Patrons « mauvais joueurs » ? « Libé » à côté de la plaque

Libération faisait sa une de jeudi sur les patrons « mauvais joueurs ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Patrons « mauvais joueurs » ? « Libé » à côté de la plaque

Publié le 21 février 2015
- A +

Libération faisait sa une de jeudi sur les patrons « mauvais joueurs ».

Par le Parisien libéral.

Journal Libération credits Luc Legay (CC BY-SA 2.0)
Journal Libération credits Luc Legay (CC BY-SA 2.0)

 

Sacré Libé !

Plutôt que d’enquêter sur le risque de faillite prochaine des régimes de retraite Agirc-Arrco, plutôt que de parler des signes de faillite de l’État français (professeurs payés en retard, armée qui se sépare de son matériel, négociations pour vendre des îles…), ou même plutôt que de parler du fait que les profanateurs du cimetière juif de Sarre-Union étaient des antifas, d’extrême gauche donc, Libération, toujours dans sa stratégie de recherche de boucs émissaires et d’alignement sur les thèses du gouvernement, décide de faire sa une sur « le patronat, les mauvais joueurs ».

Mauvais joueurs dans quelle pièce ? Le pacte de responsabilité, sketch assez mauvais, que nous servent Hollande et le gouvernement en guise de politique de redressement de la compétitivité des entreprises.

Pour Libération, le double échec des discussions par branche sur les contreparties au pacte de responsabilité ainsi que celles sur la réforme des rapports sociaux révèle « le peu de cas que le patronat fait des négociations ». Globalement, le « patronat » ne s’engagerait pas à un nombre suffisant de créations d’emplois, d’améliorations des conditions de travail ou d’investissements en échange de la promesse de diminuer de 40 milliards d’euros le coût du travail.

Seulement, il y a un double problème que le gouvernement refuse d’envisager, en dehors de l’hypothèse des méchants patrons : d’une part, et malgré ce que le MEDEF a pu dire, l’idée même de négocier des contreparties à telle ou telle loi est stupide. D’autre part, les syndicats patronaux auront beau négocier quoi que ce soit, ils ne représentent qu’eux-mêmes.

Parce que, quand on y réfléchit deux secondes, quel est le lien entre le MEDEF et les entreprises, dont la plupart ne sont pas des membres du CAC 40, mais plutôt des boites entre 0 et 10 salariés ? Dès lors, et sachant que pour une entreprise, créer des emplois est un moyen mais certainement pas une fin, comment un syndicat patronal pourrait s’engager sur des créations d’emplois ?

Les syndicats patronaux ont décidé de prêter le flanc à la critique. Ils vont accepter des allègements de charge en échange de contreparties qui n’ont ni queue ni tête et sur lesquelles ils ne peuvent pas formellement s’engager. Ce n’est pas le bon sens qui les étouffe.

Les entrepreneurs ne jouent pas. À la différence des administrations sous perfusion d’argent public ou des médias subventionnés.

Sinon, chez Libé, c’est quoi le plan d’embauche ?

Sur le web

À Lire aussi : Sauvez Libération ! Voici comment

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Le « patronat » n’est qu’un mythe, une sorte de nébuleuse imaginaire de gens ultra-riches et complotant tous ensembles, une invention marxiste. Peut-être devrait-on alors parler de « employat », l’ensemble organisé des personnes refusant de lever le petit doigt (« travailler ») sans une garantie de salaire à la fin du mois. On pourrait écrire des choses du genre : l’employat, malgré ses engagements pris auprès du patronat et de l’Etat, ne s’est pas adapté aux nouvelles technologies, ruinant les espoirs que le Pacte de Compétence avait fait naître…

  • Les syndicats ne représentent QUE leurs adhérents .
    Les politiques ne représentent QUE leurs adhérents.

    Les sympathisants du premier syndicats salarié ne pèsent pas plus de 13 à15% des salariés
    Guère mieux côté politique
    Bien bien moins coté employeur

  • Les patrons se font verser de l’argent par des clients consentants, hors le monde de l’entreprise de connivence para(étatique.

    Libé vole des millions en subventions car le peuple ne veut plus lire le torchon stalinien .

    Qui joue quel jeu? qui vole son dû et qui le gagne?

  • euh comme patronat celui de LIbé est plus nul que nul, sauvé plusieurs fois de la faillite par les capitalistes de copinage et ses vnetes continuent de chuter et ses pertes de s’accumuler

  • Petite question aux journalistes de Libé :
    Avec les millions d’euros d’aides directes et indirectes que votre journal touche chaque année, combien d’emploi avez vous créé en contrepartie ?
    Aucun !!!
    Alors avant de venir faire la morale aux entrepreneurs, balayez dans votre cours !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Patron PME Commerçant petite entreprise
0
Sauvegarder cet article

Je suis patron de trois PME : une au Luxembourg et deux en France. Voici quelques réalités simples et indiscutables de mon quotidien professionnel.

Premier exemple

Facture d’électricité d’une petite entreprise au chiffre d'affaires de deux millions d'euros par an. On paye de la TVA sur des taxes.

consommation................ 1 127,34 euros acheminement................     764,75 euros taxes et contributions.....     301,47 euros TVA 20 %........................     438,71 euros Total facture.................  2 632,68 euros

&n... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Une grande enquête mondiale (44 400 personnes interrogées dans 55 pays) menée par sept organisations dont, pour la France, la Fondapol, un think tank proche du parti Les Républicains, vient de paraître. Intitulée « Libertés : l’épreuve du siècle », elle traite d’une multitude de sujets : des menaces extérieures (notamment chinoise, russe et turque) aux enjeux sécuritaires intérieurs (délinquance, terrorisme, immigration, islamisme), en passant par la peur du déclassement économique ou ce... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Chez les Simond[1. Des piolets et des hommes par Denis Pivot, Éditions Paulsen, Collection Guérin-Chamonix, juin 2021.]de Chamonix, on était laboureur de père en fils depuis le XVIIe siècle. Quand son père décède en 1867, Adolphe Simond n'a que 13 ans. Premier garçon d'une fratrie de neuf frères et sœurs, il doit subvenir aux besoins de sa famille, mais étant trop jeune pour remplacer son père dans les champs, il apprend le métier de forgeron. C'est une idée de son oncle Auguste, lui-même guide de montagne et for... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles