À l’écoute d’Atlas Shrugged

Atlas Shrugged n’est pas un simple roman, mais également un plaidoyer, pas uniquement à destination des seuls génies, entrepreneurs ou artistes, mais aussi pour toute personne encore douée de raison.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
atlas credits jeff berman (licence creative commons) https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’écoute d’Atlas Shrugged

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 mars 2015
- A +

Par Marius-Joseph Marchetti.

atlas credits jeff berman (licence creative commons)
atlas credits jeff berman (licence creative commons)

 

« L’homme se crée un monde à son image. Il a le pouvoir de choisir, mais ne peut échapper à la nécessité de faire des choix. S’il y renonce, il renonce à son statut d’homme et fait le choix de voir son existence devenir un immense chaos gouverné par l’irrationnel. Celui qui pense sans concession à la volonté d’autrui, celui qui donne réalité à l’allumette ou au jardin qu’il a imaginé dans sa tête, devient par là-même un homme, donnant ainsi la pleine mesure de sa valeur »
Professeur Akston, La Grève

L’homme qui a abandonné sa raison, a abandonné la faculté nécessaire à sa survie. À l’inverse des plantes et des animaux, l’homme, sauf à ne plus être un homme, ne peut survivre sans elle. Il est obligé d’utiliser un processus de réflexion prolongée pour survivre et se développer. L’homme qui abandonne la raison, comme on le voit si souvent dans La Grève, n’est plus capable de prendre la moindre décision, car il n’a plus aucune estime de lui. Quelle estime de soi pourrait avoir l’homme justifiant l’éthique de ses choix du fait qu’ils sont mécaniquement tracés et parfaitement prédéfinis par une quelconque matrice incontrôlable ?

Un homme ayant peu d’estime de lui-même se trouve dans l’incapacité de faire un quelconque choix et renvoie systématiquement cette responsabilité à la personne en mesure de l’endosser car consciente de sa propre valeur. Et quel est donc cet homme, qui sera privilégié par cette dévaluation de la raison, la qualifiant d’enfer et d’illusion, et se vantera de lutter « contre l’égoïsme parsemant nos sociétés occidentales et pour le bien commun. » ? Oui vous avez compris. C’est l’homme politique, et l’entité monstrueuse qui lui permet d’user de la violence et du clientélisme comme il le souhaite. Ayn Rand nous décrit ainsi un processus par lequel le politicien, par ses politiques « altruistes », déresponsabilise l’individu, l’emmène à renier sa raison et son estime de soi, et réitère cela de telle manière que l’homme n’a plus d’autre alternative que de laisser l’État régir entièrement sa vie. Atlas Shrugged contient ainsi un avertissement très clair et présente le résultat du processus :

Le pillard politique a toute légitimité, l’individu doit se subordonner aux masses et à l’intérêt général, car il court sinon le risque d’être méprisé, l’homme qui aurait le malheur de reconnaître qu’il vit pour lui-même commet un blasphème, bon nombre de personnes ont en horreur la raison, la réalité et leurs effets. Enfin, l’homme est envisagé uniquement comme un être vil et servile n’existant que dans le but d’être asservi, d’être l’instrument du bonheur d’autrui, d’être un animal sacrificiel.

Atlas Shrugged est également l’expression de la lutte des classes, pas celle imaginée par Marx mais justement celle qui l’a inspiré. Atlas Shrugged est le reflet de la lutte des classes imaginée par les libéraux français du XIXème siècle. À l’inverse du combat des marxistes, celle-ci n’oppose pas les propriétaires de moyens de production aux prolétaires, mais ceux qui financent l’État contre ceux qui en bénéficient. La grande majorité des ennemis de Dagny Taggart et John Galt sont des businessmen (ou ce qu’il en reste) qui vivent bien moins de leur talent d’entrepreneurs et de leur capacité à innover que de leur aptitude à obtenir des privilèges auprès des parlementaires, comme Orren Boyle, Mowen, et bien d’autres, à l’inverse de Dagny Taggart et Hank Rearden.

Le milieu « des prolétaires » n’y est pas non plus épargné : certains d’entre eux démontrent une forte propension à mettre en place des décrets afin d’œuvrer pour ce fameux bien commun, ou pour le bien sacrificiel comme il conviendrait plutôt de dire ; certains par exemple ont rejoint le Ravin de Galt afin d’échapper aux décrets imposés par d’autres, comme celui portant sur les cerveaux (il suffit de voir la réaction d’Eddie Willers, l’employé de Dagny Taggart travaillant au sein de la Taggart Transcontinental, une société de chemin de fer, à l’annonce de la mise en application du décret sur les cerveaux). La lutte qui caractérise notre époque n’est pas celle du riche contre le pauvre, de l’employé contre le chef d’entreprise. La lutte qui est à l’œuvre est un affrontement du rationnel contre l’irrationnel, une lutte du rationnel contre la violence et le mysticisme.

« La raison n’est pas automatique. Ceux qui la nient ne peuvent pas être conquis par elle. Ne comptez pas sur eux. Laissez-les seuls. »
Ayn Rand

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Merci pour ce beau texte. Je vous conseil vivement de lire « Vie et destin » de Vassili Grossman.

  • Ce livre est une photo du communisme d’après guerre. Ce qui a fait fuir l’auteur aux USA.

    Cette photo du passé, est aussi la photo de notre politique d’aujourd’hui.
    Nous sommes dans le communisme.
    En France, aux USA, de partout dans le monde.

    Quand Hollande passe à la TV, vu hier soir, pour dire attention le FN ne doit pas passer, mais le PS, si….

    Je me demande jusqu’où notre démocratie peut nous conduire au nom de notre propre bonheur, notre liberté, notre égalité, notre fraternité…..

    Comment notre peuple peut il encore supporter cela ?!

    C’est justement « grâce » à ce que vous dites: (utilisé par le pouvoir et transmuté)
    Il faut supprimer la dignité humaine, le respect personnel. Diluer les responsabilité. Effacer l’individu.

    Lorsque l’on a plus aucun repère, la parole providentielle et unique d’un Hollande mou du flan, est la seule et unique voie (voix ?) à suivre.

    Notre domestication est parfaite, notre futur est décidé dans la technocratie de l’Europe et de l’Élysée.

    La raison ne peut plus rien y faire.

    Je propose une autre solution: la folie !
    Car la folie déraisonnable et imprévisible est la seule voie (voix…) responsable face au communisme de masse.

    • Pas bête, en effet.

      Ce qu’on pourrait appeler aussi « la diagonale du fou ».

      Mais j’ai une autres solution, plus efficace, plus sûre : revenir à la source même d’Atlas Shrugged, parfaitement bien traduite dans la version française du titre : « La Grève ».

      L’instrument principal de notre servage c’est… l’argent. Et/ou notre force de travail, c’est la même chose.

      Nous leur donnons, littéralement, le levier pour nous asservir.

      En fermant, même un peu, le robinet à pognon, mécaniquement leur pouvoir de nuisance sur la société diminuera.

      La corrélation est évidente.

      Sans une manne d’argent « public », sans un déficit budgétaire annuel de 80 milliards, dans la collectivisation de la majeure partie du PIB… Hollande, Valls, Royal, Sarkozy (et tous leurs complices), auraient BEAUCOUP MOINS de pouvoir sur nous.

      Ils seraient au chômage, ou seraient de petits employés, voire de petits patrons… et nous serions débarrassés de leur folie constructiviste.

      Donc, la Grève.

      -réduisez votre temps de travail, vos revenus
      -réduisez vos investissements, votre consommation
      -licenciez, expatriez-vous, réduisez la voilure
      -rendez coup pour coup

      Vous multipliez cela par quelques centaines de milliers d’individus… et c’est game over. Tout leur système s’effondre.

      Je vous rappelle cette prétention qui, si on réfléchit, relève de la démence : sur 100 euros que vous dépensez, l’Etat (lire une mafia privée) vous vole 20 euros.

      La TVA.

      Pourquoi ?

      Parce que. Parce que le « consentement à l’impôt ». L’arnaque la plus hystérique qu’il soit.

      Et ces 20 euros sont ensuite utilisés contre vous.

      C’est ça le vice de leur système.

      Réveillez vous bon sang. Faites la Grève.

      • J’aime bien votre solution, (échec et « Maths ») !

        Juste qu’il y a un petit problème:

        Qu’est ce qui empêche l’Etat de taxer l’eau, l’air (CO2), nos rejets (n’importe lequel), notre électricité, notre terrain, notre maison, notre nourriture (liste suivant fantaisie du ministre en place), d’ajouter en plus une part syndicale (sur toutes ces factures), d’ajouter une contribution truc, d’ajouter une taxe pour nous protéger de nous meme sur la route…etc….

        Voyez vous, cela dépasse largement le cadre de la raison, personne ne peut se couper completement à moins de partir (et meme, dans cas, ils trouveront….)

        Enfin dernier argument, les gens intelligents, compétents méritent à juste titre gagner de l’argent. Ils sont donc dans un engrenage où ils utilisent leurs capacités à nourrir le léviathan.

        Aucune solution !

        Sauf la folie collective. Celle qui demande en bloc des comptes, maintenant !

        • Qu’est-ce qui empêche l’Etat de taxer (votre liste) ? Rien, c’est déjà fait. Qu’est-ce qui l’empêche d’augmenter toutes ces taxes dans un futur proche ? Rien, et il va le faire. Jusqu’à une révolte violente, forcément.

  • Ça respire l’optimisme ici 🙁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le titre du dernier ouvrage, considérable et remarquable de par l'ampleur et l'érudition, de Jean-Philippe Delsol, Civilisation et libre arbitre, peut paraître quelque peu sévère, mais réfléchissez-y, c'est là que tout se joue, s'est joué et continuera à se jouer, à moins que l'on n'interrompe la partie, qui est la nôtre et explique pourquoi l'Occident est différent.

Réfléchissons-y, car cela ne va pas de soi. Dit sans fard, la grandeur de notre civilisation réside dans l'idée que l'Homme dispose du pouvoir et de la liberté de penser e... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

Par Gary M. Galles. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Alissa Rosenbaum était l'un des écrivains les plus controversés de l'histoire de l'Amérique. Pourquoi, alors, peu de gens ont-ils entendu parler d'elle ? Parce que tant les éloges que les attaques intempestives ont été dirigés contre le nouveau nom qu'elle a adopté après avoir quitté la Russie pour l'Amérique - Ayn Rand.

Son influence est incontestable. Elle a vendu plus de 30 millions de livres, et des décennies après sa mort en 1982, des centa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles