Un Front national et un Valls tragique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un Front national et un Valls tragique

Publié le 9 mars 2015
- A +

Il faudrait vraiment être très éloigné des petites affaires politiques du pays pour ne pas comprendre qu’il vient de rentrer en période électorale. Et à en juger les accents catastrophés et alarmistes de son premier ministre, la situation, si elle n’est pas complètement désespérée, nécessite un sursaut. Républicain, le sursaut, évidemment !

À deux semaines des élections départementales, et alors même qu’on apprend que plus de la moitié des Français, pas fous, seraient tout disposés à sucrer purement et simplement les conseils généraux, Manuel Valls s’est donc longuement exprimé, et notamment sur le risque de voir le dérapage incontrôlé, l’erreur monumentale, la catastrophe électorale taboue, l’abominable se produire : suite à une abstention massive, le Front National l’emporterait clairement et serait alors au seuil du pouvoir. « Pas en 2022, pas en 2029, mais en 2017 ».

Stupeur, stupéfaction, consternation, hoquets et fausse route avec des gloups et des « Mon Dieu ! » parcourus de « kof kof kof » bien gras : le parti de Marine Le Pen pourrait alors rafler 30% des départements. Et devant pareil désastre, une seule solution : stigmatiser le FN.

Si, pour à peu près tout le reste, faire des amalgames et stigmatiser, c’est particulièrement vilain et provoque généralement un prurit CRANesque ou SOSRacismeux, pour le FN, c’est permis, on a le droit. La démocratie, le vote souverain des électeurs, tout ce fatras encombrant est sans intérêt dès lors qu’il s’agira de faire valoir une réalité évidente : voter pour ces gens-là, c’est mal.

Comme je l’expliquais il y a quelques jours, Sarkozy a bel et bien fait mouche avec sa formule FNPS. Oh, bien sûr, pas auprès des Français qui, pour leur majorité, n’ont pas vraiment compris ou surtout entendu la formule-choc du patron de l’UMP, peu écouté. En revanche, auprès des parlementaires et, plus généralement, des politiciens roués aux petites combinaisons politiques et autres arrangements d’entre-deux-tours, le message est difficilement mieux passé : pour le petit Nicolas, comme le vote FN et le vote PS sont exactement interchangeables, ne vous attendez pas trop à un soutien, même de loin, de l’UMP en cas de triangulaires.

valls a peur du FN

La réaction du chef de gouvernement est donc logique et teintée de panique drapée dans une grandiloquence parfaitement ridicule mais nécessaire pour marquer les esprits :

« J’ai peur pour mon pays, j’ai peur qu’il se fracasse contre le Front national. »

Moui. Sauf qu’en fait, si le pays se fracasse quelque part, ce ne sera pas possiblement à cause du Front National qui n’a pour le moment pas encore eu le loisir de mettre ses petits doigts boudinés dans le système gouvernemental français. Tout indique plutôt que le Front National apparaît surtout comme une solution de repli pour l’électeur moyen, après qu’il eut constaté l’échec lamentable des politiques niaiseuses et sans courage de Sarkozy, et le bide consternant mais prévisible des bricolages économiques honteux de Hollande. Autrement dit, si le pays semble se diriger vers Le Pen, c’est bel et bien parce que ni Hollande, ni Sarkozy n’ont fait ce pour quoi ils ont été élus (et ce, aussi bêtes furent leurs promesses).

Du reste, lorsqu’on voit le pays merveilleux et fantasmé dans lequel semble vivre le premier ministre, qui déclare que, je cite …

« 2015, c’est le retour de la confiance, sur le plan économique, et donc de la croissance. Ça va mieux dans notre pays »

… on comprend pourquoi les électeurs – ou, du moins, ceux qui se déplacent effectivement pour voter – hésitent à choisir des candidats en pleines expériences cannabisées.

Et même si on sait sans mal qu’un pays dirigé par le Front National s’enfoncerait moelleusement dans de nouveaux coussins douillets de socialisme nationaliste, et que ceci le conduirait autant (mais d’une façon différente) à sa perte que l’actuel socialisme hollandiste, on comprend bien que la petite phrase de Manuel Valls veut surtout camoufler que ce qui va se fracasser assez durement, c’est le Parti Socialiste lui-même qui promet de se prendre une branlée de magnitude 9 aux prochaines élections. En clair, Valls a surtout peur que son pays choisisse de se fracasser sans le Parti Socialiste.

Moyennant quoi, il lui faut donc faire peur et occuper la place médiatique. C’est assez réussi si l’on s’en tient aux nombreuses réactions journalistiques. Maintenant, on doit se demander pourquoi, d’un coup, le premier ministre s’est ainsi laissé aller à un tel vague à l’âme tragique.

Peut-être est-ce parce que, même s’il se défend ouvertement de penser à sauver ses miches, son poste est menacé (une rouste aux élections pourrait éventuellement justifier un remaniement) ; il faut donc donner le change et montrer à tous que lui, il agit, concrètement, tous les jours, avec des petits coups de menton fermes, pour lutter contre l’hydre méchante incarnée par les partis pas comme il faut. Peut-être…

quenelle de vallsPeut-être ensuite parce que ça permet de désigner une cible facile, le retour des HLPSDNH (heures les plus sombres de notre histoire) et tout le tralala de la dramaturgie républicaine habituelle. Cela a de bonnes chances de se retourner contre lui, comme s’est retournée l’affaire Dieudonné où le ministre est essentiellement passé pour un petit dictateur faisant feu de tout bois pour faire taire un type qu’il n’aime pas, et dont les expressions (au premier rang desquelles, la fameuse quenelle), l’avaient ridiculisé. Peut-être.

Mais surtout, cela permet de préparer le terrain sur le mode larmoyant, trémolo déployé, d’une absolue nécessité de faire barrage à l’impensable. Bien sûr, le Parti Socialiste va probablement se faire déboîter la mâchoire par le Front National. Mais si des triangulaires se présentent pour lesquelles l’UMP est en position d’arbitre, il sera de son devoir républicain le plus indispensable de se démettre très vite pour donner une chance au parti de Manuel Valls de l’emporter et éviter ainsi l’infamie à tout le pays.

Autrement dit, Valls, en service commandé d’un PS aux abois, essaie de faire passer un message simple : si l’UMP ne joue pas la vieille rengaine du Front Républicain dont Sarkozy semble avoir fait le deuil avec sa petite phrase sur le FNPS, alors la gauche se fera un plaisir et un devoir de lâcher toute la meute médiatique sur le mode « si le fascisme est à nos portes, c’est parce que vous avez laissé faire ».

c'est degolas

Et tout comme la petite phrase de Sarkozy ne s’adressait pas aux électeurs mais aux politicards habitués des jeux d’alliance et de chaises musicales, les tirades de Valls, sous couvert de secouer l’opinion publique devant l’horreur de la situation potentielle, sont destinées à l’autre aile socialiste de l’assemblée, l’UMP.

Parce que, vous comprenez, la démocratie, c’est très joli tout ça, mais ça doit rester dans un cadre connu et contrôlable. Et dans ce cadre, l’alternance ne peut souffrir le moindre hoquet !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (68)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (68)
  • Mdr.

    Perso j’hesite entre le bultin de H et celui du FN.
    Car, loin de moi l’intelligence que l’on me refuse dans cet état socialiste.

    Ainsi, en totale cohérence avec les faibles capacites que m’autorise l’Etat au travers de ces informations télé prédigérées, je vais me laisser glisser dans ma profonde nature de mouton dégénéré !

    L’on veut me faire voter FN (technique de la mite lancée il y a longtemps), et bien, d’accord. Pas de probleme.
    Et puis, sans deconner, l’on va bien se marrer avec la miss.

    En tout cas, rien que pour le bordel que ça va faire, cela merite mon vote.
    Pour rigoler….

  • Le PS en midinette outré qui crie ses grands Dieux, à essayer d’éteindre l’incendie qu’ils ont eux même allumé en 1981…

    Y’en a marre du FN : ça fait maintenant 35 ans que dès qu’un soupçon de velléité de réformette se fait jour à droite, se lève le vent du « vous faites le jeu du FN » et que la gauche n’a plus qu’une seule et unique politique : accuser la droite de faire le jeu du FN.

    Bref, y’en a carrément marre que dans ce pays, on en est encore à regarder en arrière les joyeuses heures de Vichy et de l’OAS avec un soupçon à peine voilé de nostalgie : c’était trop bien alors, il y a avait des vrais ennemis de l’intérieurs, des vrais fascistes, des vrais méchants … on pouvait être des vrais héros, enfin on aurait pu …

    Le FN est le plus gigantesque homme de paille que ce pays n’ait jamais imaginé.

    Tremblez braves gens, le monstre rôde … (et votez pour moi : moi le zéro qui va vous sauver !)

    • D’autant que pour ce qui est de faire le jeu du fascisme… Ces gens-là souhaitent-ils qu’on reparle du front populaire, et de l’influence qu’a eu celui-ci sur la seconde guerre mondiale?

  • Le catastrophisme n’est pas de mise: les départementales ne sont pas les présidentielles. Et si les élus FN dans les départements dilapidaient moins l’argent du contribuable que les autres, on ne s’en porterait pas plus mal.

    • Pour l’heure, rien n’indique qu’ils soient particulièrement économes. Pas étonnant pour un parti ultra-étatiste.

      • Le problème, c’est que baisser les impôts locaux, c’est aussi compatible avec une politique populiste, quand on gère une municipalité. Si les gens se rendent compte qu’ils payent moins d’impôts quand ils votent FN, ils pourraient vouloir voter FN plus souvent.

        Un tel raisonnement, en soit, me semble très sain, mais on pourrait soupçonner le FN de le faire justement pour cette raison, et d’avoir un agenda politique tout autre, en réalité. Quelque chose de beaucoup moins libéral. Par exemple, appliquer son programme.

        Ce serait dommage de voter pour une toute petite mesure libérale noyée dans le programme de Robert Hue…

        • « Une “Politique populiste“ est un problème puisqu’elle pose les vrais questions et donne la parole au peuple pour les réponses??? »

          Non. Une politique populiste est un problème parce que son seul objectif est d’assurer une réélection et le maintient de la popularité.

          « A votre avis, une bonne politique n’est concevable que si elle est exercée par une élite diplomée par les syndicats au dessus de la licence qui sait mieux que le peuple où est son intérêt, et les Suisses sont des nases???? »

          Je vois pas ce que les Suisses viennent foutre la-dedans. Une bonne politique, j’en sais rien, j’en ai jamais vu à l’oeuvre dans notre pays. Et je ne crois pas que le FN changera ça dans un avenir proche. Surtout quand au niveau de la municipalité ils font des baisses d’impôts en contradiction totale avec le reste de leur programme, l’étatisme se mariant difficilement avec les baisses d’impôts.

          Si vous ne parvenez pas à voir qu’il y’a anguille sous roche, c’est peut-être vous qui avez besoin de déconditionnement.

          • Tout dépend si on entend le terme « populiste » dans le sens péjoratif que les pères la morale socialistes utilisent dans une logique de diabolisation ou pas. Si c’est bien de démagogie qu’on parle, je suis au regret de vous dire que 100% de nos élus sont des populistes, et les soc’ plus que les autres.

            Sans sa connotation péjorative, ce terme peut à mon sens s’appliquer à des Reagan et autres Thatcher…

            Rappeler que le peuple n’a pas à servir de paillasson pour les élites, ça ressemble au libéralisme et à la DDHC.

  • Perso j’hésitais entre ne pas voter (car si on pouvait supprimer les CG ça m’irait) ou, comme ma mère disait, « voter blanc en l’honeur de ceux qui sont morts pour qu’on puisse s’exprimer » mais, me disant que ceux qui sont morts doivent se retourner dans leur tombe en voyant ce que nos « élites » ont fait du système, j’ai choisi de ne pas me déplacer. Là c’est vraiment leur rendre hommage.

    • Ceux qui sont morts pour le droit de vote ne sont certainement pas morts pour que celui-ci devienne une blague.

      Ni pour qu’il devienne l’instrument par lequel une petite oligarchie nous asservit.

      Je n’ose imaginer la gueulante que pousserait un Lafayette s’il revenait aujourd’hui d’entre les morts et se rendait compte qu’on a put atteindre un niveau d’impôts effectifs de plus de 50% sans déclencher une révolution (ou celle des signataires de la déclaration des droits de l’homme en découvrant qu’on a plus le droit au port et à la détention d’armes).

  • Ce petit con de Valls oublie que « son » pays est aussi et d’abord le nôtre et que le PS n’en est pas propriétaire. Ensuite la France ne se fracassera pas contre le FN, c’est le PS qui va se fracasser. Juste retour des choses vu que le PS fracasse la France depuis trop longtemps. La France se remettra du FN comme elle s’est remise d’à peu près tout. C’est bel et bien pour son parti qu’il a les foies car il va se prendre une belle gamelle et que lui et ses potes risquent de perdre la leur. Je n’irai pas voter mais je préfère voir la France crever du FN que du PS, rien que pour les entendre pleurnicher. Mince consolation mais on fait avec ce qu’on a.

    • si valls avait un peu de jugeotte, il ne s’en foutrait pas mal du PS, vu le pourcentage de voix que les militants lui ont octroyé lors des primaires …

  • Dans un système à 3 partis où les alliances seraient contre-nature, chacun est forcément l’ennemi des 2 autres. Et les postures politiciennes visant à prétendre le contraire ont un effet limité sur les électeurs.

    En revanche avouer sa position de faiblesse et sa peur est le plus sur moyen de se faire sauter dessus et dévorer par les 2 autres. A table, et bon appétit !

  • Le PS est avant tout un parti d’élus locaux. La perte du clientélisme dans les collectivités territoriales pourrait faire perdre des soutiens à Valls au sein du PS. Il n’y a qu’à voir la récente sortie d’un nouveau plan pour les banlieues. Le PS compte bien sur les électeurs de banlieue pour limiter la casse dans les grandes métropoles.

  • En même temps, les journalistes sont un peu en service commandé aussi sur cette histoire…

  • C’est presque drôle d’entendre un crétin crier au feu pendant qu’il se noie, nous entrainant avec lui.
    Je crains que le petit caporal soit dépassé, complètement.
    In accuse les français de vouloir voter FN, mais trois jour avant annonce fièrement à la télé qu’il est pour le port du voile dans nos universités.
    Cet homme est insupportable, dans ses manières comme dans ses propos, il ne conçoit pas qu’on ne soit pas d’accord avec lui, allant même jusqu’a vous l’interdire au nom de sa morale.
    Etre Républicain, dans sa petite tête, c’est obéir sans discuter, accepter SES décisions car lui seul sait ce qui est bon pour le petit peuple. Et il n’hésite même pas à nous mentir.
    Mais c’est aussi un lâche et un fourbe, n’hésitant pas à menacer ses propres troupes avec son 49-3 après avoir marchandé le soutien des verts moyennant dieu sait quelles concessions.
    En fait ce n’est qu’un petit dictateur, un Staline au petit pied.
    Comme je suis Républicain dans l’âme, je voterai suivant mes convictions, pas suivant ses ordres.

    • « Cet homme est insupportable, dans ses manières comme dans ses propos, il ne conçoit pas qu’on ne soit pas d’accord avec lui, allant même jusqu’a vous l’interdire au nom de sa morale »

      Je suis d’accord avec vous.
      Lors des primaires du parti socialiste, il m’apparaissait comme le moins mauvais des mauvais. Désormais, je le trouve ignoble. Une pourriture.

  • Le parti socialiste agite l’épouvantail du racisme et du FN dès qu’il se retrouve en situation économique difficile, c’est à dite très vite après son arrivée au pouvoir, et Valls fait comme les autres. En conséquence la seule conclusion qui s’impose est : le changement, ce n’est pas maintenant.

  • Excellent, excellent, excellent.

  • Ici chez moi ni liste UMP ni liste PS. Tous « divers quelque chose », mais les plus à droite proposent une médiathèque dans un trou perdu où même le cinéma est vide… c’est dire la mégalomanie des autres listes !

    • Pareil, pas de listes PS, ni UMP. On reconnait les partis aux couleurs des tracts.
      Droite ou gauche on lit « subvention » partout.

      • Pareil, des listes UMP, des listes PS, des listes Vertes, des listes FN, etc. Mais le même programme collectiviste.

        Ils ne parlent que de dépenser mon pognon. Qu’ils dépensent donc le leur. Comme souvent, je voterai blanc. A moins, qu’une liste libérale (Nous Citoyens ou PLD) ne se présente.

        Nous autres libéraux devrions monter des listes aux élections locales. Le programme serait tout trouvé :
        1/ S’engager à ne faire QUE le stricte minimum rendu obligatoire par la loi nationale, et au rabais.
        2/ Baisser les impôts en conséquence.
        Nul doute que même des non-libéraux voteraient pour.

  • Ils vont évidemment se prendre une déculottée mémorable. Et que va faire Hollande après : remanier son gouvernement à des fins électoralistes, en y faisant entrer des polichinelles patentées de la politique afin de tenter de rassembler ce qui lui sert de clan.

    Pourtant, un jour il faudra bien faire un gouvernement d’union national cohérent pour qu’il soit efficace et crédible, c’est à dire nommer des ministres qui sont la pour gérer les affaires publiques et non leur carrière personnelle (et envoyer promener tous les guignols actuels). Mais ça, ce sera après, quand cela nous sera imposé par le FMI.

    • Les Français sont trop fiers pour accepter quoi que se soit du FMI : ils sont capable de ressusciter Staline ou Mao rien que pour prouver au reste du monde qu’ils ont raison quoi qu’on leur dise.

      • Le Français, vous voulez dire le déprimé qui se tape la tête contre le mur et qui dit:

        Mal, mal, mal, mal.

        En plus d’être con, le Français est un sado-maso déprimé.

        Mais….c’est gratuit, c’est l’était qui paye !

        et factus est sudor eius sicut guttae sanguinis decurrentis in terra

        cherchez pas, c’est venu comme ça !

    • (et envoyer promener tous les guignols actuels). Non ! Les condamner et les juger.

  • « On ne récolte jamais que ce que l’on a semé »
    Valable à droite comme à gauche …

    Les cris de vierge effarouchée et toutes les jérémiades: Ras le bol !!!!!!!!

    Personnellement je n’ai aucune hésitation pour le jour du vote ….. Tout dépendra du programme qui me sera présenté …. pas de programme: pas de vote ….. c’est clair !!!!

    • Ce qui a été semé, ce sont des dettes, et ça , dépassė un certain seuil, ca pousse très, trop bien……

      Quel programme un candidat à l’election pourrait il proposer pour vous satisfaire et être élu ?

      • Demander à Monsanto un bon désherbant ……

      • Ne pas dépenser un centime. En voilà, un bon programme.

        Si la loi donne des obligations aux départements : se contenter de les remplir au rabais, et ne rien faire d’autre.

    • Ouai, mais, sachant que les programmes ne sont jamais suivis d’effet ,a quoi bon aller voter, surtout vu la supercherie des prochaines départementales; simplification pour faire des économies ,supression d’un canton sur deux; Super mais les économies seront pôur un autre moment puisqu’on élit deux conseillers au lieu d’un !!! elle est pas belle l’arnaque?

      • ça permet la parité, pour que chaque incompétent soit assisté par une gourde. c’est un grand progrès pour la citoyenneté-e.

  • Je n’ai pas le temps de faire une liste exhaustive du nombre d’ouvrages littéraire sur la décrépitude Française.

    Mais étant parfois obligé de remplir mon frigo, j’ai constaté que le rayon de mon supermarché regorgeait de livres parlant de : suicide, de déclin, de big brother, de mur, etc….

    Aussi je m’interroge sur le comment du pourquoi cela reste si soft dans la presse, les médias, la TV.

    Nous avons visiblement un « problème » de taille. Soit il s’agit d’indifférence, soit il s’agit de manipulation.
    Soit il s’agit des deux: la manipulation dans l’indifférence.

    Mais je pense qu’il est temps d’utiliser de mots forts:

    Dictature communiste. C’est notre « normalité ».

    Pourquoi un communiste devrait-il condamner un FN ? Là est la bonne question.

    Mais historiquement parlant, le PS, le communisme ont toujours été cette putréfaction qui nous conduisent à la gangrène fasciste. Donc, le PS est responsable !

    Amalgamons donc.

    • Parceque les médias sont à la botte de l’Etat. L’existence même d’un CSA est une honte.
      Quant à la presse papier, on ne va pas revenir sur les subventions et niches fiscales, on connait la musique.

      Concernant le communisme, la France a été construite dessus. Pas au sens de l’Internationale, mais au sens du collectivisme. A savoir qu’un Français qui gagne de l’argent le fait forcemment au détriment de quelqu’un donc qui s’enrichit, appauvrit. Donc s’il s’enrichit, il a le devoir de partager.
      Je pense que c’est un héritage de l’ancien empire où une caste s’appropriait toutes les richesses. A la révolution, toute cette haine du riche, du possédant, est ressorti et traverse désormais les siècles.
      Seulement aujourd’hui, la mondialisation est là et le riche ne rend plus de compte au français (compte qu’il n’a d’ailleurs pas à rendre puisqu’il ne lèse personne)

      Je jette un oeil de temps en temps sur des blog socialo comme celui-ci : http://blogs.mediapart.fr/blog/gerardfiloche/031114/le-medef-propose-de-supprimer-delegues-du-personnel-et-chsct-et-de-licencier-sans-motif

      Il n’y a qu’à voir les commentaires pour avoir envie de pleurer sur tant de médiocrité.

      Le gros problème des français est psychologique :
      il ne peut y avoir de relation gagnant-gagnant mais que du gagnant-perdant.
      Exemple parlant : le patron qui exploite le petit salarié qui survit. Qui par ailleurs survit bien puisqu’avec un smic il arrive à avoir smartphone, écran plat et PS4… On oublie que sans patron, on est sans rien, sans dent.

      • *ancien régime (pardon)

      • « Je pense que c’est un héritage de l’ancien empire où une caste s’appropriait toutes les richesses. » Une bonne dose de lavage de cerveau de l’Ednat marxiste …

        Non, le problème de ce pays vient de l’arrogance qui a été cultivée, arrosée, flattée, élevée au rang de vertu nationale.

        Le problème vient des déprimés chroniques qui ont eu une influence incroyable sur ce pays et en particulier Rousseau, mais aussi tous les romantiques du XIX°

        Le problème vient du coté ultra réactionnaire, des films en costume d’époque que se font les gens en permanence et la croisade anti Pétain et anti OAS qu’est le FN et l’anti FN n’est qu’une occasion de monter dans les tractions des FFI pour expurger toute la lâcheté de la collaboration…

        Le problème vient de la raison pure, ce rationalisme cartésien qui est à la fois une mode et une facilité de penser, ce pseudo graal qui a nourrit l’arrogance et détruit toute trace de pragmatisme.

        Ce pays est foutu.

        • Plus exactement (cf big brother) la novlangue, la double pensé, la culpabilisation, la domestication, l’humiliation, la légifération, la taxation….

          C’est un tout dont notre maître suprême est devenu Dieu. Pouvoir illimité sur ses sujets.
          D’ailleurs il suffit de les regarder se comporter. Nous ne sommes que des sous merdes, juste bons à payer leurs putes et leur champagne.

      • Rendez-vous compte du nombre de taxes et de lois que nous avons ?

        Agnès de l’IFRAP est la première à avoir déroulé la liste. Bercy ne voulait pas le faire, trop occupé qu’il est de briser des petites vielles fragiles, ou des entreprises en faillites.

        Dans la presse on laisse echapper des petits Oh, de stupéfaction. Comme si il s’agissait de prendre le probleme avec des pincettes et un masque à gaz (Hihihi). Il faut du recul, de la distance….surtout pas d’amalgames !

        La taxe collectiviste etait largement inférieure à 10% de nos richesses il y a fort longtemps. Cf l’ane ce jour….
        Les parasites ont transformé le service public en, au service du public….on est loin des droits de l’homme.

        J’ai envie de dire, mais putain de bordel de merde, que foutent les Français à part râler chez eux ?!

    • Amalgamons : FN, FG, PS : même pourriture étatique et même surenchère de ‘on rase gratis’…. Attendons de voir si l’UMP fait vraiment son coming-out sinon, il ne restera plus qu’à déplorer que … ce pays est foutu.

  • Tous les jours ça parle du FN. C’est juste dingue la pub qu’on lui fait. On est passé d’une époque où on l’ignorait à désormais où il est devenu la zone érogène de tout débat mainstream.

    A continuer de faire passer le FN pour anti-système, on va se retrouver comme en Grèce avec Syriza au pouvoir.

  • Comment formuler son vote d’opposition à la République Socialiste Française ?

    Avons-nous dans notre canton un couple de candidats vraiment libéraux ? Sinon il ne reste que les trois pôle du socialisme national PS – FN – UMP (et leurs alliés respectifs). Voter sera alors éliminer le plus toxique (ou celui qui est au pouvoir)

    Pour ma part opposant au socialisme, j’ai une dent contre la dénaturation du mariage, la table ouverte mondiale aux allocations en tout genre, le laxisme pénal pour la délinquance, les rythmes scolaires imposés, le pressoir fiscal pour les entrepreneur et investisseur (qui agrave le chômage), les passe-droit du secteur public et des politiciens, l’esclavage fiscal, la loi SRU, bras armé de la politique de peuplement du Gouvernement (ou le logement social près de chez vous si vous votez mal) (jadis il y avait les dragonnades)

    Déçu de l’UMP et de Sarko, celui-ci à commis des fautes politiques : à son départ le parti d’opposition n’avait pas de chef. Restait en vigueur tous les outils de la répression d’Etat : presse audiovisuelle socialisante, lois « anti-discrimination » sanctionnant la liberté de la presse, et la libre expression politique, persistance d’un « droit colonial » composé du droit d’asile, du droit au regroupement familial, du droit de recours juridique pour les clandestins, avec tous les droits sociaux servis automatiquement. Lois SRU…

    Des dix ans de pouvoir UMP ne reste aucune radio ou TV authentiquement libérale ! La part de l’école libre a très peu progressé. La dépense publique, la dette, les impôts et le chômage ont augmenté de conserve.

    On verra bien si les candidats cantonaux ont quelque chose de pertinent à dire ! Sinon il reste le vote-sanction !

  • L’usage du 49/3 par ce gvt a montré qu’une l’Assemblée majoritaire de gauche, avec quelques dissidents, mais épaulée par quelques députés d’opposition, n’est plus un soutien fiable pour le pouvoir que cette majorité de gauche a mis en place. La vérité est que les élus de tous bords n’osent plus cautionner les dérapages inacceptables de ce pouvoir, sans pour autant être convaincus de voter pour Marine le Pen. Cela pose question de constater que dans l’évolution actuelle, ce n’est pas l’opposition de droite mais bien les électeurs des gauches qui n’acceptent plus de cautionner un pouvoir par trop inepte, menteur et qui n’arrive à rien de bon, même en reniant son mauvais programme. Dans cette configuration le FN n’apparait plus comme le diable, mais de en plus comme une alternative à défaut d’une autre meilleure formation, tellement la nécessité d’un « changement » radical et urgent est évidente ! Si Valls a peur il faut qu’il parte vite et ne nous dise pas qu’il « est prêt à débattre avec Marine » comme il le dit avec Sarkosy, qu’il juge pourtant aussi infréquentable pour le trainer 14 fois en justice !

  • Ah manu le petit caporal moustachu (salut …), avec son son tu grec, qui tente de nous la refaire en derviche tourneur grec. Une tragédie à la grecque digne d’Homère, dont le cheval de Troie n’est autre que le PS, avec un manu qui n’a pas l’agilité d’Achille, un drame qui va nous amener au Drachme.

  • Ne légitimez pas toutes ces feignassses qui sollicitent vos suffrages pour trouver une bonne planque pendant 5 ans dans les conseils géneraux des departements avec des salaires payés par vous !
    Ils doivent être ensevelis sous un déluge d’abstentionnisme et d’indifférence comme jamais il n’y en a eu dans toute l’histoire.
    Laissez les vieux se déplacer si ça les amuse, mais vous, les actifs, n’y allez pas.

  • Le bal des faux culs !…
    P’tit mec ne manque pas d’air, cela fait 35 ans que la gauche flatte le FN avec la complicité de « ceux » qui se revendiquent de droite, mais complices pour la gamelle.
    On se prépare un bon coup de tabac et cela va gerber sur le pont !…
    Avec le naufrageur à la barre, il est difficile d’imaginer que le pédalo ne va pas se fracasser contre un récif.
    Ce pays n’a plus de boussole et cela va partir dans tous les sens. Il n’y aura pas de gilet de sauvetage pour tout le monde…

  • De memoire:

    En 1981, apres des annees de droite, le FN est a 2%

    En 1995, apres 14 ans de gauche, le FN passe a 15%

    En 2007, apres des annees de droite, 17%

    En 2017, apres 5 ans de gauche, combien? 25% ? 30% ?

    Qui fait monter le FN?

    Un petit graphique avec la courbe d’intentions de vote FN sur fonds bleu ou rose selon les periodes, s’impose!

    Ceux qui ne voit pas le lien entre PS et montee du FN sont soit stupides, soit malhonnetes… Bref, ils sont socialistes

    • Ceux qui ne voient pas le lien entre PS et montée du FN … votent PS, jusqu’au jour où ils sont tellement déçus du PS, qu’ils se mettent à voter FN.

  • Oui pathétique. « Notre » ministre « bien au vent » s’en sortira toujours. Déjà en 2013 :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/bertrand-barere/131013/girouette
    Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

  • En France les gens ne votent pas on leur demande seulement d’ élire , les gens qui votent réellement sont les députés
    Une confusion bien entretenue pour entretenir l’ illusion de démocratie ?

  • Vote blanc pour moi

  • Ce n’est pas Marine le Pen qui lui a volé sa popularité mais lui qui lui en a fait cadeau, en n’ayant pas d’autre action que de poursuivre l’UMP de sa haine, alors qu’il avait beaucoup mieux à faire. La haine n’a jamais été une méthode de gvt. ! Aujourd’hui, il aggrave tous les jours son cas, en démontrant que les résultats de Sarkosy ont été, dans des conditions internationales plus difficiles, tous meilleurs que les siens. Il améliore ainsi, avec le fiancé de Julie, la popularité du FN, en refusant de reconnaître publiquement leurs erreurs, et leur échec gravissime, sans que M. le PEN ait vraiment eu besoin de se fatiguer à les combattre : il lui a simplement suffit de les laisser déblatérer leurs mensoges! S’il aimait la France, il démissionnerait : c’est la règle du jeu démocratique qu’il refuse respecter et qui va nous entrainer encore plus bas, si nous ne réagissons pas ici et maintenant. Vous avez noté que ce tartuffe « est prêt à débattre avec Sarkosy , après 14 dépôts de plaintes contre lui, pour la plupart injustifiés et sans suites…Tartuffe, il ne se vante pas d’avoir modifié la loi électorale pour empêcher le FN d’avoir un nombre d’élus correspondant à son pourcentage de voix. L’affaiblissement du PS par rapport au FN fait que cette magouille, joue aujourd’hui à plein contre la gauche par effet boomerang et à fond pour le FN : justice est faite ! Dernière stupidité dictatoriale : il déclare qu’il restera jusqu’au bout (pour finir de fracasser le pays avec l’aval d’une Assemblée depuis longtemps non représentative), même s’il perd tous ses électeurs de gauche…Les Français doivent sagement et fermement le décider à partir… sans rancune et même pour son bien, avant qu’il ne nous amène la guerre pour nous rassembler.

  • Après ses propos déplacés sur une prétendue ségrégation en France, le Premier Ministre dénie à la société civile française son droit de libre association. Il veut forcer partout la mixité sociale et raciale. Fusse au prix de toutes les libertés civiles et communales. En voici la preuve dans Le Parisien du 6 mars, avec la lettre ouverte que lui adresse le Député PS du Val d’Oise.

    http://www.leparisien.fr/politique/mixite-sociale-les-24-mesures-chocs-du-depute-d-argenteuil-06-03-2015-4580523.php

    Après cette lecture, j’en viens à souhaiter qu’il existe des oppositions encore plus déterminées que le FN, face à cette République maoïste de la rééducation du peuple par l’antiracisme subventionné et importé via un droit colonial ad hoc !

  • Avec ses coups de menton, Manolito Valls me fait penser à Bénito Mussolini, ça tombe bien, le dicateur italien a commencé sa carrière comme un bon socialiste.

  • CAS: Moi j’hésiterai entre le bulletin de H et le bulletin météo ( retraité ..pas question de bulletin de salaire)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Eric Zemmour
0
Sauvegarder cet article

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

🔴🎥 La réaction des militants d’Éric #Zemmour - éliminé au premier tour - lorsque Jean-Luc #Mélenchon a pris la parole hier soir.@QOfficiel pic.twitter.com/T56ZFpexHO

— Élections 2022 🗳 | #JeVote (@2022Elections) June 13, 2022

Porté par des sondages ... Poursuivre la lecture

Comme à chaque élection, dans les états-majors des partis politiques, c’est un peu « l’école des fans » : tout le monde a gagné : Nupes, Ensemble!, Rassemblement national… Dans les médias (de plus en plus déconnectés de la réalité), on s’étonne du taux d’abstention de ces législatives 2022. Alors, pas de blablas, des résultats…

 

Au moins cinq gagnants aux législatives 2022 : les candidats élus ou réélus dès le premier tour !

Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit obtenir 50 % des suffrages exprimés – qui désig... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles