Protéger les salariés jusqu’à les ruiner ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tampons administration bureaucratie credits frederic bisson (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Protéger les salariés jusqu’à les ruiner ?

Publié le 21 février 2015
- A +

Par Aymeric Pontier.

Complexité administrative René Le Honzec - contrepoints 238

Depuis les années 1990, le secteur productif français a connu une multiplication sans précédent des textes normatifs ou réglementaires, notamment dans le domaine Hygiène, sécurité, environnement (HSE) qui est relatif aux risques professionnels au sein de l’entreprise.

Si les grands groupes ont les moyens de surmonter une telle complexité administrative, ce n’est pas le cas des petites structures qui éprouvent de plus en plus de difficultés à appliquer la loi. Non pas par défiance, juste par manque de moyens. En effet, obligées de recourir aux services de consultants spécialisés, elles doivent piocher sans cesse un peu plus dans leur trésorerie pour se mettre en conformité. Ce qui réduit d’autant leur capacité à investir ou à augmenter la rémunération de leurs employés.

Aymeric Pontier (tdr)

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est les politiques et eux seuls qui sont responsables de ça.
    40 ans d’umps.
    Du balai aux prochaines élection.

  • Même la plus petite structure doit déjà payer un cabinet comptable avec un expert comptable juste pour être sûr d’être en règle avec le fisc et tous les organismes sociaux (URSSAF, RSI, etc.)

  • En France, l’’irresponsabilité des fonctionnaires et élus a atteint un niveau auquel il faut mettre un frein d’urgence. Les 41milliards dépensés par l’Etat pour aboutir à doubler le nombre de sans abris, doit être le signal de départ d’un arrêt net de la gabegie gouvernementale.? Y compris par la méthode forte : l’extension de la compétence judiciaire de la cour européenne de justice aux crimes législatifs commis par les ministres dans l’exercice de leurs fonctions. L’Europe a analysé le massacre du logement commis par Duflot en France et dénoncé la gravité de la situation que le gvt, toujours aussi incroyablement heureux de se survivre, ignore superbement ! Il faut obtenir de l’Europe une législation internationale permettant la condamnation et l’emprisonnement de ministres ayant aussi gravement porté atteinte à la démocratie, par leurs résultats aussi déplorables que prouvés.!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Un constat lucide sur la complexité administrative aux solutions trop lacunaires

On attendait le livre de ces deux auteurs depuis longtemps. Paru le 17 novembre 2021, Simplifions-nous la vie ! offre un juste constat sur les dangers de la complexité normative engendrés par une inflation législative générant un désordre normatif. Si le constat est juste, les solutions proposées, intéressantes cependant, souffrent de certaines lacunes.

Un constat juste : la complexité normative engendre des inégalités et affaiblit la cohérence de l’ordre jur... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles