économie sera bientôt basée sur des services puisqu’on produit de moins en moins.

    Alors comment peut-on gagner sa vie chaque jour en vendant une journée de service, si cela représente 10 jours de travail pour ses clients, ce qui représentera 100 jours de travail pour leurs propres clients … et ainsi de suite.

    Le bricolage, le travail au noir ne sont que des conséquences ou des indicateurs du problème. Il faut y ajouter le chômage des artisans, la production de déchets de tout ce qu’il coûte moins cher de racheter que de réparer, la baisse d’activité quand on utilise de matériel qui n’est pas en état faute d’entretien ou par manque de formation, et surtout la montée inexorable de tout ce qui peut être fait par Internet.

    La réponse me semble évidente : l’état ne peut faire sa graisse en taxant les services, et on ne peut pas augmenter la part des services dans l’économie en substitution à une production devenue non compétitive.

  • Tout ceci est assez exact. Si on compare avec le RU par exemple, il ne me semble pas que les cadres qui bossent beaucoup fassent ce type de boulot plutot que d’aller au resto ou en we… Et pour info on y voit des nouveaux services émerger, comme le gars qui vient chez vous nettoyer le four dans la cuisine, chose qui n’est pas prête d’émerger chez nous…

    • Sauvons nos artisans!
      La seule solution, c’est de taxer le bricolage.
      Tout travail fait pour soi-même doit être soumis aux charges sociales et à la TVA!
      Chaque commerçant vendant des produits destinés au bricolage devra remettre à l’administration une déclaration en trois exemplaires mentionnant les produits fournis et l’identité du destinataire.
      Le bricoleur devra déclarer le nombre d’heures travaillées.
      Un service administratifs de contrôleurs sera créé pour vérifier l’exactitude des situations.

      • Le pire c’est que ça doit être dans l’esprit de pas mal de monde !

        • L’artisan que vous voulez sauver, c’est bien ce type qui :
          – prend ses clients pour des poires et ne t’explique jamais ce qu’il fait ?
          – vend ses heures de travail au tarif d’un avocat ?
          – vient quand il veut et ne respecte jamais aucun délai ?
          – ne se déplace pas pour un petit chantier de toutes façons.

          Voilà le problème, pour tout artisan bien que vous connaissez, il y en a un autre que vous avez eu un jour envie d’étrangler avec le cordon électrique de sa perceuse.

          • @ Synge,

            Avec ce que vous décrivez un artisan ne tiendrait pas 3 mois. Vous avez une vision complétement erronée de ce que sont les artisans entrepreneurs.

            D.J

            • Ce que je veux dire, avec l’emphase exagératoire nécessaire, c’est que nombre d’artisans ne sont pas à la hauteur. Bien sur que beaucoup sont de braves gens dévoués à leurs clients. Mais trop sont soit des aigrefins soit des amateurs en matière de relations clientèle et qu’il y a beaucoup à faire dans ce créneau. Que celui qui n’a jamais hurlé après son maçon (le mien a 3 ans de retard, un record), son électricien ou son peintre me jette la première pelletée de ciment.

      •  » La seule solution, c’est de taxer le bricolage.
        Tout travail fait pour soi-même doit être soumis aux charges sociales et à la TVA!  »

        Avec votre raisonnement Il faudrait alors aussi taxer quand on fait la cuisine pour ses propres repas pour sauver les restaurateurs en difficulté et également aussi taxer aussi ses propres heures de ménage pour sauver le artisans nettoyeurs en difficulté.

        Chaque commerçant vendant des produits destinés à celui qui cuisine pour ses repas devra remettre à l’administration une déclaration en trois exemplaires mentionnant les produits fournis et l’identité du destinataire.

        D.J

  • Je ne suis pas français mais je tiens quand même à vous dire pourquoi vous devez positiver. La réponse est dans ce tableau: http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=LEVEL&Lang=fr

    La France a un des scores les plus élevé en terme de PIB par heure travaillée (en ôtant la part liée à une rente pétrolière pour les pays qui en profitent comme la Norvège ou les USA). Ceci veut dire que vous avez besoin de moins travailler pour créer autant de richesse que vos voisins. L’explication est assez simple: les charges patronales. En effet, ce qui est cher est utilisé avec parcimonie. C’est le cas du travail chez vous.

    Il me semble que vous devriez vous réjouir d’une telle situation. Quand je vois, à ma place de travail, des gens qui sont payés pour cliquer sur des boutons (alors que mes programmes pourraient automatiser le tout) je me dis qu’il y a perte de valeur et que le travail généré n’est pas enthousiasmant.

    Mais si vous tenez absolument à réduire le chômage et à faire entretenir votre maison par des servants, n’hésitez pas à baisser les charges patronales!

    Voilà pour le point positif ;-).

    • n’hésitez pas à baisser les charges patronales!

      Du coup, la productivité en prendra un sacré coup :mrgreen:

      😉

    • La France a un des scores les plus élevé en terme de PIB par heure travaillée

      je ne trouve pas ça réjouissant : ça ne fait que montrer à quel point les productifs sont sous pression pour entretenir les retraités trop jeunes, les fonctionnaires trop nombreux et les chômeurs qui n’arrivent pas à eux même soutenir ce rythme,

    • Simon: « La France a un des scores les plus élevé en terme de PIB par heure travaillée »

      Sont comptés dans le PIB les dépenses de l’état. Hors la part de l’état français dans le PIB est de 57%.
      Chaque fois que le chômage augmente la France bas ses propres records de PIB par heure travaillée.

      • Simon: « pourquoi vous devez positiver »

        Il y a plutôt de quoi déprimer en fait.

        La Suisse avec un état à 35% du PIB dégage 68000 dollars par habitant alors que la France n’en dégage que 34’000 avec un état à 57%.

        A dépense de l’état comparable, la Norvège dégage 102’331$

  •  » Dire que peindre relève d’un emploi qualifié faut pas abuser non plus, la plus part du temps c’est uni et avec les système de peinture airless faut juste avoir le poignet souple…..  »

    Quand on est responsable d’une entreprise de peinture faut avoir une certaine connaissance des matériaux, des supports et des produits. On ne peint pas n’importe quoi avec n’importe qu’elle peinture. Vous pouvez pas vous imaginer le nombre d’applicateur dans le métier de peintre en bâtiment qui font juste ce que l’on leur dit de faire et qui souvent sans le savoir font un boulot de m… qu’il faudra refaire après 6 mois.

    D.J Patron indépendant artisan peintre

  • Quelques remarques :
    (a) Si on prend les données que vous donnez, cela signifie que sur un mois, un peintre obtiendra environ 30 000 euros. De cela il faut ôter le coût du matériel et des fournitures mais d’après ce que vous dites, cela doit représenter peu de choses. Si on considère le fait que pour 100 euros de bénéfice, il en donne 70 en impôts, charges (fourchette la plus haute que vous donnez), cela signifie qu’il se fait environ 9000 par mois (au minimum) ! Je ne suis pas certain que beaucoup de peintres ont ce revenu.

    (b) Vous semblez avoir une conception classique de la formation du prix. Dans votre propos, le prix n’est pas fixé par la loi de l’offre et de la demande (comme le veut la pensée économique orthodoxe) mais par le coût de production (conception classique de l’économie).

  • à la différence des intellectuels urbains déconnectés des réalités concrètes (à se demander si elles et ils font pipi ou caca), moi j’adore bricoler…
    On touche à la tare principale des économistes, la déconnexion avec la réalité, le cerveau trop gros qui vous fait penser de travers.
    Et passer à côté de beaux moments d’expression de la créativité la plus belle, celle de l’ingénieur ou de l’artisan qui conjuguent l’esprit et la main.

  • Excellent: le genre d’argumentaire que tous les libéraux devraient tenir.
    Taxer le travail comme le fait la France pour prétendre le protéger est une hérésie et appauvrie le pays chaque jour d’avantage.

    • Evidemment, que j’étais dans l’ironie!
      Toutefois, c’est tout à fait le genre de lois qu’ils sont capables de pondre sans sourciller.
      Ils en ont déjà fait du même genre!
      Par exemple, si je donne de l’argent à ma fille pour l’aider à acheter son appartement, elle va payer des impôts sur l’argent reçu, alors que cet argent est ce qui reste de mes gains après impôts payés, et que de plus, il a été imposé en tant qu’épargne..
      Et l’impôt sur les successions, c’est juste et normal? Eh bien, tout le monde s’y est habitué.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article du site Hexagoneries

Voici, sur la base de prélèvements obligatoires minimaux et hors impôts :

Les chiffres sont exacts et le nombre de billets correspond à un salaire brut de 100, à quelques arrondis près afin de laisser les petites pièces jaunes à Bernadette.

Cela étant et en prenant en compte la complexité et la multiplicité des prélèvements, il ne s'agit que de caricaturer un peu afin de faire toucher du doigt certaines des causes qui, bien souvent, transforment notre dialogue social en un dialogue ... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles