La fabrique des faux souvenirs climatiques

La critique du changement climatique ne serait plus de mise, selon ses défenseurs. Mais d’où tiennent-ils leurs informations ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fabrique des faux souvenirs climatiques

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 février 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.

Hypnose credits bibliothèque de la faculté de séville (CC BY 2.0)
Hypnose credits bibliothèque de la faculté de séville (CC BY 2.0)

C’est une « semaine-clé » qui se passe à Genève en ce moment-même pour sauver le climat. D’accord, cela ne nous change pas beaucoup des « réunions cruciales », des « rendez-vous de la dernière chance » et autres « ultimes espoirs » pour la diplomatie climatique, mais bon : Havas-Paris a décidé que ladite « semaine-clé » était le bon moment pour commander un sondage à Ipsos, histoire de contrôler que les Français pensent bien comme il faut d’étudier l’opinion publique à l’approche de la conférence du siècle (Paris Climat 2015).

Inutile de dire que les pages « Planète » du Monde n’allaient pas manquer de nous narrer par le menu les résultats de ce sondage, qui ne comporte bien entendu que des nouvelles qui vont dans le sens du vent objectives sur l’état de l’opinion. Le Journalderéférence nous indique ainsi que « le climatoscepticisme n’est plus de mise » : serait-ce qu’on observe une baisse de ses partisans ? Eh bien… on n’en sait rien, puisque le pourcentage du sondage (20%) n’est pas comparé à un pourcentage antérieur. Au moins, là on est sûr qu’on est dans les pages « Planète ». On lit dans Le Point une comparaison avec un sondage de 2010 fait par un autre institut, qui donnait à l’époque 26% de climatosceptiques. Si l’on tient compte du ponctuel « effet Allègre » de l’époque, joint à l’échec de Copenhague, je ne suis pas sûr qu’on puisse dire que les climatosceptiques sont vraiment en chute libre. Je dirais même qu’atteindre 20% malgré le matraquage permanent qui fait que le jury du climathon a chaque semaine l’embarras du choix parmi ses nominés, c’est déjà pas mal.

Il y a au moins quelque chose d’amusant dans ce sondage, ce graphique que je reprends du Monde :

SondageIpsos

Ne demandez pas aux pages « Planète » un quelconque regard critique sur ces chiffres, qui montrent pourtant de la manière la plus crue que les Français interrogés ont une approche de la question qui est à mi-chemin entre le café du commerce et le « y a plus d’saisons ma bonne dame ». En effet, la France ne se réchauffe plus depuis près de vingt ans (tout comme la planète dans son ensemble, d’ailleurs), si bien qu’on peut soupçonner les 56% de Français ayant ressenti une augmentation de la température moyenne d’avoir quelque peu calqué leur ressenti sur ce que le sondage semblait attendre d’eux. On peut au moins avoir un mot favorable à l’égard du Figaro qui, commentant ces chiffres, a le bon goût de songer à préciser que

« Si l’augmentation du thermomètre est une constatation faite à l’échelle du globe [NdlR : OK, là, ça commence mal, mais ça s’arrange juste après], l’impact actuel du changement climatique sur la fréquence des inondations est moins évident, même à l’échelle de l’Europe.

Les scientifiques relèvent par exemple une augmentation des sécheresses en Europe du Sud mais aussi des épisodes de pluies plus intenses, qui peuvent se traduire par des inondations. Les inondations sont par ailleurs très liées à l’urbanisation et aux pratiques agricoles (déforestation, etc.). »

Bref, les Français n’ont rien de grenouilles météo. À leur décharge, les médias qui les bombardent à grands coups de « 2014 année la plus chaude » ne les y aident guère.

Sur le web

Voir les commentaires (134)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (134)
  • Il faut bien avoir en tête que « Réchauffement climatique » ne veut pas dire « élévation des températures », mais « plus d’énergie dans le système ».

    Je vais juste citer 3 trucs :
    – Vous montez la température de la glace (pardons : Vous apportez de l’énergie sous forme thermique), la température de la glace ne s’élève pas : L’énergie est utilisée pour faire fondre la glace. C’est ensuite, quand il n’y a plus que de l’eau que la température monte.
    – Plus d’énergie dans le système, ca ne veut pas dire « plus chaud », ca veut aussi dire plus de phénomènes violents. Une tempête ou un orage peut en effet être vu comme un système de régulation de l’énergie; ou une énergie produite est dissipée sous une autre forme qu’un « banal et uniforme » réchauffement.
    – Le « réchauffement climatique » ne doit pas se traduire pas une élévation de la température uniforme; il y aura même certainement des endroits ou cette température baissera (notamment en Europe).

    Bref, je respecte votre point du vue, et je partage aussi votre point de vue sur les sondages : Ils servent à dire à la population ce qu’elle doit penser (je me suis d’ailleurs dit ca cette semaine au sujet du sondage pour les JO de 2020 : Je suis sur que les Français sont contre parce qu’on a pas a payer (et donc à cautionner) la corruption de ce système… bon bref…. fin de la parenthèse)…
    Mais la je ne suis pas d’accord avec votre argumentation.

    PS: C’est bien un site ou on peut écrire une réponse sans devoir s’inscrire. Personnellement même si j’ai quelque chose à dire, sur un tel site, je ferme la fenêtre.

    • Vos trois exemples sont hors de propos:

      – Si vous avez de la glace à -50°C, ce qui est le cas en antarctique par exemple, et que de l’énergie est ajoutée, sa température montera sans qu’il y ait une molécule qui fonde. Or, la majeure partie de la glace sur Terre est à une température suffisamment inférieure au point de fonte pour que ce que vous dites n’ait aucun sens.

      – Il n’y a absolument pas la moindre preuve, ni directe, ni indirecte (via des statistiques, par exemple) d’une augmentation des phénomènes météorologique violents lorsque la température augmente. En fait, quand un s’y connaît un peu en météo, on sait que les phénomènes violents sont le plus souvent liés à une confrontation entre chaud et froid, et que c’est donc à la fois la différence de températures et les flux d’air et d’eau qui jouent dans ces phénomènes. Et non la température absolue.

      – La non uniformité du réchauffement est une évidence, en effet, pour quiconque se penche sérieusement sur le sujet. Or le GIEC communique sur une température globale. Il y a pourtant des zones où ça se rafraichit et d’autres où ça se réchauffe… Cela étant, globalement, si on doit prendre les chiffres officiels du GIEC, il n’y a plus de réchauffement depuis 1998. D’où, d’ailleurs, le besoin de trafiquer les données du CRU. Voir détails du Climategate ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Incident_des_e-mails_du_Climatic_Research_Unit

      • « – Si vous avez de la glace à -50°C, ce qui est le cas en antarctique par exemple, et que de l’énergie est ajoutée, sa température montera sans qu’il y ait une molécule qui fonde. Or, la majeure partie de la glace sur Terre est à une température suffisamment inférieure au point de fonte pour que ce que vous dites n’ait aucun sens. »

        Le comportement de la glace est plus complexe que 0 ou 1. L’Antarctique, pour reprendre votre exemple, n’est pas un système isolé où il règne une température homogène de -50°C. Des zones sont plus chaudes, notamment en été. Les glaciers et les plateformes glaciaires avancent, et fondent par la base quand il sont en contact avec l’eau de mer. Même chose pour le Groenland et les glaciers terrestres. Au total, la cryosphère perd un millier de gigatonnes de glace par an. L’argument de Mourioche est donc parfaitement fondé.

        • Et ? La glace d’eau ne fond pas à 0°C en antarctique, peut-être ? Ou, en partant de -50°C, elle ne passe pas à -49°C avant de passer à -48°C.
          Arrêtez donc de prendre l’excuse de la complexité. Il y a des choses simples. La glace d’eau pure fond à 0°C à 0m d’altitude. Et elle ne passe pas de -50 à 0 instantanément. Donc le post auquel je répondais disait des bêtises. Point n’est besoin de chercher midi à quatorze heures.

          Par ailleurs, pour quelqu’un qui veut me corriger, vous devriez savoir que l’antarctique, dont je parle, se situe au pôle Sud, bien loin du Groënland, situé dans l’Arctique. Ce qui fait que quand on voit, effectivement, une déglaciation du Nord, on constate au même moment une glaciation du Sud bien plus importante, invalidant votre histoire de gigatonnes.
          http://www.skepticalscience.com/translation.php?a=305&l=12

          • Le post auquel vous répondiez ne prétend rien d’autre que : l’énergie utilisée pour faire fondre de la glace ne fait pas monter la température de celle-ci. J’ai continué l’explication en précisant pourquoi, même si une partie de l’Antarctique connait des températures nettement négatives, ça n’empêche pas la calotte glaciaire de fondre, dans les régions où les températures sont plus clémentes, notamment sous l’eau, à la base de la plateforme. J’ai également signalé que le même phénomène pouvait être constaté pour la calotte du Groenland, ainsi que pour les glaciers terrestres (pour ces derniers, bien sûr, ce n’est pas sous l’eau qu’ils fondent, c’est aux altitudes où la température ne leur permet plus de persister sous forme de glace).

            Malheureusement, vous semblez confondre calotte glaciaire et banquise, parce que, au regret de titiller votre dissonance cognitive, je dois insister sur le fait que la cryosphère, dans son ensemble, perd environ 1000 gigatonnes de glace par an :
            calotte antarctique : -160 GT (DOI: 10.1002/2014GL060111)
            banquise antarctique : +26 GT (DOI: 10.1175/JCLI-D-13-00301.1)
            banquise arctique : -261 GT (doi:10.1029/2011JC007084, PIOMAS)
            calotte du Groenland : -378 GT (DOI: 10.1002/2013GL059010)
            glaciers terrestres : -259 GT (DOI: 10.1126/science.1234532)

            Libre à vous d’ignorer compètement les plus de 1000 gigatonnes de perte pour ne considérer que les 26 gigatonnes de gain de la banquise antarctique (qui soit dit en passant ne sont pas une glaciation « bien plus importante » que la fonte de 261 GT de la banquise arctique !). On appelle cela du « cherry-picking », méthode dont les pseudo-sceptiques sont friands.

            Et pour répondre à l’objection que vous pourriez émettre, oui, l’extension de la banquise antarctique est encore une question ouverte pour les scientifiques, même si des hypothèses sont déjà émises. Mais il y a près de 25 ans que des chercheurs prévoyaient déjà ce comportement en cas de réchauffement :
            http://dx.doi.org/10.1175/1520-0442(1991)0042.0.CO;2

        • Bonjour reverb
          Il y a 30 ans la glace (H2O) ne fondait pas, maintenant la glace fond CQFD.
          Le RCA c’est quand même pas difficile à comprendre, faut suivre un peu mon vieux.

    • 1/ Les glaces fondent… C’est pour ça qu’un bateau australien est pris dans les glaces antarctiques… 🙂
      De plus, je rappelle que les températures de la glace sous 0° varient, tout comme le fer solide peut atteindre des températures sous 1538°. Ensuite la température de fusion de la glace n’est pas à –35° mais 0°.

      2/ Où est donc la hausse des tempêtes et phénomènes violents ?

      3/ Où a-t-il été dit dans l’article que les températures devaient monter de manière uniforme ? Faites attention à ne pas sortir des réponses de façon litanique.

    • Bonjour Mouriocche
      ‘quand il n’y a plus que de l’eau’
      Ah bon! la glace ce n’est pas de l’eau.. on m’aurait menti 🙂

    • « L’énergie est utilisée pour faire fondre la glace. C’est ensuite, quand il n’y a plus que de l’eau que la température monte. »

      Ou du whisky.

    • Bien sur, mais la est tout le problème : le système est tellement vaste (l’océan en est le plus gros « container ») et tellement complexe qu’on est bien incapable d’évaluer la variation globale de cette énergie. Au final, l’élévation de la température atmosphérique moyenne à long terme est un indicateur parce que c’est le point d’entrée et de sortie de l’énergie. Mais cela ne nous dit rien sur la cause d’un réchauffement à long terme. En revanche, le fait de ne pas savoir prédire depuis 20 ans les variations à court terme de la température atmosphérique qui est le point d’entrée et de sortie de l’énergie montre bien que l’on ne maîtrise rien.

      Peut-être – ou pas : il y a plus d’énergie dans un atome que dans une liaison chimique entre atomes, mais celle contenue dans l’atome est moins susceptible d’être libérée. D’autre part « plus » ne veut pas dire grand-chose si on ne peut pas dire « combien de fois plus’. Vous remarquerez que les climatologues sont très prudent sur cette question d’augmentation de phénomènes climatiques parce que statistiquement on n’a pas d’indications qui vont dans ce sens. De plus ces phénomènes ne peuvent dépendre que de l’énergie de l’atmosphère et de la surface des mers qui est stable depuis 20 ans.

      Vous avez une boule de cristal ou vous croyez encore aux modèles du GIEC ?

    • Pour ce qui est de l’énergie liée au changement d’état de l’eau solide-liquide, je n’ai jamais vu d’évaluation d’ordre de grandeur entre la capacité thermique des océans et celle des glaces. Ce qui me laisse supposer que c’est négligeable. Essayez de refroidir un seau de 10 litres avec un petit glaçon d’un centimètre cube …

      De même, quelqu’un connaît-il la variation en pourcentage de la vapeur d’eau dans l’air depuis 1970 ? S’il y a réchauffement, elle doit être plus élevée, mais si c’est de quelques centièmes de pourcent, c’est pas ça qui risque de changer beaucoup le climat.

      Alors pourquoi mettre en avant des questions sur lesquelles les climatologues sont en réalité aussi discrets ?

    • – Vous montez la température de la glace (pardons : Vous apportez de l’énergie sous forme thermique), la température de la glace ne s’élève pas : L’énergie est utilisée pour faire fondre la glace. C’est ensuite, quand il n’y a plus que de l’eau que la température monte.

      Pas d’accord, cette énergie reste marginale. Quelques heures suffiraient à la faire fondre si elle était répartie.

      – Plus d’énergie dans le système, ca ne veut pas dire « plus chaud », ca veut aussi dire plus de phénomènes violents. Une tempête ou un orage peut en effet être vu comme un système de régulation de l’énergie; ou une énergie produite est dissipée sous une autre forme qu’un « banal et uniforme » réchauffement.

      Quelques orages en hiver ou à la sortie de l’automne, effectivement.

      – Le « réchauffement climatique » ne doit pas se traduire pas une élévation de la température uniforme; il y aura même certainement des endroits ou cette température baissera (notamment en Europe).

      Élévation peu importante. Pour le reste, il faudrait savoir quel est le temps nécessaire pour que les courants marins se modifient. La vitesse, cela on devrait pouvoir le mesurer.

    • « Plus d’énergie dans le système, ca ne veut pas dire « plus chaud », ca veut aussi dire plus de phénomènes violents.  »

      J’aimerais qu’on m’explique ce truc, qui va contre toute analyse scientifique. Extraire de l’énergie d’un système demande de disposer d’une source froide, en l’occurrence j’imagine le vide intersidéral puisque pour le moment nul n’a pu expliquer comment un éventuel changement climatique se traduirait par une augmentation des différences de température entre zones froides et zones chaudes à la surface du globe.
      Les phénomènes à la limite haute de l’atmosphère, ça n’est pas très inquiétant.
      Au contraire d’ailleurs, il me semble que les arguments réchauffistes vont plutôt vers un moindre refroidissement sans augmentation de la quantité de chaleur reçue, donc une atténuation des différences. Puisqu’on est dans la sodomie diptérique, on peut aussi noter que l’extraction d’énergie a un rendement qui dépend du rapport des températures absolues, et que quand on augmente la température moyenne ce rapport décroît.
      Bon, ce que j’en dis, c’est mes souvenirs des écoles, aujourd’hui je travaille seulement dans les statistiques d’événements naturels extrêmes et je me contente de constater l’absence d’augmentation…

  • À propos de « 2014 année la plus chaude » j’ai cherché en vain quel référentiel avait été utilisé pour faire une telle constatation … Curieux de faire une telle annonce alors que le Soleil entre dans une phase de grand calme mais l’effet sur le climat en général ne se fera pas sentir avant une dizaine d’années. On sent que les esprits des doctes membres de l’IPCC commencent à chauffer, sans faire de jeu de mots.

  • 75 % des sondés ont constaté PERSONNELLEMENT des inondations !? Des tempêtes plus fréquentes ou plus intenses ?!
    WTF ??
    Le plus beau, 32 % pour avoir constaté, toujours personnellement, l’extinction d’espèces animales ! Wouah !

    Ce sondage parfaitement inepte montre finalement une chose rassurante : 25 % des sondés (68 % pour ce qui concerne les naturalistes en herbe) ne prennent pas pour argent comptant le bourrage de crânes infligé chaque jour par les médias.

    • Mon chat est mort l’année dernière. Et j’ai eu un dégâts des eaux. Alors, hein ?

    • Je me suis fait la même réflexion. Soit les gens interrogés ne comprennent pas une question simple, soit ceux qui traitent les données ensuite font un sale travail.
      Quoi qu’il en soit, il y a au minimum 32% de ces chiffres qui ne valent rien. Et un sondage avec -au minimum- un tiers de marge d’incertitude est bon à jeter à la poubelle. Avec le journal qui le publie, d’ailleurs.

  • C’est marrant comme le fait qu’il puisse y avoir quelques personnes ne croyant pas en leur vérité dérange les réchauffistes.
    Comme toute religion, elle ne tolère pas la contradiction.

  • Ce qui est marrant sur le graphique, ce n’est pas tant les chiffres que la question : « … parmi les conséquences suivantes *liées au changement climatique*, etc. » Le doute n’est pas permis.

    • C’est ecrit petit, je n’avais pas vu, mais en effet, le paradigme est bien verouille et ne tolere aucun ecarts. Il faut que la conf de Paris soit un succes.

  • Rien que l’encadré de la Pravda des Bobos reproduit ici montre que tout ceci ne vise qu’à intensifier le lavage de cerveau de nos bons collectivistes, comme la plupart des sondages, d’ailleurs…

    • C’est à peu près du niveau d’un démarcheur à domicile qui vient vous vendre une assurance :
      – avez vous plus peur des cambrioleurs, de la maladie ou des accidents ?
      – justement j’ai exactement le produit qu’il vous faut …

      Moi, j’attends qu’on me propose une assurance contre la connerie des masses et contre les escrocs institutionnels.

  • Les vikings au 10ème avaient tellement chaud qu’ils se sont installés au Groenland, alors qu’au 16ème siècle on bouffait des glaçons en été partout en Europe (de façon imagée et hautement exagérée) et pourtant pas d’activité industrielle. Alors oui l’homme à un impact sur le climat puisqu’il contribue à l’élévation du taux de CO2 de par son activité. allumez un briquet, et vous réchauffer l’air autour de vous tout en produisant du CO2…., mais quelle est la valeur de cette contribution face à d’autres événement naturels comme les volcans qui eux ont des impacts beaucoup plus importants mais ponctuels. Demain il fera peut être plus chaud mais aussi peut-être plus froid à cause d’un évènement naturel majeur. (d’ailleurs si le Gulf Stream s’inverse pour une raison ou une autre – principalement naturelle – , on va se les geler en Europe). La question n’est pas de diminuer notre impacte sur le climat, cela ne changera pas grand chose à un incident climatique majeur qui proviendrait d’une source naturelle, mais comment on adapte notre façon de vivre pour augmenter notre capacité de résilience, c’est à dire à pouvoir aussi bien vivre avec 10 degré en plus ou en moins.

    • Un autre exemple pour expliquer les changements ponctuels et les changements structurels.
      Exemple basé sur des chiffres fictifs pour expliquer le principe : Disons que la température moyenne de la la terre avant la période industrielle est de 12 degré. Les cycles et évènements majeurs comme le soleil, el nino, …. et tout autre brol font que je peux avoir une variation de plus ou moins 10 degré ponctuellement (par ponctuelle cela peut aller jusqu’à plusieurs années sur une échelle de temps plus importante). Cela veut dire que j’aurais une température qui parfois descendra à 2 degré et parfois montra à 22 degré, mais la moyenne est de 12. L’homme et l’industrie arrive et si on ne change pas comme diraient les autres on aura une augmentation de 2 degrés. Donc ma moyenne devient 14 et mon minimum 4 et mon maximum 24. C’est donc mon minimum et mon maximum qui se sont décalés. Alors pourquoi se casser le c.. pour 2 degrés si il peut quand même faire 4 ou 24 une année …. il vaut mieux s’adapter pour ne pas se les geler à 4 et ne pas cuire à 24 mais vivre tout aussi bien qu’à 12.

      • Ce que vous dites consiste en le langage relativisant classique. D’une part sur le « il a fait plus chaud avant » et d’autre part sur le  » de toute façon c’est pas bien grave ».

        Sachez que les vikings ne se sont pas installés aux Groenland pour échapper au chaleurs torrides scandinaves (mdr). Reprenez vos bouquins d’histoire et vous constaterez que ça n’a rien à voir, d’ailleurs, ils n’ont pas fait long feu. Cette histoire de pays vert nous est ressorti à chaque fois..
        Pour le Gulfsrteam, c’est encore une légende urbaine.. si il venait à s’arrêter, le fait que l’Europe soit située en péninsule ouest d’un continent ferait que les variations climatiques seraient très mesurées. Ne vous imaginez pas Montréal à Brest. Les flux océaniques apporteraient une douceur à peine moins prononcée..

        Par suite, votre histoire de moyenne n’est pas représentative de par sa relativisation. Vous savez que les écosystèmes se sont établis et équilibrés sur des plages de températures bien précises. +2° est une augmentation dont les conséquence à long terme seraient plus importantes que ce que vous ne le dites. Sachez qu’à l’air glaciaire, la Terre connaissait une température moyenne de 6° inférieure « seulement » à maintenant. Ainsi, 2° est assez considérable.

        • Djamal: « Sachez qu’à l’air glaciaire, la Terre connaissait une température moyenne de 6° inférieure « seulement » à maintenant. »

          Les glaciations quaternaires ont une durée de 100’000 ans qui correspond à une annihilation massive des écosystèmes des ères interglaciaire qui eux ne durent qu’une dizaine de milliers d’années.

          Si les réchauffistes avaient raison, ce serait une bonne nouvelle et le moment de rejeter encore plus de co2 pour éviter la prochaine ère glaciaire (qui ne devrait plus trop tarder, la dernière date de 11’700 ans) et ainsi sauver les écosystèmes en périls.

          Mais la théorie du gaz carbonique n’est pas vérifiée par les mesures, elle est donc partiellement ou totalement fausse.

          • Et nos techno-bureaucrates à l’imagination débordante nous inventeraient une taxe carbone inversée….

          • Pour ça il faudrait que l’intensité et la vitesse de réchauffement/refroidissement soit parfaitement identique (et encore, ça ne marche surement pas comme ça).
            Bref. C’est une remarque insensée que je prend au second degré.

        • « Sachez qu’à l’air glaciaire » – 6°, et combien à l’ère glaciaire ?

          • Effectivement, c’est une étourderie assez grossière, vous n’étiez pas obligé de la relever… il est classique d’en faire en tapant sur un clavier rapidement…

        • d’ailleurs, ils n’ont pas fait long feu

          Encore une idée curieuse. Le manque de ravitaillement, notamment en fer et combustible, a privé les agriculteurs de leurs outils. Le bateau ravitailleur avait coulé, et n’a pas été remplacé. Voisins hostiles,refroidissement… Les causes ne sont pas uniques.

          5 siècles, ce n’est pas rien, hein ❗

  • Parfaitement d’accord avec Dom P et en désaccord total avec Mourioche.

    La thermique, la thermodynamique n’est pas à la portée de tous, je conseille à ceux qui ne la maitrise pas d’être prudent.

  • C’est comme les infos qui se résument à une série de « micro-trottoir » ou à eu près…

  • Evidemment, si l’on avouait aux Français qu’il n’y a plus de réchauffement global depuis 18 ans, alors que sur cette période, nous avons émis plus de 40% de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle, un tel sondage n’aurait jamais eu lieu.

    • Le gouvernement devrait être logique jusqu’au bout : si un vague sondage des français sur leur ressenti climatique justifie son action, alors un vague sondage des français sur le ressenti de la situation économique et sociale justifie tout autant sa démission. (Et encore, on ne leur a pas avoué les vrais chiffres en matière d’économie).

  • on nous répète que le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine (industrie, agriculture, etc, etc) donc, j’en déduis que l’augmentation du réchauffement va de pair avec l’augmentation de la population mondiale qu’il faut loger, nourrir, vêtir, déplacer, etc. Il serait donc logique dans ce cas de proner un controle de la démographie en vue de sauver la planète, or, il n’en est rien. Si l’activité humaine est la cause principale si non exclusive du phénomène pourquoi laisse-t-on l’homme croitre et se multiplier ?

    • L’écologie, c’est plutôt de gauche : ça prétend que les ressources sont limitées et qu’il faut en contrôler l’usage et les partager. Le contrôle de la démographie c’est plutôt de droite.

      C’est donc en tous cas assez incompatible.

      • pragmat : « L’écologie, c’est plutôt de gauche »

        La véritable écologie certainement pas.

        L’écologie de gauche c’est un mix entre le catastrophisme religieux, le péché originel de l’homme qui devrait expier ses fautes et la misanthropie communiste.

      • Vous prétendez que les ressources sont illimitées? Vous devriez être prix Nobel sur le champ.

        • Si vous parvenez a me citer une ressource naturelle que l’on ait épuisé dans l’histoire de l’humanité, c’est vous qui méritez un prix Nobel.

          Un conseil, ne lisez pas que les géologues, lisez aussi les économistes.

          • Cela dépend de la définition de épuisement de ressource voyez vous. Si la ressource devient trop rare et/ou trop chère par rapport à tel ou tel besoin alors oui; il y a épuisement. Sur l’île de Pacques je vous assure que toutes les ressources en bois ont été utilisées. Par ici le prix Nobel..

  • Malgré la propagande lyssenkiste en faveur du dogme du RCA, 20% de critiques, ce n’est pas si mal. Sans cette propagande, et avec diffusion des informations dérangeantes, le rapport aurait été inversé.

    639 scientifiques, dont 3 prix Nobel scientifiques, et 1 Nobel d’économie, réfutent les thèses du GIEC. Voilà qui a plus de poids qu’un sondage foireux:

    http://jlduret.blog.sfr.fr/2015/02/scientifiques-giecosceptiques-commentaire-mis-si-deja-verifie-en-attente-de-verification-lien-direct-non-retrouve-derniere-mise-a-jo

  • je prends toujours des paris sur la soi-disant position « scientifique » des escrologiste a savoir:
    quelle température exacte a +/- 1°C va faire les prochains solstices et équinoxes dans des points précis a accessibles, disons a Paris, New-York, Londres, Moscou, etc a midi précis.
    Ils doivent savoir puisque la « science » a tranché a 94% (tu parle d’une science a 94% !!!).
    Lorsqu’on parle d’une éclipse , selon des lois vraiment scientifiques, a l’heure et minutes précises le « phénomène » se passe. Donc la science peut, quand c’est vraiment de la science.
    Alors ??

    • Pourquoi ne pas parler de LIBREVILLE, GABON, où la température, hors variations saisonnières, est constante depuis des décennies ?

      • Le réchauffement supposé et modélisé n’en est qu’à ses débuts, et il n’est pas réparti équitablement. Pourquoi ne pas parler des régions polaire où la température moyenne s’est considérablement élevée?
        Voyez, votre remarque n’a pas de sens.

        • Lendemain de Noël 1999: tempête sur la France. Un écologiste (Yves Cochet?) nous prédit 2 tempêtes comme ça tous les ans dans les années à venir. 15 ans déjà, j’attends…

          • Précisez ce que les prochaines années signifient. Ensuite cet écologiste n’est pas le Giec ni la science, c’est trop facile de faire des courtes citations à droite à gauche qui arrangent pour en tirer une conclusion générale.
            Enfin, il y a eu quand même pas mal de tempête remarquable depuis.. Klaus (2009) et Xynthia (2010) pour les plus médiatisées. Voyez, il s’est passé des choses même si depuis 15 ans, les gens ne retiennent que la canicule de 2003 et la tempête de 99.

            • Djamal: « Ensuite cet écologiste n’est pas le Giec ni la science »

              Et 17 des principaux rédacteurs du GIEC qui calculent la TCR à 1.3C° ça ne vous intéresse pas non plus ?

              Ça veut dire, qu’en consommant toutes les énergies fossiles inventoriées et à découvrir, nous ne risquons pas de réchauffement supérieur à +1,3° C d’ici à la fin du 21ème siècle.

              Article publié par Nature : « Energy Budget Constraints on Climate Response »
              http://www.iac.ethz.ch/people/knuttir/papers/otto13nat.pdf

              • Mais sur ce que j’ai répondu c’est indéniable. Ensuite j’ai eu écho de ces résultats. Avez vous lu le livre « Une pénurie au secours du climat »?. Le problème c’est que dès que l’on parle de pénurie vous nous riez au nez en nous rappelant sans vous lasser que quand vous étiez petit, on racontait qu’il n’y aurait plus de pétrole dans 30 ans, or 30 ont passés donc c’est faux donc blabla …
                Autrement dit, vous ne pouvez employer cet argument sans vous contredire.

                • Djamal: Enfin, il y a eu quand même pas mal de tempête remarquable depuis.. Klaus (2009)

                  Pitié, pas la météo maintenant. Les stats sur les événements extrêmes ne montrent strictement rien de particulier au USA. Sortez nous des données valides sur les 50 dernière années au moins.

                  Djamal : « vous nous riez au nez en nous rappelant sans vous lasser que quand vous étiez petit »

                  Ça fait 200 ans que le malthusianisme se plante complètement et pas 30.

                  Des sources d’énergie on en a tous le tour du ventre, c’est juste une question de prix. A 100$ c’est le pétrole russe qui est exploitable, à 150$ des huiles lourdes, à 200$ ou 300$ ce sont d’autres sources qui deviennent viables etc. etc.

                  Les prédicateurs de l’apocalypse raisonnent comme si le monde était immuable. Alors que l’efficacité énergétique a fait un bond considérable ce dernier siècle, alors que les progrès technologiques sont indéniables dans le domaine de l’énergie nous ouvrant encore plus de pistes prometteuses (mais non rentable avec un prix aussi ridicule du fossile)

                  Ces abrutis raisonnent comme comme si la technologie n’avançait pas. Comme si on avait déjà tout découvert. C’est de la misère mentale, de l’inculture ou de la misanthropie.

                  • Vous qualifiez qui d’abrutis? On ne sait pas pas à qui vous vous adressez. Elément intéressant, vous comparez prévision de tarissement de ressource et malthusianisme (vous aimez bien ce mot..). Il n’y a a aucun rapport. Si vous refusez toute études en ce sens, c’est votre problème.

                    Enfin, qu’est ce que c’est que ce larmoiement sur la météo? Un intervenant me dit qu’il ne s’est rien passé en terme de tempête depuis 15 ans. Je répond de manière parfaitement factuelle. Qu’est ce que c’est que cette question sur l’augmentation aux USA du nombre de tempête? Encore une fois, vous ne pouvez pas admettre des réponses qui n’ont pas de connotation idéologue. Il y a eu ces 2 tempêtes entre autres point final. N’allez pas chercher plus loin. Vous tombez en hors sujet, et si vous lisez les réponses à mes commentaires, vous n’êtes pas le premier à me faire ce genre de procédés.

                    • Djamal: « vous comparez prévision de tarissement de ressource et malthusianisme (vous aimez bien ce mot..). Il n’y a a aucun rapport. »

                      Connaissance du sujet, 0/20.

                    • Il n’y a aucune connaissance du sujet? Quel est le rapport? J’ai répété ce que vous dites : »Ça fait 200 ans que le malthusianisme se plante ». Ceux qui avaient prédit un tarissement sont qualifiés de malthusien. Vous l’écrivez noir sur blanc

                    • Paie toi un dictionnaire.

                    • Ben voyons, on devient grossier en plus.
                      Vous ne répondez pas à mes questions. Je vous assure que c’est assez difficile d’avoir un échange raisonnable et raisonné avec vous. Vous partez dans tous les sens, vous pestez sans cesse..

        • Vous savez vous que nous sommes au début ? Au début de quoi, de demain on rase ?

          « réparti équitablement » Que vient faire l’équité ici ☺ ?

          La température moyenne s’est élevée dans les régions polaires ? Ah Oui ? Dans la région polaire nord exclusivement, pas dans la région polaire sud. ☻

          • Particulièrement dans les hautes latitudes de l’hémisphère nord en effet… mais également en partie de l’autre côté du monde.

        • d’autant que concernant le terrrrrible réchauffement arctique, on ne sait qui croire

          https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2015/02/04/temperature-adjustments-transform-arctic-climate-history/

          allez savoir, surtout que des articles de ce genre, on en trouve pour la Nouvelle Zélande, l’Australie, l’Amérique du Sud, les USA,
          cela commence à faire beaucoup non?

        • Il est possible de parler qualitativement.. ce que j’ai dit est indiscutable. Le réchauffement a été bien plus intense dans ces régions. Prouvez moi l’inverse avec autre chose que ce lien !

          • prouver?
            mais comment voulez-vous encore prouver quoi que ce soit?

            vous affirmez, mais vous n’en savez pas plus que moi, c’est juste votre conviction

            et mon « lien » qui affiche des données on ne peut plus officielles ne va pas dans le sens de vos convictions
            vous voulez un lien sur les bidouillages du BOM en Australie?
            vous en voulez sur la nouvelle zélande?
            et si on parlait des USA, qui pourtant a le système d’observation le plus performant?

            la t° globale, qui en plus n’est pas une métrique utilisable pour tenter de discerner une éventuelle accumulation d’énergie,comme le prétendait Hansen lui-même, est en plus incertaine, ,on ne peut plus discutable.
            de la sciences climatique quoi

            • « vous affirmez, mais vous n’en savez pas plus que moi, c’est juste votre conviction »

              C’est l’arroseur arrosé. Vous parlez au nom de vos convictions politiques sur ce site. Ridicule. C’est ce que je dénonce inlassablement.

              • votre blabla de camelot ne change rien au fait que vous affirmez un net réchauffement polaire,moi, je dis que je n’en sais rien, et que les tripatouillages de la clique ne sont pas en mesure de permettre d’affirmer quoi que ce soit, et que même si réchauffement il y a dans ces zones où nous n’avons que très peu de mesures, il existe des documents historiques qui montrent que de tels épisodes ont déjà eu lieu, et n’ont rien d’exceptionnels

                • Ecoutez, consultez les relevés disponibles à cet effet et faites vous une idée. C’est assez clair pour moi.

                  • pour moi aussi, c’est très clair, les relevés ont été manipulés, aux fins de faire apparaître un réchauffement spectaculaire, là où il ne se passait rien de particulier.

                    Ils font encore des promos chez Aflelou?

                  • Si vous faites parti de la théorie du complot du genre on a jamais marché sur la Lune, c’est votre problème.

                    Au moins, ce que vous dites a l’indiscutable bénéfice de montrer que les données vous gênent car vous supposez leur manipulations. C’est une avancée importante.

                  • une fois pour toute, enclume, lis les liens,,et tente de donner une explication aux nombreuses distorsions qui ont été découvertes, toujours dans le même sens, allant parfois jusqu’à 2° .

                    Mais on risque d’attendre, tout ce que tu sais faire, c’est te tortiller comme une anguille.

                  • Et vous répéter le mot enclume. Vos affirmations gratuites n’ont d’égales que vos manières.

  • Le graphique extrait du Monde est à mourir de rire. Chacune des lignes est une ineptie à elle toute seule. 😀
    On croirait un discours de telemarketeur: vous préférez un rendez vous le matin ou l’après midi?
    Ou un sketch de Pierre Palmade: tu préfères avoir trois bras ou être sourd muet?

  • Cet article est assez drôle en effet. La mémoire des gens en météo est très sélective et ce genre de question prête à sourire. J’ai discuté dans un précédent article avec un participant qui me sortait des chiffres grotesques en parlant de la vague de froid de 2012 et de la canicule 2003. En rectifiant ces chiffres, il me disait que je niais ces phénomènes (quel toupet). Il ne se souvenais plus de la canicule de juillet 2006 (aussi chaud que aout 2003) etc.. Cela montre bien le ridicule de ces questions pour le commun des mortels. Et en plus faire le lien avec le réchauffement, c’est grotesque. Ressentir 1 ou 1.5 ° d’augmentation sur 30 ans est presque impossible , à part pour des personnes liées à des activités ou des lieux bien spécifique.

    • Juillet 2006, aussi chaude que 2003 mais nettement moins longue

      • C’est justement l’inverse !! Plus longue mais moins extrême en terme de températures observées qui étaient presque systématiquement comprises entre 30 et 35° en Tx pendant le mois avec quelque jours ici ou la de retour à la normale seulement.

        • Surtout les températures redescendaient la nuit en dessous de 25 °, ce qui n’était pas le cas en 2003. Enfin c’est ce que me dit ma station météo ici.

          • Je ne sais pas ou vous habitez mais les nuits étaient à peine plus fraiche en 2006. En réalité, en 2003, les Tn descendait globalement en dessous des 20-21° la nuit (sauf intra muros bien sur).

            • Non, je n’ai pas vu cela en Suisse. On avait 23-24 degrés.

              • Je parlais de la France en moyenne déjà, si vous me parlez de la Suisse et de ses vallées encaissées, c’est différent. Mais bon dans quelle station de référence? On va vérifier si vos souvenirs de nuit tropicales sont corrects.

                • Près de Lausanne. Et pourtant, le lac rafraîchit.

                  • Et je ne suis pas sur que le lac rafraichissait tant que ça.. il aurait fallu connaitre sa température de surface.

                    • Cela dépend des vents. Le brassage fait remonter de l’eau sous les 10 degrés. L’eau du Rhône doit arriver à près de 4 degrés. De toutes façons, la température près du lac est toujours plus fraîche, pas beaucoup mais elle l’est. Et plus humide en été.

                • Et à cet endroit, vous avez toujours des flux importants d’air.

                  • Lausanne. Cuvette coincée entre Jura et Alpes. On est pas vraiment dans les conditions du bassin parisien mais ce que j’ai dit reste vrai. Il n’y a pas eu de nuit tropicale à 25°. Les relevés de Lausanne indiquent des températures minimale oscillant le plus souvent entre 21 et 22°, avec quelques pointes à 23/24°, quelques minima en dessous de 20° durant l’épisode.

                    • Pa si loin que ça, si l’on tient compte des différences d’exposition.
                      Et le bassin parisien, c’est pas une cuvette ❓
                      J’insiste, sur le brassage permanent de l’air. Parfois cela boucle un peu, mais ce n’est pas du recyclage.
                      Et vous avez les Alpes et quelques sommets qui sont des moteurs.

                      Donnez moi le lien ou vous prenez ces valeurs, j’irai voir pour Nyon et Aubonne.

                    • Le bassin parisien une cuvette? Vous voulez rire. Je vous rappelle que c’est un ensemble qui couvre presque un tiers de la France que je prend en exemple car il est assez représentatif du climat français dans sa globalité. J’excepte les régions méditerranéennes et le climat montagnard. C’est une vaste plaine où les influences océaniques et continentales ne rencontrent aucun obstacle.

                      J’ai pas trouvé pour Nyon et Aubonne. Mais tout cela n’a pas d’importance. On est pas dans la fabrique de faux souvenir lorsque vous me dites 24° ou lieu de 21°, contrairement à ce que j’ai pu lire dans d’autres commentaires ou d’autres articles.

                    • Vous avez sans doute raison raison sur le bassin. Reste que Paris est bel et bien dans une cuvette, ce que l’on voit depuis Fontainebleau. On y voit une superbe lentille de smog qui ne s’évacue pas.

                      Quant à 21 ou 23, qui vous dit que ce n’est pas vrai : nous l’avez pas mesuré a cet endroit, et comme la mesure que vous citez n’a pas été faite à cet endroit, et qu’il existe des variations de l’ordre du degré suivant les emplacements, vous tentez de couper les cheveux en 4 puis en 8.

                    • Mais écoutez j’ai dit que cela n’avez pas d’importance, il a très bien pu faire cette température localement, il n’y a aucun doute la dessus.

                      Et pour Paris, c’est une sorte de petite cuvette en effet, mais bon, il ne s’agit que d’une large vallée avec 100 à 150 mètres d’écart avec le plateau sans grandes dénivellation. Mais lorsqu’on parle de cuvette, on fait référence à des contexte montagneux; pas à des plaines sédimentaires.

    • Djamal: « La mémoire des gens en météo est très sélective et ce genre de question prête à sourire. »

      C’est vrai, ça fait 6000 ans au moins qu’on sait que les gens s’en plaignent. Le catastrophisme lui est aussi vieux que l’humanité, aussi vieux que la peur de mourir. (probablement 135’000 ans, date des premiers rites funéraires)

      Ce sont des biais forts auxquels les scientifiques sont soumis au même titre que tout le monde:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif
      L’avantage de la science sur l’empirisme, c’est la vérification et la reproductibilité, par définition quasi-impossibles ou très difficiles sur des temps et des dimensions géologiques.

      La science arrivera forcément à une connaissance raisonnable du climat, mais force est de reconnaitre que pour l’instant, faute de vérification des théories anthropique avancées, elle patauge complètement.

  • Il est vrai que nous avons oublié les événements climatiques extrêmes du passé, et l’on veut nous faire croire qu’actuellement le climat n’a jamais été aussi « déréglé » (comme s’il y avait un bon climat de référence qui aurait perdu la boule…).

    Pour nous rafraîchir la mémoire voir, pages 21 et suivantes: http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf

  • J’aimerai qu’un scientifique sérieux m’explique un jour comment on peut modéliser avec des équations linéaires un système complexe comme le climat ?
    Ca me semble déjà tellement ahurissant de parler température moyenne pour un système suivant une loi puissance (comme la plupart des phénomènes naturels).
    Ca me rappelle les énarques qui pensent pouvoir modéliser l’économie sur un feuille Excel avec des modèles linéaires.
    Les modèles climatiques qui sortent notamment du GIEC ressemblent à des tentatives de calculer la puissance d’un séisme moyen dans 50 ans.
    J’attend avec impatience cette explication.

    • LM: « Ca me semble déjà tellement ahurissant de parler température moyenne »

      Précises à 0,04C° en plus, c’est là le « record » de chaleur l’année 2014 tant crié par les médias. :mrgreen:

      Scientifiquement c’est une escroquerie. Les gens qui croient ces âneries confondent Hollywood et science.

      91.1% des stations de mesure au sol ont une précision de mesure plus grande que 1C°.
      L’audit complet des stations: http://www.surfacestations.org

      • « 91.1% des stations de mesure au sol ont une précision de mesure plus grande que 1C° »
        A grande échelle et sur de nombreux relevés, ce n’est pas un argument. Les tests de stat le montrent. Les équipes publiant leurs articles qui sont reprises par le giec sont quand même raisonnables..

        Regardez dès qu’on a ce genre de record, on a droit au scepticisme des mesures. En revanche, il gèle 3 jours à Paris on entend certain (voir article du 04/02) qui me dise qu’il fait très froid donc il n’y a pas de réchauffement.

        • La différence c’est que lorsqu’un sceptique souligne le froid c’est une boutade envers ceux qui crient au réchauffement à chaque fois qu’ils fait chaud.

          • Et non il était sérieux.

              • Bah si, relisez.. et j’aimerais bien qu’il se manifeste à nouveau ; vous voyez vous ne me croyez même pas et pourtant si, vous avez dans vos rangs des casseroles bruyantes

                • Djamal: « A grande échelle et sur de nombreux relevés, ce n’est pas un argument. Les tests de stat le montrent. Les équipes publiant leurs articles qui sont reprises par le giec sont quand même raisonnables.. »

                  Un delta « global » de 0.04C° reste une monumentale escroquerie. La plupart des scientifiques sont raisonnables et ont bien pondérés ce « record » qui n’a aucune valeurs scientifique et qui n’est pas confirmé par les mesures satellites.

                  La plupart …mais pas les idéologues ! Ceux qui ont une soupe à vendre ! Google compte 43700 résultats avec « 2014 année record » « température ». Quand on se jette sur des « records » merdeux du genre, c’est qu’on n’a plus grand chose de valide à dire à part de la propagande pseudo-scientifique.

                  Et pour la 16eme fois: le bouzin monte et descend depuis toujours, que ça chauffe (ou a chauffé) personne ne le conteste ici, il te restes deux choses à prouver:
                  -Que c’est anormal.
                  -Que c’est l’homme qui en est responsable.

                  Même si le 0,04C° avait une quelconque valeur scientifique, la soupe devient vraiment difficile à vendre.

                  • Vous voyez vous battez en retraite sur votre casserole bruyante.

                    La soupe est difficile à vendre. Dire que la soupe devient difficile à vendre a une connotation que je conteste.

                    Mais contrairement à vous, je ne peux pas prétendre prouver ou infirmer ces deux propositions en 3 lignes et 2 liens.

                    • Djamal: « Vous voyez vous battez en retraite sur votre casserole bruyante. »

                      Je devrais justifier le fait qu’un internaute lambda aurait peut-être écrit une âneries quelque part ?
                      Tes arguments sont de plus en plus lamentable.

                      Djamal: « Mais contrairement à vous, je ne peux pas prétendre prouver ou infirmer »

                      A partir du moment ou la vérification ne confirme pas les modèles d’une théorie, elle est réfutée. La science climatique en est là « on ne sait pas vraiment » et de plus en plus de scientifiques le reconnaissent. Reprends tes cours de 6eme sur les fondements de la science au lieu de croire bêtement.

                      Ivar Giaever, Prix Nobel de physique le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion

                    • Non.Vous réfutiez clairement le fait que cet intervenant était sérieux dans ces propos (de quel droit? au nom de quoi ou de quel intérêt? ) avant de faire très partiellement machine arrière (aurait + peut-être + quelque part). Mais relisez enfin; il a écrit une centaine de ligne de commentaire en ce sens.

                    • !??? WTF !? De quoi tu parles ?
                      Ton génie de la digression est absolument faramineux.

                      William Happer, physicien, Ph.D. en physique à Princeton, faculté de physique atomique de l’université Princeton: il déclara à propos des tenants de la théorie de l’origine humaine du réchauffement climatique et en particulier du GIEC que « ce qui était une science est devenue une religion ».

                    • De quoi je parle? De ce que vous dites.

                    • Non…

                      John Christy directeur du centre des sciences de la terre à l’université de l’Alabama, ancien rédacteur des rapports du GIEC :
                      « je ne vois venir ni la catastrophe qu’on nous annonce, ni la preuve évidente que l’activité humaine doive être mise en cause dans le réchauffement que l’on peut observer. Je vois plutôt l’utilisation aveugle de modèles climatiques et une coïncidence entre augmentation de la concentration en CO2 et le réchauffement qui fonctionne de moins en moins avec le temps ».

        • Les tests de stat le montrent. Les équipes publiant leurs articles qui sont reprises par le giec sont quand même raisonnables..

          raisonnables?

          on a constaté des « ajustements » de + 2° sur certaines stations, que les gens raisonnables n’ont d’ailleurs pas jusqu’ici été en mesure d’expliquer, sinon en déclarant qu’ils appliquent des méthodes ,utilisées partout dans le monde, et qu’ils jugent comme vous,raisonnables

          cela devient pénible,

          si cela continue vous allez nous sortir la courbe en crosse de hockey d’un de vos gourous, déjà que vous mettez en doute la colonisation viking.

          On aimerait, mais on rêve tout éveillé, que dans le camp de la poele à frire, il se trouve des gens lucides et honnêtes, qui reconnaissent les erreurs, les errements, et que l’on ne soit pas obligés, comme ici, de chaque fois devoir revenir sur des points qui ne souffrent plus la moindre discussion.

          Evidemment, on ne peut pas non plus demander qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont bien installés

          • Je remet en doute la vague de froid de février 2012, maintenant je met en doute l’établissement des vikings? Mais c’est n’importe quoi ! Si c’est le « pseudo » qui vous a gêné, sachez que vous faites erreur, je signifiait par la qu’il ne s’agissait pas vraiment d’une volonté de colonisation tel les colons d’Amérique ou les aventures exotiques du XIX e siècle des puissances occidentale.
            Comment osez vous penser que je puisse remettre en doute ce fait? Peut être parce que vous le faites pour beaucoup de choses (trou de la couche d’ozone par exemple haha).

            • vous avez raison, ils étaient là en villégiature,une sorte de club med quoi.

              j’ose penser que vous mettez bien en doute ces colonies, qui avec les moyens de l’époque ,ont vécu, commercé, dans ces régions, car même dans votre réponse, vous tentez d’en minimiser la portée.
              Bref, vous démontrez que ,comme tous les membres de votre association de la poele à frire, vous êtes incapable de reconnaître des faits établis qui ne vont pas dans le sens de la doxa

              un mot pour qualifier cette attitude, quasi sectaire, des enclumes

              et pas la peine de continuer ce genre « d’échanges » parfaitement inutiles, car sans cesse à recommencer

              Sinon, vous êtes Charlie?

              • Déjà je ne suis le porte parole que de moi même et pas d’un ustensile de cuisine.
                Mais ce n’est pas le sujet ! Mais pourquoi vous je mets en doute ces colonies? Mais c’est dingue !

                Dans votre esprit, vous voulez me faire croire que je veux minimiser le fait qu’il y ait eu une colonisation parce que je ne veux pas admettre qu’il aurai pu faire chaud à l’époque et blablabla ou un truc comme ça.. c’est parfaitement ridicule.
                C’est marrant, tel un chien enragé vous ne pouvez lâcher prise du « pseudo ».

                Et votre Charlie, quel est le rapport? Vous vous ne l’êtes pas, puisque vous suivez les préceptes de votre association de libéraux.

                • effectivement, cuisiner avec une enclume est plutôt difficile

                  Cette pseudo colonisation n’ a été que moribonde pendant les quelques siècles de son existence.

                  ils étaient solides hein, ils ont mis des siècles à mourir,

                  à ce point de mauvaise foi, cela suffit,

                  • Mais ça vous dérange à ce point de parler de colonisation moribonde? Cela vous offense? Vous avez quand même des réactions étranges..

                    Ce que je dit est la stricte vérité historique, mais consultez les livres d’histoires, appelez Franck Ferrand qui a d’ailleurs une fois consacré une chronique dessus, je ne sais pas soignez vous.. vous êtes prêts à tout pour me contredire parce que vous me « catégorisez » selon des opinions.

                    Et vous me parlez de mauvaise foi.. c’est l’arroseur arrosé avec vous. Vous avez tous les même profils.

                • et en plus, il parle de vérité l’enclume,un truc dont il n’a pas la moindre idée.

                  tiens dernièrement , un Suisse a découvert des troncs d’arbres, dans la moraine d’un glacier,en récession, à une altitude où actuellement il n’y a pas d’arbres,preuve qu’il a fait plus chaud à cette époque.

                  Et on a aussi découvert, toujours à des altitudes actuellement inhabitables, des restes de peuplement, datant de périodes précédant le OM, et qui n’avaient pas été découverts pendant cette période,

                  bref ,il a déjà fait plus chaud blablabla….
                  ce qui est , reste et restera toujours le problème majeur pour les enclumes,le truc qui leur colle aux fesses…..

                  • Vous vous sentez bien à employer le mot enclume à tout va? Ca vous détend en rentrant du boulot c’est ça?
                    Vous pouvez me rappelez la raison au juste?

        • Regardez dès qu’on a ce genre de record, on a droit au scepticisme des mesures. En revanche, il gèle 3 jours à Paris on entend certain (voir article du 04/02) qui me dise qu’il fait très froid donc il n’y a pas de réchauffement.

          D’un autre coté, 30 jours un peu plus chauds, et on entend hurler au réchauffement. 30, n’est guère différent de 3 à l’échelle du millénaire.
          Moi qui comptait faire pousser mes cornichons sur mon balcon en hiver, c’est mal parti.

          • 30 jours? De quels 30 jours parlez vous?

            En termes de météo, 30 de canicule « historique » n’est en rien comparable à 3 jours de gel ( le seuil de gelée est presque la température moyenne de la norme 71-00 dans le bassin parisien). A l’échelle climatologique, la canicule historique a quand même l’intérêt de montrer les limites climatiques d’un système (géographie, altitude, synoptique météo etc..).

      • Heureusement j’ai compris que les escrologistes avaient inventé l’entropie négative, notamment avec la compensation.
        Aux chiottes Boltzmann.
        Sinon @Djamal qui a l’air très informé, quid de la modélisation linéaire d’un système complexe ?
        J’ai très hâte d’entendre une explication !

        • Aucune idée non mais qu’est ce que vous attendez avec cette question. C’est pas intéressant. Je suis très informé comme vous dites pour déceler les fabriques de faux souvenirs; le thème et titre de l’article….

    • Tuning the climate of a global model : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1029/2012MS000154/epdf

      Verification, Validation, and Confirmation of Numerical Models in the Earth Sciences : http://www.nssl.noaa.gov/users/brooks/public_html/feda/papers/Oreskes1.pdf

  • « inondation plus fréquentes »

    ce n’est pas due aux précipitations à la hausse mais à l’aménagement des sols aux abords des cours d’eau…

    C’est sûr qu’on ne va pas aborder les gens en leur disant que par le passé la terre a connu des périodes chaudes et des périodes froides sans aides de l’homme.

    Démarche écologistes = achat d’équipement. Tout est dit.

    • Ce qui m’amuse est qu’en cas de refroidissement, qui peut-être arrivera, le giec sera(it) incapable de convoquer les moyens pour un peu de réchauffement.

      A vos moteurs, faîtes tourner vos taxis de la Marne, l’ennemi est aux portes de la ville, faisons barrage au dérèglement climatique en démarrant par thermostat extérieur nos moteurs, chaudières et calorifères.

      • Apocryphe Folichon: « Ce qui m’amuse est qu’en cas de refroidissement »

        L’église catastrophiste ne s’arrêtera pas pour autant: un refroidissement c’est bien un « changement climatique ».

        • oui ils ont revu le réchauffement en changement…ça m’a fait doucement rire.

          Vous croyez que c’était les même qui gouvernaient à l’époque où la foret luxuriante d’Afrique du nord s’est transformée en Sahara ???? les peuples de l’époque ont du prendre cher !

  • Bon ! alors,on dira comme ça que le réchauffement climatique,c’est pas un réchauffement !
    C’est pas difficile à comprendre !
    C’est autre chose,mais c’est les gens qui ne comprennent pas ! Alors,quand on leur parle de réchauffement climatique,ils croient qu’on leur parle de réchauffement climatique ! Vous comprenez ?
    Le style: « Tu vas à la pêche ? -Hein! quoi ? – j’te d’mandais si tu allais à la pêche ! – Ah bon! j’croyais que tu me demandais si j’allais à la pêche ! – Alors,tu vas à la pêche ? – non ! puisque j’te dis que j’vais à la pêche ! »

    Il y a des gens qui ne savent pas s’expliquer ! Si ce n’est pas du réchauffement,pourquoi parlent-ils de réchauffement ?
    Il fallait dire (et qu’on comprenne) « augmentation d’énergie  » !
    Laquelle ne se ferait évidemment pas sentir immédiatement ! ça se comprend !
    Alors,dire : un réchauffement climatique se prépare, non ?
    On veut bien !
    Mais,c’est eux,après, qui compliquent tout en prétendant en voir des effets actuellement !

    Que voulez-vous ? Si ça sent pas l’arnaque idéologique, ça sent pas la rose non plus !

  • Autant nous dire que,pour le moment, on n’a encore rien vu !
    ça,au moins,on comprend !

  • Sondages bidons à questions dirigées (la réponse est induite par la question) !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles