Vidéo : découvrez Spot, le chien du futur !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vidéo : découvrez Spot, le chien du futur !

Publié le 13 février 2015
- A +

Par Thierry Berthier.

Oooo credits Big dog military robots (CC BY-NC-SA 2.0)
Oooo credits Big dog military robots (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Le 9 février 2015, la société américaine Boston Dynamics présentait dans une impressionnante vidéo, Spot, l’un de ses nouveaux robots quadrupèdes. Cette vidéo postée sur Youtube a été vue par presque quatre millions de visiteurs en trois jours seulement. La performance technologique de Boston Dynamics, société de robotique rachetée en décembre 2013 par Google, est bien au rendez-vous. Dans la lignée de Big Dog, le robot Spot ressemble à un chien encore un peu « pataud » mais possède un équilibre à toute épreuve. Ainsi, Spot est capable d’encaisser des coups de pieds donnés par un homme et de s’adapter à des forces latérales sans perdre l’équilibre. Le robot compense les efforts qu’il subit, se stabilise rapidement, ceci même sur un sol gelé. La recherche de résilience dynamique a clairement guidé le développement de Spot. C’était déjà le cas pour le programme Big Dog. Capable d’évoluer en terrain accidenté, de monter un escalier, de courir aux côtés d’un homme sans chuter, Spot atteint un niveau opérationnel désormais compatible avec des utilisations civiles et militaires. Boston Dynamics présente succinctement et sobrement sa création : « Spot is a four-legged robot designed for indoor and outdoor operation. It is electrically powered and hydraulically actuated. Spot has a sensor head that helps it navigate and negotiate rough terrain. Spot weighs about 160 lbs ».La vidéo de Spot nous suggère alors deux réflexions complémentaires :

 

Spot est d’abord un succès stratégique pour Google

Google doit se féliciter d’avoir racheté fin 2013 la société Boston Dynamics car son expertise et son avance technologique ne relèvent ni de l’illusion ni de la spéculation. L’innovation de rupture en matière de robotique est flagrante et les futurs « maîtres » de Spot seront certainement très nombreux. Lorsqu’on imagine le marché potentiel de Spot, on pense immédiatement à l’usage militaire. Spot suivra le combattant et fera office de chien-mule, transportant sans fatigue des charges lourdes. Il pourra intervenir en milieu contaminé ou effectuer des reconnaissances en le dotant de capteurs ad-hoc. L’usage civil est tout aussi large. On pense notamment à l’automatisation de certains chaînons de production industrielle, à la sécurité civile, à l’aide aux personnes handicapées (Spot en chien d’aveugle), aux personnes dépendantes, aux personnes âgées ou simplement Spot comme chien de garde ou chien de compagnie. La mise en production de Spot semble à la fois proche et évidente.

Spot nous conduit vers l’admissibilité zoomorphique

Sur un plan strictement robotique, les capacités dynamiques et la morphologie de Spot le font entrer de plain pied dans une zone d’acceptabilité pour l’observateur humain. Spot franchit une barrière d’admissibilité zoomorphique qui sépare l’objet mécanisé perçu par l’homme en tant que tel et le robot imitant l’animal et suscitant une perception humaine différente. Cette barrière d’admissibilité zoomorphique marque une frontière diffuse au sein de la perception humaine : d’un côté, les robots industriels, mécanisés, qui ne suscitent pas de sentiment particulier chez l’observateur humain et de l’autre, des robots imitant l’animal ou l’homme, provoquant de fait des réactions et des sensations spécifiques. Pour des robots humanoïdes, la zone d’Uncanny Valley (vallée dérangeante) a fait l’objet de nombreuses études. Elle correspond (en simplifiant) à une phase de malaise ressenti dans l’imitation de l’homme par la machine. L’observateur humain ressent une forme de dégoût au contact du robot humanoïde qui n’imite pas assez bien l’homme pour passer pour humain mais suffisamment bien pour provoquer ce malaise. Cette zone d’Uncanny Valley est à rapprocher d’un test de Turing sensitif qui ne serait pas passé avec succès par la machine mais qui serait tout de même très proche de ce succès. Concernant un robot zoomorphe comme Spot, la zone d’Uncanny Valley est certainement très resserrée et le zoomorphisme semble s’imposer rapidement chez l’observateur humain.

Pour s’en convaincre, j’invite le lecteur à visionner ou revisionner la vidéo de Spot en particulier à la trentième seconde lorsqu’un de ses concepteurs le pousse violemment avec le pied. Quelle est notre réaction immédiate, instinctive ? Que ressentons-nous de manière inconsciente ? Notre cerveau va associer cette « agression » à une agression équivalente réalisée sur un vrai chien et va désapprouver instinctivement le geste de l’opérateur. Le transfert zoomorphique opère pleinement et modifie notre perception du robot. Ce transfert devient possible lorsque le robot atteint un niveau de performance et d’imitation avec l’animal suffisant pour créer l’association. On se situe alors dans une phase de pré-succès pour un test de Turing sensitif…

Sur le web

 

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • 49% des animaux de compagnie pourraient être remplacés par des robots. 51% de leurs maîtres. Nous allons vers des lendemains qui chantent en mp3.

    • Concernant les algorédacteurs (robots journalistes), certains spécialistes affirment que 95 % des articles de presse papier et en ligne seront rédigés en 2030 par ces algorédacteurs et que l’un d’entre eux décrochera le pris Pulitzer avant 2030.
      Parions qu’il y aura des algorédacteurs libéraux actifs sur Contrepoints en 2030…

      • 95% rédigés par des copistes des dépêches d’agence, ça me paraît sous-estimé. Pour le prix Pulitzer, on se sait jamais, le jury pourrait être robotisé aussi. Mais pour Contrepoints, à moins de renoncer à vivre des dons libéraux, je ne crois pas.

  • Fantastiques prouesses technologiques.
    Cependant, je me vois mal me promener avec Spot dans la rue 😉

    Je pense que les japonais sont bien plus proches que nous en ce qui concerne l’acceptation de robots ressemblants aux animaux ou humains.
    Après, je leur souhaite sincèrement de réussir et de continuer cette superbe aventure.

  • Un chien robot, pourquoi pas, mais ce qu’il faut aux consommateurs grand public ce sont des chatons mignons robotisés 😀

    • @fm06 : pour le chat, ça existe déjà chez Boston Dynamics; il y a WildCat, qui se déplace un peu comme un chat en plus bruyant et plus gros :

      • On est encore très loin de l’agilité du félin. On en reparlera quand Boston Dynamics nous proposera une machine qui retombe toujours sur ses pattes quand on la jette en l’air.

        Tout ça est fascinant.

  • c’est un politichien ?

  • Heureusement qu’il ne mord pas, l’un d’eux est un Taureau !

    Dire que Stephen Hawking, vient de demander l’arrêt de toutes recherches sur l’intelligence artificielle : il y a 2 semaines, sous peine de péril pour l’humanité..

    Avant cet avertissement : un génie en chaise roulante.
    Après : un farfelu en vieillissant

    • Impossible, probablement, mais farfelu, certainement pas.
      Toute les espèces disparaissent un jour ou l’autre et la notre aura son tour, mais l’intelligence artificielle est certainement l’une des causes les plus probable que ça arrive plus vite qu’on voudrait.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Cet article est disponible en podcast ici.

Ce 10 décembre, une faille de sécurité baptisée log4shell et touchant la brique logiciel log4j a été découverte. Dès lors, des millions de serveurs, y compris ceux d’Apple, Google, Amazon ou Tesla devenaient piratables.

Cette faille montre comment, sans même commettre d’erreur en programmation, une faille critique peut apparaître. Elle montre aussi l’énorme château de cartes que représente chaque application informatique.

Log4shell : une faille ne reposant sur aucune erreur ... Poursuivre la lecture

Par Marc Bidan et Meriem Hizam.

Cette contribution évoque une drôle d’histoire. Il s’agit d’un simple grain de sable dans un scénario pourtant bien huilé. Ce grain de sable, cette anomalie, ce bug, cette erreur permet de replacer l’intelligence humaine au centre de ce qui est présenté – bien souvent par abus de langage – comme artificiel. Ainsi, même les robots sauront bientôt mentir !

À partir de ce paradoxe, cet article montre la persistance de la présence humaine dans l’intelligence artificielle. Il s’agit de dérouler et décr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles