L’immortalité ? Peut-être pour bientôt…

Comment l’étude des mouches est peut-être en train de révolutionner notre avenir…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’immortalité ? Peut-être pour bientôt…

Publié le 21 février 2015
- A +

Par Jacques Henry.

Metropolis credits Andres fevrier  (CC BY-NC-SA 2.0)
Metropolis credits Andres fevrier (CC BY-NC-SA 2.0)

 

On n’en est encore qu’au stade de laboratoire et sur des mouches du vinaigre (Drosophila melanogaster) mais c’est un grand pas vers le mythe de l’immortalité qui vient d’être franchi. Pour nous, mortels, et dans notre imaginaire, seuls les dieux sont immortels, c’est dans notre esprit le seul détail, et d’importance, qui différencie les dieux des humains même si ces dieux ont souvent pris forme humaine par le passé. Il est maintenant admis que nous sommes mortels parce que notre machinerie cellulaire est incapable de gérer au cours du temps les mutations induites par des agents extérieurs ou simplement dues au hasard. Ces mutations s’accumulant, il arrive alors qu’un organe ne puisse plus fonctionner correctement et la mort s’ensuit. Expérimentalement on a observé chez les mouches du vinaigre, un animal de laboratoire de prédilection pour les généticiens, que les cellules déficientes s’accumulaient en formant des sortes de clones qui finissent par perturber un organe, dans le cas de ces mouches il s’agissait des ailes.

Cette simple observation a indiqué que l’apparition de cellules déficientes n’était pas l’apanage des adultes mais qu’elle était présente également chez les embryons et au cours du développement. Il en est de même chez les humains et bien d’autres animaux. L’une des indications qu’une cellule défectueuse ayant formé un petit clone lui-même défectueux dans un organe se situe au niveau des interactions entre cellules pour diverses raisons comme en particulier une croissance réduite ou l’absence de réponse à des signaux inter-cellulaires. En fait l’organisme s’arrange le plus souvent pour éliminer les cellules défectueuses, c’est le cas par exemple des lymphocytes sentinelles avec les cellules cancéreuses.

Pour devenir immortel il faudrait en fait que les cellules se détruisent elles-mêmes quand elles deviennent défectueuses à la suite d’une mutation pour préserver la santé du reste de l’organe dont elles font partie et par conséquent de l’organisme tout entier.

Jusqu’à de récents travaux d’une équipe de biologistes dirigée par le Docteur Eduardo Moreno de l’Université de Berne en Suisse, on ignorait si les cellules possédaient ce pouvoir d’auto-destruction dans le cas d’une accumulation de mutations dommageables pour leur « santé » fonctionnelle. L’astuce qui a été utilisée pour détecter la présence d’un tel gène a consisté à sélectionner un organe. Dans le cas des mouches, ce fut leurs ailes, le tout pour suivre facilement si l’expression d’un gène réparait la structure de l’aile en éliminant les cellules défectueuses qui formaient, au cours du développement de la mouche à partir des pupes, des patchs indésirables dans ces ailes rendant celles-ci moins performantes pour le vol et mettant donc ainsi en danger la vie des mouches. Et c’est en stimulant dans la mouche l’apparition de cellules « bien portantes » des ailes que ces biologistes ont observé ce qu’il advenait des cellules mal programmées en raison de mutations spontanées ou induites. La présence de ces cellules saines entrant donc en compétition avec leurs homologues aux fonctions métaboliques amoindries induisait l’expression d’un gène particulier qui a pour rôle de précipiter la mort de ces cellules « en mauvaise santé ». Ce gène a été appelé « azot », un diminutif de Ahuizotl (AhuiZOT l).

Capture d’écran 2015-01-16 à 12.33.13 (Jacques Henry TDR)

 

Il faut reconnaître que les scientifiques ont un don certain pour trouver un nom à leur découverte ! Ahuizotl était en effet une divinité aztèque dont le rôle était de contrôler le nombre de bateaux de pêche se trouvant sur les lacs pour protéger les ressources en nourriture en détruisant les bateaux en surnombre. C’est un peu ce qui se passe au niveau de la drosophile. Le produit du gène « azot », remarquablement conservé dans le monde vivant, y compris chez les humains, participe à la sénescence accélérée des cellules défectueuses.

Quand les embryons de mouche sont irradiés avec des rayons ultra-violets, si le gène « azot » ne peut s’exprimer – on arrive à réduire au silence ce gène par des manipulations génétiques appropriées – près de 100 % des embryons meurent. Si au contraire ce gène est sur-exprimé alors plus de 70 % des embryons arrivent au stade adulte malgré les dommages apparus après irradiation avec ces ultra-violets. De plus la durée de vie des mouches est considérablement augmentée quand ce gène est également sur-exprimé, de 24 jours, l’espérance de vie normale d’une drosophile, jusqu’à 72 jours ! Autant dire que ce résultat exposé dans un article remarquablement documenté paru dans le journal Cell (voir le lien) autorise tous les espoirs d’allongement de l’espérance de vie. On peut sans peine imaginer que dans un futur (lointain) la stimulation de l’expression de ce gène en agissant spécifiquement sur son promoteur par l’intermédiaire d’une molécule chimique ciblant spécifiquement ce dernier nous permettra de vivre 240 ans voire plus. Tout est expliqué dans un article paru dans le journal Cell en libre accès, bonne lecture !

DrosophilaMelanogaster_InstitutZellbiologie (Jacques Henry tous droits réservés)

 

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Ouf , heureusement , nous serons morts d’ici là ! 😉 . L’immortalité , un rêve pour les agnostiques, un cauchemar pour les autres 😉

  • l’immortalité …..ok , mais on stérilise les socialistes avant sinon cela sera l’enfer

    • bonjour reactitude,désolé de vous contrarier, on ne stérilise personne, sinon (et d’urgence ) les pseudos savants auteurs du truc , partant nous sommes déjà plusieurs milliards de crétins (dont votre serviteur ) sur terre !

    • Ce sera l’enfer de toute façon, ils feront les essais avec des mouches, puis les moustiques, les rats, les chiens, les politiciens, et à la fin seulement l’homme de la rue, s’il en reste un qui a le courage !

  • Devenir immortel, certes, mais cachez-moi ce vieux que l’on ne saurait voir. Cohérent peut-être, mais éthiquement… neutre?

  • L’immortalité, c’est comme l’éternité, c’est long surtout vers la fin…..

  • l’éternité,c’est long!surtout vers la fin…

  • L’immortalité? Quelle horreur!

  • Rallonger l’espérance de vie tout en restant jeune, ne rallongera pas pour autant la période de fécondité des femmes… Leur stock d’ovocytes reste limité.
    Du coup d’un point de vue strictement reproductif, cela pourrait nous mener à notre perte, si le sujet n’est pas lui aussi pris au sérieux, parce qu’à vivre plus longtemps, les gens auront tendance à repousser les choses, tout comme le font aujourd’hui la plupart, qui fondent davantage une famille dans la trentaine plutôt que dans le début de la vingtaine sur les générations précédentes, voir même avant. (Ce qui pose déjà des soucis.)

    • Ponction d’ovocytes quand la femme est jeune. Congélation pour stockage longue durée. Réimplantation le jour où la femme désire sa grossesse.
      Problem solved.

  • Une catastrophe humanitaire. Seuls les fortunés en profiteront, et les autres seront leurs esclaves.

  • La cellule cancéreuse finit par acquérir un statut d’immortalité (et ce malgré les rayons et la chimio). Est ce qu’azot pourrait avoir une responsabilité dans cette acquisition??

  • La question que je me pose est la suivante : si c’est aussi simple de multiplier la durée de vie d’un organisme (simple surexpression d’un gène), alors pourquoi ne voit pas systématiquement ce gène surexprimé dans la nature? L’avantage serait énorme pour ceux qui porte ce phénotype…

  • L’immortalité physique serait la dictature de la gérontocratie, un coup d’arrêt au renouvellement des idées, une stase absolument insupportable. La nature est soumise aux lois du changement, et toutes les formes de vies y sont soumises. Il n’y a pas de raison que le corps physique de l’être humain y échappe. La seule « immortalité » qui vaille est, bien sûr, celle de l’âme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Marie José Stasia. Un article de The Conversation.

Le rajeunissement par le biais de la reprogrammation cellulaire a fait récemment fantasmer des milliardaires comme Jeff Bezos, l’ex-PDG d’Amazon, ou le magnat russe Iouri Milner, probablement en quête d’immortalité.

Trois milliards de dollars ont ainsi été levés par la société de biotechnologie Altos Labs, fondée par Milner et lancée officiellement le 19 janvier 2022, attirant les plus éminents scientifiques dont Shinya Yamanaka le japonais découvreur de la reprogrammation c... Poursuivre la lecture

Après la peste et toutes les pires pandémies qu’a pu connaître notre humanité, le monde a fini par revenir à la normale et continuer d’avancer. Les technologies sont passées par là, avec ce qu’elles représentent en termes de poids économique. Nul ne me contestera que de nombreux acteurs du secteur ont pu saisir dans cette pandémie une réelle opportunité de croissance… solutions pour le télétravail, solutions de surveillances de salariés, mise en place du click and collect, solutions sanitaire… solution de télétravail alternative : Netflix et ... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

Dans une société libre, débattre est un plaisir. Les libéraux aiment le débat, la joute oratoire ferme et courtoise. Ils aiment convaincre. Ils n’aiment pas contraindre. C’est plus difficile mais beaucoup plus exaltant. Ce débat libre est un des marqueurs de la vitalité de la liberté dans une société.

En France aujourd’hui, le débat est moribond, la réflexion a disparu. Ils ont laissé la place à l’anathème, à l’insulte envers ceux qui s’opposent au politiquement correct, ou qui sont simplement différent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles