Les questions au gouvernement que vous n’entendrez pas cet après-midi

Manuel Valls (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Les #QAG qu’on ne risque pas d’entendre cet après-midi à l’@AssembleeNat !

Le spectacle des questions au gouvernement (« QAG ») a repris ! Spectacle ? Les QAG ne sont-elles pas, en vertu des pouvoirs de contrôle de l’exécutif conférés aux députés par la Constitution de 1958, un moment essentiel de la vie démocratique de notre pays ? Et, dès lors, ne mériteraient-elles pas un qualificatif un peu plus heureux que celui de spectacle ?

Par Le Parisien Libéral.

Manuel Valls credits Parti Socialiste (licence creative commons)
Manuel Valls credits Parti Socialiste (licence creative commons)

On peut exprimer un certain scepticisme, au vu de la façon dont Manuel Valls a dégainé l’article 49-3, pour masquer l’absence de majorité pour le soutenir. Alors, puisqu’il parait qu’il y a une opposition au parlement, y compris à gauche, verra t-on des députés effectuer la mission de contrôle pour laquelle ils sont payés, et notamment poser les questions suivantes au gouvernement ?

Question au premier ministre, Manuel Valls
Un peu partout en France, du Nord-Pas-de-Calais au Languedoc, des retraites ne sont plus payées. Hier, un député-maire UMP vous a posé une question sur l’absence de versement de retraites à des dizaines de milliers de retraités. La question n’était pas bien méchante, ce député défend la même conception que vous en matière de retraites : par répartition, et non par capitalisation. Monsieur le Premier Ministre, pourquoi n’avoir pas répondu à la question, et avoir préféré parler d’une polémique mineure sur la ministre de la justice ? Pourriez-vous plutôt, de manière plus globale, nous faire un point sur les signes évidents de faillite de la France ?

Question au Ministre de l’Environnement et des Transports, Ségolène Royal
En 2009, l’Assemblée Nationale a voté le texte Ecomouv à l’unanimité, y compris avec les voix socialistes. Vous avez remis ce texte en cause. Aujourd’hui, Ecomouv a touché une 1ère indemnité de 400 millions d’euros. Madame le Ministre, les contribuables sont mis à contribution. Dans la plupart des entreprises, quand on perd 400 millions d’euros, il y a une conséquence. Allez-vous, au minimum, présenter vos excuses aux contribuables, et réduire votre paye ?

Question au Garde des sceaux, Christiane Taubira
Le 11 janvier dernier, des millions de Français ont manifesté pour souligner leur attachement à la liberté d’expression et non pas à l’ultra étatisme qui limite les libertés. Madame le garde des sceaux, en dépit de cet attachement des Français aux libertés, vous avez annoncé vouloir durcir la répression des propos racistes et antisémites en les faisant basculer du droit de la presse, plus spécialisé, au code pénal, plus répressif. Mais même Libération s’en inquiète ! Oui, même Libé ! Quand allez-vous adopter une voie plus libérale que vos projets liberticides ? Comme le note le philosophe Gaspard Koenig, il faut assumer l’idée que la liberté d’expression peut être dérangeante, choquante, désagréable et blessante !

Question au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve
Un tabernacle a été profané dans l’église Notre-Dame de Châteauroux. Ce n’est pas la première fois que cette église est profanée. Monsieur le ministre, quelle est la réaction de votre ministère, ne serait-ce que sur le mode verbal ?

Question au Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian
Monsieur le ministre, le porte avion Charles de Gaulle est donc dans le golfe Persique, en soutien à des opérations en Irak, contre l’État Islamique en Irak et au Levant. Le gouvernement va t-il demander l’avis du parlement au sujet de ce nouveau front ? Hollande n’a t-il pas été élu également en opposition à la vision Sarkozienne de la nécessité de s’associer aux opérations de l’OTAN ?

Question au ministre de l’Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem
Il est maintenant clair que l’Éducation Nationale fonctionne au bénéfice quasi-exclusif du corps professoral, et plus spécifiquement à celui des enseignants syndiqués et de leur mode de vie. Madame le ministre, à quand une gestion de l’Éducation Nationale au profit de tous les Français, à défaut de supprimer le caractère national de cette administration ? Puisque vous ne voulez pas laisser des communautés éducatives s’organiser librement, sur une base décentralisée et locale, allez-vous au moins revoir le calendrier des vacances scolaires, au profit d’une majorité de Français ?

Question au ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius
Alors comme ça, en 2015, la bombe atomique est la base de la stratégie militaire française  ? Est-ce que le discours présidentiel a vraiment été validé par le quai d’Orsay, à l’heure où la France est engagée dans toute une série de guerres asymétriques ? Pourquoi ne prêtez-vous pas, vous et votre collègue de la défense, plus attention au discours de l’opposition, qui affirme, comme c’est le cas d’Hervé Morin, qu’il nous faut un corps expéditionnaire autonome et s’interroger sur la force nucléaire ?

Question au Secrétaire d’État au budget, Christian Eckert
Il parait que le gouvernement a les moyens de faire « un geste » pour « aider » les collectivités locales et les hôpitaux ayant contracté des emprunts dits toxiques. Monsieur le Secrétaire d’État, allez-vous nous préciser avec quel argent vous compter « aider » ces collectivités locales ? Sauf erreur, le budget de l’État est déjà en déficit. Par ailleurs, des sanctions pour mauvaise gestion sont-elles prévues envers tous ces responsables des finances des collectivités locales, en général des Bac+5 recrutés sur concours, qui n’ont pas été capables de lire des contrats et d’analyser des risques ?

Question au Secrétaire d’État aux Affaires Européennes : Harlem Désir
Tous les jours, l’inutilité de votre poste est plus flagrante. Par définition, il n’y a pas besoin de ministre des affaires européennes puisque toutes les affaires sont européennes. Votre collègue le Foll ou votre collègue le Drian sont bien contents d’avoir la PAC ou les budgets de la PESC pour financer leurs opérations, non ? Monsieur le Secrétaire d’État, expliquez-nous en quoi votre ministère ne fait pas doublon avec le secrétariat général des affaires européennes ?

Voyons si le gouvernement répondra aux questions que les Français se posent, ou si il préférera parler de lutte contre le FN et autres thèmes internes au PS.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.