Ukraine : ça craint !

Le regard de René Le Honzec.

ukraine hollande rené le honzec

La France éclaire le monde depuis le soi-disant siècle des lumières et la glorieuse révolution chère au cœur de Merluche. Imbu de cet héritage, Flanby se pointe en Ukraine et Russie pour expliquer à Poutine comment arrêter de jouer dans le bac à sable avec ses petits amis de l’ouest de l’Ukraine. Ayant un faible pour Poutine qui, à mon sens, est la moins pire solution pour la Russie post-soviètique (pas oublier l’héritage que tant de nos petits camarades ont glorifié), j’ai moins de sympathie pour les Ukrainiens de l’Est qui me font penser à nos frères européens grecs. Donnez-nous des milliards pour sauver notre État pourri et corrompu, sinon Poutine va manger tous nos petits enfants.

Là-dessus, en discuter avec un type qui accumule les dettes et les dépenses tout en laissant son ministre premier et ex- de l’intérieur se faire tirer dessus (oui, j’exagère, un billet d’humeur plein  d’humour est fait pour) dans des territoires pas vraiment sécessionnistes mais déjà autonomes au bout de trente années de guérilla dealeuse. Il y a de quoi faire réfléchir Petro Porochenko qui a les mêmes, en proportion. Ce qui pourrait être une bonne nouvelle : vu l’incapacité du petit modèle français, cela va peut-être inciter l’ex-boxeur à négocier avant d’éventuels KO toujours incertains pour l’emporter aux points par décision des arbitres de la zone euro.