La bataille de Poitiers de 1982 : Fabius contre les magnétoscopes

Quand Laurent Fabius obligeait les importateurs, par simple décret, à dédouaner leurs magnétoscopes à Poitiers (plutôt que dans les ports).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Laurent Fabius (Crédits : France Diplomatie, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La bataille de Poitiers de 1982 : Fabius contre les magnétoscopes

Publié le 22 octobre 2022
- A +

Il y a 40 ans jour pour jour, le jeune ministre délégué chargé du Budget, Laurent Fabius, oblige les importateurs, par simple décret, à dédouaner leurs magnétoscopes à Poitiers (plutôt que dans les ports) et impose une redevance similaire à celle appliquée à la télévision.

La presse ironise vite sur la nouvelle « bataille de Poitiers », en référence à celle de 732, au cours de laquelle les Francs et les Burgondes dirigés par Charles Martel arrêtent l’invasion de l’armée omeyyade arrivée d’Espagne.

Il est bon d’y revenir car cette affaire est une magnifique illustration de la bêtise crasse des « élites » françaises.

Tout d’abord, elle est le produit des catastrophes budgétaires et monétaires qui ont suivi la « politique de relance » du président Mitterrand.

En effet, en 1981, pour financer les promesses des « 110 propositions pour la France », le nouveau gouvernement socialiste fait une politique keynésienne de relance en augmentant le SMIC de 4,6 %, les allocations logement de 25 % en juillet et de 20 % en décembre, et les dépenses générales de l’État tout en relevant l’impôt sur le revenu (IR) et en créant l’impôt sur les grandes fortunes (IGF).

Les finances publiques se dégradent rapidement sur fond d’inflation. Le franc dévisse face au mark allemand. Le déficit budgétaire fait plus que doubler, instantanément.

Le pouvoir d’achat supplémentaire crée effectivement une demande. Mais celle-ci n’est pas satisfaite par le marché intérieur.

Comme c’est pratiquement toujours le cas dans une économie ouverte, si la relance keynésienne conduit à un surcroît de demande, celle-ci est en grande partie satisfaite par les importations.

Le franc dévalue à deux reprises, le 4 octobre 1981 et le 12 juin 1982.

À l’approche de Noël, les commerçants savent que certains Français ont décidé de s’offrir le produit à la mode du moment, un magnétoscope. Leurs ventes étaient passées de 260 000 appareils en 1981 à 665 000 en 1982.

C’est donc pour limiter les inévitables importations de magnétoscopes que, le 22 octobre 1982, le gouvernement tente de leur imposer des contraintes administratives : les douaniers de Poitiers ouvrent chaque carton un par un dans un élan de zèle qui ne s’est heureusement jamais reproduit chez les ponctionnaires.

De plus, cette mesure devait favoriser Thomson, nouvellement nationalisé, et seul producteur de magnétoscopes en France.

Hélas ! Rien ne se déroule comme prévu – sauf par les sciences économiques.

Les importations sont bien divisées par 10 durant les deux derniers mois de 1982. Mais c’est au prix de pertes de TVA considérables.

Mais c’est aussi une perte pour Thomson… Qui est non seulement le premier producteur de magnétoscopes mais aussi le plus gros importateur de ces derniers en France.

Le nouveau PDG, l’inénarrable Alain Gomez, ne saura pas profiter de ce monopole légal et la production d’électronique grand public disparaîtra peu à peu en France, laissant place à des milliards de francs de dettes…

Un an plus tard, Édith Cresson abandonnera la mesure après des négociations avec les Japonais – ceux qu’elle appelait les « fourmis » dans cette xénophobie décontractée toujours pardonnée à la gauche parce qu’elle est la gauche !

Échec de la relance, échec des hausses d’impôt, échec du protectionnisme, échec de la politique industrielle, deux dévaluations, et retour en arrière en à peine un an !

Ces keynésiâneries sont emblématiques de la pauvreté de pensée des théories de la demande.

Tristement, les magnétoscopes ont disparu mais ni les idées fausses, ni Laurent Fabius.

Après un tel massacre, d’autres auraient pris une retraite mal méritée dans un corps d’État mais ce grand économiste aura continué à échouer avec ténacité en devenant le Premier ministre des trois millions de chômeurs, des « nouveaux pauvres », des « TUC », du plan informatique pour tous, du Rainbow Warrior et du sang contaminé. Redevenu ministre des Finances, puis des Affaires étranges, ce très grand juriste occupe maintenant la plus haute position judicaire du pays.

Friedrich A. Hayek avait raison, « le pire monte au sommet ».

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • nous élu maintenant font dans le localisme…

    -2
  • Fabius, 76 ans, perçoit encore près de 18000€ par mois, sans parler des revenus de son coquet patrimoine. Peut-être n’en serait-il pas de même s’il n’avait pas arrêté les magnétoscopes à Poitiers, donc de son point de vue, il avait parfaitement raison.

  • Il y a aussi une soit disante affaire de rémunération d’environ 6.000 euros par mois par membre du Conseil constitutionnel depuis 2001 qui ne correspondrait pas avec le barème légal

  • Un bon socialiste se doit de créer un bon impôts. Pour échapper à cette taxe, il suffisait de donner un nom et une adresse bidon. Ainsi, Raymond Barre (son pseudo) s’est retrouvé avec des centaines de magnétoscopes.
    Par contre, on saluera Fabius pour son efficacité à protéger ses parents de l’impôt sur la fortune en y excluant les « oeuvres d’art ». Gentil fiston va ! Les impôts Oui, m’a pas pour la gauche caviar.
    .

  • Vous vous souvenez de Fabius allant chercher ses croissants en bas de chez lui en robe dela chambre, suivi par une meute de journalistes? Et de sa femme roulant ostensiblement en 2CV ? 40 ans après, ces crapules ont encore une influence sur nos vies, en orientant des politiques débiles qui mènent notre pays a sa perte.

  • Ce minable parasite est encore au poste de nuible en Chef, président du Conseil constitutionnel. Il a toujours confondu l’interet géneral avec le sien.
    Souvenez-vous pendant la présidentielle Il s’est raconté que si E Zemmour etait par malheur élu, Les referendums qu’il pourrait proposer serait déclarés inconstitutionnels !
    La Gauche n’a aucune limite dans le domaine de l’abject. Elle en a Seulemnt pour la liberté des autres.

  • Laurent Fabius fait parti des apparatchiks
    qui ont dirigé la France ces quarante dernières années sans scrupules,et nous en voyons le résultat.Tout ces gens nous pouvons les traiter de tous les noms d oiseaux possible en attendant ils ne sont pas à plaindre Mais tant que certains personnes votent pour eux ils auraient tort de changer.

  • En france plus on est pourri et plus on est dans le haut de la pyramide , c’est comme les étagères plus c’est haut moins ça sert .

  • Je me souviens très bien de cette épisode lamentable de la politique française.
    Tous les Maires de France devaient placarder sur la porte de leur Mairie les instructions qu’ils avaient reçus
    du Ministère des Finances, disant qu’ils devaient prêter main forte à d’éventuelles perquisitions domiciliaires,
    afin de voir si vous possédiez un magnétoscope frauduleusement.
    Et en 1984, ils ont récidivé en instaurant un strict contrôle des changes.
    Vous n’aviez pas le droit de changer plus 600 francs français par foyer fiscal et par an.
    il fallait inscrire toutes les opérations de change dans un carnet d’allocations de change
    fourni par la banque dans laquelle vous étiez client.
    Le monde entier se posait la question : Mais que se passe-t-il en France ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
1
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles